Grézels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Grézels
Grézels
Hôtel de ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Cahors
Canton Puy-l'Évêque
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée du Lot et du Vignoble
Maire
Mandat
Nicole Leclerc-Bortot
2014-2020
Code postal 46700
Code commune 46130
Démographie
Population
municipale
224 hab. (2016 en diminution de 12,84 % par rapport à 2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 28′ 34″ nord, 1° 09′ 12″ est
Altitude Min. 80 m
Max. 256 m
Superficie 10,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Grézels

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Grézels

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grézels

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grézels

Grézels est une commune française située dans le département du Lot, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Quercy, sur la rive sud du Lot, située à l'ouest de Cahors. Elle s'étend de la plaine du Lot jusqu'en haut de Cévennes (collines abruptes) qui domine la vallée.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Grézels est limitrophe de six autres communes.

Carte de la commune de Grézels et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Grézels[1]
Puy-l'Évêque Pescadoires Lagardelle
Floressas Grézels[1]
Le Boulvé Bélaye

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située au bord d'un méandre formé par le Lot qui lui sert de frontière naturelle dans sa partie nord-ouest avec la commune de Puy-l'Évêque. Elle est aussi arrosée par le Ruisseau de Saint-Matré un de ses affluents.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 079 hectares ; son altitude varie de 80 à 256 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès avec la RD 811 (ex RN 111) puis prendre la route départementale D 207 ou la D 44 et D 8.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Grézels formé de gres et du suffixe diminutif -el. Il est dérivé du germanique griot, greot ou grés. Ces mots désignent sur le causse un lieu dont le sol pauvre est constitué de peu de terre et de petits cailloux[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Grézels est liée au château de la Coste[4].

Ce château a été construit au XIIIe siècle. Il faisait partie d'un réseau de tours surveillant l'entrée occidentale des terres épiscopales qui allaient de Puy-l'Évêque à Cahors (dont Puy-l'Évêque, Lagardelle et Belaye). Il fut donné à la famille Guiscard (descendants des Hauteville, une famille d'aventuriers normands) pour services rendus pendant la Croisade contre les Albigeois. Ce château (en fait, pas beaucoup plus qu'une tour) fut endommagé pendant la guerre de Cent Ans.

Il a connu une première restauration au XIVe siècle mais, comme les Guiscard étaient catholiques, les protestants d'Henri de Navarre (futur Henri IV) le pillèrent.

Il fut complètement transformé au XVIIe et tomba à l'abandon après la Révolution (vendu comme bien national). Il faudra attendre 1960 et les propriétaires actuels pour qu'il connaisse une véritable restauration de la version du XVIIe siècle, pas encore intégralement achevée.

Le village, d'abord sous le château, descendit dans la plaine du lot, attiré par la grande activité aux abords de la rivière, jusqu'à l'avènement du chemin de fer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[5],[6].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de l'arrondissement de Cahors de la communauté de communes de la Vallée du Lot et du Vignoble et du canton de Puy-l'Évêque.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Louis Garrigou    
1791 1813 François Raymond Boscas    
1813 1818 Raymond Hilaire Etienne Boscas    
1818 1830 Jean-baptiste Boscas    
1830 1843 François Carrié    
1843 1845 Arnaud Bernadou    
1845 1846 Antoine Aldebert    
1846 1860 Jean Prady    
1860 1876 Jean Jacques Dieudonné Prady    
1876 1910 Charles Léonce Carrié    
1910 1924 Jean Félix Molinié    
1924 1929 Théophile Roussy    
1929 1948 Léonce Nouvel    
1948 1953 Edmond Quenot    
1953 1977 Maurice Coutrix    
1977 2001 Michel Roux    
2001 2004 Pierre Carrié    
2004   Nicole Leclerc-bortot    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[9].

En 2016, la commune comptait 224 habitants[Note 1], en diminution de 12,84 % par rapport à 2011 (Lot : -0,81 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
640720718767767741719678702
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
664662683651648605580531523
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
486462381338318321321322295
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
286275235255243265221257224
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[12] 1975[12] 1982[12] 1990[12] 1999[12] 2006[13] 2009[14] 2013[15]
Rang de la commune dans le département 131 181 157 156 170 191 193 175
Nombre de communes du département 340 340 340 340 340 340 340 340

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture lieu de production du Cahors (AOC).

Enseignement[modifier | modifier le code]

Grézels fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Chasse, pétanque,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 112.
  4. A vau Lot, Jacques Roger, Pradines, édité par lui-même, 2001
  5. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  6. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031416.html.
  7. « Les maires de Grézels », sur Site francegenweb, (consulté le 5 février 2017).
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  13. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  14. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  15. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  16. Yves Bruand, Le château de La Coste à Grézels, p.325-331, dans Congrès archéologique de France. 147e session. Quercy. 1989, Société française d'archéologie, Paris, 1993
  17. « Château de La Coste », notice no PA00095107, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Orgue », notice no PM46000165, base Mérimée, ministère français de la Culture

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.