Vielmur-sur-Agout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Agout (homonymie).
Vielmur-sur-Agout
Vue sur Vielmur-sur-Agout.
Vue sur Vielmur-sur-Agout.
Blason de Vielmur-sur-Agout
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Arrondissement de Castres
Canton Plaine de l'Agoût
Intercommunalité Communauté de communes du Lautrecois-Pays d'Agout
Maire
Mandat
Catherine Rabou
2014-2020
Code postal 81570
Code commune 81315
Démographie
Gentilé Vielmurois, Vielmuroises
Population
municipale
1 500 hab. (2014)
Densité 129 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 37′ 18″ nord, 2° 05′ 25″ est
Altitude 155 m (min. : 145 m) (max. : 195 m)
Superficie 11,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Vielmur-sur-Agout

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Vielmur-sur-Agout

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vielmur-sur-Agout

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vielmur-sur-Agout

Vielmur-sur-Agout est une commune française située dans le département du Tarn, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Castres située sur l'Agout.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Vielmur-sur-Agout[1]
Lalbarède Cuq Jonquieres
Vielmur-sur-Agout[1] Fréjeville
Puylaurens Sémalens

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint Géminien, porteur d'un patronyme unique en France[C'est-à-dire ?], est le saint patron de Vielmur. Fervent défenseur du culte à la Vierge Marie, il exerce une protection particulière sur les enfants qui apparaissent toujours sur les représentations du saint, statues ou tableaux. Vielmur possédait un tableau de lui, sur lequel à l'origine on pouvait certainement voir des enfants ; mais celui-ci ayant été découpé pour l’intégrer dans un cadre baroque, cette représentation dut disparaître.

Saint Géminien est cité deux fois, dont une fois à Vielmur entre 1090 et 1095.

En 951, Ermengaud d’Albi, fils de Raymond II comte de Rouergue, duc d'Aquitaine, marquis de Gothie et comte de Quercy et d’Albigeois et du comté de Narbonne, donne une terre dans la vicomté de Lautrec pour établir un futur monastère. C’est sur un emplacement situé à Vielmur qu’en 1028, le monastère Sainte-Marie sera fondé par Isarn de Lautrec et son épouse Guisle de Cerdagne.

En 1038, le monastère Sainte-Marie de Vielmur est remis par les Lautrec au chapitre du Puy-en-Velay. En 1041, Raymond IV de Saint-Gilles est seigneur du Velay et de la ville du Puy[2]. Il est marié en premières noces en 1065 avec Bertrande de Provence. Leur fils Bertrand, qui sera comte de Tripoli, épouse vers 1090 la nièce de Mathilde de Canossa (ou Mathilde de Toscane). Celle-ci amène certainement le culte de saint Géminien à Vielmur. Cette nièce ne vivra pas longtemps puisque Bertrand se remarie avec Alix de Bourgogne cinq ans après, en 1095. Mais elle eut le temps d’installer une chapelle en l’honneur de saint Géminien[3].

L'autorisation de fonder cette chapelle ne posa certainement aucun problème auprès de l’abbesse du monastère de Vielmur, vassale du comte de Toulouse et celle du chapitre du Puy puisque Raymond IV de Saint Gilles était seigneur du Puy (voir plus haut). Elle obtient par l’intermédiaire de sa tante (la grande) Mathilde de Toscane, les reliques du saint.

Autre hypothèse : comme la nièce de Mathilde ne vécut que cinq ans après son mariage avec Bertrand comte de Toulouse, il se pourrait que Mathilde de Canossa ait envoyé à sa nièce, atteinte d’une maladie grave, les reliques de saint Géminien pour la protéger, et les ait fait placer dans une chapelle du monastère de Vielmur.

Le nom de l'église du monastère Notre-Dame disparaîtra à la Révolution avec la vente du monastère au titre des biens nationaux. C'est saint Géminien qui en deviendra alors le titulaire[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Vielmur-sur-Agout

Son blasonnement est : Écartelé de sable et d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 Antonin Sicard    
1945 1956 Jean Tressens    
1956 1976 Léon Zelmire    
1976 2008 Robert Clarenc    
2008 en cours Catherine Rabou PS  
Les données manquantes sont à compléter.


Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont les Vielmurois[6]. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 500 habitants, en augmentation de 5,26 % par rapport à 2009 (Tarn : 2,72 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
942 748 935 950 1 035 1 114 1 142 1 198 1 179
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 153 1 187 1 170 1 153 1 114 1 128 1 096 974 994
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
877 933 910 783 756 798 765 763 810
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
831 910 835 849 996 1 062 1 375 1 488 1 500
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[11] 1975[11] 1982[11] 1990[11] 1999[11] 2006[12] 2009[13] 2013[14]
Rang de la commune dans le département 65 64 57 56 57 51 50 49
Nombre de communes du département 326 324 324 324 324 323 323 323

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Géminien, une cloche datant de 1739[15].
  • Ancienne abbaye bénédictine Notre-Dame de la Sagne. Inscription aux monuments historiques depuis le 26 décembre 1995[16].

La Tour des Lautrec : à la base nartex du XIIIe siècle, dans les combles série de très grands blasons représentant la famille de Lautrec et de ses alliés.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Tout sur la commune », sur www.annuaire-mairie.fr (consulté le 24 juillet 2010)
  2. Guillaume de Castel, Mémoires de l’Histoire du Languedoc, p. 313.
  3. Testament de Magdelaine Galise, 29 avril 1743
  4. Association Culturelle du Pays Vielmurois.
  5. (fr) « Les maires de la commune » (consulté le 24 juillet 2010)
  6. (fr) « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 24 juillet 2010)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  14. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  15. (fr) « Cloche à Vielmur-sur-Agout (81) », sur www.patrimoine-de-france.org (consulté le 24 juillet 2010)
  16. (fr) « Ancienne abbaye bénédictine Notre-Dame de la Sagne à Vielmur-sur-Agout (81) », sur www.patrimoine-de-france.org (consulté le 24 juillet 2010)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :