Fiac (Tarn)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fiac.
Fiac
Image illustrative de l'article Fiac (Tarn)
Blason de Fiac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Arrondissement de Castres
Canton Plaine de l'Agoût
Intercommunalité Communauté de communes du Lautrecois-Pays d'Agout
Maire
Mandat
Sophie Gilbert
2014-2020
Code postal 81500
Code commune 81092
Démographie
Population
municipale
920 hab. (2014)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 42′ 09″ nord, 1° 54′ 28″ est
Altitude 250 m (min. : 115 m) (max. : 252 m)
Superficie 25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Fiac

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Fiac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fiac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fiac
Liens
Site web Site officiel

Fiac est une commune française située dans le département du Tarn et la région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située sur la rive droite de l'Agout qui longe la commune sur 9 km et sert de frontière naturelle avec les communes de Lavaur et Viterbe, le village est situé sur une colline dominante où débute un paysage de coteaux argilo-calcaire. Le hameau de Brazis fait partie de la commune et est situé en bordure de l'Agout côté sud-est de la Ville.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Fiac
Ambres Saint-Gauzens
Briatexte
Cabanès
Labastide-Saint-Georges Fiac Saint-Paul-Cap-de-Joux
Lavaur Viterbe Teyssode

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de Fiac a depuis toujours été colonisé par les animaux et par l'homme. Dans la grande et fertile plaine qui, du pied de la colline où s'assied le village, vient effleurer l'Agout, la charrue a mis au jour et en déterrera encore, des dizaines d'objets préhistoriques.

Au village, les vestiges du château fort du XIIe siècle témoignent d'une histoire plus ou moins trouble, notamment au moment de l'hérésie cathare et des guerres de religion.

À partir de la Révolution, la vie de la population de Fiac a été très liée au soubresaut de l'histoire nationale. C'était une population essentiellement agricole et artisanale qui vivait beaucoup en autarcie grâce à la qualité agronomique des terres qui leur permettait de couvrir tous leurs besoins. Les deux guerres mondiales ont ponctionné un pourcentage important de la population masculine.

Les grandes familles de propriétaires terriens ont marqué la vie de la commune, soit parce qu'elles étaient appelées à exercer des responsabilités de gestion de la commune, soit par le poids économique que représentaient leurs propriétés. Elles résidaient dans des grandes maisons de maître ou des châteaux qui sont encore actuellement entre les mains de leurs descendants. Ces grandes bâtisses composent actuellement le patrimoine architectural de la commune.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes du Tarn.
Fiac

Son blasonnement est : D'azur aux trois feuilles de figuier d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 2020 Sophie Gilbert    
juin 2010 2014 Jérôme Sarran[1]    
mars 2008 juin 2010[2] Louis Bouchet    
mars 2001 mars 2008 Jean-Paul Vidal    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 920 habitants, en augmentation de 8,11 % par rapport à 2009 (Tarn : 2,72 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
801 749 1 237 1 121 1 503 1 503 1 511 1 509 1 508
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 521 1 437 1 401 1 390 1 384 1 362 1 287 1 238 1 132
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 102 1 118 1 042 943 905 905 875 934 970
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
862 784 670 669 706 699 831 914 920
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

De nos jours, la commune connaît un certain dynamisme dû à la proximité de l'agglomération toulousaine. Le nombre d'agriculteurs a fortement diminué du fait de l'agrandissement des exploitations, mais l'agriculture est toujours un secteur dynamique de l'économie locale. Une nouvelle population s'installe sur le territoire, composée de familles anglaises à la recherche du soleil et de la proximité du golf ainsi que les jeunes couples attirés par le cadre agréable et le caractère rural de la commune.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Site officiel

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La Dépêche du Midi, 6 juillet 2010 [1]
  2. Démission en cours de mandat (ladepeche.fr 11 juin 2010)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Louis Bastié fait partie de la classe 1917 au recrutement de Limoges et s'engage comme aspirant dans l'aviation. Sa marraine de guerre est Maryse Bombec, une ouvrière de Limoges qui deviendra sa femme en 1918. Après la guerre, Louis Bastié, toujours passionné par l'aviation, n'a plus les moyens de piloter ; le couple possède une boutique de chaussures et l'argent gagné est dépensé pour aller à Mérignac. Finalement, Louis Bastié est engagé comme instructeur à l'école d'aviation militaire de Mérignac où le couple s'installe après avoir vendu la boutique. En 1926, Louis Bastié décède dans un accident aérien.