Académie royale des beaux-arts de Bruxelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Académie royale des Beaux-Arts
Histoire
Fondation
Statut
Type
Académie des arts (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateur
Site web
Carte

L'Académie royale des beaux-arts de Bruxelles (ArBA-EsA) est une école supérieure d'art fondée en 1711 à Bruxelles[1], enseignant les arts plastiques et, jusqu'en 1980, l'architecture[2].

L'Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles, rue du Midi, le . Devant l'académie se trouve un groupe d'étudiants français. La voiture parquée est celle de l'élève Robert Schuiten (Photo de Léon van Dievoet).

Histoire[modifier | modifier le code]

Un groupe d'étudiants en architecture de l'Académie royale des beaux-arts de Bruxelles place Rogier à Bruxelles avant le départ pour le carnaval de Binche le . Le porte drapeau est Victor Martiny (Photo de Léon van Dievoet).

L'académie royale des beaux-arts de Bruxelles trouve son origine dans l'histoire communale de la ville de Bruxelles. En 1711, l'usage d'une chambre de l'hôtel de ville est accordée aux doyens des peintres, des sculpteurs, des tapissiers et autres amateurs « pour y exercer l'art du dessin ». Cette académie se structure réellement en 1768 à l'issue d'une grande souscription.

L'académie des beaux-arts de Bruxelles devient « Académie royale des beaux-arts » sous la direction de François-Joseph Navez, en 1835, qui ouvre par ailleurs une classe de peinture et donne une impulsion à la classe de sculpture[3].

Sous l'impulsion de Charles Buls, le Conseil académique, en sa séance de , autorise les jeunes filles à fréquenter les cours[4].

C'est une école, un lieu de création, de débat et parfois de confrontation entre les différentes sensibilités artistiques. Elle a formé, ou pour le moins accueilli, de nombreux artistes. En 1876, l'institution déménage pour un ancien couvent et orphelinat de la rue du Midi qui est réhabilité avec ingéniosité par l'architecte Pierre Victor Jamaer. Il dut pour ce faire intégrer plusieurs bâtiments, dont d'autres nouvelles constructions, sous une façade de style éclectique.

L'école d'architecture[modifier | modifier le code]

Un professeur d'architecture à l'Académie royale des beaux-arts de Bruxelles, Joseph Van Neck (à gauche) accompagné, de gauche à droite, de ses étudiants : Léon van Dievoet, Axel Lemesre, Jacques Devos[5], Jacques Donnay (juin 1935).

Jusqu'en 1980, année de la création des Instituts supérieurs d'architecture, l'Académie a formé de nombreuses générations d'architectes qui ont marqué l'histoire de l'architecture en Belgique.

L'École d'architecture de l'Académie a ensuite fusionné avec celles de l'Académie royale des Beaux-Arts de Liège et de Mons (Institut supérieur d'architecture de la ville de Mons) pour former l'lntercommunale d'enseignement supérieur d'architecture, une intercommunale entre les villes de Bruxelles, Liège et Mons en charge de l'enseignement supérieur d'architecture dans ces trois villes[6]. La section bruxelloise prend le nom de Victor Horta pour devenir l'Institut supérieur d'architecture intercommunal (ISAI Victor Horta). Ce dernier conserve d'emblée ses locaux au sein de l'académie des Beaux-Arts.

Côtoyant alors les peintres et les sculpteurs au sein de l'institution, les architectes formés à l'académie, n'étaient pas de simples techniciens de l'art de bâtir mais des créateurs de styles qui marquent toujours le paysage urbain.

L'ISAI Victor Horta déménage en 1984 dans des bâtiments préfabriqués du campus de la Plaine, sur la partie de l'université libre de Bruxelles et sur une parcelle inutilisée par celle-ci[7].

En 2009, l'ISAI Victor Horta est dissocié des départements liégeois (ISAI Lambert Lombard) et montois (ISA Mons) qui intègrent respectivement l'université de Liège et la nouvelle université de Mons. L'ISAI Horta fusionne alors avec l'Institut supérieur d'architecture de la Communauté française La Cambre (ISACF) pour fonder la Faculté d'architecture de l'Université libre de Bruxelles.

Enseignements[modifier | modifier le code]

Les cursus (en cinq ans) sont séparés en trois grandes parties :

  • Design : Architecture d’intérieur, Design textile, Design urbain ;
  • Art : Dessin, Espace urbain - ISAC, Gravure, Lithographie, Peinture, Photographie, Sculpture, Sérigraphie, Tapisserie (arts textiles) ;
  • Média : Art dans l’espace public, Communication visuelle, Illustration.

L'ArBA-EsA propose aussi des masters spécifiques (non précédés d'un premier cycle) :

  • Master en partenariat européen à finalité approfondie ;
  • Master en Pratiques de l’Exposition (CARE) ;
  • Master en Pratiques Éditoriales (MULTI).

Ainsi que trois executive masters :

  • Executive Master Food Design ;
  • Executive Master in Knitting Design/Maille ;
  • Executive Master Interior Design Management.

Le deuxième cycle de master est organisé selon trois finalités: la finalité spécialisée (dans la lignée du cursus initial), approfondie (préparant au doctorat) ou didactique (visant l'enseignement). L’Académie organise également une agrégation de l'enseignement supérieur.

Direction[modifier | modifier le code]

Enseignants célèbres[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Architecture[modifier | modifier le code]

Architecture d'intérieur[modifier | modifier le code]

  • Alain Sieuw

Art dans l’espace public[modifier | modifier le code]

Communication visuelle[modifier | modifier le code]

  • Michaël Baltus
  • Pascale Brouillard

Design textile[modifier | modifier le code]

  • France Marichal
  • Amandine Fabry

Dessin[modifier | modifier le code]

  • Antoine Brice (1752-1817). Il donnait un cours d'antique et de principes du dessin.
  • Ignace Brice (1795-1866) qui succéda à son père ci-dessus.
  • Aimé Stevens (1879-1951)
  • Constant Montald, actif en 1921
  • Dany Vienne (1944-1998)
  • Henri Van Haelen, de 1921 à 1944 (année de sa mort)[11]
  • Lucien Massaert (1952)
  • Guy Massaux
  • Amélie de Beauffort (1967)

Espace urbain[modifier | modifier le code]

  • Anne Desprechin

Gravure[modifier | modifier le code]

Illustration[modifier | modifier le code]

Lithographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Meurant (1948). Professeur de 1976 à 1982.
  • Josée Leybaert
  • Cyril Bihain

Peinture[modifier | modifier le code]

Peinture monumentale[modifier | modifier le code]

Sculpture[modifier | modifier le code]

  • Gustave Fontaine
  • Charles Van der Stappen (1843-1910)
  • Paul Du Bois, (1859-1938) actif de 1921 à 1929
  • Fernand Debonnaires (1907-1997)
  • Martin Guyaux - (né en 1946), professeur à partir de 1973
  • Jean François Diord (né en 1955), professeur de 2005 à 2020
  • Lucie Lanzini

Photographie[modifier | modifier le code]

  • Monique Alluin
  • Pierre-Yves Brest

Sérigraphie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Maes
  • Delphine Deguislage

Tapisserie (arts textiles)[modifier | modifier le code]

  • Marce Truyens, de 1978 à 2001[12]
  • Yole Devaux

Étudiants célèbres[modifier | modifier le code]

Auteurs, illustrateurs, bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • Gabrielle Vincent (pseudonyme depuis 1981 de Monique Martin) (1928-2000), écrivaine jeunesse et illustratrice belge[13].
  • Anne Herbauts (née en 1975) peintre, illustratrice et auteure de littérature jeunesse belge[14].
  • Delphine Jacquot (née en 1982) auteure et illustratrice
  • Cuistax, collectif d'auteurs illustrateurs.

Architectes[modifier | modifier le code]

Peintres, graveurs, dessinateurs, sculpteurs, décorateurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Victor-Gaston Martiny, À propos d'un double anniversaire. Abrégé historique de la formation des architectes par l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles et résumé chronologique de l'action entreprise, depuis sa fondation en 1936, par la Société des architectes diplômés de cette institution, Bruxelles, 1961, p. 3 : « Alors que l'Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles commémore cette année le 250e anniversaire de sa fondation.... ».
  2. Au sein de l'École d'Architecture devenue "Institut supérieur d'Architecture intercommunal Victor Horta", fusionnée pour le moment administrativement avec l'ULB.
  3. « Histoire de l'Académie Royale des Beaux-Arts » (consulté le )
  4. « Histoire » (consulté le )
  5. Jacques De Vos, architecte, né à Kings-Norton (Angleterre), le 3 octobre 1915, et décédé à Ottignies le 6 juillet 1978. (11, rue du Couvent, 1338 Lasne). Annonce nécrologique dans Le Soir, par son épouse Elvire Devos-Gendarme.
  6. Banque-Carrefour des Entreprises, « Intercommunale d'enseignement supérieur d'architecture » Accès libre, sur kbopub.economie.fgov.be, (consulté le )
  7. G. De Hens et V.-G. Martiny, Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles ISAVH. Une école d’architecture. Des tendances. 1766-1991, Bruxelles, Institut Supérieur d’Architecture Victor Horta,
  8. Zoum Walter, Pour Sylvie, Bruxelles, Jacques Antoine, , 2 p., p. 18-19
  9. a b c d e f g h i j k l et m Van Lennep, Jacques., Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles : 275 ans d'enseignement, Bruxelles, Crédit Communal, , 488 p. (ISBN 2-87193-030-9)
  10. Danièle Gillemon, « Mort du peintre et graveur Claude Lyr », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  11. « Dictionnaire des peintres belges », sur Kikirpa
  12. « Marce Truyens, née en 1939 » (consulté le )
  13. Notice de Gabrielle Vincent, sur universalis.fr.
  14. Béatrice Kahn, « Anne Herbauts ou la traque de la moindre petite chose », sur telerama.fr, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]