Robinson Stévenin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stévenin.
Robinson Stévenin
Description de cette image, également commentée ci-après
Robinson Stevenin au Festival de la fiction TV de La Rochelle en 2015.
Nom de naissance Louis-Robinson Stévenin
Naissance (36 ans)
Lons-le-Saunier, Jura
Nationalité Drapeau de la France France
Profession acteur
Films notables La Révolte des enfants
Mauvaises Fréquentations
Mauvais Genres
L'Armée du crime
Séries notables Le Fils du cordonnier

Robinson Stévenin, né Louis-Robinson Stévenin le à Lons-le-Saunier (Jura), est un acteur français. D'une famille de gens du cinéma, il est le fils du réalisateur et acteur Jean-François Stévenin, et le frère des comédiens Sagamore Stévenin, Salomé Stévenin et Pierre Stévenin.

Il remporte un César du Meilleur jeune espoir masculin en 2002.

Biographie[modifier | modifier le code]

Deuxième enfant de Jean-François Stévenin, Louis-Robinson Stévenin, nait à Lons-le-Saunier, dans le département du Jura, en Franche-Comté, le .

Il apparaît pour la première fois, à cinq ans, dans Double messieurs, réalisé par son père en 1986, et, trois ans plus tard il joue dans L'Hydrolution, le premier court-métrage d'Antoine Desrosières.

À onze ans, en 1992, il débute à la télévision dans La Révolte des enfants de Gérard Poitou-Weber, avec son frère Sagamore, dans le rôle de Rase-Motte, un jeune garçon de huit ans condamné à cinq ans d’emprisonnement dans un bagne pour enfants, au XIXe siècle. Il remporte un Prix du Meilleur acteur au Festival du Film de Paris, avant d'interpréter le fils des Borin, joués par Jacques Frantz et Nicole Jamet, dans La Crise de Coline Serreau. Il tient également le rôle principal, au côté d'Andréa Ferréol, du téléfilm Un ballon dans la tête réalisé par Michaëla Watteaux et diffusé sur France 2.

De nombreux réalisateurs font appel à lui entre 1993 et 1994, pour divers téléfilms ou séries dont Lucas de Nadine Trintignant. Ainsi que pour le téléfilm Concerto pour Guillaume réalisé par Jacques Ertaud, l'un des épisodes de L'Instit avec Gérard Klein, L'Amour est un jeu d'enfant de Pierre Grimblat, et le très remarqué Le Fils du cordonnier de Hervé Baslé.

Il retrouve le monde du cinéma, en 1996, pour le rôle de Gabriel dans Le Bel Été 1914 de Christian de Chalonge.

En 1999, il obtient son premier grand rôle au cinéma dans l'interprétation d'un jeune voyou dans Mauvaises Fréquentations de Jean-Pierre Améris, qui lui vaut d'être nommé au César du meilleur espoir masculin. Durant le tournage, il se lie avec Lou Doillon, l'idylle dure jusqu'en 2001.

En 2002, il remporte enfin le César du meilleur espoir masculin pour son interprétation de Bo, un jeune travesti sur les traces d'un tueur en série, dans Mauvais Genres de Francis Girod, sur un scénario de Philippe Cougrand, au côté de l'ami de toujours de son père, Richard Bohringer, dans le rôle du policier. La même année, il tient un petit rôle remarqué d'"homme à vélo", dans Deux de Werner Schroeter, avec Isabelle Huppert. Malgré le surnom de « French Marlon Brando » donné par les critiques américains[1]il n'obtient pas le rôle du comte Odon de Paris dans la série anglophone Vikings[2].

Après diverses participations à plusieurs longs métrages dont Mischka, le film de son père Jean-François, sorti en 2002, Robinson apparait, en 2003, dans La Petite Lili de Claude Miller, dans un rôle de cinéaste idéaliste et débutant, épris d'une actrice en herbe campée par Ludivine Sagnier.

Après trois ans d'absence, il devient, en 2006, officier juriste pendant la Guerre d'Algérie dans Mon colonel, film écrit et produit par Costa-Gavras, puis retrouve Richard Bohringer pour sa réalisation C'est beau une ville la nuit, adaptée de son propre roman.

L'année suivante, il est à l'affiche d'Actrices de Valeria Bruni Tedeschi et de Bluesbreaker de Dominique Bringuier.

Il est Jean dans le deuxième épisode de la série Les Petits Meurtres d'Agatha Christie de Stéphane Kappes, puis Abel Karnonski dans L'École du pouvoir de Raoul Peck.

En 2009, Robert Guédiguian l'appelle pour son film historique L'Armée du crime, avec Simon Abkarian et Virginie Ledoyen.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Clips musicaux[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Cinéma

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :