Puy-l'Évêque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Évêque.
Puy-l'Évêque
Vue générale depuis le Lot
Vue générale depuis le Lot
Blason de Puy-l'Évêque
Blason
Puy-l'Évêque
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Lot
Arrondissement de Cahors
Canton de Puy-l'Évêque
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée du Lot et du Vignoble
Maire
Mandat
Serge Guérin
2014-2020
Code postal 46700
Code commune 46231
Démographie
Gentilé Puy-l'Évêquois
Population
municipale
2 044 hab. (2012)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 30′ 20″ N 1° 08′ 20″ E / 44.5055555556, 1.1388888888944° 30′ 20″ Nord 1° 08′ 20″ Est / 44.5055555556, 1.13888888889  
Altitude 86 m (min. : 80 m) (max. : 284 m)
Superficie 26,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

Voir sur la carte administrative du Midi-Pyrénées
City locator 14.svg
Puy-l'Évêque

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Puy-l'Évêque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Puy-l'Évêque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Puy-l'Évêque
Liens
Site web www.puy-leveque.fr/

Puy-l'Évêque est une commune française située dans le département du Lot, en région Midi-Pyrénées.

Le vieux village médiéval est un site inscrit au titre de la protection des Monuments Historiques depuis le 26 octobre 1944. Une partie du territoire communal (310 ha) a été placée en zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager le 14 juin 1995 par le préfet de région.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située sur le Lot en Quercy, sur la route départementale D811, ancienne route nationale 111, et l'ancienne ligne Monsempron-Libos - Cahors entre Fumel et Cahors, au cœur du vignoble de l'appellation d’origine contrôlée « vignoble de Cahors ».

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Puy-l'Évêque
Montcabrier Cassagne Prayssac
Duravel Puy-l'Évêque Pescadoires
Vire-sur-Lot Grezels

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Depuis l'abandon de la navigation fluviale au cours des années 1870 et de la voie ferrée un siècle plus tard, les transports sont uniquement routiers.

La route départementale D811, ancienne route nationale 111, constitue la colonne vertébrale du réseau routier reliant Cahors au Lot-et-Garonne. Les routes départementales D28 et D44 constituent les axes nord-sud et relient la ville au nord du département du Lot et, au-delà, à celui de la Dordogne et à Montcuq puis au département de Tarn-et-Garonne.

En matière de transports en commun, une ligne d'autocars a remplacé le train et l'autorail en suivant le même trajet.

Les travaux sur les écluses sont terminés en ce qui concerne Puy-l'Évêque, mais pas en amont et en aval[Quand ?], ce qui ne permet pas encore la navigation de plaisance sur le Lot.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les Romains ont laissé le nom de Puy qui vient du podium qui désigne une surélévation, une colline (comme puech, pech ou puig).

Durant la Révolution, la commune porte les noms de Puy-Libre et de Puy-sur-Lot[1].

Ses habitants sont appelés les Puy-l'Évêquois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Les Romains ont laissé une voie joignant Cahors à Bordeaux mais les routes actuelles, sur le haut du village, ont recouvert les vestiges.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Puy-l'Évêque est sorti de l'ombre au Moyen Âge quand Guillaume de Cardaillac, évêque de Cahors, annexa le village dans le cadre de la Croisade contre les Albigeois. Il prit, semble-t-il, pour motif que le seigneur des lieux, probablement le seigneur de Luzech, avait épousé la cause des hérétiques comme son suzerain le comte de Toulouse.

Une bulle papale du 25 janvier 1227 confirme l'acquisition (sans en préciser les moyens, militaires ou financiers) des seigneuries de Luzech et Puy-l'Évêque qui seront rattachées au comte-évêque de Cahors jusqu'à la Révolution.

La Guerre de Cent Ans (1337-1453) amena les Anglais, qui tenaient l'Aquitaine depuis Aliénor (devenue, par mariage, reine d'Angleterre), et qui remontaient, entre autres, le Lot pour aller combattre les troupes françaises. Combats, résistances, pillages, reconstructions et le même cycle infernal lorsque les Français reprenaient le village. À la fin de la guerre, le Quercy n'était plus qu'un champ de ruines.

Ancien régime[modifier | modifier le code]

Un peu d'accalmie permit au village de s'agrandir avant les Guerres de religion. Celle-ci virent, début juin 1580, les troupes de Henri de Navarre, futur Henri IV, assiéger le village par le nord (le Costayral) mais être repoussées malgré les boulets (en pierre) tirés contre l'église Saint-Sauveur.

Tout au long de ces siècles, le site de Puy-l'Évêque constituait une position stratégique de première importance. Sur le plan militaire, il dominait la vallée pour détecter tout mouvement à l'ouest et était difficile d'accès. Sur le plan commercial, le Lot était la seule voie pour les transports de personnes et surtout de marchandises, la voie terrestre ne pouvant supporter les transport lourds, en particulier les minerais de Decazeville et Aubin.

Le village s'articulait autour de l'église, du château épiscopal, (selon les époques : garnison, couvent, école ou prison dans la tour carrée) et de la Cale, le port de la rive droite. Dans ce triangle, se serraient maisons bourgeoises et masures modestes dans un dédale de rues étroites. Quelques moulins à farine se trouvaient sur le Lot et les Clédelles et quelques tanneurs sur cette dernière. Dans la plaine en face, en rive gauche, l'agriculture vivrière et la vigne depuis les Romains nourrissaient les habitants.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Révolution Française[modifier | modifier le code]

La Révolution amènera le rattachement à Puy-l'Évêque des paroisses de Loupiac, Martignac, Courbenac et Issudel, une partie de celle de Cazès et toute la presqu'île du Cayrou.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Bien que constituant un carrefour, Puy-l'Évêque était très mal relié dans toutes les directions. Le premier ouvrage important pour les communications fut un pont suspendu construit près de la Cale en 1839-1840 et inauguré le 28 mars 1840. Il était à péage mais la municipalité racheta la concession le 14 septembre 1883.

Ce pont était inscrit dans un axe nord-sud passant par le cœur du village mais la rue principale Saint-Sauveur ne pouvait pas supporter un trafic accru. On décida alors de percer une rue droite,comme Haussmann dans Paris, à l'endroit de la rue de la Combe qui serpentait au sud-ouest de la rue Saint-Sauveur. Elle servait aussi de passage à un ruisseau qui avait sa source place du Mercurial et tenait lieu d'égout à l'occasion. On traça donc, environ vers 1845-1850, la Grande Rue actuelle depuis le carrefour Saint-Sauveur-Roulier jusqu'à la porte nord (un peu en dessous du pont routier de la rue haute) et avec une épingle à cheveux pour mener à la place de la Truffière.

Dans le même temps, on fit une rue haute depuis la même place de la Truffière jusqu'au carrefour du Moulin-Haut. Cette rue servira quelques années plus tard à relier Cahors à Fumel par la route impériale devenue nationale et maintenant départementale. On traça aussi une route pour relier le pont au carrefour du Moulin haut et enfin on relia la Grande Rue à cette route.

Dans les années 1860, on refait la Cale pour favoriser l'accostage des gabares et autres mais dans le même temps, on construit le chemin de fer qui fera disparaître la navigation sur le Lot.

Ce chemin de fer était prévu pour desservir Cahors qui n'était pas encore relié à Paris. La ligne se raccordait à Libos, près de Fumel, à la ligne Paris-Agen par Périgueux. Construite à partir du 1er avril 1868, elle est mise en service le 20 décembre 1869[2].

Cette traversée de la commune, d'environ 3 km, va bouleverser la physionomie des quartiers bas du Puy.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le moulin à farine du Lot en aval de la Cale sur la rive gauche sera transformé en usine électrique au début du XXe. Ce siècle aura connu le déclin du chemin de fer consécutif au déclin des mines de charbon de l'Aveyron et, en 1990, les deux ponts (ferré et routier) seront démolis et le pont suspendu sera remplacé par un pont sur piles à deux voies.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Le XXIe siècle voit le rétablissement de la navigation de plaisance sur le Lot.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 mars 1989 Ernest Marcouly   Entrepreneur de TP
mars 1989 mars 2001 Lucien Savournin   Médecin
mars 2001 mars 2008 Guy Sudrie    
mars 2008 en cours Serge Guérin   Notaire

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Puy-l'Évêque est jumelée avec [3]:

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 2 044 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 530 2 082 2 098 2 160 2 505 2 423 2 390 2 351 2 353
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 346 2 394 2 469 2 541 2 482 2 417 2 270 2 208 1 993
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 009 1 887 1 748 1 498 1 587 1 745 1 520 1 592 1 690
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
2 147 2 261 2 353 2 302 2 209 2 159 2 178 2 052 2 044
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

L' augmentation du nombre d'habitants (+0,3 % en taux moyen annuel entre 1999 et 2008 ) est due à un flux migratoire positif (+1,6 %) alors que le taux naturel, naissances et décès, est négatif (-1,3 %). Il en résulte un vieillissement de la population, les 65 ans et plus représentent 32,0 % du total[5], presque le double du niveau national (16,6 %)[6].

Éducation[modifier | modifier le code]

  • Au XIXe siècle l'enseignement, à Puy-l'Évêque comme ailleurs, était religieux. L'école de garçons (actuellement médiathèque) a été construite en plusieurs fois : d'abord le bâtiment perpendiculaire au cimetière et, ensuite, pour abriter l'internat, le bâtiment parallèle à celui-ci. Elle sera laïcisée le 1er octobre 1890.
  • Les filles ont eu moins de chance, leur école sera décidée en 1911 mais construite après la Première Guerre mondiale. Depuis 1805, l'éducation des filles était confiée à des institutrices indépendantes (dans des lieux divers et changeants) et à partir de 1827, en parallèle, dans l'Institution Saint-Joseph (au Couvent des Capucins) qui existe encore comme école confessionnelle. La mixité érigée en 1976 et la chute des effectifs font regrouper tous les élèves dans l'école de filles (actuellement 5 classes).
  • Depuis 1893, Puy-l'Évêque est doté d'un cours complémentaire et début 1960 des bâtiments furent construits sur des terrains agricoles jouxtant l'école de garçons et le cimetière pour y abriter le collège, CEG en 1960 et CES en 1971.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Promenades en gabare électrique
  • Fête de la Musique, en juin, divers orchestres disséminés dans le village
  • Festival de l'Insolite, en juillet 2013 sur le thème des Années Folles
  • Festiv'vals de Puy-l'Évêque (théâtre) fin juillet
  • Salon de Brocante et Antiquités (en 2012, le 4 et 5 août)
  • Fête votive début août (concerts, bals, embrasement du village médiéval, concours de pétanque, Grand Prix cycliste avec 28 montées du village)
  • Fête du vin en août
  • Nombreuses expositions dans les locaux de la mairie ou de l'Office de tourisme
  • Nombreux concerts en saison estivale
  • Nombreuses représentations surtout sur la saison estivale

Sports[modifier | modifier le code]

  • Le parc des sports comprend des terrains pour le rugby et le football, quatre courts de tennis, un golf miniature, un skatepark et une piscine.
  • Le gymnase est dans le collège.
  • L'équipe de rugby à XV, le Rugby du canton Puy-l'Évêquois (RCP)[7]
  • Le club de plongée[8]

Santé[modifier | modifier le code]

  • La commune possède une maison de retraite, Les Lavandes (logée dans l'ancien hôpital) et une résidence de logements-foyer, Rémy-Barthélémy

Économie[modifier | modifier le code]

Le tourisme et le vignoble sont les deux piliers de l'économie de Puy-l'Évêque.

  • Avec trois hôtels (un « trois étoiles » et deux « deux étoiles »), de nombreux restaurants, bars et crêperie, le village médiéval est ouvert aux tourisme. Aux alentours, villages de vacances et campings, gîtes et chambres d'hôtes sont également nombreux. La navigation de plaisance sur le Lot devrait amener un surcroît de touristes. À noter que les résidences secondaires représentent 19,1 % des logements[9].
  • Concernant le vignoble, en 2000, sur 507 ha de surface agricole utilisée (SAU), près de 75 % étaient en vignoble, fruits et légumes, soit 379 ha[10].
  • Le commerce traditionnel se réduit comme partout mais les artisans (boulangers, bouchers, coiffeurs, réparation automobile ou agricole, BTP) et les services (banques, assurances, agences immobilières) se maintiennent.
  • L'industrie est peu présente mais « Porcelaine du Lot Virebent » en est la digne représente avec une production traditionnelle en grès, porcelaine et faïence. Elle a obtenu le label « Entreprise du Patrimoine Vivant »[11].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Sauveur. Elle a été construite, sur un édifice plus ancien, du XIVe au XVIe siècle. Consacrée en 1392 mais achevée en 1590, elle a été restaurée de 1877 à 1880 à la suite de l'effondrement de la voûte nord. Le chevet plat sera remplacé par une abside pentagonale[12]. Le clocher, la double porte et l'escalier qui monte au clocher sont classés depuis 1912, le reste de l'église depuis 1925[13].
  • Calvaire dans le cimetière autour de l'église, au nord-ouest, et couvert d' un baldaquin, classé depuis 1944[14].
  • Chapelle Saint-Michel, ou des Pénitents, et son retable du XVIIe siècle.
  • Place de la Truffière, panorama sur le Lot et la rive gauche.
  • Donjon du XIIIe siècle vestige du palais épiscopal ; le bâtiment principal, rez-de-chaussée de la mairie, a été surélevé vers 1840 pour y construire des bureaux et la salle de la Terrasse[15].
  • Château de Lychairie, demeure de la famille Ychier del Pech, seigneur de Puy-l'Évêque, vassal du comte-évêque de Cahors. A sans doute été construit fin XIIIe/début XIVe à l'initiative dudit évêque[16].
  • Castel Renaissance,
  • Ancien Presbytère, fin XVe/début XVIe siècle, restauré en 1993-1994.
  • Rue Bovila, armoiries du XVe siècle
  • Château Bovila.
  • La Cale, ancien port nord et débarcadère du bac avant la construction d'un pont sur le Lot.
  • Rue Saint Sauveur, ancienne rue principale du village médiéval (jusqu'à 1850 environ)
  • Grande Rue, rue principale actuelle, tracée en ligne droite vers 1845-50 dans le quartier de la Combe.
  • Place du Mercudial, centre du village au Moyen Âge.
  • Moulin du XVIIIe siècle reconvertit en usine électrique au début du XXe siècle.
  • Église Saint-Pierre-ès-Liens à Martignac[17], classée depuis 1943[18]. Construite au XIIIe siècle, cette église romane est dotée d'une nef unique et d'une abside en cul-de-four. Le clocher a été transformé aux XVIIe et XIXe siècles et les murs percés d'ouvertures. À la fin du XVe siècle, l'intérieur a été décoré de peintures murales exceptionnellement riches : sur la voûte de l' abside, Dieu le père et une représentation des quatre évangélistes, sur le mur de l'abside, les sept Vertus, sur le mur nord, les sept péchés capitaux en route pour l'Enfer et sur le mur sud, la Porte de Jérusalem symbolisant le Paradis[19].
  • Église Saint-Saturnin à Cazes[20]., classée au titre des monuments historiques depuis 2003 pour son décor intérieur[21]. Cette église romane au chevet droit et nef unique, est dédiée à saint Saturnin. Connue au Moyen Âge, elle a été partiellement transformée au XVIIIe siècle (1757 gravé sur la clef de voûte). Fermée en 1995, par sécurité en raison de nombreuses fissures, sa restauration a débuté en 2000 grâce à une association. Rouverte en 2002, on peut y voir des peintures murales datant de la fin du XVe siècle ou début du XVIe[22].
  • Le Méouré[23], ancienne maison forte datant du XIIIe siècle ayant appartenu aux familles Verrolh, Raffin puis brièvement au XVIIe siècle à la famille Guiscard ( famille seigneuriale de Grézels) et à la famille Boscas de 1683 au XIXe siècle. Enfin, la famille Malinié l' acquiert en 1923. Elle a été transformée au XIXe
  • Château du Cayrou[23], mentionné dès le XIVe siècle contrôlant jadis le bac de Grézels. À la fin du XVIe siècle une branche cadette de la famille Guiscard s'y installe. Ce château est aujourd'hui au centre d' une exploitation viticole.
  • Château de Bar à Courbenac[23], construit au Moyen Âge, vendu en 1505 par la famille Calvayrac descendante des Ychier del Pech, à la famille Bar, riches marchands à Puy-l'Évêque. En 1602, il passe à la troisième branche des Guiscard puis au XIXe siècle aux Campagnac. Transformé au XVIe et au XVIIIe.
  • Sentier de grande randonnée GR 36.
  • Circuit des sept églises
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • École de peinture pour amateurs
  • Atelier de dessin et peinture
  • Galeries privées
  • École de musique
  • Union musicale
  • Cours de danse
  • Amis de l'orgue
  • Théâtre de verdure ( 2012 )
  • Atelier et cours de théâtre toute l'année
  • Une médiathèque est logée dans l'ancienne école de garçons.
  • La bibliothèque est reliée à la Bibliothèque départementale de prêt de Cahors.
  • L'espace public multimédia est ouvert à tous en particulier aux touristes et vacanciers.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Puy-l'Évêque Blason D'azur à la nef des nautonniers du Lot de trois mâts d'argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Mayssal, Puy-l'Évêque, édité à compte d'auteur, mai 2010, p. 95-244, (ISBN 978-2-9513983-1-3).
  • Jean Lartigaud, Puy-l'Évêque au Moyen Age, éd. du Roc de Bouzac, 1991, (ISBN 2-87624-036-X).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Pour compléter : Le Rail en France, tome 3, 1864-1870, François et Maguy Palau, édité par eux-mêmes, 2004, p. 190, (ISBN 2-950-9421-3-X)
  3. jumelage officiel
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012
  5. INSEE Recensement 2008 Puy-l'Évêque
  6. INSEE Recensement 2008 France
  7. Site officiel de l'équipe de rugby de Puy-l'Évêque
  8. La Raie Marteau
  9. INSEE Recensement 2008 Puy-l'Évêque
  10. INSEE Agriculture Midi-Pyrénées
  11. Site « Entreprise du Patrimoine Vivant »
  12. Puy-l'Évêque, Jacques Mayssal, p. 49-50.
  13. « Notice no PA00095190 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Notice no PA00095189 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Puy-l'Évêque, Jacques Mayssal, p. 19.
  16. Puy-l'Évêque, Jacques Mayssal, p. 23-24.
  17. Marie-Pasquine Subes-Picot, Les peintures murales de l'église Saint-Pierre-aux-Liens de Martignac à Puy-l'Évêque, p. 405-428, dans Congrès archéologique de France. 147e session. Quercy. 1989, Société Française d'Archéologie, Paris, 1993.
  18. « Notice no PA00095191 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. Université de Toulouse-Le-Mirail, DESS Patrimoine Cahors, Promotion 1997.
  20. Puy-l'Évêque, Jacques Mayssal, p. 65 et seq.
  21. « Église Saint-Saturnin », base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. Eglise Romane Saint Saturnin de Cazes.
  23. a, b et c Puy-l'Évêque, Jacques Mayssal