Aubin (Aveyron)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aubin
Aubin (Aveyron)
Le site du Fort d'Aubin.
Blason de Aubin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Villefranche-de-Rouergue
Intercommunalité CC Decazeville Communauté
Maire
Mandat
Michel Baert
2022-2026
Code postal 12110
Code commune 12013
Démographie
Gentilé Aubinois
Population
municipale
3 741 hab. (2019 en diminution de 5,15 % par rapport à 2013)
Densité 137 hab./km2
Population
agglomération
14 152 hab. (2019)
Géographie
Coordonnées 44° 31′ 43″ nord, 2° 14′ 48″ est
Altitude Min. 211 m
Max. 500 m
Superficie 27,23 km2
Élections
Départementales Canton d'Enne et Alzou
(bureau centralisateur)
Législatives 2e circonscription de l'Aveyron
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aubin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aubin
Géolocalisation sur la carte : Aveyron
Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Aubin
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Aubin

Aubin est une commune française située dans le département de l'Aveyron, en région Occitanie, entre Decazeville et Firmi.

Le patrimoine architectural de la commune comprend cinq immeubles protégés au titre des monuments historiques : l'église Saint-Blaise, classée en 1942, l'école Jules-Ferry du Gua, inscrite en 2002, l'église Notre-Dame, inscrite en 2003, l'église Notre-Dame-des-Mines, inscrite en 2001, et les cheminées d'usine, inscrites en 2001.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte avec les communes environnantes

Localisation[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Ruisseau de Vayssade, le Ruisseau du Banel et le Ruisseau du Saltz sont les principaux cours d'eau de la commune.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 2 481, alors qu'il était de 2 567 en 2013 et de 2 558 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 72,7 % étaient des résidences principales, 5,4 % des résidences secondaires et 22 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 83,4 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 16,4 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Aubin en 2018 en comparaison avec celle de l'Aveyron et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (5,4 %) inférieure à celle du département (17,4 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 76,8 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (75,7 % en 2013), contre 69,3 % pour l'Aveyron et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Aubin en 2018.
Typologie Aubin[I 1] Aveyron[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 72,7 71,8 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 5,4 17,4 9,7
Logements vacants (en %) 22 10,8 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Issu du latin Albinus, lui-même dérivé de albus (blanc).

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Lucien Mazars, auteur de nombreux ouvrages d'histoire locale écrit dans Aubin ; son histoire, des origines à la Révolution de 1789 : « la tradition [veut] qu'Aubin, qui porta le nom d'Albin jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, ait été fondée par le général romain Declus Clodius Albinus, ou en son honneur ». Or, le général Albinus n'a pas exercé de fonctions de légat en Gaule mais en Bretagne (actuelle Grande-Bretagne). Son contrôle de la Gaule a vraisemblablement été trop bref pour pouvoir fonder une ville.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le fort d'Aubin servit d'abord de forteresse puis fut occupé au Moyen Âge par les seigneurs du Rouergue.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La gare d'Aubin, dans les années 1900.

La commune fut chef-lieu du district d'Aubin de 1790 à 1800.

En octobre 1869, la troupe tire sur une manifestation de mineurs faisant 14 morts et 22 blessés, dont trois ne survivront pas[1],[2]. Il s'agit de la 2e grève du Second Empire, après celle du 16 juin 1869 à La Ricamarie[3](la Fusillade du Brûlé)[réf. nécessaire]. Cette tragédie inspira l'Ode à la Misère de Victor Hugo[Note 1].

Depuis 1858, la commune est dotée de la gare d'Aubin sur la ligne de Capdenac à Rodez.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Villefranche-de-Rouergue du département de l'Aveyron.

Elle était depiuos 1793 le chef-lieu du canton d'Aubin[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune est depuis 2014 le bureau centralisateur du canton d'Enne et Alzou

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de l'Aveyron.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Aubin était membre de la communauté de communes du Bassin de Decazeville Aubin, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 1998 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité a fusionné avec sa voisine pour former, le , la communauté de communes Decazeville Communauté dont est désormais membre la commune.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du second tour des élections municipales de 2014 dans l'Aveyron, la liste PS-PCF-EELV menée par le maire sortant André Martinez obtient la majorité des suffrages exprimés, avec 1 036 voix (49,05 %, 21 conseillers municipaux élus dont 6 communautaires), devançant largement les listes menées respectivement par[5]  :
- Francis Mazars (PS, 814 voix, 38,54 %, 5 conseillers municipaux élus dont 2 communautaires) ;
- Denis Gruszka (FG, 282 voix, 12,40 %, 1 conseiller municipal élu).
Lors de ce scrutin, 31,64 % des électeurs se sont abstenus.

Lors du premier tour des élections municipales de 2020 dans l'Aveyron, la liste DVG menée par Laurent Alexandre obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 967 voix (64,89 %, 23 conseillers municipaux élus dont 5 communautaires), devançant tr_ès largement la liste PS menée par le maire sortant André Martinez, qui a recueilli 523 voix (35,10 %, 4 conseillers municipaux élus dont 1 communautaire.
Lors de ce scrutin marqué par la pandémie de Covid-19 en France, 47,42 % des électeurs se sont abstenus[6].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 Edmond Ginestet[9] PCF Fraiseur sur métaux
Député de l'Aveyron (1948 → 1951)
Conseiller général d'Aubin (1945 → 1958)
Décédé en fonction
1963 Jean Martin[10]
(1925-1990)
PCF Instituteur
René Grès Union
républicaine
Enseignant retraité
Lucien Mazars[11]
(1922-2019)
PS Chef d'exploitation des Houillères puis retraité
Créateur du musée de la mine Lucien Mazars
Conseiller général d'Aubin (1970 → 1994)
Vice-président du conseil général
Robert Debuchy[12]
(1926-2016)
PS Médecin
Pierre Beffre
(1937-2017)
PS Professeur retraité
Conseiller général d'Aubin (1994 → 2015)
[13] André Martinez[14] PS Retraité
Président de la CC Decazeville Communauté (2017 → 2020)
[15] [16] Laurent Alexandre LFI Ouvrier qualifié à la société Collins Aerospace
Député de l'Aveyron (2e circ) (2022 → )
Vice-président de CC Decazeville Communauté (2020 → 2022)
Démissionnaire à la suite de son élection comme député
[17] En cours
(au 9 juillet 2022)
Michel Baert LFI Directeur technique immobilier

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[19].

En 2019, la commune comptait 3 741 habitants[Note 2], en diminution de 5,15 % par rapport à 2013 (Aveyron : +0,67 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 1502 9352 9542 3643 3923 0173 0783 3214 413
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8 0487 8568 8638 8329 8649 3179 0549 0529 781
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9 9739 9869 5749 7409 3878 3227 4957 9828 275
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
7 8216 6356 2835 7824 8464 3604 2583 9543 780
2019 - - - - - - - -
3 741--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

  • L'Étoile Sportive de Combes, club de football depuis 1921[21].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018 (données Insee publiées en ), la commune compte 1 701 ménages fiscaux[Note 3], regroupant 3 403 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 19 560 [I 6] (20 640  dans le département[I 7]). 39 % des ménages fiscaux sont imposés[Note 4] ( % dans le département).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
Division 2008 2013 2018
Commune[I 8] 7,5 % 8,3 % 10,9 %
Département[I 9] 5,4 % 7,1 % 7,1 %
France entière[I 10] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 2 076 personnes, parmi lesquelles on compte 67,2 % d'actifs (56,3 % ayant un emploi et 10,9 % de chômeurs) et 32,8 % d'inactifs[Note 5],[I 8]. En 2018, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est supérieur à celui de la France et du département, alors qu'il était inférieur à celui de la France en 2008.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction de Decazeville, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 1],[I 11]. Elle compte 835 emplois en 2018, contre 769 en 2013 et 839 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 1 187, soit un indicateur de concentration d'emploi de 70,4 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 43,5 %[I 12].

Sur ces 1 187 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 323 travaillent dans la commune, soit 27 % des habitants[I 13]. Pour se rendre au travail, 90,5 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 1,2 % les transports en commun, 3,6 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 4,6 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 14].

Activités hors agriculture[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

206 établissements[Note 6] sont implantés à Aubin au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 7],[I 15].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 206 100 % (100 %)
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
25 12,1 % (17,7 %)
Construction 31 15 % (13 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
61 29,6 % (27,5 %)
Information et communication 3 1,5 % (1,5 %)
Activités financières et d'assurance 4 1,9 % (3,4 %)
Activités immobilières 8 3,9 % (4,2 %)
Activités spécialisées, scientifiques et techniques
et activités de services administratifs et de soutien
32 15,5 % (12,4 %)
Administration publique, enseignement,
santé humaine et action sociale
20 9,7 % (12,7 %)
Autres activités de services 22 10,7 % (7,8 %)

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 29,6 % du nombre total d'établissements de la commune (61 sur les 206 entreprises implantées à Aubin), contre 27,5 % au niveau départemental[I 16].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Les cinq entreprises ayant leur siège social sur le territoire communal qui génèrent le plus de chiffre d'affaires en 2020 sont[22] :

  • Molenat Bois, fabrication de charpentes et d'autres menuiseries (8 148 k€)
  • SAS Ets Bories, commerces de détail de charbons et combustibles (4 198 k€)
  • SARL Campergue, commerce de détail de fruits et légumes en magasin spécialisé (904 k€)
  • SATS, ambulances (831 k€)
  • Le Moulin D'olt, production d'électricité (779 k€)

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune est dans la « Viadène et vallée du Lot », une petite région agricole occupant le nord-ouest du département de l'Aveyron[23]. En 2020, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 8] sur la commune est l'élevage de bovins, pour la viande[Carte 2].

1988 2000 2010 2020
Exploitations 71 40 17 12
SAU[Note 9] (ha) 687 668 498 691

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 71 lors du recensement agricole de 1988[Note 10] à 40 en 2000 puis à 17 en 2010[25] et enfin à 12 en 2020[Carte 3], soit une baisse de 83 % en 32 ans. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 51 % de ses exploitations[26],[Carte 4]. La surface agricole utilisée sur la commune a quant à elle augmenté, passant de 687 ha en 1988 à 691 ha en 2020[Carte 5]. Parallèlement la surface agricole utilisée moyenne par exploitation a augmenté, passant de 10 à 58 ha[25].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Blaise d'Aubin.
  • Église Saint-Blaise Logo monument historique Inscrit MH (1942)[27].
    En venant de Decazeville, on voit apparaître cette église au style roman et gothique, de pierre blonde au clocher octogonal. À l'origine romane du XIIe siècle, elle a été remaniée aux XVe et XVIe siècles.
  • Église Notre-Dame-des-Mines de Combes, Logo monument historique Inscrit MH (2001)[28], label XXe siècle, fut construite à partir de 1942 à 1949 pour remplacer l'ancienne chapelle en bois des mineurs de la mine du Banel[29].
  • La chapelle Notre-Dame, dite du Pouzet d'Aubin[31].
  • Ces deux cheminées d'usine Logo monument historique Inscrit MH (2008)[33] furent réalisées en 1847 par la Compagnie des forges et fonderies d'Aubin.
  • L'école Jules Ferry du Gua Logo monument historique Inscrit MH (2002)[34] est l'œuvre d’Emmanuel Brune et fut construite entre 1876 et 1880. C'est un bâtiment de 59 mètres de long et 12 mètres de large, construit sur une terrasse aménagée dominant le site du Gua, qui tranche sur l'ensemble des maisons modestes qui constituent la trame de ce faubourg.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]


Héraldique[modifier | modifier le code]

Aubin
Blason de Aubin Blason
De gueules au lion d'or, au chef cousu de sable chargé d'un pic et d'un marteau d'argent emmanchés d'or passés en sautoir et surchargés d'une lampe de mineur aussi d'argent allumée de gueules[35].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lucien Mazars, Aubin : son histoire, des origines à la Révolution de 1789, Aubin, L. Mazars, , 119 p., Couv. ill., ill. ; 22 cm (BNF 34761590)
  • Lucien Mazars, Terre de mine : bassin d'Aubin-Decazeville, Rodez, Fil d'Ariane, , 285 p., ill., couv. ill. ; 22 cm (ISBN 978-2-912470-16-4, BNF 36978991)
  • Lucien Mazars et Francis Mazars, Terre de mine en images : bassin de Decazeville-Aubin, Aubin, Association des amis du Musée de la mine Lucien Mazars, , 265 p., ill. en noir et en coul., couv. ill. ; 24 cm (ISBN 978-2-7466-0685-2, BNF 41491412)
  • Madeleine Raygade-Panassié, Souvenirs de Combes : pays de charbon et de flammes, Rodez, Association des amis du Musée du Rouergue, , 99 p., ill., couv. ill. ; 24 cm (BNF 36692146)
  • Christian-Pierre Bedel (préf. Pierre Beffre), Aubinh : Cransac, Firmin, Vivièrs / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton d'Aubinh, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 247 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 978-2-907279-38-3, ISSN 1151-8375, BNF 36708370)
  • Michel Girval, Aubin, Le Gua, Combes dans le temps : des cartes postales anciennes, Aubin, Amicale laïque et républicaine de la commune d'Aubin, , 200 p., ill., couv. ill. en coul. ; 30 cm (ISBN 978-2-9513481-0-3, BNF 37038703)
  • Senez (Ingénieur), Aubin. : Carte géologique du bassin houiller de Aubin (Aveyron), dressée en 1840 : Document cartographique manuscrit, S.l., s.n., , 1 flle : ms. ; 40 x 48 cm (BNF 40720457)
  • Aubin. - Carte géologique du bassin houiller de Aubin (Aveyron), dressée en 1840 par l'ingénieur Senez sur Gallica
  • Marie-Line Montbroussous, Histoire d'une intégration réussie : les Espagnols dans le bassin de Decazeville, Rodez, Ed. du Rouergue, , 199 p., ill., couv. ill. ; 23 cm (ISBN 978-2-905209-99-3, BNF 36685891)
  • Gérard Pertus et Michel Herranz, Bassin de Decazeville, Aubin, Cransac, Firmi, Viviez : usines et métallos. Tome 1, Decazeville, Association de sauvegarde du patrimoine industriel du Bassin de Decazeville, , 238 p., ill., couv. ill. ; 31 cm (ISBN 978-2-9531052-3-0, BNF 42307098)
  • Gérard Pertus et Michel Herranz, Bassin de Decazeville, Aubin, Cransac, Firmi, Viviez : usines et métallos. Tome 2, Decazeville, Association de sauvegarde du patrimoine industriel du Bassin de Decazeville, , 237 p., ill., couv. ill. ; 31 cm (ISBN 978-2-9531052-4-7, BNF 43520392)
  • Gérard Pertus et Michel Herranz, Mines et mineurs : Bassin de Decazeville : Aubin, Cransac, Firmi, Viviez, Decazeville, Association de sauvegarde du patrimoine industriel du Bassin de Decazeville, , 211 p., ill., couv. ill. ; 31 cm (ISBN 978-2-9531052-1-6, BNF 41420313)
  • Gérard Pertus et Michel Herranz, Puits de mines : Bassin de Decazeville : Aubin, Cransac, Firmi, Viviez, Decazeville, Association de sauvegarde du patrimoine industriel du Bassin de Decazeville, , 117 p., ill., couv. ill. ; 31 cm (ISBN 978-2-9531052-0-9, BNF 41184324)
  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Pierre Beffre), Aubinh : Cransac, Firmin, Vivièrs / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton d'Aubinh, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 247 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 978-2-907279-38-3, ISSN 1151-8375, BNF 36708370)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Aubin », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. « - Quel âge as-tu ? - Seize ans. - De quel pays es-tu ? D'Aubin. - N'est-ce pas là, dis-moi, qu'on s'est battu ? On ne s'est pas battu, l'on a tué. - La mine Prospérait. - Quel était son produit ? - La famine. Oui, je sais, le mineur vit sous terre, et n'a rien. Avec la nuit de plus, il est galérien. - Mais toi, faisais-tu donc ce travail, jeune fille ? - Avec tout mon village et toute ma famille, Oui. Pour chaque hottée on me donnait un sou. Mon grand-père était mort, tué du feu grisou. Mon petit frère était boiteux d'un coup de pierre. Nous étions tous mineurs, lui, mon père, ma mère, Moi. L'ouvrage était dur, le chef n'était pas bon. Comme on manquait de pain, on mâchait du charbon. Aussi, vous le voyez, monsieur, je suis très maigre ; Ce qui me fait du tort - Le mineur, c'est le nègre. Hélas, oui ! - Dans la mine on descend, on descend. On travaille à genoux dans le puits. C'est glissant. Il pleut, quoiqu'on n'ait pas de ciel. On est sous l'arche D'un caveau bas, et tant qu'on peut marcher, on marche ; Après on rampe ; on est dans une eau noire ; il faut Étayer le plafond, s'il a quelque défaut ; La mort fait un grand bruit quand tout à coup elle entre ; C'est comme le tonnerre. On se couche à plat ventre. Ceux qui ne sont pas morts se relèvent. Pas d'air. Chaque sape est un trou dont un homme est le ver. Quand la veine est en long, c'est bien ; quand elle est droite, Alors la tâche est rude et la sape est étroite : On sue, on gèle, on tousse ; on a chaud, on a froid. On n'est pas sûr si c'est vivant tout ce qu'on voit. Sitôt qu'on est sous terre on devient des fantômes. Les pauvres paysans qui vivent sous les chaumes Respirent du moins l'air des cieux. On étouffait. - Pourquoi ne pas vous plaindre aussi ? - Nous l'avons fait. Nous avons demandé, ne croyant pas déplaire, Un peu moins de travail, un peu plus de salaire. - Et l'on vous a donné, quoi ? - Des coups de fusil. Je m'en souviens, le maître a froncé le sourcil. Mon père est mort frappé d'une balle. - Et ta mère ? - Folle. - Et tu n'as plus rien ? - Si. J'ai mon petit frère. Il est infirme… » Victor Hugo, Ode à la Misère
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  3. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  4. La part des ménages fiscaux imposés est le pourcentage des ménages fiscaux qui ont un impôt à acquitter au titre de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. L'impôt à acquitter pour un ménage fiscal correspond à la somme des impôts à acquitter par les foyers fiscaux qui le composent.
  5. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  6. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  7. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  8. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  9. Les données relatives à la surface agricole utilisée (SAU) sont localisées à la commune où se situe le lieu principal de production de chaque exploitation. Les chiffres d'une commune doivent donc être interprétés avec prudence, une exploitation pouvant exercer son activité sur plusieurs communes, ou plusieurs départements voire plusieurs régions.
  10. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[24].
  • Cartes
  1. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).
  2. « Recensement agricole 2020 - Carte de la spécialisation de la production agricole par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée (SAU) moyenne par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée par département », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Recensement agricole 2020 - Carte de la surface agricole utilisée (SAU) par commune et de la SAU moyenne », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Chiffres clés - Logement en 2018 à Aubin » (consulté le ).
  2. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Aubin - Section LOG T2 » (consulté le ).
  3. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Aubin - Section LOG T7 » (consulté le ).
  4. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans l'Aveyron » (consulté le ).
  5. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  6. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Aubin » (consulté le ).
  7. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans l'Aveyron » (consulté le ).
  8. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Aubin » (consulté le ).
  9. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans l'Aveyron » (consulté le ).
  10. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  12. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Aubin » (consulté le ).
  13. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  14. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  15. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à Aubin » (consulté le ).
  16. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans l'Aveyron » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « 1869 : L'armée tire sur une foule de grévistes à Aubin », sur Retronews,
  2. Georges Soria, Grande histoire de la Commune, Édition de centenaire 1971, T.I p. 126
  3. Henri Guillemin, L'avènement de Monsieur Thiers, Édition Utovie
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Résultats officiels pour la commune Aubin
  6. « Résultats de l'élection municipale et communautaire de 2020 à Aubin », sur Ministère de l'intérieur, (consulté le ).
  7. Notice CABROL Jules, Albert, Pierre par Justinien Raymond, version mise en ligne le 4 novembre 2010, dernière modification le 4 novembre 2010
  8. notice MAURS Albert (MAURS Jean, Baptiste, Albert), version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010
  9. a et b Notice GINESTET Edmond par Jean Maitron, Claude Pennetier, version mise en ligne le 8 juin 2009, dernière modification le 30 août 2021
  10. Notice MARTIN Jean, Benjamin par Jacques Girault, version mise en ligne le 3 mai 2012, dernière modification le 4 avril 2022
  11. « Aveyron : décès de Lucien Mazars, fondateur du Musée de la Mine d’Aubin », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Aubin. Décès de l'ancien maire Robert Debuchy : obsèques ce jour », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « Aveyron : André Martinez candidat à un troisième mandat de maire à Aubin », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. « André Martinez dénonce la mise à l'écart de la minorité municipale à Aubin : "Pourquoi nous ferme-t-on la porte ?" », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Aubin. Laurent Alexandre, nouveau Maire », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. « Laurent Alexandre (LFI) entre en campagne », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Laurent Alexandre, 48 ans, est maire d’Aubin depuis 2020 et deuxième vice-président de Decazeville Communauté est donc désormais officiellement investi. Ouvrier qualifié à la société Collins Aerospace (Ratier) il portera l’étiquette LFI. Un parti dont il n’est pas encarté, mais ouvertement sympathisant ».
  17. « Michel Baert élu nouveau maire d’Aubin », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  21. Site de l'Étoile sportive de Combes
  22. « Entreprises à Aubin », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le ).
  23. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  24. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  25. a et b « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune d'Aubin - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  26. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département de l'Aveyron » (consulté le ).
  27. Notice no PA00093957, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. Notice no PA12000021, base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. Site personnel consacré à l'église Notre-Dame, mis à jour en 2006
  30. Notice no PA12000027, base Mérimée, ministère français de la Culture
  31. a et b Trait d'union, journal paroissial no 19, juillet 2020, R. Delbruel 25 rue Clemenceau, Decazeville
  32. Histoire - Le site du Fort et le Vieil Aubin - Caravelis (pdf)
  33. Notice no PA12000046, base Mérimée, ministère français de la Culture
  34. Notice no PA12000024, base Mérimée, ministère français de la Culture
  35. Brian Timms