Anglars-Juillac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Juillac.
Anglars-Juillac
Mairie.
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Lot
Arrondissement Cahors
Canton Luzech
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée du Lot et du Vignoble
Maire
Mandat
Francis Laffargue
2014-2020
Code postal 46140
Code commune 46005
Démographie
Population
municipale
341 hab. (2012)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 29′ N 1° 12′ E / 44.49, 1.244° 29′ Nord 1° 12′ Est / 44.49, 1.2  
Altitude 98 m (min. : 81 m) (max. : 240 m)
Superficie 5,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Anglars-Juillac

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Anglars-Juillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Anglars-Juillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Anglars-Juillac

Anglars-Juillac est une commune française située dans le département du Lot, en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Quercy. Ne pas la confondre avec une autre commune du Lot, Anglars.

Toponymie[modifier | modifier le code]

.Le toponyme Anglars pourrait sembler être basé sur une forme du type Castrum anglarense qui indiquerait une appartenance aux Anglais. Cependant, Castrum anglarense est mentionné en 926, bien avant les invasions anglaises de la guerre de Cent Ans qui ont débuté en 1337. Anglars est issu de angulus avec le suffixe -arem. Il s'agit d'un lieu en relation avec une pierre de taille angulaire qui faisait partie d'une construction importante[1].

Le toponyme Julliac (en occitan Julhac) est basé sur l'anthroponyme gallo-romain Jullius avec la terminaison -acum. La terminaison -ac est issue du suffixe gaulois -acon (lui-même du celtique commun *-āko-), souvent latinisé en -acum dans les textes. C'est le nom du domaine de Jullius[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Issue de la volonté de Joseph Bonafous Murat, châtelain d'Anglars et de Jean Louis Salbant, maire de Bélaye, la naissance de la commune d'Anglars-Juillac date de la loi du [1].

Elle fut formée de l'imputation des terres et du village d'Anglars appartenant alors à Albas, ainsi que des terres du village de Juillac, ces dernières étaient alors rattachés à Bélaye.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours Francis Laffargue    
2001 2014 Pierre Souques    
1977 2001 Jean Laffargue    
1947 1977 Raymond Philip    
1944 1947 Augustin Bouysset    
1931 1944 Gaston Vinel    
1925 1931 Henri Maurel    
1921 1925 Abel Combarieu    
1883 1921 Frédéric Capt Aladel    
1864 1883 Jean Louis Salbant    
1853 1864 Joseph Bonafous Murat    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 341 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
120 475 503 557 564 567 520 459 443
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
449 433 401 394 385 361 342 411 394
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006
410 377 392 340 369 329 331 342 334
2009 2012 - - - - - - -
349 341 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Chaque année, à la mi-juillet, se déroule à Juillac la plus grande bataille de confettis de France. À l'occasion de cette fête, ce ne sont pas moins de deux tonnes de papier qui sont déversées sur la place du village.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy,‎ , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 100, 105.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :