Mozilla Foundation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mozilla Foundation
Logo de l'organisation

Devise : « Nous œuvrons à améliorer Internet[1]. »

Situation
Création
Type Fondation à but non lucratif (501c3)
Siège San Francisco, Californie, Drapeau des États-Unis États-Unis
Coordonnées 37° 47′ 22″ N, 122° 23′ 20″ O
Langue Anglais
Budget 329.5 million $ (2014)[2]
Organisation
Membres Mitchell Baker (Présidente)
Mark Surman (en) (Directeur exécutif)
Dirigeant Mitchell Baker, présidente du conseil d'administration
Personnes clés Brian Behlendorf, Brendan Eich, Joichi Ito, Mitch Kapor
Organisations affiliées Mozilla Corporation

Site web www.mozilla.org/foundation/
Géolocalisation sur la carte : Californie
(Voir situation sur carte : Californie)
Mozilla Foundation
Géolocalisation sur la carte : États-Unis
(Voir situation sur carte : États-Unis)
Mozilla Foundation

La Mozilla Foundation (en français, « Fondation Mozilla ») est un organisme à but non lucratif établi en juillet 2003. Elle gère la communauté Mozilla qui développe et publie les produits Mozilla tous libres d'accès et respectant le « Manifeste Mozilla » émis en 2007 par Mitchell Baker afin de « préserver le choix et l'innovation sur Internet ». Les logiciels phares sont, entre autres, le navigateur web Firefox pour ordinateurs, tablettes et mobiles, le logiciel de courrier Thunderbird (lequel n'est plus financé mais remis à la communauté), Firefox OS (projet abandonné) et le gestionnaire de bugs Bugzilla.

Elle héberge également le Mozilla Developer Network, un centre très populaire de documentation et d'apprentissage pour les développeurs web.

Historique[modifier | modifier le code]

Nom de code d'un navigateur[modifier | modifier le code]

La Mozilla Foundation succède à Netscape Communications Corporation en tant qu'entité chapeautant Mozilla.org.

Historiquement, le nom Mozilla a été utilisé au sein de l'entreprise Netscape Communications comme nom de code pour le navigateur web Netscape Navigator.

Ce nom, proposé par Jamie Zawinski, est en fait la contraction du nom « Mosaic killer » (littéralement « tueur de Mosaic ») ; killer étant orthographié killa pour correspondre à la prononciation du mot dans le langage courant[3]. Ce nom traduit l'espoir de ses concepteurs que leur navigateur détrônerait NCSA Mosaic, le navigateur web le plus populaire à l'époque. Il fait également référence au monstre Godzilla[4]

Création de la fondation[modifier | modifier le code]

Sise à Mountain View en Californie, la fondation est créée le , aidée par America Online (AOL) via un don de deux millions de dollars sur deux ans, des transferts de propriété intellectuelle et de matériel ainsi qu'un support en moyens humains[5].

Évolutions[modifier | modifier le code]

En , Jascha Kaykas-Wolff[6] rejoint Mozilla Foundation en tant que « Chief Marketing Officer ». Il met en place le « marketing agile » qui porte ses fruits en 2016. Chaque Mozillien n'est plus focalisé sur son propre champ d'action mais a une vision de toute la chaîne. Le « marketing agile » est considéré comme trois fois plus performant pour la société qui l'utilise face à ses concurrents[7].

Création de filiales[modifier | modifier le code]

Mozilla Corporation[modifier | modifier le code]

Le , la Mozilla Foundation crée la Mozilla Corporation[8]. Société détenue à 100 % par la Mozilla Foundation, elle emploie désormais les salariés de celle-ci. Elle garde sa mission de « préserver le choix et l'innovation sur l'Internet » tout en élargissant ses possibilités de partenariat et de clientèle. C'est Mitchell Baker qui en prend la présidence, Frank Hecker reprenant la tête de la Mozilla Foundation[9].

Suite internet libre multiplateforme[modifier | modifier le code]

Les développements de 1998 à 2003 sont repris sous le nom de Mozilla Application Suite. Il s'agit d'une suite Internet libre multiplate-forme notamment composée d'un navigateur web, d'un client de messagerie, d'un lecteur de nouvelles, d'un éditeur HTML et d'un client IRC. Cette suite est reprise en 2005 par SeaMonkey.

Mozilla Messaging[modifier | modifier le code]

La fondation crée le une filiale à but non lucratif, Mozilla Messaging, pour accélérer le développement et le marketing du client de messagerie libre Mozilla Thunderbird. Après plusieurs années d'améliorations de Thunderbird, l'équipe de développement est intégrée en avril 2011 aux Mozilla Labs et la société Messaging dissoute[réf. nécessaire].

Contrats avec les moteurs de recherche[modifier | modifier le code]

Google[modifier | modifier le code]

De 2004 à 2014, les accords passés avec Google pour mettre son moteur de recherche par défaut sur le navigateur Firefox ont représenté jusqu'à 90 %[10] des royalties touchées par la fondation.

Diversification de par le monde[modifier | modifier le code]

Par la suite, Mozilla fait le choix de ne pas renouveler cet accord exclusif et de passer plusieurs accords dans différents pays. Yahoo! devient ainsi le moteur de recherche par défaut pour les États-Unis, Yandex pour la Russie et Baidu pour la Chine[11]. Cette décision eut un impact immédiat sur les parts de marchés respectives de Google et Yahoo! : ce dernier a récupéré 3 % des parts de Google en un an[12].

En Europe cependant, Google demeure le choix par défaut du navigateur web. En , Google et la Mozilla Foundation annoncent que la première versera 300 millions de dollars par an pendant trois ans pour que le moteur de recherche par défaut du navigateur Mozilla Firefox reste Google[13],[14].

Ce choix de diversification s'avère pertinent : Mozilla a augmenté en 2015 son chiffres d'affaires de 28 %[15] notamment grâce au contrat signé jusqu'en avec Yahoo États-Unis[16].

Le , Mozilla rompt le contrat avec Yahoo!. Fondé sur un partage de revenus publicitaires, l’accord, signé fin 2014, faisait de Yahoo! le moteur de recherche par défaut pour les internautes américains utilisateurs de Firefox. Le contrat devait initialement durer jusqu'en 2019[17],[18],[19].

Qwant[modifier | modifier le code]

En 2016, la fondation Mozilla conclut un accord avec le moteur de recherche Qwant, promoteur de la même philosophie que la fondation, notamment en matière de protection de l'internaute sur le Web et le respect de la vie privée[20],[21].

Soutien aux projets open source et logiciel libre[modifier | modifier le code]

La fondation participe aux événements mondiaux de promotion des logiciels libres comme le Capitole du libre[22] et l'Ubuntu Party[23], ou open source comme le Paris Open Source Summit[24].

En 2015, la fondation lance son programme Mozilla Open Source Support (MOSS) doté d'un million de dollars pour soutenir une dizaine de projets open source et logiciel libre[25]. La fondation a versé au deuxième trimestre 2016 585 000 dollars dont 200 000 attribués à PyPy, une implémentation alternative de Python[26].

Antennes locales[modifier | modifier le code]

La fondation est aussi financée grâce à des dons privés.

Des antennes locales ont été ouvertes, comme Mozilla Europe ou Mozilla Japon.

En 2021, il ne reste plus que six Mozilla spaces[27] sur les douze ayant existé auparavant : San Francisco, Pékin, Berlin, Paris, Portland (Oregon) et Toronto.

Un monument dédié aux contributeurs de Mozilla est exposé au Mozilla space de San Francisco[28]. Depuis fin 2020, le siège social de Mozilla se trouve dans ses bureaux de San Francisco[29].

Structure organisationnelle[modifier | modifier le code]

Le conseil d'administration de la fondation Mozilla (« Board of Directors ») est composé de huit membres[30] :

La fondation a aussi une vingtaine d'employés payés pour développer Mozilla et aider à la coordination des actions de l'organisation. En plus des employés salariés, la fondation loue de temps en temps des services de contractuels comme Blake Ross. Le comité qui fait fonctionner la Mozilla Foundation est connu sous le nom « staff de mozilla.org ». Il est composé à la fois d'employés de la fondation et de bénévoles.

Activités[modifier | modifier le code]

Protection des données et de la vie privée[modifier | modifier le code]

En 2016, Mozilla rejoint la démarche de Microsoft contre le projet du gouvernement américain visant à accéder aux données d'utilisateurs sans que ceux-ci en soient informés[31].

La fondation a fait face à de nombreuses critiques de ses utilisateurs et de sa communauté en décembre 2017 lorsqu'elle a inclus dans les modules complémentaires de Firefox en version anglaise— sans que ce soit sollicité par l'utilisateur et donc de manière secrète — l'extension Looking Glass « ma réalité est différente de la tienne », faisant ainsi la promotion publicitaire de la série Mr. Robot. Mozilla, face aux critiques, a retiré l'extension de Firefox et publié le code source pour rassurer définitivement sa communauté dont une partie craignait une dérive de pistage promotionnelle et commerciale[32] contraire au positionnement de Mozilla en faveur de la protection de la vie privée et du consentement de l'utilisateur[33].

En à la suite de l'affaire Cambridge Analytica, Mozilla lance une pétition pour la protection des données privées par défaut de la part de Facebook[34].

La fondation annonce en son partenariat avec Women Who Tech[35] pour le Women Startup Challenge Europe[36]. Mitchell Baker fait partie du jury chargé d’évaluer les présentations des start-ups qui ont le mieux intégré les notions de vie privée, de transparence et de responsabilité dans leur travail[37].

Mozilla Information Trust Initiative (MITI)[modifier | modifier le code]

La fondation lance Mozilla Information Trust Initiative[Quoi ?] (MITI) en 2017 pour préserver la crédibilité et la santé d'internet en combattant la pollution de l'information sur le web et les fake news[38].

Mozilla demande une participation accrue des organisations avec lesquelles elle travaille déjà : médias, ressources éducatives en ligne, programmes de recherche, soutien à des conférences et forums, etc. Par la suite est également prévue « une série de hackathons en partenariat avec des rédactions aux États-Unis et en Allemagne, [pour inventer] des outils qui pourraient redonner confiance aux utilisateurs dans les informations en ligne »[39].

Mozilla s'appuie sur le réseau mondial issu de son navigateur Firefox pour réaliser cet ambitieux projet[40] autour de quatre axes : le produit, l’éducation, la recherche, et les interventions créatives[41].

Étude sur l'appréhension du tout connecté[modifier | modifier le code]

En , la fondation lance une grande consultation en ligne sur le ressenti des internautes face à l'avenir du tout connecté. Elle reçoit 189 770 réponses du monde entier.

Leur étude montre une méfiance des internautes sur l'avenir du tout connecté, près de la moitié des sondés craignant pour leur vie privée et un quart redoutant la perte des contacts humains. Les objets les plus connectés sont les smartphones (85,7 %), les ordinateurs portables (4,8 %) et les routeurs Wi-Fi (84,1 %). Les objets en devenir sont les voitures connectées (8,2 %), les appareils électroménagers (7,7 %) et les enceintes intelligentes (5,7 %)[42],[43].

Neutralité du Net[modifier | modifier le code]

En 2017, l'administration Trump œuvre à la suppression de la neutralité du Net dans les textes. En , la Commission fédérale des communications (FCC) adopte le To Restore the Internet Freedom Act[44] : elle abandonne son pouvoir de sanction au profit de l’autorégulation du marché avec d'éventuels rappels à l’ordre de la Federal Trade Commission (FTC)[45].

Le , la Fondation Mozilla annonce son acte d'accusation à l’encontre de la FCC, cosigné par plusieurs associations et entreprises. Elle reproche à la FCC de méconnaître le fonctionnement d’Internet et écrit : « Qu'elle repose sur des contorsions sémantiques ou simplement sur un manque de compréhension inhérent, la FCC affirme que les FAI n'ont tout simplement pas besoin de fournir sans interférence des sites Web que vous demandez »[46].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Produits[modifier | modifier le code]

Mozilla Firefox wordmark.svg

Analyse de sites Web sécurité et confidentialité[modifier | modifier le code]

Mozilla a mis officiellement son projet Observatory by Mozilla[47] en libre accès en 2016. Ce projet a été conçu toujours avec la même philosophie open source « nous œuvrons à améliorer le Web »[3] pour aider principalement les professionnels à configurer et tester leurs sites en toute sécurité. Le constat de la non-utilisation des nombreuses technologies d'Internet mises à disposition pour des échanges sécurisés a persuadé Mozilla d'assurer ce service[48]. Après avoir saisi le lien du site, Observatory analyse le site et donne une note, les résultats de l'analyse et des suggestions d'amélioration[49].

Bulletin de santé d'internet[modifier | modifier le code]

La fondation publie en un prototype du bulletin de santé d'internet[50] la version 1.0 sortira d'octobre à . Le bulletin publié sur une base régulière analyse les éléments « utiles et néfastes à notre principale ressource mondiale » : ouverture, accès à Internet, liberté d'expression, sécurité et respect de la vie privée, etc[51].

La fondation fait le même constat lors de son bulletin de santé 2018 sur cinq grands axes déficients en protection et accessibilité : « vie privée et sécurité, ouverture, inclusion numérique, éducation au Web et décentralisation »[52].

Techniques de développement[modifier | modifier le code]

Mozilla application framework[modifier | modifier le code]

Mozilla application framework ou « Plate-forme Mozilla » est un framework permettant de mettre au point des logiciels multiplateformes, c’est-à-dire pouvant tourner sous plusieurs systèmes d’exploitation. Ce framework se compose principalement du moteur de rendu Gecko mais aussi de XUL (pour la partie interface graphique), de Necko (bibliothèque logicielle dédiée à la gestion du réseau), et d’autres composants. Tous les navigateurs de type Mozilla sont basés sur ce framework.

Mozilla codebase[modifier | modifier le code]

Les codes sources des projets de logiciels Mozilla tels que Firefox, Thunderbird, et XULRunner sont gérés de façon collective dans un dépôt CVS unique. Cet ensemble de codes sources, d'une taille importante, est désigné sous le nom de « Mozilla codebase », « Mozilla source code » ou simplement « Mozilla ».

Au moment de sa sortie, cet ensemble de codes sources fut placé sous licence NPL (Netscape Public License). Lors du passage en version 1.1, la licence NPL prit le nom de « Mozilla Public License » (MPL). La FSF (Free Software Foundation) et d'autres soulignèrent alors le fait qu'un logiciel ne pouvait pas être à la fois sous licence GPL et sous licence MPL pour cause d'incompatibilité au niveau juridique. Par conséquent, il fut recommandé aux développeurs de ne pas utiliser la licence MPL[53]. Pour résoudre ce problème, la Fondation Mozilla a revu la licence des codes sources en 2003 et les a placés sous trois licences : GPL, LGPL et MPL[54].

Produits phares[modifier | modifier le code]

Projets natifs[modifier | modifier le code]

  • Navigateur web pour smartphone sous Microsoft Windows Mobile Minimo (pour « Mini Mozilla »)
  • Extension IRC à Firefox ChatZilla

Logiciels de développement[modifier | modifier le code]

Autres logiciels et technologies[modifier | modifier le code]

Produits hébergés[modifier | modifier le code]

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

  • Éditeur de page web Nvu, produit dérivé de l'éditeur de Mozilla Suite écrit par la société Disruptive Innovations et sponsorisé par la société Linspire.

Évolutions[modifier | modifier le code]

  • La fondation acquiert en 2017 le service de marque-pages Pocket (anciennement Read It Later), qui permet la gestion et la lecture d'articles hors-ligne[56]. Ce service de lecture différée doit améliorer et accroître la présence de Firefox sur mobile[57].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mission de la fondation, sur mozilla.org
  2. [PDF] Mozilla_Audited_Financials_2014, sur static.mozilla.com
  3. a et b (en) History of the browser user-agent string, WebAIM, 3 septembre 2008.
  4. « NSCP dorm », sur Jamie Zawinski (consulté le ).
  5. (en) Mozilla.org announces launch of the Mozilla Foundation to lead open-source browser efforts, Mozilla Press Center, 15 juillet 2003.
  6. (en-US) « Start Up Marketing Gurus - Panel Event - SFAMA » (consulté le )
  7. Ariane Gaudefroy, « Le marketing agile selon Mozilla » (consulté le ) : « Face à l’accélération du temps, l’agilité des organisations est devenue une nécessité, à la fois pour réagir plus vite, comprendre comment les choses évoluent et mieux anticiper [...] Cette méthode permet à chacun d’avoir une vision de toute la chaîne, ce qui est beaucoup plus motivant que de rester focalisé sur son propre champ d’action. »
  8. (en) « Mozilla Foundation forms new organization to further the creation of free, open source internet software, including the award-winning Mozilla Firefox browser », Mozilla Press Center,
  9. 01net, « Tristan Nitot (Fondation Mozilla) : Nous créons une entreprise, mais Firefox reste gratuit », sur 01net (consulté le ) : « La Mozilla Foundation détiendra la totalité de la Mozilla Corporation, les marques (Firefox, Thunderbird...) ainsi que le code source. Mozilla Corporation, qui sera enregistrée aux Etats-Unis et accueillera les employés américains de la Mozilla Foundation, elle, se voit confier le développement, la promotion et la distribution des logiciels. Son idée sera de gagner de l'argent, mais pas à tout prix. »
  10. (en) Independent Auditors’ Report and Consolidated Financial Statements (2013 & 2014) [PDF], Mozilla Foundation and Subsidiaire, 25 septembre 2015, p. 21.
  11. (en) Chris Beard, « New Search Strategy for Firefox: Promoting Choice & Innovation », sur The Mozilla Blog, .
  12. Jérôme Marin, « Google perd du terrain au profit de… Yahoo », blog, sur Silicon 2.0, Le Monde, .
  13. (en) Kara Swisher, « Google Will Pay Mozilla Almost $300M Per Year in Search Deal, Besting Microsoft and Yahoo », All Things Digital,
  14. (en) Liz Gannes, « Google Renews Firefox Search Royalty Deal », All Things Digital, .
  15. Stéphane Moussie, « Mozilla s'en sort très bien financièrement sans Google », MacGeneration,‎ , p. 1 : En nouant des contrats avec 12 autres moteurs de recherche à travers le monde, le créateur de Firefox a vu son chiffre d’affaires de 2015 bondir de 28 % à 421 millions de dollars. (lire en ligne, consulté le )
  16. Jérôme G., « Mozilla : l'éditeur de Firefox se porte bien sans Google », Génération-NT,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. « Firefox : après trois ans d'absence, Google redevient le moteur de recherche par défaut », France Soir, (consulté le ).
  18. « Google mise sur Firefox », Les Échos, (consulté le ).
  19. « Mozilla poursuit l'aventure Firefox sans Yahoo : facture salée pour Verizon ? », ITespresso.fr, (consulté le ).
  20. vincent@nextinpact.com, « Qwant et Mozilla s'associent pour proposer une version spéciale de Firefox », (consulté le ) : « Une philosophie commune et un braquage des projecteurs. Il s’agit surtout pour Qwant de communiquer et de mettre en avant les liens qui unissent les deux entreprises : « La fondation Mozilla est reconnue pour son engagement en faveur de ses valeurs. L’ouverture, le choix et le respect de la vie privée sont également celles pour lesquelles œuvre Qwant, en particulier en refusant de pister les internautes à chacun de leurs clics et en défendant la stricte neutralité des résultats de recherche. Firefox pour Qwant incarne ainsi l’engagement de ces deux acteurs à promouvoir un Web meilleur ». »
  21. 01net, « Mozilla lance un navigateur Firefox à l'effigie de Qwant » (consulté le ) : « Concrètement, Mozilla va désormais proposer une version de son navigateur, spécialement développée autour de Qwant, qui sera utilisé comme moteur de recherche et qui « protège l'internaute contre le pistage sur le web », en supprimant notamment les cookies, ces petits programmes laissés sur l'ordinateur lors de la visite de sites. Par ailleurs, cette version dispose d'un bouton Qwant au travers duquel l'utilisateur pourra accéder à ses carnets et à ses favoris. « C'est un partenariat mondial, qui nous permet de passer à la vitesse supérieure », s'est félicité M. Léandri. »
  22. « Capitole du Libre », sur 2016.capitoledulibre.org (consulté le ).
  23. « Ubuntu Party » Mozilla », sur ubuntu-party.org (consulté le ).
  24. Olivier Bonnenfant, « Paris Open Source Summit », sur opensourcesummit.paris (consulté le ).
  25. « La fondation Mozilla débloque un million de dollars pour des projets open source » (consulté le )
  26. guenael@nextinpact.com, « Au deuxième trimestre, Mozilla a distribué 585 000 dollars à des projets open source », (consulté le ).
  27. (en) « Where is Mozilla? Mozilla Spaces »
  28. (en-US) « Contacts, Spaces and Communities — San Francisco », sur Mozilla (consulté le ).
  29. (en-US) Owen Thomas, « Mozilla moves out of Mountain View », San Francisco Chronicle,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. « Leadership / Boards of Directors », sur https://www.mozilla.org/ (consulté le ).
  31. « Vie privée : Microsoft obtient le soutien de Mozilla, Google et Apple - CNET France » (consulté le )
  32. Julien Lausson, « Mozilla sous le feu des critiques après l'ajout d'un plugin promotionnel sur Mr. Robot - Tech - Numerama », Numerama,‎ (lire en ligne, consulté le )
  33. La Rédaction, « Firefox effraie les utilisateurs avec l’extension Looking Glass », Tom's Guide,‎ (lire en ligne, consulté le )
  34. « Les permissions actuelles de Facebook laissent des milliards d’utilisateurs vulnérables », sur www.socialnetlink.org, (consulté le ).
  35. (en-US) « About », sur Women Who Tech, (consulté le ).
  36. (en) « Microsite Women Startup Challenge Europe 2018 », sur app.reviewr.com (consulté le ).
  37. Marc Jacob, « Mozilla s’associe à Women Who Tech pour lancer le Startup Challenge Europe Award dédié à la vie privée, la transparence et la responsabilité », sur Global Security Mag Online, (consulté le ).
  38. AFP, « Mozilla entre en lutte contre les "fake news" », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. « Mozilla amplifie ses efforts contre les "fake news" », sur 5minutes.rtl.lu, (consulté le )
  40. Heso59, « Mozilla s'attaque aux fake news », sur CommentCaMarche, (consulté le ).
  41. (en-US) « Mozilla Information Trust Initiative : créer un mouvement pour combattre la désinformation en ligne », sur Section Presse Mozilla (consulté le ).
  42. « Les internautes "prudents" face à un monde tout connecté », L'Écho républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  43. « Les internautes restent méfiants face à un monde tout connecté », Metro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  44. (en) « Restoring Internet Freedom », sur Federal Trade Commission, (consulté le ).
  45. Guillaume Périssat, « La neutralité du Net s’est éteinte », sur linformaticien.com, (consulté le ).
  46. Guillaume Périssat, « Neutralité du Net : Mozilla se joint à la bagarre », sur linformaticien.com, .
  47. April King, « Observatory by Mozilla », sur observatory.mozilla.org (consulté le ).
  48. Louis Adam, « Mozilla Observatory : rentrée des classes difficile pour la sécurité des sites web », (consulté le ) : « Sécurité : Cette initiative permet de tester la sécurité d’un site web via le regroupement de plusieurs services automatisés venant vérifier l’application des bonnes pratiques sur une URL donnée. »
  49. « Observatory : un service signé Mozilla teste la sécurité de sites », (consulté le ).
  50. « Bulletin de santé d’Internet », sur Bulletin de santé d’Internet (consulté le ).
  51. Nicolas Rauline, « Mozilla dresse un bilan sombre de la santé du Net : De moins en moins sûr, exposé à la censure et à la fragmentation, le réseau verrait sa qualité se dégrader. », lesechos.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  52. Johann Breton, « Mozilla publie son inquiétant "bulletin de santé d'Internet" 2018 », sur www.lesnumeriques.com, (consulté le ).
  53. (en) Mozilla Public License (MPL) version 1.1 - GNU
  54. (en) Mozilla Relicensing FAQ - Mozilla Foundation (voir archive)
  55. (en) Mozbot: A multipurpose, extensible, modular Perl bot, mozilla.org (voir archive).
  56. Guénaël Pépin, « Mozilla rachète Pocket, sa première acquisition stratégique », sur Next INpact, (consulté le ).
  57. Vincent Fagot, « Mozilla fait l’acquisition de Pocket, un service de lecture différée », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]