Ecosia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ecosia
Logo de Ecosia

Adresse ecosia.org
Slogan Plantez des arbres en surfant sur le web
Commercial Oui
Publicité Oui
Type de site Métamoteur de recherche
Langue Multilingue
Inscription Aucune
Siège social Wittenberg
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Propriétaire Ecosia GmbH
Créé par Christian Kroll
Lancement
Classement Alexa en augmentation 763[1] (monde, novembre 2018)
État actuel En activité

Ecosia est un métamoteur de recherche solidaire[2] allemand. Il reverse 80 %[3] de ses bénéfices[4] selon un programme de reforestation présent partout dans le monde. Ecosia plante des arbres au Burkina Faso, au Pérou, en Tanzanie et à Madagascar. L'entreprise travaille avec différents partenaires[5] : WeForest et OZG au Burkina Faso, PUR Projet au Pérou et Eden Projects à Madagascar. En avril 2017, plus de 7 millions d'arbres avaient été plantés depuis sa création[6], ce qui représente plus d’1 milliard de recherches au total, à raison de 45 recherches en moyenne pour planter un arbre[7].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Ecosia propose un service gratuit de recherche. Les résultats affichés par le moteur de recherche sont générés par Bing, améliorés par des algorithmes particuliers développés par Ecosia[8] et via des encarts publicitaires par Yahoo!, il affiche des liens publicitaires qui génèrent des revenus à chaque clic[9].

Il est possible de ne plus afficher de liens publicitaires auquel cas le financement effectué par les recherches est moins important.

Par ailleurs, des liens appelés EcoLinks permettent aux utilisateurs de générer des dons lorsqu’ils font leurs achats en ligne.

Ecosia est un moteur de recherche qui neutralise 100 % des émissions de CO2 de ses serveurs, de son infrastructure, de ses locaux et des appareils de ses utilisateurs, à travers un projet de compensation carbone géré par son partenaire myclimate.

En tant qu’entreprise sociale, Ecosia s’est donné pour mission de « cultiver un monde plus durable sur le plan environnemental, social et économique. » Cela consiste concrètement à financer la plantation d’1 million d’arbres dans la forêt atlantique d’ici août 2014. Le siège d’Ecosia GmbH est situé à Berlin, en Allemagne, où travaille une équipe de 7 à 13 personnes. En 2017, 22 personnes travaillent chez Ecosia, et des milliers d'emplois ont été créés pour planter des arbres partout dans le monde[10][réf. insuffisante].

En date de mars 2018, plus de 6,6 millions [11] ont été collectés depuis la mise en ligne du site, le [12].

EcoLinks[modifier | modifier le code]

Ecosia travaille avec plusieurs sites Internet marchands qui permettent aux utilisateurs de faire un don lorsqu’ils font leurs achats en ligne : lorsqu’ils recherchent un produit avec Ecosia, les EcoLinks s’affichent à côté des détaillants participant au projet. Une fois que l’EcoLink est activé, un pourcentage de l’argent dépensé pour l’achat du produit (jusqu’à 5 %) est automatiquement reversé à Ecosia, qui l’utilise ensuite, avec les revenus issus des publicités, pour financer le projet « Plant a Billion Trees ».

Depuis 2014, les EcoLinks ne sont plus une fonctionnalité native d'Ecosia, ils doivent désormais être activés à travers l'installation d'une extension du navigateur Internet. Les EcoLinks sont alors présents sur d'autres moteurs de recherche, tels que Google ou Yahoo![13].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'entreprise Ecosia GmbH a été créée en 2009 par Christian Kroll à la suite d'un voyage au Brésil où il a constaté les ravages causés par la déforestation. Il lance ainsi le moteur de recherche Ecosia le 7 décembre 2009 à Berlin[14],[15]. Ce lancement a eu lieu pendant que se tenait la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Copenhague. Ce moteur de recherche succède aux projets de recherche caritative Xabbel, Forestle et Znout lancés auparavant par Christian Kroll. Forestle et Znout ont été interrompus en août 2013 et leur URL redirigée[16] vers Ecosia.

De 2009 à juillet 2013, Ecosia s’est associé aux Fonds mondial pour la nature (WWF) pour protéger les parcs nationaux de Juruena et de Tumucumaque (tous deux situés dans la forêt tropicale du nord du Brésil), ce qui a permis de récolter des dons pour un total de 1 266 295 €. Toutefois, le site Internet WWF ne présente aucun lien qui peut justifier cette association entre Ecosia et le Fonds mondial pour la nature[réf. nécessaire].

En septembre 2013, l'entreprise Ecosia compte 5 permanents et 10 bénévoles. Le moteur de recherche a alors attiré 200 000 utilisateurs actifs et généré 20 millions de recherches mensuelles, soit 1,286 millions d'euros de revenus qui sont alors redistribués à WWF, alors partenaire de l'entreprise[15]. Le même mois, Christian Kroll annonce que les revenus mensuels d'Ecosia ont dépassé les 60 000 euros[15]. Ecosia annonce également un nouveau partenariat avec The Nature Conservancy[15].

En juin 2017, Ecosia a dépassé la barre des 10 millions d'arbres plantés[17]. En janvier 2018, le nombre d'arbres plantés dépasse les 20 millions[18].

En mai 2018, l'entreprise Ecosia comptait plus de 30 salariés et indépendants[14].

Cette compagnie s'est fixé comme premier objectif d'atteindre le milliard d'arbres plantés d'ici 2020[14], ce qui constituerait 0,033 % de la population arboricole actuelle.

Montants donnés par Ecosia aux différentes associations[19] :

2014 2015 2016 2017 2018
janvier - 62 500 € 72 350 € 130 000 € 421 370 €
février - 67 000 € 65 500 € 145 000 € 411 269 €
mars - 72 000 € 83 750 € 270 551 € 302 501 €
avril - 50 000 € 68 000 € 330 198 € 341 582 €
mai - 50 150 € 65 000 € 441 197 € 300 902 €
juin - 32 220 € 54 000 € 446 075 € 264 005 €
juillet - 44 750 € 74 000 € 449 815 € 319 127 €
août - 47 250 € 65 000 € 388 018 € 293 421 €
septembre - 56 500 € 84 991 € 299 621 € 301 903 €
octobre 70 940,41 US$ 63 700 € 102 900 € 303 949 €
novembre 45 255,60 US$ 47 450 € 140 800 € 377 013 €
décembre 40 000 € 62 450 € 137 000 € 470 215 €
Total 655 000 € 1 814 000 € 4 051 000 € 2 956 080 €

Popularité[modifier | modifier le code]

Visites mensuelles des 3 petits moteurs de recherche les plus connus d'août 2017 à septembre 2018.

Le 29 mars 2017, alors que le trafic du site web Ecosia culmine à 57 millions de visites mensuelles d'après Similarweb, le moteur a franchi la barre des 7 millions d'arbres plantés. En juin 2017, il a dépassé la barre des 13 millions d'arbres plantés. En septembre 2017, il a dépassé la barre des 14 millions d'arbres plantés. C'est le 16 octobre 2017, que le navigateur Ecosia franchit un nouveau cap, avec 15 millions d'arbres plantés à travers le monde. Début novembre 2017, il a dépassé la barre des 16 millions d'arbres plantés et le cap des 17 millions d'arbres plantés en moins d'un mois, le 25 novembre 2017. Le 15 décembre 2017, Ecosia atteint la barre des 18 millions d'arbres. Le 22 janvier 2018, Ecosia atteint le seuil de 20 millions d'arbres. Le mardi 12 juin 2018, Ecosia a dépassé la barre des 30 millions d'arbres plantés. À titre d'exemple, le rapport financier de septembre 2017 indique que 2 450 511 arbres pour une somme de 206 621 euros ont été plantés dans cinq pays avec cinq partenaires.

En janvier 2018, il y a eu 76,6 millions de visiteurs sur Ecosia. Le nombre d'utilisateurs sur Ecosia a ensuite diminué au premier semestre 2018. En effet en juillet 2018 il n'y a eu que 62,8 millions d'utilisateurs[20].

Aujourd'hui les utilisateurs d'Ecosia sont principalement des Français (23 % du trafic), suivi des Allemands (19%) et des Américains (10 %). Ses principaux concurrents sont Qwant et DuckDuckGo, respectivement un moteur et un métamoteur de recherche spécialisés eux dans la protection des données[réf. nécessaire].

Ecosia bénéficie de la promotion de plusieurs vidéastes francophones, parmi lesquels EnjoyPhoenix, Doc Seven et Max Bird[21].

Navigateur[modifier | modifier le code]

Ecosia est également un navigateur web.

Fondé sur Chromium, il est disponible pour smartphones Android et iOS. En effet, Safari (navigateur par défaut sur iOS) ne permet pas de mettre par défaut Ecosia comme moteur de recherche ce qui expliquerait probablement l'utilité du navigateur.[réf. nécessaire]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Dans un article paru dans Le Point en juin 2017, Héloïse Pons apprécie le caractère « philanthrope » d'Ecosia[22].

En mai 2018, dans un article paru sur le site Clubic[14], Johan Gautreau apprécie l'engagement écologique et l'éco-responsabilité d'Ecosia, ainsi que sa politique de confidentialité claire et sa transparence au sujet de ses résultats financiers. Il indique qu'en termes de confidentialité, Ecosia n'est pas et ne prétend pas être aussi exigeante que des concurrents plus axés sur la protection des données personnelles, puisque son fonctionnement implique de générer des revenus publicitaires pour financer ses projets de reboisement ; il estime cependant qu'en la matière Ecosia « fait mieux que ce que propose Google ». En termes de performances de recherche, Gautreau estime qu'Ecosia « ne donne pas de résultats aussi précis et complets que Google », lequel « reste souvent invaincu dans ce domaine, ceci aux prix de nos données les plus privées ».

Dans un comparatif de moteurs de recherche parus sur le même site en juin 2018[23], Matthieu Gagnot apprécie l'engagement écologique d'Ecosia ainsi que ses « pages de résultats performantes » grâce à l'intermédiaire de Bing. Il lui reproche en revanche l'abondance des publicités : « Pour la bonne cause, Ecosia affiche donc de la pub, beaucoup de pubs. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Classement Alexa », sur alexa.com (consulté le 18 novembre 2018)
  2. Moteur de recherche solidaire et/ou écologique
  3. (en-US) « Ecosia est le moteur de recherche qui plante des arbres », sur info.ecosia.org (consulté le 26 octobre 2016).
  4. (en-US) « FAQ Ecosia 80 % bénéfices reversés » (consulté le 26 octobre 2016).
  5. « Ecosia Blog (Français) — Nous plantons désormais aussi des arbres au Pérou... », sur Ecosia Blog (Français) (consulté le 26 octobre 2016).
  6. Ecosia, « 7,000,000 trees planted with Ecosia », (consulté le 15 avril 2017)
  7. Les rapports financiers mensuels fournissent des informations sur les pays, les partenaires intermédiaires, le nombre d'arbres plantés ainsi que les sommes investies
  8. Principales fonctionnalités, principaux avantages
  9. Mathieu Tamigniau, « Ecosia, un moteur de recherche qui plante des arbres plutôt que de rapporter des milliards à une multinationale », sur RTL info, (consulté le 8 mars 2017).
  10. « A propos d'Ecosia », sur https://info.ecosia.org/ (consulté le 26 octobre 2017).
  11. http://ecosia.org/statistics.php.
  12. (en) « Ecosia debuts 'world's greenest search engine' », The Guardian, 3 décembre 2009.
  13. « EcoLink » (consulté le 30 juillet 2014)
  14. a b c et d Ecosia, le moteur de recherche écologique qui veut reboiser la Terre, article de Johan Gautreau sur Clubic le 10 mai 2018. Page consultée le 8 novembre 2018.
  15. a b c et d Ecosia, l’alternative verte à Google ?, article sur le site Influencia le 9 septembre 2013. Page consultée le 8 novembre 2018.
  16. http://ecosia-en.tumblr.com/post/65996432008/fall-cleaning-forestle-znout-and-treely-discontinued#.UwIr7kJdW2U.
  17. « 10 millions d’arbres plantés par le moteur de recherche Ecosia », Clubic.com,‎ (lire en ligne).
  18. Chaine YouTube officiel d'Ecosia, « 20 millions d'arbres plantés! », sur YouTube, (consulté le 22 mars 2018)
  19. « Rapports financiers et Reçus de plantation d’arbres », sur ecosia.dropmark.com (consulté le 14 janvier 2018).
  20. « Analyses du trafic par Similarweb », sur https://www.similarweb.com (consulté le 5 août 2018).
  21. Brut, « « On se rend compte qu'on ne fait pas les choses pour rien »... Des youtubeurs replantent des arbres en Tanzanie », sur France Info, (consulté le 21 septembre 2018).
  22. Moteurs de recherche : dix alternatives à Google, article d'Héloïse Pons sur Le Point le 26 juin 2017. Page consultée le 8 novembre 2018.
  23. Google, Qwant, DuckDuckGo… Comparatif de 6 moteurs de recherche, article de Matthieu Gagnot sur Clubic le 8 juin 2018. Page consultée le 8 novembre 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]