Piéton (ruisseau)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Piéton (homonymie).
Piéton
Illustration
Le canal Bruxelles-Charleroi à Luttre
Caractéristiques
Longueur km jusqu'au Canal Bruxelles-Charleroi, 30 km jusqu'à la Sambre[1]
Bassin 194 km2
Bassin collecteur Meuse (Sous-bassin: Sambre)
Débit moyen ?
Régime Pluvial océanique
Cours
· Localisation Fontaine-l'Évêque[3]
· Altitude 185 m
· Coordonnées 50° 24′ 28,6″ N, 4° 17′ 30″ E
Source secondaire Anderlues[2]
· Altitude 185 m
Confluence Sambre
· Localisation Dampremy
· Altitude 101 m
· Coordonnées 50° 24′ 43″ N, 4° 25′ 26″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche le ruisseau de Claire-Fontaine, le Canal Bruxelles-Charleroi, le ruisseau de Buzet, le ruisseau le Rampe, le ruisseau Tintia, le ruisseau du Saucy, le ruisseau des Roseres.
· Rive droite le ruisseau de Trazegnies, le ruisseau du Moulin de Souvret, le ruisseau de Judonsart.
Pays traversés Drapeau de la Belgique Belgique
Principales localités Fontaine-l'Évêque, Anderlues, Chapelle-lez-Herlaimont, Courcelles, Pont-à-Celles, Charleroi

Sources : http://environnement.wallonie.be

Le Piéton est un ruisseau de Belgique, long de 30 km, affluent de la Sambre, et dont le cours dessine un demi-cercle ouvert vers le sud[4],[5].

Le ruisseau aurait donné son nom au village de Piéton.

Hydronymie[modifier | modifier le code]

Au VIIIe siècle, le ruisseau Piéton était appelé en langue latine « Piccto fluvius » (Tacheté rivière)[6]. L’origine du nom de Piccto viendrait du mot pinctus, dérivant de pictus, participe passé du verbe peindre (j’ai peint, tacheté). La maladie de peau variole qui vient du latin variola (tacheté), se nomme piccto en langue provençal [7]. En 866, le ruisseau Piéton est listé dans le polyptyque de l’abbaye de Lobbes:

« Sunt in castello Hunia bunr. VII et in Rodo trans fluvium Pintum mansi VIII solventes unusquisque Kal. januarii solum denar. V et scindulas C. libras II et solid. V. »

— L'évêque Jean de Cambrai, polyptyque de l’abbaye de Lobbes[8],[9]

Traduction : « Il y a VII bunr. dans le village Heigne et VIII manses à Roux au-delà du Piéton libéré un chaque cal. janvier seulement V sous et 100 scindulas II libras et V solides »

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Piéton est un ruisseau de Belgique coulant en province de Hainaut, affluent de la Sambre en rive gauche. Le Piéton arrose six communes: Anderlues de l’arrondissement de Thuin et cinq communes de l’arrondissement de Charleroi: Fontaine-l'Évêque (dont Forchies-la-Marche), Chapelle-lez-Herlaimont (dont Piéton et Godarville), Courcelles (dont Trazegnies et Gouy-lez-Piéton), Pont-à-Celles (dont Luttre, Viesville et Thiméon) et Charleroi (Gosselies, Jumet, Roux, Monceau-sur-Sambre, Marchienne-au-Pont, et Dampremy).

Le Piéton prend sa source à 185 mètres d'altitude à Fontaine-l'Évêque sur le plateau de Anderlues et descend vers le nord. Après avoir traversé le village de Piéton, il fait sur 500 mètres la limite entre ce village et Trazegnies et ensuite la limite entre Trazegnies et Chapelle-lez-Herlaimont jusqu’à 126,10 mètres[10] au canal Bruxelles-Charleroi (voie navigable belge no 30). Le Piéton longe le canal vers l’est, jusqu’à 120 mètres à Luttre où il redescend vers le sud pour atteindre une altitude de 101 mètres : il se jette dans la Sambre à Dampremy (Charleroi)[11].

Par la Sambre, le Piéton apporte son bassin de 194 km2 aux 36 000 km2 du grand bassin de la Meuse. Les précipitations abondantes en hiver du climat océanique lui confèrent un régime pluvial.

Son eau, jadis claire et profonde, et qui abondait en truites et en écrevisses, est actuellement noire et bourbeuse[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

En -500 av. J.-C., le Piéton marque la frontière entre les peuples Celtes : à l’ouest, les Nerviens et à l’est, les Tongres (Aduatuques et Éburons).

Les Nerviens habitent en amont du Piéton: Anderlues, Fontaine-l'Évêque et Chapelle-lez-Herlaimont.

Les Tongres (Aduatuques et Éburons) occupant la civitas des Tongres habitent en aval du Piéton: Courcelles, Pont-à-Celles, et Charleroi.

En 57 av. J.-C., Jules César les vainc lors de la bataille du Sabis et les rattache à la république romaine par la province de Gaule belgique qui a pour chef-lieu Reims.

Les Romains construisent la chaussée romaine de Bavay à Cologne appelée « Chaussée Brunehaut » qui va de Bavay à Tongres et Cologne[12].

Cette chaussée enjambe deux fois le Piéton:

  • la deuxième, entre le Champ du Boussinage au lieu-dit La Bowette de la section A de Viesville et le Pré de Larmoulin de la section C de la première division de Pont-à-Celles, à 300 mètres en amont de l'embouchure du ruisseau Tintia. La chaussée venant du château de la Haye de Gouy-lez-Piéton remonte vers Geminiacum [14],[15],[16],[17].

En 40, le Piéton marque la frontière entre la civitas des Nerviens de la province romaine de Gaule belgique (métropole Reims) et la civitas des Tongres de la province romaine de Germanie Inférieure (Seconde) (métropole Cologne).

En 296, la civitas des Nerviens appartient à la Belgique Inférieure (Seconde) (métropole Reims).

Au IXe siècle, le haut-Piéton est occupé par le comté de Mons (Hainaut) appartenant à l'ancienne civitas des Nerviens et comportant Anderlues, Fontaine-l'Évêque et Piéton[18].

Le bas-Piéton est occupé par le comté de Namur (Fagne ou Lomacensis) appartenant à l'ancienne civitas des Tongres et occupant Chapelle-lez-Herlaimont, Pont-à-Celles, Courcelles et Charleroi[19].

Les villages du Piéton sont disputés entre ces deux comtés relevant du Saint-Empire romain germanique.

Entre le IXe siècle et Xe siècle, le comté de Namur (Fagne) cède Chapelle-lez-Herlaimont au comté de Mons, ainsi que Trazegnies, Gouy-Lez-Piéton, Pont-à-Celles, Courcelles, Gosselies, Jumet et Roux au comté de Louvain et Marchienne-au-Pont avec Monceau-Sur-Sambre à la principauté de Liège. Le comté de Namur ne garde que Thiméon, Viesville, Dampremy, Charleroi et Luttre mais cède ce dernier au comte brabençon en 960.

Entre le XIe siècle et XIVe siècle, Trazegnies, Courcelles et Roux sont cédés par le duché de Louvain (Brabant) au comté de Mons (Hainaut), et Jumet avec Gosselies au comté de Namur qui cède Dampremy à la principauté de Liège.

À la fin du XVIIe siècle, le cours du Piéton a été prolongé jusqu'à Charleroi pour actionner les machines d'une fenderie[20] d'où le fait que ce canal est souvent désigné sous le nom de « canal de la Fenderie ». Il partait du coude du ruisseau avant son embouchure et se dirigeait vers la ville pour alimenter un étang qui protégeait en même temps la forteresse[21].

En 1780, Chapelle-lez-Herlaimont, Trazegnies et Roux sont cédés par le comté de Mons (Hainaut) au duché de Louvain (Brabant) qui reçoit Gosselies et Jumet du comté de Namur.

Le , la convention nationale de Paris réunit tous les villages du Piéton dans le département français de Jemmapes qui remplace le comté de Mons, avec l'apport de villages des trois autres états:

Le , la loi fondamentale néerlandaise du gouvernement de La Haye place le Piéton dans la province de Hainaut qui remplace le département de Jemmapes.

Le , le Piéton est relié à l'Escaut par un de ses affluents, la Samme, par le tunnel de Bête-Refaite qui est creusé entre la Samme à Seneffe et le Piéton dans la vallée de Vanderbeek entre Godarville et les Culots à Gouy-lez-Piéton, permettant au baquet de Charleroi de transporter 70 tonnes jusqu'à Molenbeek-Saint-Jean à Bruxelles par les 55 écluses du canal Bruxelles-Charleroi[22],[23] [24]. En 1948, une grande tranchée à ciel ouvert est creusée à côté du tunnel permettant la navigation des péniches de classe CEMT n°IV de 1 350 tonnes[25],[26].

Aménagements[modifier | modifier le code]

La source principale du Piéton se situe au croisement de la rue de Mons et la rue du Calvaire à Fontaine-l’Évêque[27].

À 8,9 km, il reçoit sur sa rive gauche le ruisseau de Claire-Fontaine qui vient de la Réserve Ornithologique de Claire-Fontaine de Godarville[28], formant la « Vallée du Piéton » [29].

À 9,9 km, il se jette dans la rive gauche du canal Bruxelles-Charleroi: en amont le canal arrive de Godarville (rive droite) et des Culots (rive gauche) et en aval, il descend vers Gouy-Lez-Piéton (rive droite) et La Flèchère (rive gauche).

À 10,8 km, il reçoit sur sa rive droite le ruisseau de Trazegnies qui vient de Trazegnies.

À 12,4 km, il reçoit sur sa rive gauche le ruisseau de Mornelmont au hameau du Pré de la Chèvre qui remonte jusqu'au hameau de Mornelmont de Gouy-Lez-Piéton.

À 14,2 km, il reçoit sur sa rive droite le ruisseau de l’étang de l’Aunoi (ou de Launoy) de Pont-à-Celles accessible par la rue de Launoy[30].

À 14,4 km, il reçoit sur sa rive gauche le ruisseau de Bernimont (ou Biernimont)[31] au hameau de Heriamont qui remonte jusqu’au hameau de Bernimont de Pont-à-Celles.

À 14,6 km, il reçoit sur sa rive gauche le ruisseau de Buzet.

À 16,9 km, il reçoit sur sa rive droite le ruisseau de Chantrenne (ou Chanteraine).

Le ruisseau de Chantrenne naît au Champ de la Potte à Pont-à-Celles, marque la limite nord de l’athénée royal[32], passe sous la rue de l’Église, l’allée Célestin Freinet, sous la ligne ferroviaire no 117 (Braine-le-Comte – Luttre), et se jette dans le Piéton.

À 16,9 km, il reçoit sur sa rive droite le ruisseau de Cossuvelle (ou Cossuelle).

Le ruisseau de Cossuvelle naît à la ferme du Bois de Couria (ou Courriaulx) au hameau du Champ de Courriaulx de Pont-à-Celles. Il passe sous la rue des Champs, la rue de l'Arsenal, sous la rue de l'atelier, sous les lignes ferroviaires no 119 (Luttre - Châtelet), no 120 (Luttre – Trazegnies), et no 124, puis sous l'avenue de la Gare au hameau du Champs du Cheval, et se jette dans le Piéton.

À 17,2 km, il reçoit sur sa rive gauche le ruisseau Rampe qui remonte à Luttre[33].

À 17,8 km, il reçoit sur sa rive gauche le ruisseau de Liberchies [34] au hameau les Trioux qui remonte à Luttre.

Le ruisseau de Liberchies naît au Champ du Marais à Liberchies, passe sous l’A54, puis sous la rue Picolome et reçoit le ruisseau du Natry.

Le ruisseau du Natry naît au bord de la N586, qui longe le Champ de Longue Hache à Liberchies. Il traverse le Champ de Saint-Aubert, passe sous l’A54, traverse le Champ des Natrys, passe sous le chemin de Natry, forme l’étang de pêche du Trieu du Bois au lieu-dit Les Trioux à Luttre et se jette dans le ruisseau de Liberchies.

À 19,3 km, il reçoit sur sa rive gauche le ruisseau Le Tintia (ou Thiméon) au hameau du Champ de la Boelle à Viesville.

À 20,0 km, il reçoit sur sa rive droite le ruisseau du bois du Couria (ou Courriaulx) qui remonte au hameau de la Chaussée jusqu'au bois du Couria (ou Courriau) à Pont-à-Celles.

À 20,7 km, il reçoit sur sa rive droite le ruisseau de la Fontaine aux Crapauds au lieu-dit Champ de Fayat à Pont-à-Celles.

Le ruisseau de la Fontaine aux Crapauds naît au Hameau de la Glacerie à Courcelles, passe sous l'A15 (E42), traverse le lieu-dit Sous la Grange et reçoit le ruisseau de la Justice.

Le ruisseau de la Justice naît au Hameau de Sartis à Courcelles (300 mètres cubes par 24h), traverse le lieu-dit Closure à Lannoy, passe sous l’ancienne ligne de chemin de fer no 120 (Luttre – Trazegnies) et rejoint le ruisseau de la Fontaine aux Crapauds.

Le ruisseau de la Fontaine-aux-Crapauds, descend au lieu-dit Champ de Fayat et reçoit le ruisseau du Bosquet Grégoire.

Le ruisseau du Bosquet-Grégoire naît au Prés du Bucq à Courcelles, passe sous l'A15 (E42), traverse le lieu-dit de Petite Hamal et rejoint le ruisseau de la Fontaine aux Crapauds.

Le ruisseau de la Fontaine aux Crapauds, descend au lieu-dit Le Braibant et se jette dans le Piéton.

À 22,1 km, il reçoit sur sa rive gauche le ruisseau de Saussy qui remonte au Hameau de Trévisseau jusqu’au Bois du Saussy.

À 22,2 km, il reçoit sur sa rive droite le ruisseau de Wartonlieu au Bois d’Hamal, prenant naissance au Champ du Fanuée à Courcelles (50 mètres cubes par 24h).

À 22,4 km, il reçoit sur sa rive gauche le ruisseau de Sauci qui remonte au lieu-dit Les Bancs de Gosselies.

Le ruisseau de Sauci naît au Champ du Sauci à Thiméon, traverse le lieu-dit Bierniprez à Gosselies, longe le terril de Trévieusart (ou terril du Grand Conti), le lac le Lagon Bleu du Grand Conty qui accueille l'une des plus importantes populations de crapauds calamite de la région[35] et se jette dans le Piéton au lieu-dit Les Bancs.

À 22,5 km, il reçoit sur sa rive gauche le ruisseau de Leuze sous le pont de la N582 à Gosselies.

Le ruisseau Leuze naît au Parc rue du Spinois à Gosselies, passe sous la rue de l’Observatoire, passe sous l'A54 et reçoit le ruisseau du Rosaire.

Le ruisseau du Rosaire (Roseres ou Rosières)[36] naît au parc Bivort à Jumet, passe sous la rue Vigneron, traverse le lieu-dit les Petits Blancs, passe sous la route Ravel no 1 centre, passe sous le pont Mahotte (rue Docteur Picard), traverse le lieu-dit Grand Bancs et se jette dans le ruisseau de la Leuze à Gosselies.

Le Leuze passe sous le pont du Rosaire (rue du Rosaire) à Gosselies, se divise en deux branches (sud et nord): la branche sud passe sous la rue Léopold et se jette dans le Piéton, la branche nord passe sous la N582, rejoint le Sauci qui se jette dans le Piéton au lieu-dit Les Bancs.

À 25,5 km, il reçoit sur sa rive droite le ruisseau de Plomcot ou Moulin de Souvret au lieu-dit des Près des Bancs du Roux à Roux[37].

À 26,1 km, il reçoit sur sa rive gauche le ruisseau de Sarty au hameau de Zezelies provenant du hameau Sarty à Roux.

Le Piéton et le moulin Lacroix (début du XXe siècle) à Roux démoli en 1952 pour élargir le canal.

À 26,5 km, il reçoit sur sa rive droite le ruisseau de Judonsart.

Le ruisseau de Judonsart, encore appelé "Ry à Sorcières", naît derrière le cimetière de Goutroux, passe sous la rue des Déportés, sous la rue Trou Barbeau et le Ravel 3 [38], longe au sud le terril de la Borne des Quatre Seigneuries, le Bois de Monceau et le Centre d'Enfouissement Technique [39], passe sous la N583, au nord de la Cité Malghem, sous la N584 et les lignes de chemin de fer no 112 et no 124, avant d'alimenter le Piéton à Roux.

À 30,3 km, le Piéton se jette dans la Sambre à la Blancherie à Dampremy[40].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://environnement.wallonie.be/cgi/dgrne/terrils/MasseEau/fiche_masse.idc?Code=SA13R
  2. http://www.anderlues.be/commune/informations/un-peu-dhistoire/?searchterm=rivi%C3%A8re
  3. http://www.pieton.eu/le-ruisseau-le-pieton.html
  4. Jules Tarlier, Description géographique de la Belgique, Volume 1, édition Jamar, Bruxelles, 1851, p. 66.
  5. http://environnement.wallonie.be/cgi/dgrne/terrils/ MasseEau/fiche_masse.idc?Code=SA13R
  6. Jean-Jacques Jespers, Dictionnaire des noms de lieux en Wallonie et à Bruxelles, Éditions Racine, Bruxelles, 2005, p. 476
  7. J.-J. Castor, L'Interprète provençal, contenant un choix de 15000 termes provençaux les plus utiles, expliqués en français, Louis Clauzel, Ain, 1843, p. 172
  8. http://www.wulfila.be/tw/query/?lemma=12316
  9. https://docs.google.com/file/d/0B3uxO8_3sX1VVUY0WlpnNENUak0/edit?pli=1
  10. http://voies-hydrauliques.wallonie.be/opencms/opencms/fr/hydro/stations/pres_2536.html
  11. a et b Toponymie de Trazegnies
  12. http://www.clham.org/images01/T_I_F_11_7.JPG
  13. http://users.swing.be/sw364663/chaussee_romaine/sld127.htm
  14. http://cartopro3.wallonie.be/CIGALE/viewer.htm?APPNAME=ERRUISSOL&APPMODE=VIEWER « Copie archivée » (version du 19 août 2014 sur l'Internet Archive)
  15. http://ccff02.minfin.fgov.be/cadgisweb/?local=fr_BE
  16. http://belgica.kbr.be/fr/coll/cp/cpFerrarisCarte_fr.html
  17. http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/2844/01%20TEXTE.pdf
  18. Jacques de Guyse, Histoire du Hainaut, T7, Paris, Bruxelles, 1829.
  19. Léon Vanderkindere, La Formation territoriale des principautés belges au Moyen Âge, vol. II, Bruxelles, H. Lamertin, (réimpr. 1981), 88 p. (lire en ligne), p. 195-196
  20. Jean Fichefet, Charleroi - Étude de Géographie urbaine, Charleroi, Librairie de la Bourse, , 218 p., p. 53
  21. Hubert Guyot, Lodelinsart, pages d'histoire : Relation des principaux événements historiques depuis le IXe siècle jusqu'à nos jours, Lodelinsart, Éditions Londot, , 2e éd., 293 p., p. 25
  22. Le Soir, Le canal de Charleroi a 175 ans http://archives.lesoir.be/le-canal-de-charleroi-a-175-ans_t-20070921-00D1RL.html
  23. Ittre autrefois, images de baquets de Charleroi http://ittre.wordpress.com/2011/06/11/le-canal-bruxelles-charleroi/
  24. Rouages du Met, Wallonie.be, l'origine du nom Bête-Refaite https://archive.is/HV7F6
  25. http://wikimapia.org/11983521/fr/La-Tranch%C3%A9e-de-Godarville
  26. http://tchorski.morkitu.org/9/bete-refaite.htm
  27. Z. J. Piérart, La Grande Épopée de l'An II, souvenirs et faits inédits relatifs aux, Paris, 1864, p. 135
  28. http://biodiversite.wallonie.be/fr/54-claire-fontaine.html?IDD=251660181&IDC=1881
  29. http://environnement.wallonie.be/legis/consnat/natura035.html
  30. http://biodiversite.wallonie.be/fr/1830-etang-de-l-aunoi.html?IDD=251660195&IDC=1881
  31. http://www.agora-urba.eu/ftp/sscpontacelles/docs/PHASE%20I%20SITEX/Diagnostic%20et%20conclusions.pdf
  32. http://www.agora-urba.eu/ftp/sscpontacelles/docs/SYNTHESE/V-2563_analyse%20par%20village_EP.pdf
  33. http://www.geminiacum.be/documents/Carte_promenade_04.pdf
  34. http://www.agora-urba.eu/ftp/sscpontacelles/docs/PHASE%20I%20SITEX/Theme%206%20infrastructures%20techniques.pdf
  35. http://biodiversite.wallonie.be/fr/2640-terril-de-trevieusart.html?IDD=251661363&IDC=1881
  36. D. Hallet, Société royale paléontologique et archéologique de l'arrondissement judiciaire de Charleroi, Mons, 1871, p. 415
  37. http://www.ialg.be/ebibliotheque/crmsf/BCRMS_1975-1976/BCRMS_1975-1976.pdf
  38. http://ravel.wallonie.be/opencms/opencms/fr/parcours/sections/L112/fiche_0001.html
  39. http://environnement.wallonie.be/data/dechets/cet/07bea/07_0C.htm
  40. http://voies-hydrauliques.wallonie.be/opencms/opencms/fr/promotion/plaisance/ports_plaisance/tour4/index.html