Toyota TS050 Hybrid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Toyota TS050 Hybrid
Toyota TS050 Hybrid
La Toyota TS050 Hybrid, lors des 24 Heures du Mans 2016.

Marque Drapeau : Japon Toyota
Années de production 2016 - 2020
Classe Sport-prototypes
Moteur et transmission
Énergie Hybride : essence + électricité
Moteur(s) Essence :
V6 bi-turbo à 90°, à injection directe
Électrique :
Aisin AW (avant) et Denso (arrière)
Position du moteur V6 essence : arrière
un moteur électrique à l'avant, un à l'arrière
Cylindrée 2 400 cm3
Puissance maximale - Essence : 500 ch
- Électrique : 500 ch
- Combinée : 1000 ch
Transmission Propulsion, intégrale avec l'électrique
Boîte de vitesses Séquentielle à 7 rapports
Poids et performances
Poids à vide 875 kg
Consommation mixte 34 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) LMP1
Châssis Composite à base de fibres de carbone
Suspensions Double bras triangulaires à l'avant et l'arrière
Direction À assistance hydraulique
Freins Disques ventilés en carbone (AV et AR)
Dimensions
Longueur 4 650 mm
Largeur 1 900 mm
Hauteur 1 050 mm
Chronologie des modèles

La Toyota TS050 Hybrid est une voiture de course d'endurance, qui court en Championnat du monde d'endurance FIA avec l'écurie officielle du constructeur Toyota, Toyota Gazoo Racing. Elle succède en 2016 à la Toyota TS040 Hybrid, qui fut utilisée de 2014 à 2015.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Toyota TS050 Hybrid est dévoilée officiellement le sur le circuit Paul-Ricard, en France. Elle arbore désormais une nouvelle livrée rouge, noire et blanche, aux couleurs du Gazoo Racing[1].

Le moteur utilisé sur ce modèle est un six-cylindres (V6) biturbo, contre un huit-cylindres (V8) atmosphérique précédemment. D'après Toyota, le turbo correspond mieux au nouveau règlement actuel, qui limite le débit de carburant[1].

En 2020, Toyota stoppe la production de la TS050 Hybrid[2].

Technique[modifier | modifier le code]

La Toyota TS050 Hybrid est propulsée par un moteur V6 à injection directe biturbo de 2,4 litres de 500 ch, épaulé par deux moteurs électriques (un Aisin AW pour l’avant et Denso pour l’arrière) qui portent la puissance totale à 1 000 ch[3].

Pilotes[modifier | modifier le code]

Les pilotes engagés pour la saison 2016 sont Kazuki Nakajima, Anthony Davidson, Stéphane Sarrazin, Sébastien Buemi, Mike Conway et Kamui Kobayashi.

Championnat du monde d'endurance[modifier | modifier le code]

Saison 2016[modifier | modifier le code]

L'équipe Toyota Racing aligne deux prototypes, portant les numéros 5 et 6, pour les neuf épreuves du championnat dont les 24 Heures du Mans.

6 Heures de Silverstone[modifier | modifier le code]

La no 5 monte à la troisième place après l'abandon de l'Audi R18 no 8 et de la Porsche 919 no 1. La no 6 finit 17e à cause de dommages qui l'ont immobilisée dans les stands.

24 Heures du Mans[modifier | modifier le code]

Après 23 h 57 de course et placée à la première position devant la Porsche no 2 avec près de 40 secondes d'avance, la voiture perd soudainement de la puissance dans les Hunaudières pour finalement s’arrêter juste sous la passerelle de la ligne d'arrivée, à la suite d'un problème technique. Ceci permet à Porsche de reprendre la tête et de remporter la course. La no 5 repart finalement mais n'est pas classée, son dernier tour étant trop lent. La TS050 Hybrid no 6 prend la deuxième place sur le podium.

Saison 2017[modifier | modifier le code]

Saison 2018-2019[modifier | modifier le code]

Le championnat 2018-2019 a la particularité de compter les 24 Heures du Mans à deux reprises sur la même saison, en et .

24 Heures du Mans[modifier | modifier le code]

Lors de l'édition 2018, les TS050 Hybrid n°8 et n°7 terminent en tête du classement LMP1 et du classement général[4], signant la première victoire de Toyota aux 24 Heures du Mans.

Comme en 2018, les TS050 Hybrid n°8 et n°7 terminent en tête du classement LMP1 et du classement général, signant la seconde victoire de Toyota aux 24 Heures du Mans[5].

Saison 2019-2020[modifier | modifier le code]

24 Heures du Mans[modifier | modifier le code]

L'édition 2020 marque la dernière participation du modèle aux 24 Heures du Mans, la Toyota TS050 Hybrid n°8 remporte la course une troisième fois d'affilée[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Emmanuel Rolland et Benjamin Vinel, « La nouvelle Toyota TS050 LMP1 se dévoile », sur fr.motorsport.com, (consulté le ).
  2. Johann Leblanc, « Toyota GR Super Sport (2021). Premier tour au Mans pour l'hypercar. », sur largus.fr, (consulté le )
  3. « WEC : Après Porsche et Audi, place à la Toyota TS050 Hybrid 2016 ! | Motorsport.tv », sur fr.motorstv.com (consulté le )
  4. « 🔴 24h du Mans 2018 : Suivez la course en direct ! », Auto moto : magazine auto et moto,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. Guillaume Bardou, « 24h du Mans 2019 : Toyota et Alonso vainqueurs, le classement », L'Internaute,
  6. Natacha Basdevant, « 24 Heures du Mans : Toyota vainqueur pour la 3e fois consécutive », france.tvsport,

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]