Qwant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Quant.

Qwant
Logo de Qwant
Logo de Qwant.

Adresse qwant.com
Slogan « Le moteur de recherche qui respecte votre vie privée »
Commercial Oui Oui
Type de site Moteur de recherche
Langue Multilingue
Inscription Facultative
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Propriétaire Caisse des dépôts et consignations (20 %)
Groupe Axel Springer (20 %)
Directeur de la publication Jean-Manuel Rozan
Créé par Jean-Manuel Rozan
Éric Leandri
Patrick Constant
Lancement 16 février 2013
Classement Alexa en augmentation 1 921 (Global, 05/2019)

en augmentation 60 (France, 05/2019)

État actuel Actif Actif

Qwant (prononciation : /kwɑ̃t/) est un moteur de recherche français. Lancé le en version beta, puis lancé en version définitive le , il annonce depuis son lancement ne pas tracer ses utilisateurs, ni vendre leurs données personnelles, afin de garantir leur vie privée et se veut neutre dans l'affichage des résultats.

L'extension du moteur de recherche pour le navigateur Mozilla Firefox fait partie de la liste des logiciels libres préconisés par l'État français dans le cadre de la modernisation globale de ses systèmes d’information où il est indiqué comme publiée sous licence MIT/X11[1] ; toutefois, le moteur en lui-même n'est pas open source.

Historique[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Qwant est fondé en à Nice par l'investisseur Jean-Manuel Rozan, par Patrick Constant via sa société Pertimm (qui a développé d'autres moteurs de recherche pour la grande distribution et autres services commerciaux) et par Éric Leandri[2],[3]. Le nom Qwant est, selon ses créateurs, la combinaison de la lettre Q du mot Quantités, qui évoque la masse de données que le robot d'indexation parcourt quotidiennement — cela pourrait aussi être le Q de Quantique[4] — et du mot anglais want, qui signifie « vouloir », ou wanted qui signifie « recherché »[5]. Selon Éric Léandri, Qwant se veut « la Suisse de l'Internet » en raison de son absence de traçage des utilisateurs[4].

Le moteur de recherche est officiellement lancé le en version bêta dans 15 pays et en 35 langues[6],[7],[8], puis en version définitive le dans sa version française après un an et demi de recherche et développement[9].

Le groupe d'édition allemand groupe Axel Springer entre au capital en à hauteur de 20 %, dans le but de développer la société dans le monde[10] et surtout de faire concurrence à Google News.

Depuis juin 2018, Qwant compte dans ses rangs Tristan Nitot, ancien président et créateur de la branche européenne de la fondation Mozilla[11].

Développement[modifier | modifier le code]

Dès 2013, des doutes sont jetés après qu'un blogueur a découvert des similitudes entre les résultats de Qwant et ceux de Bing (le moteur de recherche de Microsoft) ; les créateurs de Qwant reconnaissent utiliser les Interfaces de programmation de Bing dans un premier temps avant de basculer sur leur propre indexation, complétée par d'autres sources, bascule qu'ils annoncent commencer dès février 2013 de façon progressive et démentent utiliser Kurrently pour la partie « sociale » du moteur au profit de son propre système[12],[13].

Le , Qwant dévoile la seconde version de son moteur de recherche (dont l'interface graphique a été modifiée)[14] et est mis sous le feu des projecteurs par le ministre de l'économie Emmanuel Macron, qualifiant Qwant de « Google français en marche »[15]. En , la Banque européenne d'investissement annonce un investissement de 25 millions d'euros dans la société afin d'étendre son offre en Europe[16]. En , le site revendique 21 millions de visites avec 50 % des visites venant de requêtes de France et 30 % d'Allemagne[17].

Le , Qwant annonce la signature d’un partenariat mondial avec le géant américain Mozilla Foundation. De ce partenariat résulte une nouvelle version du navigateur Firefox, spécialement optimisée pour l’utilisation de Qwant. Outre cette version, une application mobile est également disponible depuis le [18]. À cette occasion, Qwant a déclaré vouloir atteindre « 5 % à 8 % de parts de marché sur le continent à l’horizon de 2018-2019 » et « réaliser 2,5 millions d’euros de chiffre d’affaires » en 2016[18].

En , Qwant se dote d'une application pour Smartphones Android et iOS qui intègre le navigateur Liberty permettant, à l'instar du moteur de recherche, de naviguer sur Internet sans être pisté et qui stocke, en local, les informations enregistrées[19]. Ce partenariat est arrêté un an plus tard, à la suite de la découverte de mouchards dans l'application. L'application Qwant est depuis cette date basée sur un fork de Mozilla Firefox, entièrement open source contrairement à Liberty[20].

En , Qwant annonce avoir levé 18,5 millions d'euros, dont 15 millions de la Caisse des dépôts et consignations qui entre au capital à hauteur de 20 %, le reste venant du groupe Axel Springer afin de se maintenir au capital[21]. Qwant annonce aussi vouloir investir 300 millions d'euros en marketing dans les cinq années à venir afin de se faire connaître auprès du grand public[21].

Au mois de , selon La Lettre A, la banque d'investissement Bpifrance aurait refusé de participer à la levée de fonds en raison de doutes relatifs aux technologies utilisées par Qwant, en particulier l'usage de technologies fournies par Microsoft et de serveurs chez Huawei[22]. Eric Léandri confirma l'utilisation de résultats provenant du moteur de recherche de Microsoft, Bing, aux fins de compléter les résultats générés par l'algorithme de Qwant, ainsi que l'usage de la régie publicitaire de Bing[23] ; il conteste néanmoins que Bpifrance ait eu accès aux documents internes de Qwant.

En , Qwant annonce se doter de supercalculateurs de marque Nvidia destinés à l'apprentissage profond afin d'affiner ses résultats de recherche et de louer ses calculateurs à des startups ayant besoin de faire appel à ces technologies[24].

En , une version adaptée au contexte culturel et médiatique suisse est lancée et est disponible dans trois des quatre langues nationales[25] : allemand, français et italien. Par ailleurs, Qwant annonce qu'il sera intégré comme moteur de recherche par défaut dans le smartphone Fairphone 2 grâce à la signature d'un partenariat avec Fairphone[26].

Pays où Qwant est disponible.

Le , Qwant rachète Xilopix, société basée en Lorraine et éditrice du moteur de recherche Xaphir, qui était en proie à des difficultés financières[27]. Dans le même temps, Qwant signe un partenariat avec l'Inria pour les recherches autour des technologies de recherche sur Internet respectant la vie privée[27].

Le , Qwant signe un partenariat avec Fleksy qui intègre le moteur de recherche dans le clavier virtuel Fleksy[28].

En , Qwant annonce son arrivée en Chine d'ici l'été 2018, en partenariat avec les autorités et entreprises locales afin de l'adapter aux spécificités locales[29].

En , Qwant Junior est transcrit en application pour Android et iOS[30]. Le , Qwant est victime de sa plus grande panne, due à la combinaison de plusieurs facteurs : hausse constante du trafic (liée en partie au lancement de l'application Qwant Junior), infrastructure (construite en interne) ne pouvant suivre la demande et « effet Cambridge Analytica »[31].

En également, Qwant devient partenaire officiel du rallye automobile le Tour de Corse et annonce une première mondiale, en partenariat avec la chaîne L'Équipe qui est le diffuseur du Championnat du monde des rallyes en France, la diffusion en direct des spéciales sur sa page d'accueil[32].

Régions ayant choisi Qwant comme moteur de recherche.

Le , une nouvelle version de Qwant plus épurée est dévoilée, la version quatre ; le logo de Qwant change lui aussi à l'occasion de cette nouvelle version.

Le , un partenariat entre Qwant et Lexibook est annoncé : il consiste à offrir les produits Qwant (notamment Qwant Junior) sur les tablettes LexiTab[33].

Le , Qwant devient le moteur de recherche par défaut du navigateur Brave en France et en Allemagne[34].

Le , Qwant devient le moteur de recherche par défaut sur tous les ordinateurs du ministère français des Armées[35].

Le la société d'aéronautique Safran standardise l'utilisation de Qwant comme moteur de recherche au sein de l'entreprise[réf. souhaitée].

Le un partenariat entre Qwant et Wiko est annoncé. Wiko lance une nouvelle version de son View 2 Pro mais avec Qwant comme moteur de recherche[36]. Ce smartphone devient le premier téléphone Android à ne pas utiliser Google comme moteur de recherche[37]. Cela a été rendu possible notamment grâce à la décision de Margrethe Vestager d'infliger une amende de 4,34 milliards d'euros à Google pour abus de position dominante sur son système Android en juillet 2018[38].

Le 08 avril 2019, le Centre National d’Études Spatiales (CNES) a décidé d'utiliser Qwant comme moteur de recherche par défaut pour l’ensemble des collaborateurs de ses 4 centres d’excellence dont notamment le site de lancement de l'actuelle Ariane 5 et de la future Ariane 6 ; le Centre Spatial Guyanais, port spatial de l'Europe[39].

Le Qwant annonce un partenariat avec le comparateur de voyage Easyvoyage. Ce partenariat consiste dans un premier temps fin mai à proposer des résultats pour la recherche de vols. Puis dans un second temps au début de l'été sera proposé des résultats du comparateur pour les vols et les hotels [40].

En , Qwant annonce migrer ses serveurs sur une infrastructure basée sur Microsoft Azure, que son vice-président Tistant Nitot justifie par le fait de rendre Qwant « performant et de meilleure qualité alors qu’il reçoit de plus en plus de demandes » et qu'ils ont d'abord « essayé de travailler avec d'autres acteurs français et européens », mais que Azure leur permet « de faire des calculs de type FPGA[Quoi ?] et supporte aussi Kubernetes, ce qui est important pour [eux] et n'est pas encore suffisamment au point chez d’autres acteurs » ; toutefois, Qwant conservera une partie de sa capacité d'indexation sur sa propre infrastructure afin de ne pas être trop dépendant du même fournisseur[41].

Évolution des services[modifier | modifier le code]

En , Qwant annonce la sortie en version bêta de son moteur de recherche pour le jeune public, Qwant Junior, ciblant alors les 3 à 12 ans, et son lancement expérimental dans plusieurs écoles françaises au mois de , en partenariat avec l'Éducation nationale[42],[43]. Le , Qwant Junior est lancé en version définitive[43].

Le , Qwant présente une version Lite de son moteur de recherche. Elle se destine aux anciens navigateurs, aux terminaux vieillissants et aux connexions Internet de faible débit. Cette déclinaison du moteur de recherche présente une page plus épurée. Elle n’utilise ni JavaScript, ni CSS3, technologies jugées trop consommatrices de ressources[44].

Le est lancée la version bêta du service Qwant Music, permettant de rechercher des artistes, des albums et des titres[45]. En , Qwant Music est détaché sous forme d'une filiale dont le siège est à Ajaccio en Corse[46].

De nouveaux services ont été annoncés en 2016 : Qwant Maps et Qwant Earth, initialement pour l'automne 2016[47], qui proposeront de la recherche d'itinéraires sans pistage et un partenariat avec la société allemande OpenX pour intégrer un webmail dans le moteur de recherche[18].

En , Qwant devrait lancer un service de messagerie en ligne qui sera suivi au cours de l'année de Qwant Maps, annoncé deux ans auparavant, et de Qwant Pay, un service de payement en ligne[48]. Enfin, un service nommé Masq, dont la date de présentation n'a pas été communiquée, devrait permettre aux internautes de stocker leurs données personnelles liées au navigateur sur leur PC ou leur smartphone[48].

Deux autres variantes du moteur, destinées aux jeux (Qwant Games) et à la science (Qwant Science) sont annoncées en [46].

Au Salon VivaTech de , Qwant annonce le développement d'un moteur de recherche destiné à l'internet des objets, en partenariat avec Kuzzle (Qwant loT)[49], et également le développement d'outils qui permettront de protéger les données médicales privées, QwantMed[50].

Le , la version finale de Qwant Music est lancée[51]. Un partenariat est signé avec le service de streaming et de téléchargement de musique Qobuz, permettant, en France, l'écoute en ligne intégrale en qualité CD des titres proposés par le moteur de recherche[52].

Le , Qwant annonce, lors de l'inauguration de ses nouveaux locaux à Paris, que les services Qwant Pay, Qwant Mail et Qwant Maps sortiront en  ; Qwant Sport a aussi été évoqué[53].

Fin , Qwant a créé un moteur de recherche destiné aux élus et aux agents territoriaux nommé Elunum. Ce moteur a été réalisé en coopération avec Villes Internet[54].

En , Qwant confirme dans une interview[55] les raisons du report de la sortie du projet Qwant Mail prévu en septembre 2018 : des failles de sécurité. La sortie est reportée sine die. Le service Qwant Maps basé sur OpenStreetMap verra bien le jour dans les mois à venir.

Le , Qwant publie Qwant Maps en version alpha[56].

Lors du MWC à Barcelone du au , Qwant dévoile Qwant Causes. Le principe est le même que Lilo et Ecosia, c'est un moteur de recherche qui permet de financer un projet tout en effectuant des recherches respectant la vie privée des utilisateurs.

Qwant Causes est lancé le en partenariat avec HelloAsso qui assure le versement des dons[57].

Le , Qwant Maps sort en version bêta. Par la même occasion le service Masq by Qwant sort lui en version alpha[58].

Logotype[modifier | modifier le code]

Différentes versions[modifier | modifier le code]

La version 4 supprime la présentation en colonnes au profit d'une présentation en ligne; les différents types de recherche actualité/social restent accessibles par un menu latéral[59].

Caractéristiques et controverse[modifier | modifier le code]

Qwant est un moteur de recherche qui indexe lui-même les pages web[60],[61]. Ce fonctionnement est distinct de celui des métamoteurs comme DuckDuckGo, qui agrègent les résultats d'autres moteurs de recherche et sont dépendants des résultats fournis par ceux-ci.

Qwant propose lors d'une même recherche plusieurs types de résultats : sites web classiques, sites marchands, sites d'actualités ou encore réseaux sociaux[62]. Le but de Qwant est d'ailleurs d'afficher « tout le web sur une seule page Qwant » et de proposer « une nouvelle vision du web »[9]. Par ailleurs, à l'instar du moteur de recherche DuckDuckGo, un des objectifs principaux de Qwant est le respect de la vie privée de ses utilisateurs, en particulier, l'absence de traçage de ses utilisateurs[63],[64].

Selon son cofondateur Éric Léandri, Qwant ne veut toutefois pas concurrencer Google, mais tout simplement « montrer quelque chose de différent[65] ».

Après un lancement critiqué, à cause de ses résultats très proches de ceux de Bing et de Wikipédia[66],[67], une nouvelle version du moteur est publiée, en [15]. En , après une levée de fonds avec le soutien de la Caisse des dépôts et consignations (et après le refus de financement par Bpifrance[68]), de nouveaux articles de presse évoquent l'usage par Qwant de plusieurs technologies, algorithmes et régie publicitaire, fournies par l'entreprise Microsoft[22],[23].

À ses débuts sur Internet, le moteur de recherche Qwant s'appuyait sur Bing pour pouvoir fournir des résultats plus pertinents. En 2016, Qwant affirme utiliser de plus en plus ses propres résultats issus de ses propres robots d'exploration, notamment à 100 % dans la partie éducation de Qwant Junior, comme l'explique la direction de Qwant sur son blog[69]. Le Qnowledge Graph se base sur les résultats de Wikipédia (tout comme Google et son Knowledge Graph) et une mention a été rajoutée en bas du bloc pour le préciser.

À ses débuts, la ressemblance de son premier logo avec celui de Google a aussi été pointée, tout comme le manque d'originalité de la page d'accueil jugée trop proche de celle du géant américain[70]. Quelques jours après son lancement en juillet 2013, il a été accusé par les concepteurs du moteur de recherche canadien GooL.li, lancé en 2012, d'avoir plagié son interface[71]. Éric Léandri affirme alors que le moteur canadien a créé cette polémique pour « se faire de la pub » et que « [ils ont] changé [leur] interface lors du lancement de la version finale de Qwant et elle ne ressemble pas du tout à celle de GooL.li et la précédente était loin d’être la même »[71]. Mohamed Kahlain, cofondateur de GooL.li, annonce ne pas vouloir poursuivre Qwant et affirme qu'il n'était pas au courant du changement d'interface de ce dernier[71].

Qwant ne fait des bénéfices qu'au coût par clic, chaque clic rapporte entre 44 et 88 centimes d'euros ; Qwant dispose d'un partenariat avec l'entreprise allemande de marketing Internet Zanox[72]. Des partenariats avec eBay et TripAdvisor sont prévus à terme[72].

En , Qwant, via l'Open Internet Project dont il est membre, accuse Google de pratiques anticoncurrentielles et dépose une plainte devant la Commission européenne à Bruxelles[73].

L'utilisation de serveurs de l'entreprise chinoise Huawei Technologies par Qwant a été l'une des raisons du refus de Bpifrance de financer l'entreprise[22].

Confidentialité[modifier | modifier le code]

Qwant n'installe pas de cookies traceurs et ne piste pas ses utilisateurs, le seul cookie présent n'existe que durant la session et est supprimé immédiatement après[4],[74]. Les résultats affichés sont neutres et ne sont pas personnalisés d'après un historique de recherche comme pour Google, Qwant n'en possédant pas, mais dépendent uniquement des tendances du moment, en partie d'après les réseaux sociaux[4].

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

Recherche[modifier | modifier le code]

Contrairement à Google, la page d'accueil de Qwant (sauf en version Lite) n'est pas simplifiée à l'extrême, ce qui n'était pas le cas à ses débuts[70]. On retrouve sur toutes les pages un menu latéral, apparu en 2015 en remplacement de l'ancien menu horizontal en haut de page[75], permettant de choisir les résultats à afficher (Tous, Web, Actualités, Social…) et aussi d'accéder aux « Carnets », ou Boards (des agrégations de contenus sur des thématiques choisies par des utilisateurs, nécessitant de créer gratuitement un compte permettant aussi de gérer des « Notes », équivalents des favoris) et au service Musique[45].

Sur l'accueil, ce menu latéral permet d'afficher directement le type de résultat souhaité quand on lance une recherche. De plus l'accueil affiche en dessous de la barre de recherche les tendances du jour, les dernières actualités et les hashtags les plus utilisés sur les réseaux sociaux.

Sur les pages de résultats, l'affichage est composé de trois colonnes[75] :

  • Web ;
  • Actualités ;
  • Social (colonne recensant les derniers tweets en rapport avec la recherche)[76].

En haut, un bandeau permet d'accéder, via des onglets, aux fonctions suivantes : « À propos », avec notamment le Qnowledge Graph (ne s'affichant que lorsqu'il existe un article sur Wikipédia), « Images », « Vidéos » et « Shopping » (des liens d'affiliation, seuls revenus de Qwant).

Jusqu'à la refonte de 2015, les résultats d'une recherche s'organisaient à l'origine en cinq colonnes sur une même page[77] :

  • Images ;
  • Web ;
  • Actualités (précédemment nommé Live) ;
  • Qnowledge Graph ;
  • Social.

Il est possible d'affiner la recherche pour chaque colonne en tapant un autre mot-clé.

Jusqu'à la refonte du site en 2015, les résultats pouvaient être affichés selon trois formats : Classique (colonnes, par défaut), Mosaïque (des tuiles d'informations sont dispersées de façon homogène sur la page, reprenant le style de Windows 8) ou Liste (une liste des résultats comme sous Google, le Qnowledge Graph s'affichant à droite de la liste). Depuis, seul l'affichage de résultats en colonne a été maintenu, le Qnowledge Graph s'affichant en haut de la page. Cette refonte a aussi fait disparaître l'affichage en mode « médias » qui faisait que les résultats s'affichaient en mosaïque, proposant à la fois des images et des vidéos provenant de YouTube, Dailymotion et Vimeo, remplacé par la recherche via les onglets Images et Vidéos. La recherche « people », permettant de trouver des profils de personnes ou d'organismes sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, LinkedIn, Myspaceetc.)[78], a quant à elle été intégrée à la colonne de résultats Web.

Qwick[modifier | modifier le code]

Qwant permet, sur le modèle des !bang de DuckDuckGo, d'effectuer des requêtes redirigeant vers d'autres moteurs de recherche ou sites en tapant la commande correspondante appelé qwick[79], en exemple :

  • la commande « &w » ou « &wikipedia » redirige directement vers le site Wikipédia. Ainsi, par exemple, la commande « &w qwant » redirige directement vers l'article « Qwant » de Wikipédia en anglais. Pour la version francophone par exemple, il faut taper « &w.fr » ou « &wikipedia.fr » ;
  • la commande « &gi » lance la recherche sur Google Images ;
  • la commande « &qwick » permet d'accéder à la liste de l'ensemble des Qwick.

Services[modifier | modifier le code]

Qwant Junior[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Qwant Junior.

Qwant Junior est un moteur de recherche destiné aux enfants de 6 à 12 ans. Ce moteur ne contient aucune publicité et filtre les résultats pour ne pas montrer les contenus violents ou pornographiques et les liens de commerce en ligne.

Qwant Music[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Qwant Music.

Qwant Music est un moteur de recherche d'albums et d'artistes.

Qwant Maps[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Qwant Maps.

Le service de cartographie Qwant Maps, basé sur OpenStreetMap, est sorti en version alpha en novembre 2018. Il est aujourd'hui disponible en version bêta et possède la plupart des fonctionnalités d'une carte en ligne classique à savoir la recherche d'itinéraires, d'adresses, d'informations concernant un point d'intérêt etc.

Qwant Causes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Qwant Causes.

Annoncé lors du Mobile World Congress 2019, Qwant Causes est un service lancé le par Qwant permettant de financer un projet tout en effectuant des recherches comme le propose déjà Lilo. Pour pouvoir financer ces associations d'intérêt général sans pour autant impacter le chiffre d'affaires de Qwant plus de publicités seront affichées sur les pages de résultat. Le service est lancé en partenariat avec HelloAsso, qui propose à ses associations bénéficiaires de bénéficier du service.

Masq by Qwant[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Masq by Qwant.

Masq by Qwant est un service de stockage de données personnelles développé par Qwant qui a pour but de personnaliser le service aux utilisateurs tout en ne collectant pas de données personnelles.

Popularité[modifier | modifier le code]

Graphique de l'évolution du nombre de visiteurs sur Qwant.

En , une semaine après son lancement, Qwant revendique 3,5 millions de visites mensuelles[80]. En , il a revendiqué 17,7 millions de visites mensuelles et indiqué que le trafic a doublé au cours des six mois précédents[81]. En , il revendique près de 27 millions de visites mensuelles et 37 millions au début de l'année 2017[82],[24]. Fin , Qwant revendique alors 40 millions de visites mensuelles[83].

En , Qwant prétend être le deuxième moteur de recherche le plus utilisé en France, et être entré dans le top 50 des sites web les plus visités en France et dans le top 1 000 mondialement[84]. Cette information est confirmée par le site similarweb[85], mais contredite par le site StatCounter, chiffres à l'appui : entre juin 2017 et juin 2018, Qwant est le 5e moteur de recherche français en termes de parts de marché en France, avec 0,55 % contre 90,99 % pour Google.

En , dans une interview pour le magazine Usine nouvelle, à l'occasion du prix « Pépite de l'année », Qwant précise l'évolution de sa popularité : 2,6 milliards de requêtes en 2016, 9,7 milliards en 2017 [86] et 18 milliards en 2018[87]. En 2018, cela correspondrait à 1,6 milliards de requêtes par mois.

En , près de 81 % de son trafic vient de France, suivi de l'Allemagne (5 %) et de l'Italie (2 %)[84].

Données financières[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Évolution des bénéfices et du chiffre d'affaires
Années 2014 [90] 2015 [90] 2016 [90] 2017 [90] 2018[86] (estimation) 2019[86] (estimation)
Chiffre d'affaires (€) 1 204 000 101 750 509 788 2 972 800 7 500 000[source insuffisante] 30 000 000[source insuffisante]
Résultat (€) -1 140 000 -4 057 038 -3 743 953 -8 583 200

-11 200 000[source insuffisante]

Non dispo

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Socle interministériel des logiciels libres 2019 », sur https://www.mim-libre.fr (consulté le 7 juin 2019)
  2. « Qwant, un nouveau moteur de recherche français qui parcourt les réseaux sociaux », sur http://lexpansion.lexpress.fr, (consulté le 7 juillet 2016).
  3. « Qwant lance un moteur de recherche français », sur Le Figaro, (consulté le 18 février 2013).
  4. a b c et d « Qwant, Le moteur de recherche Made in France qui ne s'intéresse pas à votre vie privée », sur http://www.lci.fr, (consulté le 3 décembre 2016).
  5. « Pourquoi le nom « Qwant » ? », sur https://help.qwant.com, (consulté le 26 juin 2017).
  6. Jérôme Garay, « Qwant : moteur de recherche made in France », sur http://www.generation-nt.com, (consulté le 7 juillet 2016).
  7. « Qwant, le moteur de recherche à la française », sur France info, (consulté le 23 juillet 2015).
  8. Jean-Luc Goudet, « Qwant, le moteur de recherche français, est lancé », sur http://www.futura-sciences.com, (consulté le 21 juillet 2016).
  9. a et b « À propos », sur Qwant (consulté le 18 février 2013).
  10. Nicolas Rauline, « Axel Springer investit dans le moteur de recherche français Qwant », sur Les échos, .
  11. « Qwant recrute Tristan Nitot, ancien de Mozilla Europe - Le Monde Informatique », LeMondeInformatique,‎ 05/06/2018. (lire en ligne, consulté le 14 septembre 2018)
  12. Benjamin Ferran, « Le moteur français Qwant surpris à utiliser Bing », sur http://www.lefigaro.fr, (consulté le 10 juin 2019)
  13. Guillaume Champeau, « Qwant va déployer son propre moteur de recherche », sur https://www.numerama.com, (consulté le 10 juin 2019)
  14. Sébastien Gavois, « À la découverte du nouveau moteur de recherche Qwant », sur http://www.nextinpact.com, (consulté le 12 novembre 2016).
  15. a et b Haski Pierre, « Macron fait la pub du « Google français » : vous ne connaissiez pas ? », sur Rue89, (consulté le 25 juin 2015).
  16. « Qwant, le moteur de recherche franco-allemand voulant défier Google, soutenu par la Banque européenne d'investissement », sur Libération.fr, (consulté le 28 octobre 2015).
  17. a et b Yves Eudes, « Qwant, le petit moteur de recherche anonyme qui monte », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  18. a b et c Zeliha Chaffin, « Le moteur de recherche français Qwant s’allie avec Mozilla », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 5 juillet 2016).
  19. Thomas Coëffé, « Qwant présente son application mobile », sur http://www.blogdumoderateur.com, (consulté le 26 janvier 2017).
  20. « Comment Qwant a utilisé l’open source pour contrer les trackers », sur http://www.toolinux.com, (consulté le 12 février 2018).
  21. a et b Kévin Hottot, « Qwant lève 18,5 millions d'euros, la Caisse des dépôts prend 20 % du capital », sur https://www.nextinpact.com, (consulté le 2 février 2017).
  22. a b et c « Qwant : hiatus entre la Caisse des dépôts et Bpifrance - La Lettre A No 1767 », sur www.lalettrea.fr (consulté le 13 mars 2017).
  23. a et b Marc Rees, « Les liens du moteur Qwant avec Microsoft Bing », NextInpact,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mars 2017).
  24. a b et c Stéphanie Mundubeltz-Gendron, « Qwant, l’anti-Google français trace sa voie… et ça paie ! », sur http://www.usine-digitale.fr, (consulté le 8 mai 2017).
  25. Yannick Chavanne, « Alternative à Google, Qwant lance sa version suisse », sur http://www.ictjournal.ch, (consulté le 14 juin 2017).
  26. Étienne Combier, « Le moteur de recherche Qwant intégré aux nouveaux Fairphone », sur https://www.lesechos.fr, (consulté le 15 juin 2017).
  27. a et b Maryse Gros, « Qwant reprend Xilopix, créateur du moteur Xaphir », sur http://www.lemondeinformatique.fr, (consulté le 16 novembre 2017).
  28. « recherche avec Qwant sur Fleksy. », sur https://www.facebook.com (consulté le 25 août 2018).
  29. Michael Guilloux, « Coopération France-Chine dans la tech : installation de Qwant en Chine, fonds d'investissement pour l'IA », sur https://www.developpez.com, (consulté le 15 janvier 2018).
  30. Mélissa Chevreuil, « Qwant Junior se décline en application mobile », sur https://www.numerama.com, (consulté le 29 mars 2018).
  31. « Qwant, le moteur de recherche niçois, subit la plus grosse panne de son histoire », sur http://www.nicematin.com, (consulté le 28 mars 2018).
  32. Frédéric Roy, « Qwant partenaire du Tour de Corse », sur http://www.cbnews.fr, (consulté le 29 mars 2018).
  33. « Lexibook s'allie avec Qwant et dévoile ses nouvelles tablettes LexiTab », sur https://www.boursier.com, (consulté le 12 septembre 2018).
  34. « Brave utilisera désormais Qwant par défaut », sur https://www.clubic.com, (consulté le 13 septembre 2018).
  35. « Le ministère des armées va désormais utiliser Qwant plutôt que Google », sur https://ouest-france.fr/, (consulté le 15 novembre 2018)
  36. « Les Français Wiko et Qwant s'allient pour proposer une alternative à Google sur smartphone », sur https://europe1.fr/, (consulté le 9 avril 2019)
  37. (it) « Wiko View 2 Pro Qwant è il primo smartphone Android in Europa senza il motore di ricerca di Google preinstallato », sur https://www.tuttoandroid.net/, (consulté le 9 avril 2019)
  38. « Bruxelles inflige une amende record de 4,34 milliards d’euros à Android », sur https://www.lemonde.fr/, (consulté le 9 avril 2019)
  39. « Le CNES passe à Qwant », sur cnes (consulté le 22 mai 2019)
  40. « Easyvoyage et Qwant s'associent dans le voyage en ligne », sur https://www.lesechos.fr/, (consulté le 27 avril 2019)
  41. « Tristant Nitot (Qwant) justifie le choix de migrer sur les serveurs Microsoft », sur https://www.nextinpact.com, (consulté le 20 mai 2019)
  42. Wassinia Zirar, « Qwant Junior, le moteur de recherche français sécurisé choisi par l'Education nationale », sur http://www.usine-digitale.fr, (consulté le 11 novembre 2016).
  43. a et b Clémence Jost, « Lancement de Qwant Junior, un moteur de recherche français sécurisé pour vos enfants », sur http://www.archimag.com, (consulté le 11 novembre 2016).
  44. Anne Confolant, « Moteur de recherche : Qwant Lite à la conquête des anciens navigateurs Web », sur Itespresso, (consulté le 9 octobre 2015).
  45. a et b Maxime Grimbert, « Qwant Music : le moteur de recherche musical à surveiller de près », sur http://www.archimag.com, (consulté le 12 novembre 2016).
  46. a et b Emmanuel Delsol, « Qwant, le Google français qui se lance dans la musique », sur http://www.lejdd.fr, (consulté le 15 janvier 2018).
  47. « Qwant, le moteur de recherche français qui veut faire trembler Google », sur La Voix du Nord, (consulté le 17 septembre 2016).
  48. a et b Anaelle Grondin, « Qwant profite du scandale Cambridge Analytica et du RGPD », sur https://business.lesechos.fr, (consulté le 9 avril 2018)
  49. Anthony Rey, « IoT : le Montpelliérain Kuzzle s'allie à Qwant », sur https://objectif-languedoc-roussillon.latribune.fr, (consulté le 27 mai 2018)
  50. « Compte Twitter Qwant_FR », sur https://twitter.com, (consulté le 28 juillet 2018)
  51. « Qwant Music on stage », CB NEWS,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juillet 2018)
  52. « Qwant Music », sur qwant.com
  53. « Qwant va aussi concurrencer Google dans la cartographie, le paiement et l’e-mail », Presse-Citron,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juin 2018)
  54. « VILLES INTERNET ET QWANT S’ASSOCIENT POUR CRÉER #ELUNUM, LE PREMIER MOTEUR DE RECHERCHE DÉDIÉ À L’ACTION PUBLIQUE », sur http://www.agglotv.com, (consulté le 12 septembre 2018).
  55. « I want to break free : Qwant », sur https://www.mint.be, (consulté le 5 novembre 2018)
  56. « Qwant Maps est disponible en version alpha », sur https://www.nextinpact.com, (consulté le 5 décembre 2018)
  57. « Qwant lance Causes pour soutenir des associations », sur https://www.nextinpact.com/, (consulté le 26 juin 2019)
  58. « Qwant Maps en bêta avec personnalisation sans collecte de données », sur https://www.lesnumeriques.com/, (consulté le 29 juin 2019)
  59. https://www.generation-nt.com/qwant-moteur-recherche-design-nouvelle-version-actualite-1955551.html
  60. Comment Qwant indexe le web ?
  61. Comment référencer mon site sur Qwant ?
  62. « Qwant : le nouveau moteur de recherche made in France fait de bons débuts », sur Atlantico, (consulté le 17 février 2013).
  63. « Le français Qwant propose une alternative à Google », La croix, (consulté le 20 mai 2015).
  64. « Qwant », sur Qwant (consulté le 19 mai 2015).
  65. Sophie Imbach, « Qwant va-t-il concurrencer Google ? », sur Kaliop, (consulté le 20 août 2013).
  66. « Polémique sur Qwant, le nouveau moteur de recherche français « révolutionnaire » », sur La Tribune (consulté le 14 avril 2016).
  67. Guillaume Champeau, « Qwant n'est pas un moteur de recherche, mais une interface - Sciences - Numerama », sur Numerama (consulté le 14 avril 2016).
  68. « Les liens du moteur Qwant avec Microsoft Bing ».
  69. « Qwant ? », sur Blog, Qwant, (consulté le 23 avril 2015).
  70. a et b Jean-Augustin Beugré, « Qwant, le nouveau moteur de recherche français à l’assaut de Google, Bing et Yahoo ?! », sur http://www.lejournaldunumerique.com, (consulté le 21 juillet 2016).
  71. a b et c Wassinia Zirar, « Qwant dément avoir plagié le canadien GooL.li », sur http://www.usine-digitale.fr, (consulté le 12 novembre 2016).
  72. a et b Nadja Sayej, « Le moteur de recherche français Qwant pense pouvoir renverser Google », sur https://motherboard.vice.com, (consulté le 1er février 2017).
  73. Elsa Trujillo, « Qwant et ses alliés européens déposent une nouvelle plainte contre Google à Bruxelles », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 9 mars 2017).
  74. (de) « Suchmaschine Qwant verspricht Datenschutz », sur https://www.handelsblatt.com, (consulté le 3 décembre 2016).
  75. a et b Marc Zaffagni, « Le moteur de recherche Qwant s’offre une grande mise à jour », sur http://www.futura-sciences.com, (consulté le 7 juillet 2016).
  76. « Qwant : moteur de recherche français à la sauce sociale », sur ZD net, (consulté le 23 juillet 2015).
  77. Sébastien Gavois, « Qwant : un moteur de recherche français pour contrer Google », sur http://www.nextinpact.com, (consulté le 7 juillet 2016).
  78. « Qwant.com, challenger de Google », sur Le nouvel economiste, (consulté le 23 juillet 2015).
  79. « Boostez votre recherche avec Qwick, la nouvelle fonctionnalité de Qwant », sur https://www.qwant.com (consulté le 23 juin 2016).
  80. a et b Luis Ivars, « Qwant a déjà enregistré 225 millions de requêtes », sur http://www.usine-digitale.fr, (consulté le 12 novembre 2016).
  81. a et b Guénaël Pépin, « Qwant revendique 17,7 millions de visites mensuelles », sur http://www.nextinpact.com, (consulté le 23 juin 2016).
  82. a et b Aurore Malval, « Les niçois de Qwant ont imaginé un moteur de recherche sécurisé pour les enfants », sur https://www.varmatin.com, (consulté le 7 août 2018).
  83. a et b « Qwant, « le seul moteur de recherche qui protège la vie privée de ses utilisateurs » - Blog du Modérateur », Blog du Modérateur,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juillet 2017).
  84. a et b « Analyses du trafic par Similarweb », sur https://www.similarweb.com/fr, Similarweb.com, .
  85. (en) « Top Search Engine Websites in France », sur www.similarweb.com (consulté le 13 novembre 2018)
  86. a b et c L'Usine Nouvelle, « Qwant, start-up de l'année, s'impose en alternative... à Google - Numerique », usinenouvelle.com/,‎ (lire en ligne, consulté le 12 novembre 2018)
  87. (de) heise online, « Suchmaschine Qwant auf Expansionskurs », sur heise online (consulté le 23 février 2019)
  88. (en) « qwant.com Traffic Statistics », sur SimilarWeb (consulté le 1er mai 2019).
  89. « Rank2traffic » (consulté le 1er mai 2019)
  90. a b c et d « Infogreffe », sur infogreffe.fr (consulté le 29 novembre 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]