Victor-Félix Bernadou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Victor-Félix Bernadou
Image illustrative de l’article Victor-Félix Bernadou
Victor-Félix Bernadou en 1870
Biographie
Naissance
Castres (France)
Ordination sacerdotale
par Mgr Jean Dizien
Décès
Sens (France)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Léon XIII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de la Trinité des Monts
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
par Mgr Jean de Jerphanion
Dernier titre ou fonction Archevêque de Sens-Auxerre
Archevêque de Sens
Évêque de Gap

Blason
Fide et lenitate
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Victor-Félix Bernadou (né le à Castres - mort le à Sens) est un prélat français, évêque de Gap de 1862 à 1867, puis archevêque de Sens-Auxerre de 1867 à 1891 et cardinal de la Sainte Église romaine de 1886 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Victor-Félix Bernadou est ordonné prêtre en 1840 à Alger après son séminaire à Paris. Il est affilié aux missionnaires de France fondés par le père Jean-Baptiste Rauzan. Il est nommé évêque de Gap en 1862 puis archevêque de Sens en 1867.

En 1886, il est créé cardinal par Léon XIII.

À Gap, Mgr Bernadou fait construire la cathédrale (première pierre posée le ).

À Sens, Mgr Bernadou se signale dès son arrivée en remettant au maire anticlérical une somme de 500 francs pour les pauvres de la ville. Pendant la guerre franco-prussienne, l'archevêque met les locaux de l'Église à la disposition des hôpitaux. Le , il écrit à Bismarck pour le supplier d'épargner Sens.

Armes[modifier | modifier le code]

D'or, au palmier de sinople, soutenu à dextre par un lévrier de sable colleté d'argent et à sénestre par une brebis d'argent, affrontés, le tout sur une terrasse d'azur[1].

Décoration[modifier | modifier le code]

Officier de la Légion d'honneur Officier de la Légion d'honneur, le [2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Comte de Saint Saud, Armorial des prélats français du XIXe siècle, Paris, 1906, H. Daragon, 415p., p. 169-170. Consultable sur Gallica.
  2. « Cote LH/193/56 », base Léonore, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]