Derrière nos écrans de fumée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Derrière nos écrans de fumée
Titre original The Social Dilemma
Réalisation Jeff Orlowski
Scénario Davis Coombe
Vickie Curtis
Jeff Orlowski
Sociétés de production Exposure Labs
Argent Pictures
The Space Program
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Docudrame
Durée 89 minutes
Sortie 2020


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Derrière nos écrans de fumée (The Social Dilemma) est un docudrame américain écrit et réalisé par Jeff Orlowski. Sorti via Netflix le 9 septembre 2020, le film explore la montée en puissance des médias sociaux et les dommages qu'ils ont causés à la société, en se concentrant sur son exploitation de ses utilisateurs à des fins financières grâce au capitalisme de surveillance et à l'exploration de données, comment sa conception est censée nourrir une dépendance, son utilisation en politique, son impact sur la santé mentale (y compris la santé mentale des adolescents et l'augmentation des taux de suicide chez les adolescents) et son rôle dans la diffusion des théories du complot et l'aide à des groupes tels que les flat-earthers et les suprémacistes blancs.

Le film présente des entretiens avec l'ancien éthicien du design de Google et co-fondateur du Center for Humane Technology Tristan Harris, son collègue co-fondateur du Center for Humane Technology Aza Raskin, le co-fondateur d'Asana et le co-créateur du bouton like de Facebook Justin Rosenstein, le professeur Shoshana Zuboff de l'université Harvard, l'ancien président de Pinterest Tim Kendall, le directeur de la recherche sur les politiques d'AI Now Rashida Richardson, le directeur de la recherche Yonder Renee DiResta, le directeur du programme de bourses de recherche en toxicomanie de l'université Stanford, Anna Lembke, et Jaron Lanier, l'un des pionniers de la réalité virtuelle. Les interviews sont coupées avec des dramatisations mettant en vedette les acteurs Skyler Gisondo, Kara Hayward et Vincent Kartheiser, qui racontent l'histoire de la dépendance d'un adolescent aux réseaux sociaux.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le docudrame Derrière nos écrans de fumée, réalisé par Jeff Orlowski, décortique le modèle économique d'entreprises du numérique, tels que Facebook, Google, Twitter, Instagram et YouTube. Des analyses d'universitaires, tels que Shoshana Zuboff, auteure du concept de « capitalisme de surveillance »[1], et des témoignages alarmistes d'anciens employés de ces géants du Web (ingénieurs, concepteurs de services, dirigeants, etc.) défilent, illustrés par des séquences fictionnelles mettant en scène des adolescents dont l'attention est de plus en plus mobilisée par leur activité en ligne[2],[3].

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Derrière nos écrans de fumée a reçu une note de 7,7/10 sur IMDb et de 89 % sur Rotten Tomatoes. ABC News a considéré que le film est « un regard révélateur sur la façon dont les médias sociaux sont conçus pour créer une dépendance et manipuler notre comportement, raconté par certaines des personnes mêmes qui ont supervisé les systèmes dans des endroits comme Facebook, Google et Twitter » et l'ont dit « [vous donnera] immédiatement envie de jeter votre smartphone à la poubelle [...] puis de jeter la poubelle à travers la fenêtre d'un dirigeant de Facebook »[4]. Variety estime que le film explique bien comment « ce qui est à risque n'est clairement pas seulement le profit, ou même les enfants mal socialisés, mais la confiance empathique qui lie les sociétés, ainsi que la solidité des institutions démocratiques [que] nous sommes. l'apprentissage peut être trop efficacement compromis par un régime régulier de mèmes qui déforment la perspective »[5]. Selon IndieWire, le film est « l'analyse la plus lucide, succincte et profondément terrifiante des médias sociaux jamais créée »[6]. Une revue du Financial Times indique que le film « détaille soigneusement les niveaux de dépression qui montent en flèche chez les enfants et les adolescents ; les terriens plats et les suprémacistes blancs ; le génocide au Myanmar ; la désinformation Covid ; [et] la mise en péril de la vérité objective et de la désintégration sociale »[7]. Le New York Times a déclaré que le film mettait en vedette « des déserteurs consciencieux de sociétés telles que Facebook, Twitter et Instagram [qui] expliquent que la perniciosité des plateformes de réseaux sociaux est une fonctionnalité, pas un bug »[8]. Une critique du Los Angeles Times a estimé que « si la plupart des gens savent qu'ils sont exploités pour obtenir des données sur ces sites, peu se rendent compte de la profondeur de l'enquête [...] si vous pensez que le compromis ne fait que prendre des publicités ciblées pour vos baskets préférées, vous êtes sous le choc »[9].

Dans la rubrique « Culture » de son site web, France Info relève le caractère efficace du dispositif scénaristique du documentaire (alternance d'entretiens et de séquences de fiction illustrant le propos des personnes interviewées)[2]. Selon le média en ligne, l'ensemble de l'œuvre est une mise à nu implacable de la volonté des concepteurs des médias sociaux d'influer sur nos comportements et de façonner nos esprits[2]. Le quotidien français Le Monde partage cette analyse[1]. La responsabilité individuelle des internautes est aussi soulignée[2]. La démonstration est cependant affaible par le fait d'imputer les dérèglements sociaux aux seuls réseaux sociaux et les motivations des anciens employés de géants du Web qui témoignent ne sont pas exemptes d'hypocrisie[2]. De plus, le diffuseur, l'entreprise multinationale américaine Netflix, utilise aussi des algorithmes conçus pour nous rendre addicts à ses services[2].

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « The Social Dilemma » (voir la liste des auteurs).
  1. a et b Damien Leloup, « « Derrière nos écrans de fumée » : un réquisitoire contre « l’algorithmisation » de nos vies », Le Monde, (consulté le 2 octobre 2020).
  2. a b c d e et f Élodie Drouard, « "Derrière nos écrans de fumée", le documentaire qui va peut-être vous sevrer des réseaux sociaux », France Info, (consulté le 2 octobre 2020).
  3. Delphine Veaudor, « Docu. “Derrière nos écrans de fumée” sur Netflix : rencontre avec des repentis de la tech », Courrier international, (consulté le 2 octobre 2020).
  4. (en) Mark Kennedy, « Review: Put down that phone, urges doc 'The Social Dilemma' », ABC News, (consulté le 2 octobre 2020).
  5. (en) Dennis Harvey, « ‘The Social Dilemma’: Film Review », Variety, (consulté le 2 octobre 2020).
  6. (en) David Ehrlich, « ‘The Social Dilemma’ Review: A Horrifyingly Good Doc About How Social Media Will Kill Us All », sur Indiewire, (consulté le 2 octobre 2020).
  7. (en) Danny Leigh, « The Social Dilemma — this is how the world ends », sur www.ft.com, Financial Times, (consulté le 2 octobre 2020).
  8. (en) Devika Girish, « ‘The Social Dilemma’ Review: Unplug and Run », The New York Times, (consulté le 2 octobre 2020).
  9. (en) Kevin Crust, « Review: A call to digital arms, 'The Social Dilemma' demands change », Los Angeles Times, (consulté le 2 octobre 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]