Philippe Wurm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Philippe Wurm
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (60 ans)
LuganoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Mouvement

Philippe Wurm né le à Lugano (Suisse)[1], de nationalité française et naturalisé belge en 1988, est un auteur de bande dessinée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Wurm a terminé ses humanités lorsqu'en , à l'instigation de Thierry Tinlot, il devient l'élève d'Eddy Paape[2] qui enseigne la bande dessinée à Saint-Luc[3] sur Saint-Gilles[1]. Pendant un an, il suivra l'enseignement de La Cambre[1]. En , il devient élève à l' Académie royale des beaux-arts de Bruxelles[1]. Philippe Wurm commence sa carrière en et publie son premier album en  : La Fabuleuse Épopée du tennis[4],[5], issu de ses planches publiées dans la revue Le Monde du tennis[1]. En , on découvre sa signature dans Tintin reporter[6]. En , il fait son entrée à Spirou avec des gags ou courts récits sur des scénarios de Vincent Dugomier ou Sergio Salma[7]. En , amateur de romans policier, il adapte en bande dessinée le second tome de la série Nero Wolfe[8] Il poursuit avec la série Maigret[9] adaptée des romans de Georges Simenon[10] chez Claude Lefrancq. En [11] débute la publication du récit Le Lion ailé dans la revue (À suivre)[12] et il dessinera encore les deux tomes suivants de la série Le Cercle des sentinelles[13] chez Casterman. Depuis , il participe à la collection À propos[14], qui réalise des interviews d'auteurs de bande dessinée.

Entre et , il dessine Les Rochester[15] sur des scénarios de Jean Dufaux. Cette série cessant d'être publiée par les éditions Dupuis, Philippe Wurm dessine pour Glénat une série dérivée de la précédente, Lady Elza[16], toujours écrite par Dufaux. Le premier tome paraît en .

En , il est professeur de dessin au cours du soir à l’Académie Constantin Meunier à Etterbeek[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Albums de bande dessinée[modifier | modifier le code]

Plaquettes[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Biographie
  2. « Eddy Paape, un aventurier de l’École belge », sur ActuaBD (consulté le )
  3. a et b Je cherche à gommer mon désir de description pour aller vers plus de ressenti
  4. a et b « La Fabuleuse Épopée du tennis », sur BD Gest' (consulté le )
  5. BDM 2021-2022, p. 412
  6. « Wurm Philippe dans Tintin », sur bdoubliees.com (consulté le )
  7. « Wurm Philippe dans Spirou », sur bdoubliees.com (consulté le )
  8. BDM 2021-2022, p. 790
  9. BDM 2021-2022, p. 690
  10. À propos des albums de BD adaptés de romans : de la transposition littéraire à la transposition didactique, p. 158
  11. « Revue (À suivre) », sur BD Gest' (consulté le )
  12. « Wurm Philippe dans (À suivre) », sur bdoubliees.com (consulté le )
  13. BDM 2021-2022, p. 220
  14. « À Propos de... », sur BD Gest' (consulté le )
  15. BDM 2021-2022, p. 973
  16. BDM 2021-2022, p. 636
  17. « La cassette rouge », sur BD Gest' (consulté le )
  18. « Le Cercle des sentinelles », sur BD Gest' (consulté le )
  19. Laurent Mélikian, « ...et la caravane passe. », BoDoï, no 8,‎ , p. 43.
  20. « Maigret », sur BD Gest' (consulté le )
  21. « Les Rochester », sur BD Gest' (consulté le )
  22. « Lady Elza », sur BD Gest' (consulté le )
  23. « Edgar P. Jacobs : Le rêveur d'apocalypses », sur BD Gest' (consulté le )
  24. neuvième numéro de la collection `A propos de...´
  25. Le Monde de la BD
  26. « Auracan a aimé », sur Auracan (consulté le )
  27. « Les Rochester de Wurm (Paris) », (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Patrick Gaumer, « Wurm, Philippe », dans Dictionnaire mondial de la BD, Paris, Larousse, (ISBN 9782035843319), p. 924.
  • Nicolas Rouvière (dir.), « À propos des albums de BD adaptés de romans : de la transposition littéraire à la transposition didactique », dans Bande dessinée et enseignement des humanités, Ellug, coll. « Didaskein », 2012, consulté le 13 juin 2022. (présentation en ligne), p. 157-158. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Philippe Mellot, Michel Denni, Laurent Turpin et Isabelle Morzadec, Trésors de la bande dessinée : BDM 2021-2022 - Catalogue encyclopédique & Argus, Paris, Les Arènes, , 1700 p. (ISBN 9791037502582), p. 220, 412, 636, 996, 690, 790, 793. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Périodiques[modifier | modifier le code]

  • Rédaction, « Wurm », Rêve-en-Bulles, no 2,‎ .
  • Philippe Wurm (interviewé) et Frédric Bosser, « Wurm, interview vérité », dBD, no 33,‎ , p. 88-89.

Articles[modifier | modifier le code]

  • Hubert Leclercq, « Petits meurtres entre gentlemen », La Dernière Heure,‎ (lire en ligne, consulté le )
  • Francis Matthys, « Extrêmes », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne, consulté le )
  • Francis Matthys, « Le Monde de la BD », La Libre Belgique,‎ 7 avril-2004 (lire en ligne, consulté le )
  • Philippe Wurm (Nicolas Anspach), « Philippe Wurm : "Fantômes et Marmelade, constitue le vrai démarrage des Rochester" », ActuaBD,‎ (lire en ligne, consulté le )
  • Catherine Henry, « Philippe Wurm : Biographie, photo, bibliographie », BDParadisio,‎ (lire en ligne, consulté le )
  • Philippe Wurm (Marc Carlot), « Entretien avec Philippe Wurm », Auracan,‎ (lire en ligne, consulté le )
  • Philippe Wurm (Nicolas Anspach), « Philippe Wurm ("Lady Elza") : « Je cherche à gommer mon désir de description pour aller vers plus de ressenti » », ActuaBD,‎ (lire en ligne, consulté le )
  • Charles-Louis Detournay, « Maggy Garrisson & Lady Elza : deux Londoniennes du franco-belge qui rivalisent de caractère », ActuaBD,‎ (lire en ligne, consulté le )
  • Henri Filippini, « « Edgar P. Jacobs » : maître du rêve et de l’évasion ! », BDZoom,‎ (lire en ligne, consulté le )
  • Didier Pasamonik, « Blake et Mortimer : des ouvrages de référence sous le sapin », ActuaBD,‎ (lire en ligne, consulté le )
  • Daniel Couvreur, « Edgar P. Jacobs, héros de sa propre vie », Le Soir,‎ (lire en ligne, consulté le ) Accès payant.
  • Mathieu Van Overstraeten, chroniqueur BD sur La Une, « Qui était vraiment le créateur de Blake et Mortimer ? », AGE-BD,‎ (lire en ligne, consulté le )
  • Philippe Wurm (Charles-Louis Detournay), « Philippe Wurm : « Jacobs surprend toujours par la justesse de son travail. Il reste très contemporain » », ActuaBD,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  • Philippe Wurm (Jean-Laurent Truc), « Interview : Philippe Wurm raconte Jacobs le passionné investi dans son art », ligne claire,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]