Péplomère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les péplomères, en couleur rouge et orange, d'un coronavirus

Un péplomère, appelé aussi spicule, protéine S ou par anglicisme protéine Spike, est une glycoprotéine prenant la forme d'une « pique » sur une capside virale ou enveloppe virale retrouvée chez les virus[1]. Ces protubérances ne se lient qu'à certains récepteurs de la cellule hôte ; ils sont essentiels à la fois pour la spécificité de l'hôte et l'infectiosité virale. Le terme « péplomère » est utilisé pour désigner un groupement de protéines hétérologues[2] à la surface du virus et qui fonctionnent ensemble[réf. nécessaire].

Les fibres caudales de certains bactériophages, en particulier les phages de type T4, sont des péplomères modifiés.

Exemple de péplomère[modifier | modifier le code]

Le virus de la grippe présente deux types de péplomères :

  1. hémagglutinine triangulaire en forme de pointe ;
  2. neuraminidase en forme de champignon. [réf. nécessaire].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Saunders Comprehensive Veterinary Dictionary, Elsevier, Inc, (lire en ligne)
  2. Relatif aux tissus, aux sérums et aux cellules qui proviennent d'un individu d'une espèce différente.