Qwant

Cette page est concernée par la règle R3R
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Qwant
Logo de Qwant
Logo de Qwant.

Image illustrative de l’article Qwant

Adresse qwant.com
Slogan « Qwant, le moteur de recherche qui ne sait rien sur vous et ça change tout ! »
Commercial  Oui
Type de site Moteur de recherche
Langue Multilingue
Inscription  Non
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Propriétaire Jean-Manuel Rozan, Éric Léandri, Patrick Constant, Caisse des dépôts et consignations (20 %)
Groupe Axel Springer (20 %)
Directeur de la publication Corinne Lejbowicz
Créé par Jean-Manuel Rozan
Éric Léandri
Patrick Constant
Lancement 16 février 2013
État actuel  Actif

Qwant (prononciation : /kwɑ̃t/) est un moteur de recherche français mis en ligne depuis en février 2013[1]. Qwant prétend garantir la vie privée de ses utilisateurs car il ne les trace pas à des fins publicitaires, ni ne revend de données personnelles. En outre le moteur se veut impartial dans l'affichage des résultats.

Le moteur de recherche, disponible en application sur iOS et Android[2],[3], peut également être installé comme extension de navigation sur les navigateurs Web.

Historique[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Qwant est fondé le [4] à Nice par l'investisseur Jean-Manuel Rozan, par Patrick Constant via sa société Pertimm (qui a développé d'autres moteurs de recherche pour la grande distribution et autres services commerciaux) et par Éric Léandri[5],[6]. Le nom Qwant est, selon ses créateurs, la combinaison de la lettre Q du mot Quantités, qui évoque la masse de données que le robot d'indexation parcourt quotidiennement — cela pourrait aussi être le Q de Quantique[7] — et du mot anglais want, qui signifie « vouloir », ou wanted qui signifie « recherché »[8].

Le méta-moteur de recherche est lancé en version bêta dans 15 pays et en 35 langues le [9],[10],[11], puis en version finale le dans sa localisation française après un an et demi de recherche et développement[12].

Développement[modifier | modifier le code]

Dès 2013, les créateurs de Qwant reconnaissent et minimisent l'utilisation des interfaces de programmation de Bing dans un premier temps avant de basculer sur leur propre indexation complétée par d'autres sources, bascule qu'ils annoncent commencer dès de façon progressive, sans personnel ni technologie. Ils annoncent utiliser leur propre moteur pour la partie « sociale » du moteur au profit de son propre système[13],[14], mais là encore, sans index et algorithmes maisons, ils utilisent des APIs externes.

Dès lors, de 2013 (et jusqu'en début 2019), il peut être considéré que Qwant repose sur Bing à 100% sur les recherches Web et Images, dans la mesure où nous pouvons voir un premier passage de leur bot Qwantify qu'à partir de fin 2014[15] : ils fournissaient des résultats reposant à 100% sur une API de Bing, dans la mesure où ils n'avaient alors ni crawler ni indexeur, sans dire cette dépendance à l'API de Bing, comme imposé par les CGUs de l'API.

Le groupe d'édition allemand Axel Springer entre au capital en à hauteur de 20 %[16], pour initier le développement d'un robot d'indexation spécialisé dans le domaine des actualités ("News") en langue française afin d'essayer de concurrencer Google News.

Le , Qwant dévoile la seconde version de son moteur de recherche (dont l'interface graphique a été modifiée)[17] et est mis sous le feu des projecteurs par le ministre de l'économie Emmanuel Macron, qualifiant Qwant de « Google français en marche »[18]. En , la Banque européenne d'investissement annonce un investissement sous forme de prêt de 25 millions d'euros sur 5 ans dans la société afin d'étendre son offre en Europe [19]. En , le site revendique 21 millions de visites avec 50 % des visites venant de requêtes de France et 30 % d'Allemagne[20]

Le , Qwant annonce la signature d’un partenariat mondial avec la Mozilla Foundation. De ce partenariat résulte une nouvelle version du navigateur web Firefox, spécialement optimisée pour l’utilisation de Qwant. Outre cette version, une application mobile est également disponible depuis le [21]. À cette occasion, Qwant a déclaré vouloir atteindre « 5 % à 8 % de parts de marché sur le continent à l’horizon de 2018-2019 » et « réaliser 2,5 millions d’euros de chiffre d’affaires » en 2016[21].

En , Qwant se dote d'une application pour smartphones Android et iOS. L'application Qwant est depuis cette date basée sur un fork de Mozilla Firefox, entièrement open source[réf. nécessaire].

En , Qwant annonce avoir levé 18,5 millions d'euros, dont 15 millions de la Caisse des dépôts et consignations qui entre au capital à hauteur de 20 %, le reste venant du groupe Axel Springer afin de se maintenir au capital[22].

Au mois de 2017, selon La Lettre A, la banque d'investissement Bpifrance aurait refusé de participer à la levée de fonds en raison de doutes relatifs aux technologies utilisées par Qwant, en particulier l'usage de technologies fournies par Microsoft et de serveurs chez Huawei[23]. Éric Léandri confirma l'utilisation de résultats provenant du moteur de recherche de Microsoft, Bing, aux fins de compléter les résultats générés par l'algorithme de Qwant, ainsi que l'usage de la régie publicitaire de Bing[24] ; il conteste néanmoins que Bpifrance ait eu accès aux documents internes de Qwant[réf. nécessaire], alors même que Bpifrance a eu financé plusieurs projets et donc eu accès à certains de ces documents internes, au point d'en faire un évènement [25].

Cependant, en 2019, un audit de la DINUM, révélé par Le Media, aboutira à expliciter la dépendance envers Bing, et même chercher à la mesurer : il s'agirait de 60% de réponses fournies par Bing, sans toutefois arriver à déterminer avec certitude si tout ne viendrait pas des caches internes de Qwant - alimentés par Bing[26].

En , Qwant annonce se doter de supercalculateurs de marque Nvidia destinés à l'apprentissage profond afin d'affiner ses résultats de recherche et de louer ses calculateurs à des startups ayant besoin de faire appel à ces technologies[27].

En , une version adaptée au contexte culturel et médiatique suisse est lancée et est disponible dans trois des quatre langues nationales[28] : allemand, français et italien. Par ailleurs, Qwant annonce qu'il sera intégré comme moteur de recherche par défaut dans le smartphone Fairphone 2 grâce à la signature d'un partenariat avec Fairphone[29].


  • Pays où Qwant est disponible
  • Pays où Qwant n'est pas disponible

Le , Qwant rachète Xilopix, société basée en Lorraine et éditrice du moteur de recherche Xaphir, qui était en proie à des difficultés financières[30]. Dans le même temps, Qwant signe un partenariat avec l'Inria pour les recherches autour des technologies de recherche sur Internet respectant la vie privée[30].

Le , Qwant signe un partenariat avec Fleksy qui intègre le moteur de recherche dans le clavier virtuel Fleksy[31].

En , Qwant annonce son arrivée en Chine d'ici l'été 2018, en partenariat avec les autorités et entreprises locales afin de l'adapter aux spécificités locales[32].

En , Qwant Junior est transcrit en application pour Android et iOS[33].

En , Qwant devient partenaire officiel du rallye automobile le Tour de Corse et annonce une première mondiale, en partenariat avec la chaîne L'Équipe qui est le diffuseur du Championnat du monde des rallyes en France, la diffusion en direct des spéciales sur sa page d'accueil[34].

Le , une nouvelle version de Qwant plus épurée est dévoilée, la version quatre ; le logo de Qwant change lui aussi à l'occasion de cette nouvelle version[35].

Le , un partenariat entre Qwant et Lexibook est annoncé : il consiste à offrir les produits Qwant (notamment Qwant Junior) sur les tablettes LexiTab[36].

Le , Qwant devient le moteur de recherche par défaut du navigateur Brave en France et en Allemagne[37].

Le , Qwant devient le moteur de recherche par défaut sur tous les ordinateurs du ministère français des Armées[38].

Le , la société d'aéronautique Safran standardise l'utilisation de Qwant comme moteur de recherche au sein de l'entreprise[39].

Le , un partenariat entre Qwant et Wiko est annoncé. Wiko lance une nouvelle version de son View 2 Pro mais avec Qwant comme moteur de recherche[40]. Ce smartphone devient le premier téléphone Android à ne pas utiliser Google comme moteur de recherche[41]. Cela a été rendu possible notamment grâce à la décision de Margrethe Vestager d'infliger une amende de 4,34 milliards d'euros à Google pour abus de position dominante sur son système Android en [42].

Le , le Centre national d'études spatiales (CNES) a décidé d'utiliser Qwant comme moteur de recherche par défaut pour l’ensemble des collaborateurs de ses quatre centres d’excellence dont notamment le site de lancement de l'actuelle Ariane 5 et de la future Ariane 6 ; le Centre spatial guyanais, port spatial de l'Europe[43].

Le , Qwant annonce un partenariat avec le comparateur de voyage Easyvoyage. Ce partenariat consiste à proposer des résultats pour la recherche de vols et d'hôtels[44].

En , Qwant annonce migrer ses serveurs sur une infrastructure basée sur Microsoft Azure. Qwant conservera une partie de sa capacité d'indexation sur sa propre infrastructure afin de ne pas être trop dépendant du même fournisseur[45].

Le , Qwant est audité par la Direction interministérielle du numérique pour établir sa part de dépendance à Bing de Microsoft qui est évaluée à 64 % pour le web[46].

En , Jean-Claude Ghinozzi[47] devient le président de la société en remplacement d'Éric Léandri.

L'administration française annonce faire de Qwant son moteur de recherche par défaut dans tous ses postes informatiques d'ici le [48].

Huawei préinstalle Qwant comme moteur de recherche par défaut sur ses P40 pour la France, l'Allemagne et l'Italie[49],[50] en réponse à l'embargo imposé par les États-unis. En mai 2021, le président de la société demande à ses actionnaires l'autorisation d'emprunter huit millions d'euros à Huawei[51].

Le , Samsung Internet annonce un partenariat mondial avec Qwant cherchant à déployer mondialement le moteur de recherche[52].

Fin , une restructuration se dessine au sein de Qwant. La fermeture des bureaux d'Épinal et d'Ajaccio est annoncée dans la presse pour répondre à une exigence de la part des actionnaires principaux, la Caisse des dépôts et consignations et Axel Springer[53].

En 2020, le chiffre d'affaires net de Qwant augmente de 28 % à 7,5 millions d'euros[54]. Les pertes (13 millions d'euros contre 23,5 millions d'euros en 2019) ont également été réduites et presque divisées par deux mais restent largement supérieures au chiffre d'affaires, l'entreprise est en effet toujours déficitaire[55],[56].

Nouvelle direction[modifier | modifier le code]

En 2021, Raphaël Auphan (directeur général) et Corinne Lejbowicz (présidente), prennent la direction de Qwant. La nouvelle direction cesse de rêver de détrôner Google et ambitionne « plutôt de construire pas à pas un véritable écosystème de navigation privée et sécurisée sur Internet ». Selon les nouveaux dirigeants, l'ancien Qwant brillait par son opacité : l'entreprise entretenait le flou sur son utilisation réelle, minimisait son recours à Bing - le moteur de recherche de Microsoft - et était divisée en une dizaine de structures juridiques, ce qui permettait, d'après la nouvelle direction, de dissimuler l'ampleur des pertes[57].

En septembre 2021, Qwant devient disponible dans l'ensemble des pays européens et dans le top 5 des moteurs de recherche désormais disponibles sur les téléphones Android. En effet, la commission Européenne acte le "choice screen" sur les téléphones équipes d'Android en juin 2021[58], et Qwant a fortement contribué au passage de cette résolution.

Le 25 novembre 2021, Qwant annonce publiquement sa contribution et son soutien à l'élaboration du "Manifeste des startups françaises" par l'association France Digitale, destiné à faire du numérique un sujet de débat public incontournable durant la compagne présidentielle française de 2022.[réf. nécessaire]

Début 2022, un nouveau comité exécutif compose la direction de Qwant : Laurent Ach, CTO, Flore Blanchard-Dignac, CMO et Amélie Mathieu, CFO[59],[60].

En juin 2022, Qwant lance une extension de navigation, Qwant VIPrivacy, qui bloque les cookies et les traqueurs sur les sites internet visités. Le site déploie une nouvelle identité graphique par la même occasion[61],[62].

Évolution des services[modifier | modifier le code]

En , Qwant annonce la sortie en version bêta de son moteur de recherche pour le jeune public, Qwant Junior, ciblant alors les 3 à 12 ans, et son lancement expérimental dans plusieurs écoles françaises au mois de , en partenariat avec l'Éducation nationale[63],[64]. Le , Qwant Junior est lancé en version définitive[64].

Le , Qwant présente une version Lite de son moteur de recherche. Elle se destine aux anciens navigateurs, aux terminaux vieillissants et aux connexions Internet de faible débit. Cette déclinaison du moteur de recherche présente une page plus épurée. Elle n’utilise ni JavaScript, ni CSS3, technologies jugées trop consommatrices de ressources[65].

Le est lancée la version bêta du service Qwant Music, permettant de rechercher des artistes, des albums et des titres[66]. En , Qwant Music est détaché sous forme d'une filiale dont le siège est à Ajaccio en Corse[67].

De nouveaux services ont été annoncés en 2016 : Qwant Maps et Qwant Earth, initialement pour l'automne 2016[68], qui proposeront de la recherche d'itinéraires sans pistage.

En mars 2018, Qwant Junior est transcrit en application pour Android et iOS[réf. nécessaire].

Au Salon VivaTech de , Qwant annonce le développement d'un moteur de recherche destiné à l'internet des objets, en partenariat avec Kuzzle (Qwant loT)[69], et également le développement d'outils qui permettront de protéger les données médicales privées, QwantMed[70].

Le , la version finale de Qwant Music est lancée[71]. Un partenariat est signé avec le service de streaming et de téléchargement de musique Qobuz, permettant, en France, l'écoute en ligne intégrale en qualité CD des titres proposés par le moteur de recherche[72].

Fin , Qwant crée un moteur de recherche destiné aux élus et aux agents territoriaux nommé Elunum. Ce moteur est réalisé en coopération avec Villes Internet[73].

Le , Qwant publie Qwant Maps en version alpha[74].

Lors du MWC à Barcelone du au , Qwant dévoile Qwant Causes. Le principe est le même que Lilo et Ecosia, c'est un moteur de recherche qui permet de financer un projet tout en effectuant des recherches respectant la vie privée des utilisateurs[réf. nécessaire].

Qwant Causes est lancé le en partenariat avec HelloAsso qui assure le versement des dons[75].

Le , Qwant Maps sort en version bêta. Par la même occasion le service Masq by Qwant sort lui en version alpha[76].

Le , le moteur de recherche solidaire Qwant Causes est fermé car « son usage reste insuffisant à l’égard des enjeux sociétaux et associatifs adressés »[réf. nécessaire].

Le le service Masq by Qwant est à son tour fermé[réf. nécessaire].

Fin 2020, Qwant recentre ses services autour de son moteur de recherche et de sa carte en ligne Qwant Maps. La première version du service de cartographie est annoncée pour le printemps 2021[77]. Qwant ferme par ailleurs ses services dans plusieurs pays mais reste disponible dans plus de 30 pays à travers le monde[78].

Juin 2022, Qwant lance Qwant VIPrivacy, une extension de navigation permettant de bloquer automatiquement les traqueurs et les cookies lors de la navigation[79]. Qwant lance également le premier service de traduction respectueux de la vie privée sur son moteur de recherche, en partenariat avec DeepL. Il est possible de traduire 28 langues depuis la page de recherche de Qwant[80].

Logotype[modifier | modifier le code]

Versions[modifier | modifier le code]

La version 4 mise en ligne en pour les 5 ans de Qwant supprime la présentation en colonnes au profit d'une présentation en ligne; les différents types de recherche actualité/social restent accessibles par un menu latéral[81].

Le , Qwant annonce sur Twitter l'arrivée d'un nouveau design afin de « simplifier l'expérience et apporter de nouvelles expériences »[82].

En une nouvelle version est mise en ligne afin de rajeunir l'interface et la rendre plus accessible sur téléphone[83].

En , Qwant dévoile une nouvelle identité dans le but d'interpeller de nouvelles audiences sur l'importance de la protection des données personnelles[62].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Qwant propose lors d'une même recherche plusieurs types de résultats : sites web classiques, sites marchands, sites d'actualités[84] non basée sur des informations liées au profil de l'utilisateur. Le but de Qwant est de proposer « une nouvelle vision du web »[12]. Par ailleurs, un des objectifs principaux de Qwant est le respect de la vie privée de ses utilisateurs, en particulier l'absence de traçage de ses utilisateurs[85],[86].

À ses débuts sur Internet, le moteur de recherche Qwant s'appuyait sur Bing pour pouvoir fournir des résultats plus pertinents. En 2016, Qwant affirme utiliser de plus en plus ses propres résultats issus de ses propres robots d'exploration. Il est à ce jour toujours au statut de moteur hybride[87]. En 2020, Qwant revendique avoir dépassé la barre des 50 % de résultats indépendants pour les recherches web, et 70 % pour l'ensemble des recherches[88].

Une partie du modèle économique de Qwant se repose au coût par clic via de la publicité contextuelle, et dispose de partenariats avec des entreprises telles que TripAdvisor, PagesJaunes[89] ou encore DeepL[90], permettant d'enrichir les résultats (par exemple DeepL fournissant un service de traduction directement sur le page des résultats de Qwant[90] ou encore TripAdvisor qui permet d'afficher les avis sur Qwant Maps).

Pour enrichir les résultats proposés, Qwant s'appuie aussi sur des interfaces de programmation fournies par des sociétés tierces, ainsi sont utilisés ceux Facebook, Twitter ou encore YouTube[87].

L'extension du moteur de recherche pour le navigateur Mozilla Firefox fait partie de la liste des logiciels libres préconisés par l'État français dans le cadre de la modernisation globale de ses systèmes d'information, où l'on mentionne qu'il est publié sous licence MIT/X11, toutefois, le moteur en lui-même n'est pas open source.[réf. nécessaire]

Controverses[modifier | modifier le code]

Qwant est à l'origine un métamoteur qui se présente comme un moteur de recherche. Deux audits de la Direction interministérielle du numérique (Dinum) de juillet et septembre 2019 révèlent que l'index de Qwant existe bien, mais qu'il n'est pas relié directement aux requêtes des internautes, révèle LeMediaTV[91].

Avec des résultats datés, l'annexe technique du premier audit note des incohérences dans la gestion du cache et ne peut exclure des situations où toutes les donnés en cache puissent provenir de l'API de Bing et non des robots internes de Qwant, d'autant que l'équipe ne sait pas répondre précisément aux questions concernant l'enchaînement exact des traitements et ne sait pas quantifier son niveau d'utilisation réelle de Bing[92].

Selon son cofondateur Éric Léandri, Qwant ne veut toutefois pas concurrencer Google, mais tout simplement « montrer quelque chose de différent[93] ».

À son lancement en février 2013, Qwant ne se positionne pas sur la vie privée, comme le démontre La Lettre A[94] Cela serait parce que la porte du capital-risque étasunien ne peut être ouverte pour risque d'un inévitable et redouté audit technique, conjointement à l'éclatement de l'affaire Snowden, en juin 2013 qui met en lumière la surveillance générale d'Internet, qui offre une stratégie de sortie à Qwant.

Après un lancement critiqué, à cause de ses résultats très proches de ceux de Bing et de Wikipédia[95],[96], une nouvelle version du moteur est publiée, en [18], qui repose toujours sur l'API de Bing, toujours sans l'afficher clairement comme le requiert les CGU de l'API Bing[97].

Durant l'été 2016, en préparation d'un audit mené par la Caisse des dépôts et consignations en vue d'une entrée dans le capital de Qwant, une modification de code visant à minorer l'usage de l'API de Bing a eu lieu à quelques jours de l'audit[94].

NextInpact révèle en septembre 2019 que le PDG Éric Léandri a menacé les salariés de Qwant fin 2016[98].

En , après une levée de fonds avec la participation de la Caisse des dépôts et consignations (et après le refus de financement par Bpifrance[99] à cause de cette forte dépendance envers l'API de Bing), de nouveaux articles de presse évoquent l'usage par Qwant de plusieurs technologies, algorithmes et régie publicitaire, fournies par l'entreprise Microsoft[23],[24].

À ses débuts, la ressemblance de son premier logo avec celui de Google a aussi été pointée[100]. Quelques jours après son lancement en , il a été accusé par les concepteurs du moteur de recherche canadien GooL.li, lancé en 2012, d'avoir plagié son interface[101]. Mohamed Kahlain, cofondateur de GooL.li, annonce ne pas vouloir poursuivre Qwant et affirme qu'il n'était pas au courant du changement d'interface de ce dernier[101].

En , Qwant, via l'Open Internet Project dont il est membre, accuse Google de pratiques anticoncurrentielles et dépose une plainte devant la Commission européenne à Bruxelles[102].

La liste des actionnaires, regroupées dans une holding Angels 2, dont le président à vie est Éric Léandri, il est possible d'y retrouver Philippe Douste-Blazy, Thierry Gaubert, Franck Ullmann-Hamon ou encore Claude Berda, entre autres investisseurs du monde du conseil et de la finance à travers le monde[103].

Depuis mi-2016, la société a commencé à envoyer des données à Microsoft Bing Ads, sans le consentement éclairé de ses utilisateurs. Elle ne l'a annoncé à ses utilisateurs qu'à partir de mi-2021[104].

En juillet 2019, La Lettre A révèle que Qwant a été interpellé par la Caisse des dépôts et Consignations sur les vingt plus hauts salaires de Qwant[105], la lettre parle de salaires « manifestement indécents ».

Confidentialité[modifier | modifier le code]

Qwant n'installe pas de cookies publicitaires, ni traceurs et ne piste pas ses utilisateurs, les seul cookies présents ne sont qu'à usage fonctionnel (et non publicitaire) le premier cookie n'existe que durant la session et est supprimé immédiatement après[7],[106]. Le second (qui est de type Local Storage) permet quant à lui de pouvoir mémoriser les paramètres du moteur de recherche (il permet par exemple de retenir en mémoire le thème, le filtrage ou alors la langue)[107]. Les résultats affichés sont neutres et ne sont pas personnalisés d'après un historique de recherche (comme pour Google), Qwant n'en possédant pas, mais dépendent uniquement des tendances du moment[7].

Depuis mi-2016, Qwant envoie des données à Microsoft Bing Ads pour répondre aux requêtes[108]. Il s'agit de l'IP/24 de l'utilisateur, du User-Agent de son navigateur et des mots-clés recherchés. Pendant un temps, Qwant a nié les faits avant de l'annoncer clairement sur son site[109].

L'envoi de ces données ne correspond pas à une anonymisation mais à une pseudonymisation de celles-ci[109].

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

Recherche[modifier | modifier le code]

Avec le nouveau design sorti en 2022, l'objectif est d'interpeller les nouvelles audiences, notamment les plus jeunes, sur l'importance de la protection des données personnes. La page d'accueil dispose d'un espace de communication de la marque qui met en avant des contenus dédiés aux enjeux de la protection des données personnelles numériques. Le moteur de recherche propose une page d'accueil colorée et engageante. Le bandeau horizontal permet de retrouver la barre de recherche ainsi que d'accéder aux autres services de la marque comme Qwant Maps[61].

Un onglet "actualités" est activable pour retrouver les principales actualités dès la page d'accueil.

Sur les pages de résultats, l'affichage est composé d'une liste de réponses répondant à la requête effectuée. En fonction de cette requête, Qwant mettra en avant un encart d'accès direct à l'information, pour une informations plus claire et plus rapide. Une version Lite est toujours accessible.

Qwick[modifier | modifier le code]

Qwant permet, sur le modèle des !bang de DuckDuckGo, d'effectuer des requêtes redirigeant vers d'autres moteurs de recherche ou sites en tapant la commande correspondante appelée qwick[110], par exemple :

  • la commande « &w » ou « &wikipedia » redirige directement vers le site Wikipédia. Ainsi, par exemple, la commande « &w qwant » redirige directement vers l'article « Qwant » de Wikipédia en anglais. Pour la version francophone par exemple, il faut taper « &w.fr » ou « &wikipedia.fr » ;
  • la commande « &gi » lance la recherche sur Google Images ;
  • la commande « &gm » lance la recherche sur Google Maps ;
  • la commande « &qwick » permet d'accéder à la liste de l'ensemble des Qwick.

Services connexes et annexes[modifier | modifier le code]

Services actifs[modifier | modifier le code]

Qwant Junior[modifier | modifier le code]

Qwant Junior est un moteur de recherche destiné aux enfants de 6 à 12 ans. Ce moteur ne contient aucune publicité et filtre les résultats pour ne pas montrer les contenus violents ou pornographiques et les liens de commerce en ligne.

Qwant Music[modifier | modifier le code]

Qwant Music est un moteur de recherche d'albums et d'artistes développé en collaboration avec l'Ircam et Qobuz.

Qwant Maps[modifier | modifier le code]

Le service de cartographie Qwant Maps, basé sur OpenStreetMap, est sorti en version alpha le . Le service passe en version bêta le et sort en version finale en 2021[réf. souhaitée]. Qwant Maps ossède la plupart des fonctionnalités d'une carte en ligne classique, à savoir la recherche d'itinéraires, d'adresses, d'informations concernant un point d'intérêt, etc.

Qwant VIPrivacy[modifier | modifier le code]

Qwant VIPrivacy est l'extension de navigation de Qwant, permettant de bloquer les traqueurs et les cookies lors de la navigation sur internet. De plus, une fois installé, Qwant devient le moteur de recherche par défaut utilisé sur la navigateur. Cette fonctionnalité est incluse sur les applications mobiles.

Services fermés[modifier | modifier le code]

Masq by Qwant[modifier | modifier le code]

Masq by Qwant était un service de stockage de données personnelles développé par Qwant qui avait pour but de personnaliser le service aux utilisateurs, sans pour autant collecter de données personnelles. Ce service a fermé ses portes le car il « ne répond pas aux attentes de la plupart des utilisateurs ».

Qwant Causes[modifier | modifier le code]

Annoncé lors du Mobile World Congress 2019, Qwant Causes est un service lancé le permettant de financer un projet tout en effectuant des recherches, comme le propose déjà, par exemple, Lilo à la différence que la création d'un compte n'est pas obligatoire, ce qui s'inscrit dans sa ligne directrice de protection des données personnelles. Dans les pages de résultats d'une requête, davantage de publicités sont affichées afin de financer ces associations d'intérêt général, sans pour autant impacter le chiffre d'affaires de Qwant. Le service est lancé en partenariat avec HelloAsso, qui propose à ses associations bénéficiaires de bénéficier du service. Il est fermé le à cause « d'un usage [ndlr : jugé] insuffisant à l’égard des enjeux sociétaux et associatifs adressés. »[111],[112].

Qwant Boards[modifier | modifier le code]

Qwant Boards (ou « Carnets Qwant », également disponible sur Qwant Junior sous l'appellation « Carnets Qwant Junior ») était un service de Qwant « qui permettait de partager facilement des images, des vidéos, des sites web ou des messages ». Il a été fermé le , entraînant l'impossibilité de publier de nouveaux carnets et d'accéder aux carnets des autres utilisateurs. « Une archive de vos carnets est disponible au téléchargement jusqu’au au plus tard [...]. »[113]

Voici les explications de l'entreprise sur l'arrêt de ce service : « Nous sommes conscients que ce service pouvait vous être utile, cependant la fermeture de Qwant Boards permettra à toutes les équipes de Qwant de se concentrer encore davantage sur l’amélioration du moteur de recherche Qwant et la création de nouvelles fonctionnalités et de nouveaux services qui, nous le croyons, sauront également vous plaire. »[114].

Qwant Junior Éducation[modifier | modifier le code]

Il s'agissait d'une version de Qwant Junior sur laquelle les enseignants de l'Éducation Nationale pouvaient ouvrir une session grâce à leur adresse de messagerie académique.

Qwant School[modifier | modifier le code]

Qwant School était une version du moteur de recherche Qwant filtrée et destinée aux adolescents notamment aux collégiens. Tout comme Qwant Junior, elle ne possédait aucune publicité ou lien de commerce en ligne et possédait des filtres un peu moins restrictifs, mais ne permettant pas l'affichage de contenus violents ou pornographiques.

Popularité[modifier | modifier le code]

En , une semaine après son lancement, Qwant revendique 3,5 millions de visites mensuelles[115]. En , il a revendiqué 17,7 millions de visites mensuelles et indiqué que le trafic a doublé au cours des six mois précédents[116]. En , il revendique près de 27 millions de visites mensuelles et 37 millions au début de l'année 2017[117],[27]. Fin , Qwant revendique alors 40 millions de visites mensuelles[118].

En , Qwant prétend être le deuxième moteur de recherche le plus utilisé en France, et être entré dans le top 50 des sites web les plus visités en France et dans le top 1 000 mondialement[119]. Cette information est confirmée par le site similarweb[120], mais contredite par le site StatCounter, chiffres à l'appui : entre et , Qwant est le 5e moteur de recherche français en termes de parts de marché en France, avec 0,55 % contre 90,99 % pour Google.

En , dans une interview pour le magazine Usine nouvelle, à l'occasion du prix « Pépite de l'année », Qwant précise l'évolution de sa popularité : 2,6 milliards de requêtes en 2016, 9,7 milliards en 2017[121] et 18 milliards en 2018[122]. En 2018, cela correspondrait à 1,6 milliard de requêtes par mois.

En , près de 81 % de son trafic vient de France, suivi de l'Allemagne (5 %) et de l'Italie (2 %)[119].

Au premier semestre 2020, Qwant est le quatrième moteur de recherche le plus populaire en France, derrière Google, Bing et Yahoo, et devant Ecosia et DuckDuckGo[123].

En , 79 % de son trafic provient de France, 7 % d'Allemagne et 3 % des États-Unis[119].

En , selon SimilarWeb, 51,78 % de son trafic (38,7 millions de recherches) provient de France, 10,96 % des États-Unis, 9,23 % d'Allemagne, 2,81 % du Canada et 2,76 % d'Italie[124].

Activité, rentabilité, effectif[modifier | modifier le code]

Chiffre d'affaires, résultats et effectif : bilans publiés[127]
Années 2011[4] 2012[4] 2013[4] 2014[127] 2015[127] 2016[127] 2017[127] 2018[128] 2019[127] 2020[127] 2021[129]
Chiffre d'affaires 0 212 000 1 203 500 101 750 509 788 2 972 819 4 600 000 5 860 285 7 530 900 11 900 000
Résultat −304 000 −492 000 −1 140 118 −4 057 038 −3 743 953 −8 583 247 −13 800 000 −23 543 507 −12 773 000
Effectif moyen annuel 8 29 38 48 78 84 74 68

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mentions légales de Qwant », sur Aide Qwant
  2. « Télécharger Qwant pour iPhone/iPad (gratuit) - Clubic », sur Clubic.com (consulté le )
  3. (en) Qwant FR, « Quelles solutions pour un mail respectueux de votre vie privée ? », sur Le blog Qwant, (consulté le )
  4. a b c et d « QWANT (PARIS) Chiffre d'affaires, résultat, bilans sur SOCIETE.COM - 532867256 », sur societe.com, site internet mis à jour régulièrement (consulté le )
  5. « Qwant, un nouveau moteur de recherche français qui parcourt les réseaux sociaux », sur http://lexpansion.lexpress.fr, (consulté le ).
  6. « Qwant lance un moteur de recherche français », sur Le Figaro, (consulté le ).
  7. a b et c « Qwant, Le moteur de recherche Made in France qui ne s'intéresse pas à votre vie privée », sur http://www.lci.fr, (consulté le ).
  8. « Pourquoi le nom « Qwant » ? », sur https://help.qwant.com, (consulté le ).
  9. Jérôme Garay, « Qwant : moteur de recherche made in France », sur http://www.generation-nt.com, (consulté le ).
  10. « Qwant, le moteur de recherche à la française », sur France info, (consulté le ).
  11. Jean-Luc Goudet, « Qwant, le moteur de recherche français, est lancé », sur http://www.futura-sciences.com, (consulté le ).
  12. a et b « À propos », sur Qwant (consulté le ).
  13. Benjamin Ferran, « Le moteur français Qwant surpris à utiliser Bing », sur http://www.lefigaro.fr, (consulté le )
  14. Guillaume Champeau, « Qwant va déployer son propre moteur de recherche », sur https://www.numerama.com, (consulté le )
  15. (en) « Qwantify », sur udger.com (consulté le )
  16. « Axel Springer investit dans le moteur de recherche français Qwant », sur Les Echos, (consulté le )
  17. Sébastien Gavois, « À la découverte du nouveau moteur de recherche Qwant », sur http://www.nextinpact.com, (consulté le ).
  18. a et b Haski Pierre, « Macron fait la pub du « Google français » : vous ne connaissiez pas ? », sur Rue89, (consulté le ).
  19. « Qwant : 25 millions d'euros pour passer de moteur de recherche français à moteur de recherche européen », sur usine-digitale.fr (consulté le )
  20. a et b Yves Eudes, « Qwant, le petit moteur de recherche anonyme qui monte », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  21. a et b Zeliha Chaffin, « Le moteur de recherche français Qwant s’allie avec Mozilla », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  22. Kévin Hottot, « Qwant lève 18,5 millions d'euros, la Caisse des dépôts prend 20 % du capital », sur https://www.nextinpact.com, (consulté le ).
  23. a et b « Qwant : hiatus entre la Caisse des dépôts et Bpifrance - La Lettre A No 1767 », sur lalettrea.fr (consulté le ).
  24. a et b Marc Rees, « Les liens du moteur Qwant avec Microsoft Bing », NextInpact,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. « Les secrets de réussite de la Startup QWANT ! | Bpifrance Création », sur bpifrance-creation.fr (consulté le )
  26. « Révélations : Qwant, boulet d'État | Le Média », sur www.lemediatv.fr (consulté le )
  27. a b et c Stéphanie Mundubeltz-Gendron, « Qwant, l’anti-Google français trace sa voie… et ça paie ! », sur http://www.usine-digitale.fr, (consulté le ).
  28. Yannick Chavanne, « Alternative à Google, Qwant lance sa version suisse », sur http://www.ictjournal.ch, (consulté le ).
  29. Étienne Combier, « Le moteur de recherche Qwant intégré aux nouveaux Fairphone », sur https://www.lesechos.fr, (consulté le ).
  30. a et b Maryse Gros, « Qwant reprend Xilopix, créateur du moteur Xaphir », sur http://www.lemondeinformatique.fr, (consulté le ).
  31. « recherche avec Qwant sur Fleksy. », sur facebook.com (consulté le ).
  32. Michael Guilloux, « Coopération France-Chine dans la tech : installation de Qwant en Chine, fonds d'investissement pour l'IA », sur https://www.developpez.com, (consulté le ).
  33. Mélissa Chevreuil, « Qwant Junior se décline en application mobile », sur https://www.numerama.com, (consulté le ).
  34. Frédéric Roy, « Qwant partenaire du Tour de Corse », sur http://www.cbnews.fr, (consulté le ).
  35. « Qwant change son design - Blog Qwant », sur Blog Qwant, version archivée sur Wayback Archive,
  36. « Lexibook s'allie avec Qwant et dévoile ses nouvelles tablettes LexiTab », sur https://www.boursier.com, (consulté le ).
  37. « Brave utilisera désormais Qwant par défaut », sur https://www.clubic.com, (consulté le ).
  38. « Le ministère des armées va désormais utiliser Qwant plutôt que Google », sur https://ouest-france.fr/, (consulté le ).
  39. « Safran déploie Qwant auprès de 91 000 utilisateurs », sur https://www.lemondeinformatique.fr/, .
  40. « Les Français Wiko et Qwant s'allient pour proposer une alternative à Google sur smartphone », sur https://europe1.fr/, (consulté le )
  41. (it) « Wiko View 2 Pro Qwant è il primo smartphone Android in Europa senza il motore di ricerca di Google preinstallato », sur https://www.tuttoandroid.net/, (consulté le )
  42. « Bruxelles inflige une amende record de 4,34 milliards d’euros à Android », sur https://www.lemonde.fr/, (consulté le ).
  43. « Le CNES passe à Qwant », sur cnes (consulté le ).
  44. « Easyvoyage et Qwant s'associent dans le voyage en ligne », sur https://www.lesechos.fr/, (consulté le )
  45. « Tristant Nitot (Qwant) justifie le choix de migrer sur les serveurs Microsoft », sur https://www.nextinpact.com, (consulté le ).
  46. Qwant la dépendance à Microsoft inquiète la direction du numérique de l’État, Acteurs Publics, Émile Marzolf 12 janvier 2020,
  47. Elisa Braün, « Qwant : «La bascule de l’administration est un énorme coup de pouce» », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. Elisa Braün, « Qwant va changer de tête et s'installer dans l'administration », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. 01net, « Huawei choisit Qwant pour remplacer Google sur ses smartphones », sur 01net (consulté le )
  50. « Privé de Google, Huawei utilisera Qwant en France », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
  51. (en-US) « French search firm Qwant seeks €8M Huawei bailout loan », sur POLITICO, (consulté le )
  52. (en) Kevin Picchi, « We now support Qwant Worldwide », sur Medium, (consulté le ).
  53. « Qwant, le moteur de recherche français, s'apprête à licencier des salariés et à tailler dans ses dépenses », sur Franceinfo, (consulté le )
  54. « Le moteur de recherche Qwant vise l'équilibre pour 2021 », sur BFM BUSINESS (consulté le )
  55. « Qwant redresse la barre, mais fait toujours face à des créanciers pressants », sur La Lettre A, (consulté le )
  56. « Le moteur de recherches français Qwant espère se rapprocher de l'équilibre en 2021 », sur LEFIGARO (consulté le )
  57. Sylvain Rolland, « Qwant cesse de rêver de détrôner Google et affiche de nouvelles ambitions. », sur sur Association des alumni de Centrale-Supelec, repris de La Tribune [1],
  58. (en-US) « SCIENCX », sur “SCIENCX“ (consulté le )
  59. « Amélie Mathieu, chief financial officer de Qwant », sur Stratégies, (consulté le )
  60. « Flore Blanchard-Dignac devient CMO de Qwant | Offremedia », sur www.offremedia.com (consulté le )
  61. a et b Alexandre Schmid, « Le moteur Qwant fait peau neuve et lance VIPrivacy contre le tracking publicitaire », sur Clubic.com, (consulté le )
  62. a et b « Qwant et Belle ne veulent rien savoir de vous », sur CB News (consulté le )
  63. Wassinia Zirar, « Qwant Junior, le moteur de recherche français sécurisé choisi par l'Education nationale », sur http://www.usine-digitale.fr, (consulté le ).
  64. a et b Clémence Jost, « Lancement de Qwant Junior, un moteur de recherche français sécurisé pour vos enfants », sur http://www.archimag.com, (consulté le ).
  65. Anne Confolant, « Moteur de recherche : Qwant Lite à la conquête des anciens navigateurs Web », sur Itespresso, (consulté le ).
  66. Maxime Grimbert, « Qwant Music : le moteur de recherche musical à surveiller de près », sur http://www.archimag.com, (consulté le ).
  67. Emmanuel Delsol, « Qwant, le Google français qui se lance dans la musique », sur http://www.lejdd.fr, (consulté le ).
  68. « Qwant, le moteur de recherche français qui veut faire trembler Google », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  69. Anthony Rey, « IoT : le Montpelliérain Kuzzle s'allie à Qwant », sur https://objectif-languedoc-roussillon.latribune.fr, (consulté le )
  70. « Compte Twitter Qwant_FR », sur https://twitter.com, (consulté le )
  71. « Qwant Music on stage », CB NEWS,‎ (lire en ligne, consulté le )
  72. « Qwant Music », sur qwant.com
  73. « VILLES INTERNET ET QWANT S’ASSOCIENT POUR CRÉER #ELUNUM, LE PREMIER MOTEUR DE RECHERCHE DÉDIÉ À L’ACTION PUBLIQUE », sur http://www.agglotv.com, (consulté le ).
  74. « Qwant Maps est disponible en version alpha », sur https://www.nextinpact.com, (consulté le )
  75. « Qwant lance Causes pour soutenir des associations », sur https://www.nextinpact.com/, (consulté le )
  76. « Qwant Maps en bêta avec personnalisation sans collecte de données », sur https://www.lesnumeriques.com/, (consulté le )
  77. « Qwant se « recentre sur le cœur du réacteur, le moteur de recherche », explique son PDG », sur https://www.20minutes.fr/ (consulté le )
  78. « Qwant ferme l’accès à son moteur de recherche dans certains pays », sur https://www.numerama.com/ (consulté le )
  79. « Le moteur Qwant fait peau neuve et lance VIPrivacy contre les cookies publicitaires », sur Génération-NT (consulté le )
  80. Hugo Bernard, « Qwant ajoute la traduction sur son moteur de recherche grâce à DeepL », sur Rotek, (consulté le )
  81. « Qwant nouvelle version est en ligne », sur Génération-NT (consulté le ).
  82. Qwant, « Surprise : notre design évolue et la première brique est posée aujourd'hui. Cette évolution fait suite à une étude réalisée sur notre interface, le but est de simplifier l'expérience et d'implémenter progressivement de nouvelles expériences. Déjà hâte de vous montrer la suite! », sur @Qwant_FR, 2019t09:48 (consulté le )
  83. « Qwant : le moteur de recherche revisite son design et met le cap sur le mobile (Interview) », sur Clubic (consulté le ).
  84. « Qwant : le nouveau moteur de recherche made in France fait de bons débuts », sur Atlantico, (consulté le ).
  85. « Le français Qwant propose une alternative à Google », La croix, (consulté le ).
  86. « Qwant », sur Qwant (consulté le ).
  87. a et b « Modalités de référencement, déréférencement et de classement - About Qwant », sur About Qwant (consulté le )
  88. Le Figaro et AFP, « Le nouveau président de Qwant juge «prioritaire» l'indépendance vis-à-vis à Microsoft »
  89. « Qwant Maps », sur About Qwant (consulté le )
  90. a et b « Communiqué de presse - Qwant lance le premier service de traduction respectueux de la vie privée, en partenariat avec DeepL » [PDF], sur Espace Presse Qwant,
  91. l'enquête officielle publiée par LeMediaTV
  92. Jean-Marc Manach, « Six ans après son lancement, Qwant n’était qu’un « prototype » selon la DINUM », sur www.nextinpact.com, (consulté le )
  93. Sophie Imbach, « Qwant va-t-il concurrencer Google ? », sur Kaliop, (consulté le ).
  94. a et b « Datas, procès et paradis fiscaux : le délicat droit d'inventaire de Qwant - 20/07/2020 » Accès payant, sur La Lettre A, (consulté le )
  95. « Polémique sur Qwant, le nouveau moteur de recherche français « révolutionnaire » », sur La Tribune (consulté le ).
  96. Guillaume Champeau, « Qwant n'est pas un moteur de recherche, mais une interface - Sciences - Numerama », sur Numerama (consulté le ).
  97. (en) aahill, « Use and display requirements for the Bing Search APIs - Azure Cognitive Services », sur docs.microsoft.com (consulté le ).
  98. « [Màj] Qwant : en finir avec l'omerta », sur www.nextinpact.com, (consulté le )
  99. « Les liens du moteur Qwant avec Microsoft Bing ».
  100. Jean-Augustin Beugré, « Qwant, le nouveau moteur de recherche français à l’assaut de Google, Bing et Yahoo ?! », sur http://www.lejournaldunumerique.com, (consulté le ).
  101. a et b Wassinia Zirar, « Qwant dément avoir plagié le canadien GooL.li », sur http://www.usine-digitale.fr, (consulté le ).
  102. Elsa Trujillo, « Qwant et ses alliés européens déposent une nouvelle plainte contre Google à Bruxelles », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le ).
  103. Brice Le Borgne, « Qwant: les parts d’ombre d’un moteur de recherche stratégique », sur Mediapart (consulté le ).
  104. « Politique de Confidentialité - About Qwant - About Qwant », sur web.archive.org, (consulté le ).
  105. « Qwant interpellé sur ses hauts salaires par la Caisse des dépôts - 01/07/2019 » Accès payant, sur La Lettre A, (consulté le ).
  106. (de) « Suchmaschine Qwant verspricht Datenschutz », sur https://www.handelsblatt.com, (consulté le ).
  107. « Comment Qwant garantie ma sécurité ? », sur Qwant Help Center (consulté le )
  108. « Enquête : le moteur Qwant offre-t-il la vie privée de ses utilisateurs à Microsoft ? (par Le Virus Informatique) » Accès libre, sur ACBM, (consulté le )
  109. a et b « Politique de Confidentialité - About Qwant », sur About Qwant (consulté le )
  110. « Boostez votre recherche avec Qwick, la nouvelle fonctionnalité de Qwant », sur https://www.qwant.com (consulté le ).
  111. Valentin Blanchot, « Qwant Causes c’est (déjà) terminé », sur siecledigital.fr, (consulté le ).
  112. « Qwant Causes », sur Centre d'aide Qwant (consulté le )
  113. Qwant, « Boards - Centre d'aide Qwant », sur qwant.com, date de publication indiquée (bien qu'incohérente) : 24 octobre 2016 (consulté le )
  114. Qwant, « Carnets - Qwant », sur qwant.com, date de publication inconnue (consulté le )
  115. a et b Luis Ivars, « Qwant a déjà enregistré 225 millions de requêtes », sur http://www.usine-digitale.fr, (consulté le ).
  116. a et b Guénaël Pépin, « Qwant revendique 17,7 millions de visites mensuelles », sur http://www.nextinpact.com, (consulté le ).
  117. a et b Aurore Malval, « Les niçois de Qwant ont imaginé un moteur de recherche sécurisé pour les enfants », sur https://www.varmatin.com, (consulté le ).
  118. a et b « Qwant, « le seul moteur de recherche qui protège la vie privée de ses utilisateurs » - Blog du Modérateur », Blog du Modérateur,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  119. a b et c « Analyses du trafic par Similarweb », sur https://www.similarweb.com/fr, Similarweb.com, .
  120. (en) « Top Search Engine Websites in France », sur www.similarweb.com (consulté le )
  121. L'Usine Nouvelle, « Qwant, start-up de l'année, s'impose en alternative... à Google - Numerique », usinenouvelle.com/,‎ (lire en ligne, consulté le )
  122. (de) heise online, « Suchmaschine Qwant auf Expansionskurs », sur heise online (consulté le )
  123. « Infographie: Les moteurs de recherche les plus populaires en France », sur Statista Infographies (consulté le ).
  124. SimilarWeb, « Analyse de Qwant.com », sur SimilarWeb, fin février 2021 (consulté le ).
  125. (en) « qwant.com Traffic Statistics », sur SimilarWeb (consulté le ).
  126. « Rank2traffic » (consulté le )
  127. a b c d e f et g « Qwant : bilans publiés », sur verif.com (consulté le ).
  128. Benoît Berthelot, « Le moteur de recherche Qwant creuse encore ses pertes », sur capital.fr, (consulté le ).
  129. Corinne Lejbowicz et Raphaël Auphan, « Communiqué de presse Qwant » [PDF], sur about.qwant.com, (consulté le ).
  130. (en-GB) Corinne Sullivan, « Freaked Out by The Social Dilemma? You Should Make Qwant Your Default Search Engine », sur POPSUGAR Technology UK, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]