Socle interministériel de logiciels libres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Socle interministériel de logiciels libres

Devise : « Le catalogue de référence pour les administrations »

Situation
Création 2013
Domaine Informatique des administrations
Organisation
Dirigeant Etalab
Dirigeant Mutualisation interministérielle pour un environnement de travail ouvert
Dépend de Direction interministérielle du numérique

Site web https://sill.etalab.gouv.fr

Le socle interministériel de logiciels libres (SILL) est un ensemble de logiciels libres préconisés par l'État français depuis 2013, dans le cadre de la modernisation globale de ses systèmes d'informations (SI). Sa gouvernance est réalisée par le Premier ministre sous trois grands principes :

  • « L'approche de l'État privilégie l'efficacité globale, en dehors de tout dogmatisme, pour lui permettre de choisir entre les différentes solutions, libres, éditeurs ou mixtes. » ;
  • Pour chaque fonctionnalité, un logiciel est préconisé en précisant la version ;
  • La préconisation est évolutive dans le temps et elle fait l'objet d'une validation annuelle[1].

Présentation[modifier | modifier le code]

Le SILL s'appuie sur l'article 16 de la Loi no 2016-1321 du « pour une République numérique » : « Les administrations mentionnées au premier alinéa de l'article L. 300-2 du code des relations entre le public et l'administration veillent à préserver la maîtrise, la pérennité et l'indépendance de leurs systèmes d'information. Elles encouragent l'utilisation des logiciels libres et des formats ouverts lors du développement, de l'achat ou de l'utilisation, de tout ou partie, de ces systèmes d'information. Elles encouragent la migration de l'ensemble des composants de ces systèmes d'information vers le protocole IPV6, sous réserve de leur compatibilité, à compter du [2]. »

Le SILL se présente sous la forme d’un tableau par fonctionnalité ou cas d’usage. Pour chaque fonctionnalité, il présente le logiciel préconisé en précisant la version.

Dans sa version 2020, le SILL intègre 190 logiciels libres référencés dont 144 sous le statut « recommandés » et 46 sous le statut « en observation »[3].

Mise en œuvre[modifier | modifier le code]

Le SILL est initialement mis en œuvre par Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, en [4].

Le groupe de travail interministériel MIMO crée la première édition du SILL en 2013. Cette première version concerne uniquement les logiciels du poste de travail et répertorie 32 logiciels et plugins[5].

Une deuxième version, le SILL 2014, est présentée en février 2014[6]. Grâce à la participation d'autres groupes de travail[7], elle élargit le périmètre du SILL en ajoutant les domaines de la gestion de parc, l’exploitation de serveurs, les bases de données et les environnements de développement.

Depuis , Bastien Guerry est le référent logiciels libres à la DINSIC[8].

Jusqu’en 2019, le SILL était mis à jour une fois par an et publié sous forme d'un document PDF. Il se décline désormais sous la forme d'un site internet actualisé en continu par les groupes de travail[9].

Le catalogue de référence des logiciels libres, pour les administrations françaises, est le fruit d'une collaboration fructueuse d'agents publics informaticiens, avec l'appui de la direction interministérielle du numérique (DINUM).

Périmètre[modifier | modifier le code]

Le SILL englobe un large périmètre d'utilisation des outils numériques : gestion des mots de passe, suite bureautique, système d'information géographique, publication assistée par ordinateur, courrielleur, bloqueur des publicités et des pisteurs, capture d'écran, défragmentation, dépôt d'artéfacts, serveur java, etc.

Applications[modifier | modifier le code]

Le SILL, simple préconisation, est plus ou moins appliqué dans les ministères et services de l'État. Par exemple, des logiciels propriétaires de Microsoft sont utilisés par l'Éducation nationale ou la Défense, malgré quelques polémiques[10],[11],[12].

Principaux outils numériques préconisés par le SILL 2020[modifier | modifier le code]

Fonctionnalité Logiciel
Gestion des mots de passe KeePass
Compression 7-zip
Suite bureautique LibreOffice
Éditeur de texte Notepad++
Lecture et modification de fichiers PDF Sumatra PDF

MuPDF

Système d'information géographique QGIS
Publication (PAO) Scribus
Dessin (matriciel) Gimp
Dessin (vectoriel) InkScape
Courrielleur Thunderbird
Client de messagerie instantanée Jitsi
Microblog Mastodon
Client FTP Filezilla
Navigateur web Firefox ESR
Moteur de recherche Qwant
Grapheur d'idées Freeplane
Gestion de projet ProjectLibre
Wiki MediaWiki
Lecteur multimédia VLC
Régie vidéo enregistrement et/ou streaming Open Broadcaster Software
Capture d'écran photo Greenshot
Montage vidéo OpenShot Video Editor

Avidemux

Enregistrement et édition de sons Audacity
Webconférence à usage pédagogique BigBlueButton

Jitsi

Datavisualisation Apache Superset
Visualisation d'arborescence Archifiltre
Éditeur HTML BlueGriffon
Antivirus (orienté serveur) ClamAV
Créateur menus pour DVD DVD Styler
Forum Discourse
Schémas Draw.io Desktop
Sondage pour dates Framadate
Synchronisation et sauvegarde de fichiers FreeFileSync
Édition d'OpenStreetMap JOSM
Scan de documents NAPS2
Modification de fichiers pdf PDFSam Basic
Messagerie instantanée RocketChat

Contrôle du socle[modifier | modifier le code]

Il est réalisé par la Direction interministérielle du numérique. La dernière mise à jour annuelle a été produite le 4 mai 2020[13]. Depuis, le site est actualisé en fonction des mises à jours et des propositions[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article de Michael Guilloux – developpez.com - du 13 février 2018 : https://www.developpez.com/actu/187614/SILL-2018-l-Etat-actualise-son-referentiel-de-logiciels-libres-qu-est-il-recommande-pour-la-conception-et-le-developpement-logiciel-cette-annee/
  2. « Loi no 2016-1321 du  », sur legifrance.gouv.fr
  3. Socle interministériel des logiciels libres 2020, 4 mai 2020, Direction interministérielle du numérique[1]
  4. Circulaire n° 5608/SG du 20 septembre 2012 relative aux orientations pour l'usage des logiciels libres dans l'administration ([2])
  5. « Archives MIMO 2013-2015 »
  6. Xavier Berne, « L’État renouvelle son socle interministériel de logiciels libres », sur www.nextinpact.com, (consulté le )
  7. « M.I.M – Mutualisation Inter-Ministérielle Logiciels Libres. » (consulté le )
  8. Interview de Bastien Guerry, référent logiciels libres à la DINSIC, linuxfr, 3 juin 2019 (en ligne).
  9. « Découvrez le nouveau format du SILL 2020 ! - adullact.org », sur adullact.org (consulté le )
  10. Delphine Bancaud, « Pourquoi le partenariat entre Microsoft et l'Éducation nationale fait-il polémique ? », 20 Minutes,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. Thierry Noisette, « Quand la Défense a changé de cap en faveur de Microsoft », sur zdnet.fr, (consulté le )
  12. « Le lobbying d'enfer de Microsoft pour se payer l'école », Le Canard enchaîné,‎ , p. 4
  13. Socle interministériel des logiciels libres 2020 – communication du 4 mai 2020 ([3])
  14. « Découvrez le socle interministériel des logiciels libres (SILL) 2020 », sur www.numerique.gouv.fr (consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]