Fréjeville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fréjeville
Fréjeville
Blason de Fréjeville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Arrondissement de Castres
Canton Plaine de l'Agoût
Intercommunalité Communauté de communes du Lautrecois-Pays d'Agout
Maire
Mandat
Claude Alba
2014-2020
Code postal 81570
Code commune 81098
Démographie
Gentilé Fréjevillois
Population
municipale
636 hab. (2015 en diminution de 3,78 % par rapport à 2010)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 36′ 38″ nord, 2° 08′ 30″ est
Altitude 180 m
Min. 145 m
Max. 231 m
Superficie 9,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Fréjeville

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Fréjeville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fréjeville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fréjeville
Liens
Site web Site officiel

Fréjeville est une commune française située dans le département du Tarn en région Occitanie.

Ses habitants s'appellent les Fréjevillois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Des fouilles effectuées dans la commune ont montré que Jules César aurait séjourné dans la commune qui à cette époque s'appelait frigida villa, la ville froide, en raison de la proximité avec l'Agout et donc du brouillard.[réf. nécessaire] Cette assertion relativement légendaire ne présente qu'une réalité partielle. S'il est clair que la plaine de Fréjeville a été romanisée assez tôt (Ier siècle avant notre ère), les fouilles réalisées démontrent simplement l'existence d'une villa gallo-romaine. En outre le nom frigida villa n'est apparu probablement que durant le Haut Moyen Âge (Grégoire de Tours mentionne ce nom mais sans précision géographique suffisante) et avec certitude autour du Xe siècle. Rien pour l'heure ne permet d'étayer le fait que Jules César séjourna sur l'actuelle commune de Fréjeville (aucune mention dans la guerre des Gaules).

Au Moyen Âge, Fréjeville formait un consulat distinct du Pujol. Au XVIIe siècle la paroisse Saint-Hilaire dont l'église était (et est encore) située dans le village de Fréjeville regroupait les deux consulats du Pujol et de Fréjeville. Le Pujol constitue depuis la Révolution un hameau sur la commune de Fréjeville. Jusqu'en 1789 Le Pujol et Fréjeville participaient de la vicomté de Lautrec mais relevaient de la seigneurie directe de l'abbaye bénédictine de Vielmur (Vielmur-sur-Agout)[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes du Tarn.
Fréjeville

Son blasonnement est : D'or aux deux pointes d'azur posées en chevron.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  2008 Jean-Louis Laroque Sans-Étiquette  
2008 2014 Michel Maurel UMP  
2014 En cours Claude Alba[2] Sans étiquette  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2015, la commune comptait 636 habitants[Note 1], en diminution de 3,78 % par rapport à 2010 (Tarn : +2,97 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
660399412310367363416664661
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
648623568550552520519478465
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
446430420367400364370332350
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
334361330409441476600618636
2013 2015 - - - - - - -
639636-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Dans la commune sont visibles trois pigeonniers à Sarmes, au Verdet et près du lieu-dit le Rouch. L'église de taille moyenne fait partie des édifices religieux de la région de Castres reconstruits après les troubles et destructions des guerres de Religions (deuxième moitié du XVIe Siècle). Son style très sobre est rehaussé par des apports (fin XVIIIe siècle) de mobiliers venus de l'ancienne chartreuse dite de Saïx à quelques kilomètres de la commune. De façon simplifié cette église peut être dite de style classique XVIIe siècle. Attenant à l'église, le presbytère a été construit dans les années 1680 par des artisans du Pujol. Son architecture ne révèle rien d'exceptionnel, en revanche le contrat de construction est emblématique des marchés publics truqués déjà en vigueur à la fin du XVIIe siècle[7]. Il y a aussi la fontaine sur la place du village qui, elle, n'est pas très ancienne. Au lieudit le Pujol est visible une statue de saint Barthélémy et deux croix, une proche de la statue et une autre à l'autre extrémité du hameau.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoire de maîtrise d'Histoire de l'art "L'ancienne abbaye bénédictine de Vielmur-sur-Agout - Université Toulouse Mirail - 1994
  2. http://www.village-frejeville.fr/rubrique/afficher/25
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. Acte Notarié du "bail à prix fait" du presbytète de Fréjeville - archives départementales du Tarn

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :