Salomé Stévenin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stévenin.
Salomé Stévenin
Description de l'image Defaut.svg.
Naissance (31 ans)
Paris, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Actrice
Réalisatrice
Films notables Douches froides
Comme une étoile dans la nuit
Lili Rose

Salomé Stévenin, née le à Paris 13e arrondissement, est une actrice et réalisatrice française.

Elle est la fille du réalisateur et acteur Jean-François Stévenin, et la sœur des comédiens Sagamore Stévenin, Robinson Stévenin et Pierre Stévenin[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle tourne, à trois ans, aux côtés de son papa Jean-François et de Sandrine Bonnaire dans Peaux de vaches. Elle suit les pas de son grand frère Robinson en jouant avec lui dans un épisode de L'Instit. Philippe de Broca la révèle grâce à son premier rôle dans Le Jardin des plantes[2], où elle est Philippine, petite fille espiègle du magistral Claude Rich, dans un duo d’amour et d’aventure. Suivent de beaux téléfilms tels que Noël et après, Parents à mi-temps, L'Huile sur le feu, Clara, cet été là ou Cigarettes et bas nylons qui lui vaut le Prix du jeune espoir féminin, au Festival de la fiction TV de La Rochelle 2010.

Au cinéma elle grandit en tournant La Belle Verte de Coline Serreau, Soleil de Roger Hanin en fille de Sophia Loren, Love me de Laetitia Masson, où elle tient le rôle de Sandrine Kiberlain adolescente, et Mischka de Jean-François Stévenin où elle incarne une jeune fille fugueuse et passionnée. À dix-sept ans Salomé part apprendre le théâtre dans une école en Angleterre, où elle découvre Shakespeare, Stanislawsky, et de la brume chaleureuse de l’Oxfordshire.

À son retour à Paris elle continue les cours de danse classique avec son professeur Georges Piletta, et, sans quitter le piano qu’elle apprend depuis l’enfance avec l’artiste sénégalaise Aminata Faal, elle travaille le chant avec Eve Brenner. Salomé suit pendant un an les cours de pantomime d’Ella Jaroszewicz, au studio Magenia, premier professeur de mime de l’école de danse de l’Opéra de Paris, épouse et collaboratrice de Marcel Marceau.

Douches froides d’Antony Cordier sait capter la vie et la fougue amoureuse qu’elle incarne avec Johan Libéreau et Pierre Perrier dans ce trio. Son interprétation lui vaut une nomination au César du meilleur espoir féminin en 2006. Commence alors une fidèle collaboration avec René Féret : Il a suffi que Maman s'en aille..., Comme une étoile dans la nuit[3], Nannerl, la sœur de Mozart puis Madame Solario en témoignent.

En 2007, elle réalise et joue dans Baïnes ; ce court-métrage traitant des liens fraternels entre une jeune fille et son demi-frère japonais, retrouvés le temps d’un séjour dans un petit village perdu de la côte Atlantique, est diffusé sur ARTE, et projeté dans plusieurs festivals. Du drame Omar m'a tuer à la comédie Comme un chef, elle explore différents univers, comme dans le très sensible road-movie Lili Rose, dans lequel elle est Liza, courageuse jeune femme qui choisit et assume sa liberté.

Son amour des voyages, de la nature et de l’océan l’embarque dans le tournage de documentaires. D’abord plongeuse sous-marine, elle apprend l’apnée pour passer plus de temps près des dauphins et des baleines. Elle découvre la Polynésie dans Odyssée Pacifique[4], puis file dans les profondes cénotes du Mexique, proche des îles mayas, et des shamanes pour De la mer à la lune [5]. En 2015, elle crée l’association Les merveilles du monde[6] pour "la paix, la joie, l’amour, l’enfance, le développement spirituel et le soin".

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Réalisation et scénario[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Prix et nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]