Carbes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carbes
Vue générale.
Vue générale.
Blason de Carbes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Arrondissement de Castres
Canton Plaine de l'Agoût
Intercommunalité Communauté de communes du Lautrecois-Pays d'Agout
Maire
Mandat
François Ségur
2014-2020
Code postal 81570
Code commune 81058
Démographie
Gentilé Carbais
Population
municipale
215 hab. (2014)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 38′ 33″ nord, 2° 09′ 24″ est
Altitude 200 m (min. : 165 m) (max. : 221 m)
Superficie 7,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Carbes

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Carbes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Carbes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Carbes

Carbes est une commune française située dans le département du Tarn, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Castres située au nord-ouest de Castres et au sud-ouest de Vielmur-sur-Agout.

Histoire[modifier | modifier le code]

Crash aérien 1984.

Le territoire de Carbes et sa commune a fait partie de la vicomté de Lautrec de l'an 944 jusqu'à la Révolution française. Commune rurale, elle était antérieurement une « paroisse » dont l'église remonte au XVIe siècle.

Les habitants « les Carbais », vivaient essentiellement du terroir, avec quelques spécialités locales : tisserands, tailleurs d'habits, maçons, charpentiers, charrons, meuniers, forgerons...

Carbes a subi de nombreuses mutations en matière d'agriculture : remembrement, développement de l'irrigation qui n'ont cessé de modifier le paysage environnant.

Les cultes à la mémoire des défunts ont contribué à une vie religieuse importante sur une « terre de tradition ». Saint-Martin de Carbes et les peintures de Maurice Garrigues :

La petite église (du XVIe ou XVIIe siècle), isolé sur un vallonnement, accolée au cimetière à l'écart du village, ne possède pas de clocher. Elle est surmontée d'une curieuse ferronnerie destinée à supporter la cloche… L'office n'y est célébré que le troisième dimanche du mois. Aussi faut-il demander l'énorme clef à l'ancien presbytère attenant pour pouvoir admirer les peintures que M. Garrigues réalisa entre 1956 et 1959 à la demande du curé d'Avits, l'abbé Bousquet, qui l'avait marié quelque trente ans plus tôt.

Profondément croyant et passionné d'art sacré, très au fait des dernières réalisations (Assy, Vence…), enthousiasmé par le projet, il y consacre tous ses lundis et jours de congé, ne s'arrêtant que pour déjeuner sur le parvis.

Devant le succès rencontré par les peintures, il lui est ensuite demandé de décorer le baptistère, qu'il réalise à la fresque (imprégnation de la peinture dans la ciment frais).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes du Tarn.
Carbes

Son blasonnement est : Cinq points de sable équipolés à quatre d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008   Francois Ségur[1]    
mars 2001 2008 Francois Ségur    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 215 habitants, en augmentation de 16,22 % par rapport à 2009 (Tarn : 2,72 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
370 312 342 354 396 405 375 376 386
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
339 365 351 371 330 308 298 278 273
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
274 287 267 229 220 213 213 218 218
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
162 153 126 135 163 182 186 177 215
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :