Ligne de Monsempron-Libos à Cahors

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne de
Monsempron-Libos à Cahors
Pays Drapeau de la France France
Historique
Mise en service 1869
Fermeture 1971 – 2010
Concessionnaires PO (1863 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (à partir de 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 632 000
Longueur 45,3 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Pente maximale 12,6
Nombre de voies Anciennement à voie unique
Trafic
Propriétaire SNCF

La ligne de Monsempron-Libos à Cahors est une ligne ferroviaire en France, qui reliait les gares de Monsempron-Libos (près de Fumel) et de Cahors.

La ligne est aujourd'hui déclassée entre Fumel et Cahors. Elle constitue la ligne 632 000[1] du réseau ferré national.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les 2 février et 6 avril 1855 est signé une convention entre le ministre des Travaux publics et les administrateurs de la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France. Elle concède à titre éventuel à la compagnie un embranchement sur Cahors[2]. Cette convention est approuvée par décret impérial le 7 avril 1855[3]. À la suite de la déconfiture financière de la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France, son démantèlement est organisé en 1857 au profit de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans et de la constitution de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée.

La ligne « de Cahors à la ligne de Périgueux à Agen » est concédée à titre définitif à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans par une convention signée le 11 juin 1863 entre le ministre des Travaux publics et la compagnie. Cette convention est approuvée par un décret impérial le 6 juillet 1863[4].

La ligne Cahors-Monsempron-Libos cesse son exploitation voyageurs le 26 septembre 1971. Cinq mouvements omnibus dans chaque sens parcouraient alors la ligne Cahors-Monsempron-Libos avec pour certains un prolongement vers Agen et vice-versa. Les autorails "mobylettes" X 5500/X 5800 de 150 CV assuraient l'essentiel des circulations voyageurs depuis le milieu des années 60. La gare de Castelfranc accueillit les autorails X5500/5800 ainsi qu'une Z 4700 avant leur ferraillement. Un projet d'exploitation touristique entre Castelfranc et Fumel vit le jour en 1985 mais ne put se concrétiser. Le trafic marchandises prit fin le 25 septembre 1977 sur la section Cahors-Castelfranc, le 1er mars 1980 sur la section Castelfranc-Fumel, et le 25 novembre 2010 sur le dernier tronçon Fumel-Monsempron-Libos. La voie ferrée a été déposée par étapes entre Cahors et Fumel.

Dates de déclassement[modifier | modifier le code]

  • De Castelfranc - Prayssac à Bif de Libos (PK 634,300 à 653,949), le 17 septembre 1980[5].
  • De Fumel à Castelfranc - Prayssac (PK 614,675 à 634,300), le 10 novembre 1989[6].
  • Section à Fumel (PK 610,826 à 614,675), le 11 juillet 1994[1].
  • La plate-forme, les gares et les ouvrages d art sont encore bien visibles par la route qui traverse les vignobles de Cahors en allant de Cahors à Luzech.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Journal Officiel de la République Française du 14/07/1994, page 10 204.
  2. « Convention relative à la concession de lignes de chemin de fer à la compagnie du chemin de fer Grand-Central de France », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 5, no 292,‎ , p. 830 - 838 (lire en ligne).
  3. « N° 2878 - Décret impérial qui approuve la convention passée, les 2 février et 6 avril 1855, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France : 7 avril 1855 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 6, no 313,‎ , p. 58 - 59 (lire en ligne).
  4. « N° 11559 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 11 juin 1863, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et la Compagnie du chemin de fer d'Orléans : 6 juillet 1863 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 22, no 313,‎ , p. 188 - 193 (lire en ligne).
  5. Journal Officiel de la République Française du 1/10/1980, page 8 688.
  6. Journal Officiel de la République Française du 11/11/1989, page 14 086.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]