Duravel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Duravel
Duravel
Entrée du village.
Blason de Duravel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Cahors
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée du Lot et du Vignoble
Maire
Mandat
Gérard Calassou
2020-2026
Code postal 46700
Code commune 46089
Démographie
Gentilé Duravelois
Population
municipale
957 hab. (2018 en diminution de 2,05 % par rapport à 2013)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 31′ 02″ nord, 1° 04′ 50″ est
Altitude 88 m
Min. 65 m
Max. 271 m
Superficie 14,97 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Puy-l'Évêque
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Duravel
Géolocalisation sur la carte : Lot
Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Duravel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Duravel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Duravel

Duravel est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ancien chemin de fer transformé en chemin de randonnée.

Commune située dans le Quercy, sur l'ancienne ligne Monsempron-Libos - Cahors, entre Fumel et Puy-l'Évêque.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Duravel est limitrophe de six autres communes.

Carte de la commune de Duravel et de ses proches communes.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située au bord d'un méandre formé par le Lot qui lui sert de frontière naturelle dans sa partie sud avec la commune de Vire-sur-Lot.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 497 hectares ; son altitude varie de 65 à 271 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès avec la RD 811 (ex RN 111) et la route départementale D 58.

Voir aussi l'ancienne gare SNCF sur la ligne de Monsempron-Libos à Cahors.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Duravel est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon Gaston Bazalgues, le toponyme Duravel est basé soit sur l'occitan dura qui désigne une terre nue, suivi de val, une vallée, soit sur le terme gaulois duros qui indique une forteresse[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne ville gallo-romaine, Duravel, alors nommée DIOLINDUM [réf. nécessaire], a été fondée par les Romains pour être une station militaire sur la grande voie stratégique de Bordeaux à Lyon. (Malheureusement, les vestiges de ce temps ont disparu au cours des guerres de religion de 1596.)

Au XIe siècle, Duravel possède un prieuré dépendant de l'abbaye de Moissac fondée par Clovis et restaurée par Charlemagne. Les corps de trois saints originaires de Palestine et d'Égypte, Hilarion, Agathon et Poemon, y sont amenés. Ils se trouvent toujours dans l'église où depuis le XIIe siècle, ils sont l'objet de pèlerinages et, tous les cinq ans, d'une fête de l'ostentation.

1369, « guerre de Cent Ans », Duravel est attaquée par les Anglais sous les ordres de Robert Knolles. Ville peuplée alors de 6 000 habitants, elle résiste pendant six semaines et met les attaquants en déroute. En remerciement, le roi lui octroie des armoiries : De gueules, à une couronne fermée d'or, au chef d'azur, chargé de trois fleurs de Lis d'or[9].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Duravel

Son blasonnement est : « De gueules, à une couronne fermée d'or ; au chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or. »[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[11],[12].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de l'arrondissement de Cahors de la communauté de communes de la Vallée du Lot et du Vignoble et du canton de Puy-l'Évêque.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[13]
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Jean Zambon    
2008 2014 Jacques Parmentier    
2014 En cours Joséfa Ruiz-rubio    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2018, la commune comptait 957 habitants[Note 2], en diminution de 2,05 % par rapport à 2013 (Lot : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1851 1856
5 9002 8042 8003 0613 1273 1171 7931 9281 846
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 7761 8481 7731 6891 6291 5321 5161 0721 104
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 026915821835868971822718823
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
983911875894882930937957965
2018 - - - - - - - -
957--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[18] 1975[18] 1982[18] 1990[18] 1999[18] 2006[19] 2009[20] 2013[21]
Rang de la commune dans le département 18 24 29 25 30 29 31 30
Nombre de communes du département 340 340 340 340 340 340 340 340

Au début du XXe siècle, Duravel comptait 1 026 habitants[22].

Économie[modifier | modifier le code]

Les vignes et le village

Viticulture lieu de production du Cahors (AOC), camping.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Duravel fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Salle des fêtes, comité des fêtes, vitrine communale (petit musée)[23], mycologie, bibliothèque.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Chasse, pétanque, randonnée pédestre, basket-ball.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre du SYDED[24].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L' église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marguerite Vidal Conservateur des musées de Moissac, Jean Maury Agrégé de l'Univsité, Jean Porcher Conservateur en chef du cabinet des manuscrits à la Bibliothèque Nationale. Photographies de Jean Dieuzaide, Quercy roman, La Pierre-Qui-Vire (Yonne, Zodiaque, , 342 p.
    10e de la collection "la nuit des temps" : Duravel: pp. 145 à 174

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  8. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 110.
  9. http://www.duravel-tourisme.com
  10. Victor Adolphe Malte-Brun, Lot : Géographie - Histoire - Statistique - Administration, Les éditions du Bastion, (réimpr. 1980), 58 p., p. 34
  11. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  12. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014 (consulté le 1er juillet 2020).
  13. « Les maires de Duravel », sur Site francegenweb, (consulté le 26 novembre 2016).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  19. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  20. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  21. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  22. Le Lot partie Chemins de fer p.205 - Armand Viré - Réédition de l'ouvrage de 1907 - (ISBN 2-7455-0049-X).
  23. La Dépêche du Midi, « Duravel. Inauguration à la vitrine communale », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2020).
  24. « Accueil », sur SYDED du Lot (consulté le 1er juillet 2020).
  25. Nelly Pousthomis-Dalle - L'église de Duravel (Lot) - pp.239-265 dans Congrès archéologique de France. 147e session. Quercy. 1989 - Société Française d'Archéologie - Paris - 1993
  26. Marguerite Vidal, Jean Maury, Jean Porcher - Quercy roman - pp.139-152 - Éditions Zodiaque (collection "la nuit des temps n°10 - La Pierre-qui-Vire - 3e édition - 1979 (ISBN 978-2-7369-0143-1).
  27. Notice no PA00095064, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. http://www.duravel-histoire.fr/patrimoine/patrimoine-m%C3%A9di%C3%A9val/%C3%A9glise-saint-hilarion/
  29. Notice no PA00095065, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. http://www.duravel-histoire.fr/patrimoine/patrimoine-m%C3%A9di%C3%A9val/saint-avit/
  31. Notice no PA00095305, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. http://www.duravel-histoire.fr/%C3%A9ditions/
  33. http://www.duravel-histoire.fr/patrimoine/patrimoine-m%C3%A9di%C3%A9val/remparts/
  34. http://www.duravel-histoire.fr/patrimoine/cabestan/
  35. http://www.duravel-histoire.fr/patrimoine/patrimoine-m%C3%A9di%C3%A9val/fontaines/