Saint-Jean-Pla-de-Corts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Jean-Pla-de-Corts
Saint-Jean-Pla-de-Corts
Square Guy Malé
Blason de Saint-Jean-Pla-de-Corts
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Céret
Intercommunalité Communauté de communes du Vallespir
Maire
Mandat
Robert Garrabe
2020-2026
Code postal 66490
Code commune 66178
Démographie
Gentilé Saint-Jeannais, Saint-Jeannaises
Population
municipale
2 248 hab. (2018 en augmentation de 9,39 % par rapport à 2013)
Densité 212 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 30′ 43″ nord, 2° 47′ 34″ est
Altitude Min. 71 m
Max. 208 m
Superficie 10,62 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Céret
(banlieue)
Aire d'attraction Perpignan
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vallespir-Albères
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Saint-Jean-Pla-de-Corts
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Saint-Jean-Pla-de-Corts
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-Pla-de-Corts
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-Pla-de-Corts

Saint-Jean-Pla-de-Corts Écouter est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Orientales en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Saint-Jeannais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Jean-Pla-de-Corts se trouve dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie[1].

Elle se situe à 22 km à vol d'oiseau de Perpignan[2], préfecture du département, et à 4 km de Céret[3], sous-préfecture.

Les communes les plus proches[Note 1] sont[4] : Maureillas-las-Illas (2,8 km), Vivès (3,0 km), Le Boulou (3,4 km), Céret (4,2 km), Les Cluses (4,7 km), Llauro (5,8 km), Tordères (6,3 km), Tresserre (6,6 km).

Sur le plan historique et culturel, Saint-Jean-Pla-de-Corts fait partie du Vallespir, ancienne vicomté (englobée au Moyen Âge dans la vicomté de Castelnou), rattachée à la France par le traité des Pyrénées (1659) et correspondant approximativement à la vallée du Tech, de sa source jusqu'à Céret[5].

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte avec les communes environnantes
Communes limitrophes de Saint-Jean-Pla-de-Corts[6]
Passa
Vivès Saint-Jean-Pla-de-Corts[6] Le Boulou
Céret Maureillas-las-Illas
Situation de la commune.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[7].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Tech traverse la commune de l'ouest vers l'est.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Site Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 2]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats : « le Tech »[9], d'une superficie de 1 467 ha, hébergeant le Barbeau méridional qui présente une très grande variabilité génétique dans tout le bassin versant du Tech. Le haut du bassin est en outre colonisé par le Desman des Pyrénées[10].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1[Note 3] est recensée sur la commune[11] : la « vallée du Tech de Céret à Ortaffa » (611 ha), couvrant 10 communes du département[12] et une ZNIEFF de type 2[Note 4],[11] : la « rivière le Tech » (933 ha), couvrant 14 communes du département[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-Pla-de-Corts est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Céret, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[17] et 13 888 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Perpignan dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 118 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (70,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (75 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (36,2 %), zones agricoles hétérogènes (34,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (11,4 %), zones urbanisées (7,5 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (5,3 %), mines, décharges et chantiers (2,6 %), forêts (1,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,1 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Passage de train de fret à Saint-Jean-Pla-de-Corts (2013)

Voies routières[modifier | modifier le code]

  • La D 115 traverse la commune d'est en ouest en provenance du Boulou et en direction de Céret.

Voies ferroviaires[modifier | modifier le code]

  • Transport de fret sur l'ancienne ligne d'Elne à Arles-sur-Tech. Le terminus officiel en provenance d'Elne est aujourd'hui Le Boulou et le tronçon Le Boulou-Saint-Jean-Pla-de-Corts est désormais transféré en voie de service ; il arrive donc qu'il reçoive des trains.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les services de transport régional par autocar dénommés liO (lignes régulières et scolaires) :

Ces relations sont assurées par la Régie départementale de transports RDT66 et les Autocars Vaills Asperi, ces derniers installés sur le site de l'ancienne gare de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes du nom

Le nom apparaît au Xe siècle sous la forme S. Johannes de Plano de Corts. On rencontre ensuite aux XIe et XIIe siècles les formes S. Johannis de Palatio et S. Johannis de Plano de Curtis, au XIVe siècle Sent Johan de Plan de Corts et Sent Johan de Corts, aux XVIIe et XVIIIe siècles Sant Juan de Pla de Cors et Sant Joan de Pagès[23].

En 1793, on rencontre le nom écrit sous la forme de Saint Jean Pla de Corps. En 1801, on trouve la graphie actuelle[24].

De nos jours, en catalan, les formes possibles du nom de la commune sont Sant Joan Pla de Corts[23] ou Sant Joan de Pladecorts[25].

Étymologie

Le nom fait référence aux Corts, un lieu-dit situé sur une colline entre les rivières d'Aigues-Peire et de Vivès et le Tech. Ce nom désigne en catalan des enclos ou des bergeries, preuve qu'on y pratiquait l'élevage. Au sud de cette colline se trouve une terrasse qui surplombe la vallée du Tech, que l'on appelle le Pla de Corts. Avec la construction au Xe siècle d'un petit château et d'une chapelle dédiée à saint Jean-Baptiste, le village naissant prend logiquement le nom de Saint Jean de Pla de Corts. Après que la seigneurie soit revenue à la famille Pagès de Copons au XVIe siècle, le nom est un temps devenu Sant Joan de Pagès, avant de retrouver sa forme d'origine à la Révolution française, après que la famille Pagès ait émigré. Entre-temps, le nom avait également été francisé, le territoire étant devenu français depuis le Traité des Pyrénées de 1659[23].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen-Âge étaient exploitées des mines d'or et d'argent, mais leur localisation est aujourd'hui inconnue.[réf. nécessaire]

En 1188, un abbé obtient de Alphonse Ier d'Aragon l'autorisation de construire un château fortifié dans l'enceinte de la paroisse. de Sant Joan Pla de Corts. Celui-ci, après avoir accueilli une famille de Saint-Jean à la tête de la seigneurie, devient la résidence d'été des Rois de Majorque[26].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Canton[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Jean-Pla-de-Corts fait partie du canton de Céret depuis sa création en 1790[27]. À compter des élections départementales de 2015, la commune est incluse dans le nouveau canton de Vallespir-Albères.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal comprend, en plus du maire, cinq adjoints et treize conseillers municipaux[28].

Budget municipal 2012 en €[29]
Budget Recettes Dépenses
Fonctionnement 1 479 461 1 212 331
Investissement 387 350 342 704
Total 1 866 811 1 555 035

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Le maire Robert Garrabé (2013)
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Michel Grau    
Lucien Larripa    
Jean Patot    
En cours Robert Garrabé[30],[31] PS Inspecteur principal des finances retraité
Conseiller général du canton de Céret (2001 → 2015)
Conseiller départemental du canton de Vallespir-Albères (2015 → )
7e vice-président du conseil départemental
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1365 1378 1470 1515 1553 1709 1720 1730 1755
81 f66 f40 f33 f28 f65 f61 f65 f76 f
1767 1774 1789 - - - - - -
411 H65 f93 f------
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[33].

En 2018, la commune comptait 2 248 habitants[Note 7], en augmentation de 9,39 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Orientales : +2,95 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
301406468496502547524521532
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
536534551544557554561622639
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
643641644543686732696683721
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
7227439061 0401 4561 7751 9381 9651 992
2013 2018 - - - - - - -
2 0552 248-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[34].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[35] 1975[35] 1982[35] 1990[35] 1999[35] 2006[36] 2009[37] 2013[38]
Rang de la commune dans le département 68 63 53 59 54 53 53 53
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-Pla-de-Corts dispose d'une école maternelle (71 élèves en 2013[39]) et d'une école élémentaire (126 élèves en 2013)[40].

École élémentaire de Saint-Jean-Pla-de-Corts

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale : 20 et [41] ;
  • Fête communale : 1er dimanche de septembre[41].

Santé[modifier | modifier le code]

Deux médecins généralistes sont présents sur la commune. La clinique la plus proche est celle de Céret.

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 28 253 [42].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Jean est réputée pour son lac. Il s'agit en fait de deux lacs aux utilisations distinctes mais très proches l'un de l'autre. Le premier lac est consacré aux activités familiales allant de la grimpe d'arbres à la baignade tandis que le deuxième est réservé à la pêche l'hiver et au wakeboard l'été[43].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Ludovic Massé (1900-1982) : écrivain ayant passé une partie de son enfance à Saint-Jean-Pla-de-Corts.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Jean-Pla-de-Corts Blason
Écartelé: aux 1) et 4) d’or à deux papegais [perroquets] affrontés de gueules, becqués et membrés d'argent, chacun posé sur un perchoir de sable, aux 2) et 3) de gueules à la cloche d'or accompagnée en chef de deux fleurs de lis d'argent[44].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Marie-Louise Blangy, Saint-Jean-Pla-de-Corts : Histoire, Prades, Conflent,
  • Pierre Cantaloube, Saint Jean Pla de Corts et le Tech, S.l.,
  • Jean Capeille, La seigneurie de Saint-Jean-Pla-de-Corts (976-1789), Céret, L. Roque, (notice BnF no FRBNF34129002)
  • Bruno Segondy, Saint-Jean-Pla-de-Corts et Vivès : Histoire de deux villes fortifiées - ses habitants et ses monuments, Aubagne, Groupe CCEE, , 136 p. (ISBN 978-2-35682-879-8, notice BnF no FRBNF46552677).

Articles[modifier | modifier le code]

  • Marie-Louise Blangy, « Les mines du Roussillon (Saint-Jean Pla de Corts) », Cahiers de la Rome, no 11,‎ , p. 70-76 (ISSN 1248-1793)
  • Pierre Cantaloube, « La barque de Saint-Jean Pla de Corts », Cahiers de la Rome, no 12,‎ , p. 41-44 (ISSN 1248-1793)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[8].
  3. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  4. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Métadonnées de la commune de Saint-Jean-Pla-de-Corts », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Saint-Jean-Pla-de-Corts et Perpignan », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Saint-Jean-Pla-de-Corts et Céret », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches de Saint-Jean-Pla-de-Corts », sur www.villorama.com (consulté le ).
  5. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 227-228.
  6. Carte IGN sous Géoportail
  7. « Plan séisme » (consulté le ).
  8. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  9. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Saint-Jean-Pla-de-Corts », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. « site Natura 2000 FR9101478 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  11. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Saint-Jean-Pla-de-Corts », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  12. « ZNIEFF la « vallée du Tech de Céret à Ortaffa » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  13. « ZNIEFF la « rivière le Tech » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Céret », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Perpignan », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. a b et c Lluís Basseda, Toponymie historique de Catalunya Nord, t. 1, Prades, Revista Terra Nostra, , 796 p..
  24. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne).
  26. Jean Rifa, L'histoire de nos villages racontée par Jean Rifa - Tome 3, Saint-Estève, alliance éditions, 174 p. (ISBN 978-2-916666-10-5), p.121.
  27. Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9).
  28. Site de la mairie, section Conseil municipal
  29. Site de la mairie, section Finances
  30. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  31. [PDF] « Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net.
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  34. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  35. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  36. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  37. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  38. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  39. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, école maternelle de Saint-Jean-Pla-de-Corts
  40. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, école élémentaire de Saint-Jean-Pla-de-Corts
  41. a et b Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7).
  42. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  43. « Les lacs de Saint-Jean-Pla-de-Corts (66490) Les plans d'eau : centre naturel de loisirs », sur stjeanpladecorts.fr (consulté le ).
  44. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=7026