Jean-Louis Biget

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Biget.
Jean-Louis Biget
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (82 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Directeur de thèse

Jean-Louis Biget (né le [1]) est un historien français. Il est spécialiste du Moyen Âge.

Carrière[modifier | modifier le code]

Élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé d'histoire, il enseigne quelques années en lycée avant de devenir maître de conférences, puis professeur à l'École normale supérieure de Saint-Cloud, devenue École normale supérieure lettres et sciences humaines (Fontenay-Saint-Cloud), puis ENS-LSH, puis ENS de Lyon.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Il est spécialiste de l'histoire du Languedoc médiéval et en particulier des villes (notamment d'Albi) et de la religion. Ses nombreux travaux sur l'hérésie languedocienne (dite à tort « cathare ») et sur l'Inquisition constituent des références de premier plan pour les historiens. Avec Monique Zerner, J.-L. Biget a été l'un des premiers à remettre en cause l'existence de mouvements dualistes et d'organisations hérétiques réellement structurées au XIIe siècle en Occident - malgré les affirmations des ecclésiastiques, soucieux de discréditer et de criminaliser les contestations, quitte à falsifier la réalité. Des historiens comme Robert I. Moore et Mark G. Pegg ont ensuite prolongé les recherches sur l'hérésie dans ce sens.

Il est secrétaire général du Comité historique de Fanjeaux, qui organise depuis 1966 les colloques de Fanjeaux consacrés à l'histoire de la religion dans le Midi médiéval et en publie les actes dans la collection des Cahiers de Fanjeaux. En 1994, après la disparition de Marie-Humbert Vicaire, il est devenu responsable de l'édition des Cahiers de Fanjeaux, fonction qu'il a remplie jusqu'en 2004.

Il est membre du Comité de bien de la cité épiscopale d'Albi inscrite au Patrimoine mondial de l'UNESCO le 31 juillet 2010, reconnaissance à laquelle il a participé en qualité de contributeur scientifique.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (éd.), Histoire d’Albi, Toulouse : Privat, 1983.
  • (avec Jean-CIaude Hervé et Yvon Thébert (éd.), Les cadastres anciens des villes et leur traitement par l'informatique : actes de la table ronde, Rome : École française de Rome (CEFR 120), 1989.
  • (avec Michel Escourbiac, photographe), La cathédrale Sainte-Cécile d'Albi. Peintures, Toulouse : éd. Odyssée, 1994.
  • (avec Michel Escourbiac, photographe), La cathédrale Sainte-Cécile d'Albi. Architecture, Toulouse : éd. Odyssée, 1998.
  • Hérésie et inquisition dans le midi de la France, Paris : Picard (Les médiévistes français), 2007.
  • Les cathares albigeois et "bons hommes", photographies de Christophe Renault, Luçon : éditions Jean-Paul Gisserot (coll. Patrimoine), 2008.

Enregistrements[modifier | modifier le code]

  • Les Cathares, CD audio, Éditions sonores De Vive Voix, Paris
  • L'Inquisition, CD audio, Éditions sonores De Vive Voix, Paris

Références[modifier | modifier le code]

  1. notice BnF no FRBNF11892012.

Liens externes[modifier | modifier le code]