Saint-Martin-le-Redon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martin.

Saint-Martin-le-Redon
Saint-Martin-le-Redon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Arrondissement de Cahors
Canton Canton de Puy-l'Évêque
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée du Lot et du Vignoble
Maire
Mandat
Roger Lassaque
2014-2020
Code postal 46700
Code commune 46277
Démographie
Gentilé Saint-Martinons
Population
municipale
211 hab. (2015 en augmentation de 0,96 % par rapport à 2010)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 31′ 53″ nord, 1° 02′ 36″ est
Altitude Min. 86 m
Max. 257 m
Superficie 10,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Saint-Martin-le-Redon

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Saint-Martin-le-Redon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-le-Redon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-le-Redon

Saint-Martin-le-Redon est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située en le Quercy dans la vallée de la Thèze, entre la vallée du Lot au sud et la Bouriane au nord. La commune est limitrophe avec le département de Lot-et-Garonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-le-Redon est limitrophe de cinq autres communes dont deux dans le département de Lot-et-Garonne.

Carte de la commune de Saint-Martin-le-Redon et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Saint-Martin-le-Redon[1]
Saint-Front-sur-Lémance
(Lot-et-Garonne)
Sauveterre-la-Lémance
(Lot-et-Garonne, sur 30 m)
Saint-Martin-le-Redon[1] Montcabrier
Soturac Duravel

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par la Thèze un affluent rive droite du Lot.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 060 hectares ; son altitude varie de 86 à 257 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès avec la route départementale 673.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Saint-Martin-le-Redon, en occitan Sent Martì, est basé sur l'hagiotoponyme chrétien Martinius qui était un évêque de Tours. Le redon, en occitan lo redond est issu du latin rotundus[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La vallée de la Thèze dans laquelle se niche en rond (redond en occitan) la commune de Saint-Martin-le-Redon, semble avoir été occupée depuis les époques les plus reculées . Les fouilles archéologiques mettent au jour des vestiges des périodes du Paléolithique, du Néolithique et plus récemment, de l'âge de bronze. Une nature qui offre toutes les commodités — terres riches dans la vallée, bois giboyeux sur les coteaux, sources abondantes aux vertus très tôt reconnues (la source Saint Martial est aujourd'hui inexploitée malgré ses remarquables vertus dermatologiques) — tout ceci explique cette occupation aux époques préhistorique et protohistorique. Cette occupation s'est naturellement poursuivie à l'époque gallo-romaine comme en témoigne la voie romaine qui traverse le village et qui relie Saint-Martin à Duravel.

Cette voie romaine devient au Moyen Âge le chemin des Auvergnats et n'est plus aujourd'hui qu'un sentier de randonnée. Du Moyen Âge subsistent l'église romane dont le clocher-tour a été surélevé à une époque postérieure, les tours du château de Guiral à Cazes-Marnhac, la tour gothique de Mescalpres dans les bois et les parties anciennes de certaines maisons du bourg dont l'aspect général est des XVIIe et XVIIIe siècles. Enfin, c'est de Saint-Martin qui s'étend jusqu'à son pied, que l'on peut le mieux contempler la puissante silhouette du château de Bonaguil, plus bel exemple de l'architecture militaire médiévale.
[Source : Office de Tourisme de Duravel et des Deux Vallées]
http://www.duravel-tourisme.com

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[4],[5].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de l'arrondissement de Cahors de la communauté de communes de la Vallée du Lot et du Vignoble et du canton de Puy-l'Évêque.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 1989 Bruno Broutier PS  
mars 1989 2001 Olivier de Briancon RPR  
mars 1995 2014 Roger Lassaque Non inscrit  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7].

En 2015, la commune comptait 211 habitants[Note 1], en augmentation de 0,96 % par rapport à 2010 (Lot : -0,67 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936
960420367347303262256231210
1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005
218218234202221249208196215
2010 2015 - - - - - - -
209211-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[10] 1975[10] 1982[10] 1990[10] 1999[10] 2006[11] 2009[12] 2013[13]
Rang de la commune dans le département 197 249 148 180 215 198 206 212
Nombre de communes du département 340 340 340 340 340 340 340 340

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-le-Redon fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Comité des fêtes,

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Chasse, pétanque, randonnée pédestre, basket-ball.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre du SYDED[14].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 122.
  4. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  5. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031416.html.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  14. https://www.syded-lot.fr/

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.