Axel Springer (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec l'éditeur de publications scientifiques Springer Science+Business Media
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Springer.
Axel Springer SE
Description de l'image Axel Springer (logo).svg.
Création 1946 à Hambourg
Forme juridique Société européenne (SE)
Siège social Drapeau d'Allemagne Berlin (Allemagne)
Direction Mathias Döpfner, Giuseppe Vita
Activité édition
Site web axelspringer.de
Siège du groupe à Berlin

Axel Springer SE est un groupe de presse créé en 1946 à Hambourg par Axel Springer, décédé en 1985. C'est le plus important groupe de presse allemand. Le siège est actuellement à Berlin avec des antennes à Hambourg et Munich.

Historique[modifier | modifier le code]

La présence en France du groupe Axel Springer remonte à l'année 1988. L'éditeur allemand à créé EMAS en partenariat avec le groupe de presse français Les Éditions Mondiales pour lancer, en septembre 1988, Auto Plus, adaptation du magazine allemand Auto Bild.

En , Axel Springer acquiert le groupe de presse français « Media Mag » (Télé Magazine, J'économise, Rebondir et Profession fonctionnaire)[1].

En 2006, le groupe a envisagé de lancer en France un quotidien populaire sur le modèle du Bild-Zeitung allemand. Avec un marché publicitaire difficile, à l'été 2007, le groupe Axel Springer renonce finalement à ce projet[2].

En 2007, Axel Springer achète la majorité de la société aufeminin.com avec les sites auFeminin, marmiton.org, teemix, Joyce, Voyage Bon Plan, Santé AZ et Tiboo. De plus, Axel Springer est présent en France via ses participations chez zanox.com (spécialiste du marketing en ligne) et chez idealo.fr (site comparateur de prix).

En 2012, Axel Springer acquiert la majorité du site internet de petites annonces immobilières en Belgique, Immoweb. Pour racheter 80 % de ce portail internet, qui se présente comme « le 1er site immobilier belge », Axel Springer, via sa filiale Axel Springer Digital Classifieds, a déboursé 127,5 millions d'euros. Trois membres de la famille fondatrice du site Immoweb, dont Christophe Rousseaux le président de Produpress, conservent les 20 % restants de la société créée en 1996[3].

En juillet 2013, Axel Springer vend sa presse régionale, de télévision et féminine pour 920 millions d'euro à Funke Mediengruppe[4]. En décembre 2013, Axel Springer achète la chaîne d'information N24[5]. Avec cet argent, il investit massivement dans le numérique (transition vers des contenus payants en ligne, acquisition et participation de titres numériques, etc.), avec pour ambition de de devenir le premier groupe d'édition numérique en Europe. Cette stratégie porte ses fruits : l'année suivante, les activités numériques d'Axel Springer représentent 52 % des 2,1 milliards d'euros de chiffre d'affaire du groupe et 70 % de ses bénéfices[6].

En octobre 2014, le groupe s'engage dans un bras de fer avec Google pour dénoncer l'exploitation que fait le moteur de recherches américain de ses différents contenus (photos, extraits et résumés d'articles) sans contrepartie financière[7]. Springer décide alors de déréférencer volontairement de Google les contenus de ses principaux sites : Welt.de, Computerbild.de, Sportbild.de et Autobild.de. Constatant une baisse de fréquentation de l'ordre de 40% au bout de quinze jours, le groupe autorise à nouveau Google à utiliser les résumés de ses articles[8], laissant le soin à la coalition d'éditeurs allemands VG Media de poursuivre son action face au moteur de recherches américain, dans le cadre notamment d'une plainte pour abus de position dominante devant être traitée par une cellule d'arbitrage rattachée au tribunal régional de Munich.

En septembre 2015, Axel Springer acquiert une participation de 88 % (il en détient déjà 9 %) dans le site internet Business Insider pour 343 millions de dollars[9].

Actifs[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Cet article ou cette section est à actualiser. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Des passages de cet article sont obsolètes ou annoncent des événements désormais passés. Améliorez-le ou discutez des points à vérifier. Vous pouvez également préciser les sections à actualiser en utilisant {{section à actualiser}}.

Journaux[modifier | modifier le code]

Panneaux des Vigiles pour la paix critiquant les grands groupes médiatiques allemand comme Bertelsmann et Axel Springer en juin 2014

Le groupe publie les journaux suivants :

Magazines[modifier | modifier le code]

  • Presse de télévision : Hörzu, TV digital, Bildwoche, Funk Uhr, TVneu, Auto Plus
  • Sports et automobile : Sport-Bild, Auto-Bild, Télé Magazine
  • Féminins : Bild der Frau, Frau von heute
  • Presse masculine : Maxim, Maxim Fashion
  • Informatique et technologies : Computer-Bild, Computer-Bild-Spiele, Audio-Video-Foto-Bild
  • Divers : Gesundheits-Bild (santé), Reise-Bild (voyages), Tier-Bild (animaux)
  • Presse jeunesse : Jolie, Mädchen, Yam!, Starflash, Popcorn
  • Musique : Musikexpress, Metal Hammer, Rolling Stone
  • Finance et marchés : €uro FINANZ€N, Markt und Mittelstand

Le groupe possède également des parts dans les magazines suivants :

  • Automobile : Automobil Tests, Autotuning, Opel Club & Trend
  • Photo : FOTOwirtschaft, PHOTO TECHNIK INT., fotoMAGAZIN
  • Sports : GOLFmagazin, Golf CLUB-MAGAZIN, tennis magazin, tauchen, segeln, Aero International, fliegermagazin, Fly and glide
  • Loisirs : JÄGER, Aero International, fliegermagazin, Fly and glide, Fliegenfischen, AngelWoche, Blinker, ESOX
  • Famille : Familie & Co., Spielen und Lernen, Young Family, Mach mit, Treff, Oscar, Paps

Internet[modifier | modifier le code]

  • Annonces automobiles : Autoreflex.com
  • Annonces immobilières : Seloger.com
  • Portail féminin : aufeminin.com, Marmiton.org

Titres cédés ou disparus[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Cet article ou cette section est à actualiser. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Des passages de cet article sont obsolètes ou annoncent des événements désormais passés. Améliorez-le ou discutez des points à vérifier. Vous pouvez également préciser les sections à actualiser en utilisant {{section à actualiser}}.

Note et références[modifier | modifier le code]

  1. « Springer rachète Média Mag à Francis Morel », article paru dans Stratégies le 10 mai 2000
  2. « Springer peaufine son projet de Bild à la française », article de Pierre Bocev paru dans Le Figaro le 24 novembre 2006
  3. Axel Springer rachète le belge Immoweb
  4. Axel Springer sells newspapers, magazines for $1.2 billion, Reuters, 25 juillet 2013
  5. Axel Springer says buys Germany's N24 media, Reuters, 9 décembre 2013
  6. Chloé Woitier, « Comment Axel Springer est devenu un géant du numérique », Le Figaro, encart « Économie », samedi 7 / dimanche 8 février 2015, page 26.
  7. « Axel Springer cède face à la pression de Google », LeFigaro.fr,‎ (lire en ligne)
  8. « Axel Springer plie face à Google », LeMonde.fr,‎ (lire en ligne)
  9. Axel Springer buys up Business Insider, Reuters, 29 septembre 2015

Lien externe[modifier | modifier le code]