Argœuves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Argœuves
Une vue du marais.
Une vue du marais.
Blason de Argœuves
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Ailly-sur-Somme
Intercommunalité Communauté de communes Nièvre et Somme
Maire
Mandat
Gérard Pruvot
2014-2020
Code postal 80470
Code commune 80024
Démographie
Gentilé Argoeuvois
Population
municipale
546 hab. (2014)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 55′ 51″ nord, 2° 13′ 39″ est
Altitude Min. 12 m
Max. 74 m
Superficie 10,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Argœuves

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Argœuves

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Argœuves

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Argœuves
Liens
Site web http://www.mairie-argoeuves.net/

Argœuves est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située en aval d'Amiens, sur la rive droite (Nord) de la Somme, Argœuves est entre Longpré-lès-Amiens et Saint-Sauveur.

Le sol communal est généralement filtrant. Dans la vallée, le sol tourbeux repose cependant sur une couche d'argile imperméable. Ailleurs, la mince couche végétale est assise sur de la craie[1]. Le territoire se présente comme un plateau coupé de deux vallons étroits et peu profonds, orientés du nord-est au sud-ouest[1]. En 1899, la nappe d'eau qui alimente les puits se situe de 1 à 3 mètres de profondeur. Elle affleure dans les étangs dus à l'extraction de la tourbe[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Argœuves
Vaux-en-Amiénois Bertangles et
Poulainville
Saint-Sauveur Argœuves Amiens
Dreuil-les-Amiens Dreuil-les-Amiens Amiens

Transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 891, Argobium est relevé dans les annales S Vedasti. Argova super Sumnam apparait en 891. Arguvium, autre forme latinisée, est citée en 1104 dans un cartulaire. Argovia est mentionné en 1145 par Evrard évêque d'Amiens dans un cartulaire. En 1223, Enguerrand de Picquigny écrit Argueve. Argoeuve est mentionné dès 1445[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Un diagnostic archéologique réalisé en 2007, au lieu-dit le moulin d'Argoeuves, a révélé la présence d'un gisement datant de l'âge du bronze[3].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Des structures gallo-romaines sont mises en évidence dans le secteur du moulin d'Argoeuves[3].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Temps modernes[modifier | modifier le code]

La seigneurie appartient à la famille Gorguettes d'Argoeuves dès le milieu du XVIIe siècle[4] quand Charles Gorguettes, 3e du nom, seigneur du Bus et autres lieux épouse en 1653 Françoise Eudel, fille du seigneur local[5].

Dès 1685, un « clerc laïc » ou « magister » tient l'école pendant l'hiver[1].

Deux moulins à vent se sont succédé durant le XIXe siècle. Ce sont un moulin « à tour » et un moulin à pivot, dit « à chandellier »[3].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au printemps 1918, les Anglais construisent une ligne défensive qui passe par Argoeuves. Un bunker témoigne de cette époque. Ces équipements ne seront pas utilisés pour les combats.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Argœuves Blason D'argent à la hure de sanglier de sable, allumée et défendue du champ, accompagnée de trois croissants de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Vers 1950   Robert Créton de Limerville    
         
    Francis Briant    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 6 mai 2014)
Gérard Pruvot   Réélu pour le mandat 2014-2020[6], [7]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 546 habitants, en augmentation de 2,63 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
411 347 454 527 546 539 597 580 637
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
635 600 614 482 490 429 403 381 392
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
380 378 370 369 378 387 380 394 421
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
415 498 524 592 561 543 560 532 546
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école maternelle Louise Michel accueille les plus petits.

Activités associatives, culturelles, festives et sportives[modifier | modifier le code]

  • Base nautique, animée par le club « Amiens Voile »[12].
  • La pêche (activité de loisirs renommée sur tout le cours de la Somme) est pratiquée dans les étangs[13].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin comporte une nef unique à clocher carré et chevet polygonal à quatre pans. Les portes et fenêtres sont datées du XVe siècle tandis qu'autel et crédence sont de style Louis XV.
  • Statue Notre-Dame du Sacré Cœur, de 1869[14].
  • Le château a été construit au début du XIXe siècle sur les plans du général Dejean dessinés pour son ami Gorguettes d'Argœuves. L'édifice comprend un portique à colonnes doriques, un avant-corps surmonté d'un fronton triangulaire et des façades décorées de couronnes et de feuillage[4]. Il est possédé par la famille Creton de Limerville depuis 1901.
  • Monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Notice géographique et historique réalisée par l'instituteur, M. Leroy, 1899, archives départementales de la Somme, Amiens. Lire la notice en ligne sur le site des archives départementales.
  2. Jacques Garnier, Dictionnaire topographique du département de la Somme, archives départementales, Amiens, p. 38. Lire sur le site des archives départementales, vue 23/269.
  3. a, b et c Nathalie Soupart, « Argœuves - Saint-Sauveur », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Picardie, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 08 février 2017. URL : http://adlfi.revues.org/5619 ; DOI : 10.4000/adlfi.5619 Site de l'ADLFI.
  4. a et b Châteaux de France.
  5. Nobiliaire universel de France.
  6. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 12 juillet 2008)
  7. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. Club Amiens Voile - Base nautique d'Argœuves
  13. Office de tourisme de l'Ouest-Amiénois
  14. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 181 (ASIN B000WR15W8).