Radar de régulation de distance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Régulateur de vitesse adaptatif :
1) La voiture rouge arrive à une vitesse supérieure à la bleue
2) Le radar détecte le véhicule plus lent et adapte la vitesse pour obtenir une distance de sécurité
3) Le véhicule garde la même vitesse que le précédent et retourne à la vitesse initiale si le trafic se dégage

Un radar de régulation de distance est un ajout au système de régulateur automatique de vitesse que l'on retrouve sur certaines automobiles modernes. L'appareil utilise un radar ou un laser pour mesurer la distance et la vitesse d'approche d'un véhicule précédant l'utilisateur ce qui permet d'ajuster la vitesse automatiquement afin d'éviter la collision, puis de reprendre la vitesse initiale lorsque l'obstacle est disparu. Cette technologie est appelée à se répandre au cours des prochaines années[réf. souhaitée].

Technologies[modifier | modifier le code]

Laser

L'utilisation d'un petit laser, comme émetteur, et d'un capteur montés derrière la grille avant d'une automobile est un système peu coûteux mais qui souffre d'un problème de diffusion de son faisceau lorsque la visibilité est mauvaise. En effet, la lumière visible qu'il émet est facilement absorbée ou réfléchie par les obstacles, en particulier dans les précipitations. En plus, si le véhicule à détecter est très sale ou boueux, la réflexion vers le capteur laser est également amoindrie. Son coût de 400 à 600 $US/Euro, en 2008, le rend accessible aux véhicules de classe moyenne.

Radar

Un émetteur radar, de par la longueur d'onde utilisée, est beaucoup moins affecté par ces problèmes. Seules les très fortes précipitations peuvent mener à une absorption de l'onde. Le coût est cependant plus élevé, de 1 000 à 3 000 $US/Euro en 2008, ce qui le limite pour l'instant aux automobiles de luxe.

Dans les deux cas, un signal sonore de proximité peut être intégré au système afin d’avertir le conducteur de procéder à un freinage d'urgence lorsque la correction dépasse les limites du régulateur de vitesse.

Régulation périurbaine et coopérative[modifier | modifier le code]

La prochaine génération de régulation de distance entre véhicules peut nécessiter l'information des positions, vitesses et accélérations des véhicules au voisinage et donc un canal de communication entre véhicules. Une stratégie de régulation plus dynamique, avec des distances plus courtes, en évitant les collisions, permet de réaliser des trains de véhicules dont le flux est plus important que le trafic actuel. Cela impose un stratégie de cohabitation avec les véhicules non équipés, qui ne devront pas être favorisés dans un trafic dense. Techniquement, les véhicules électriques, plus réactifs et à couple constant, sont plus adaptés à une régulation de distance très dynamique et à toute vitesse (pas seulement sur autoroute). La limite de dynamisme étant l'inconfort due aux accélérations et décélérations trop fortes encaissées par les passagers. Une adaptation du code de la route est surement nécessaire pour permettre le déploiement massif des systèmes de régulation sur des véhicules d'entrée de gamme, allant même jusqu'à l'obligation, comme l'a été l'ABS. Une priorité peut être donnée par des moyens électroniques pour faciliter la fluidité des véhicules équipés qui fournissent leurs coordonnées sur Internet en temps réel. Enfin, ce système fortement déployé, améliore grandement le trafic, mais il est fortement perturbé par les véhicules non équipés. Il faut donc des mécanismes incitatifs et discriminatif pour équiper rapidement le parc automobile.

Historique[modifier | modifier le code]

Jaguar, Lexus et Mercedes-Benz furent les premiers manufacturiers à introduire en 1999 un tel système. Plusieurs constructeurs japonais ont commencé à les introduire dans le marché domestique à cette époque. Les données étaient alors utilisées par le régulateur de vitesse pour diminuer les gaz et rétrograder les vitesses sans effet sur les freins. C'est sur l’Acura RL que le signalement d'un risque de collision a été introduit par système de rétraction de la ceinture de sécurité et l'action directe sur les freins si un objet se trouvait à moins de 100 mètres de la voiture.

Les Lexus de Toyota ont été les premières voitures équipées de détecteur au laser dans le marché nord-américain. En 2001, Lexus introduisait ainsi leur « DLCC » (Dynamic Laser Cruise Control[1]) qui fut offert d'abord sur la LS 430 et sur la série RX. L'utilisation du radar est apparu sur les modèles IS, ES, GS et LS.

D'autres constructeurs ont suivi, dont Volkswagen qui utilise un appareil d’Autocruise. En 2006, Mercedes-Benz a raffiné son système « Distronic » pour aller jusqu'à un arrêt complet en cas d'urgence. Celui-ci est installé dans sa luxueuse série S. Bosch a fait de même pour son appareil dans la Audi Q7.

Exemples de véhicules avec l'ACC (Adaptive cruise control)[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Richard Bishop Consulting, « Finally! Adaptive Cruise Control Arrives in the USA », ivsource.net,‎ (consulté le 19 novembre 2008)