Mike Mignola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mike Mignola
Description de cette image, également commentée ci-après
Mike Mignola
Naissance (60 ans)
Berkeley (Californie)
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Profession
dessinateur, scénariste, encreur
Distinctions
Famille
Mike Mignola Signature.png
Signature de Mike Mignola

Mike Mignola est un dessinateur américain contemporain de comics né le , publiant notamment chez Dark Horse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfant déjà, Mignola s'oriente vers une atmosphère victorienne de monstres et de fantômes[1].

Lorsqu'il débute professionnellement, il travaille chez Marvel Comics sur des séries telles que Rocket Racoon, Hulk ou Marvel Fanfare, Mignola est d'abord influencé par Mike Ploog. Il développe un style plus contrasté, proche du clair-obscur et du cinéma expressionniste allemand, au fil des œuvres : Cosmic Odyssey (écrit par Jim Starlin), Gotham by Gaslight (un Batman victorien écrit par Brian Augustyn, et sa première occasion de montrer le style gothique qu'il affectionne[2]), Jungle Saga (écrit par Walter Simonson) ou encore l'adaptation BD de la saga de Fafhrd & Grey Mouser tirée du Cycle des Épées de Fritz Leiber (écrit par Howard Chaykin).

Il est désormais connu pour sa série Hellboy et ses spin-off. Son univers emprunte beaucoup d'éléments à Poe[3], Lovecraft[4],… depuis sa découverte de Dracula étant jeune[2]. Son style graphique est une ligne claire assez élégante avec de nombreux clairs-obscurs et contrastes; il évolue vers un style plus minimaliste au fil des ans pour se concentrer sur la narration[2].

En 2007, il crée avec Christopher Golden le personnage de Lord Henry Baltimore, vétéran unijambiste dans un univers uchronique où la Première Guerre Mondiale a pris fin à la suite de l'avènement de vampires. Une série de comics, sobrement intitulée Baltimore, narre la chasse que mène le héros pour retrouver le vampire qui assassina sa femme.

Il a également beaucoup travaillé dans le milieu du cinéma et du dessin animé, livrant des recherches de personnages et de décors pour Batman (le design de Mr. Freeze[5]), Batman, la relève[6] ou Atlantide, l'empire perdu. De même, il a participé de près à l'adaptation de Hellboy au cinéma[7].

Lors de la production du film Hellboy 2, Mignola confie le dessin de sa série principale Hellboy à Duncan Fegredo[8], se limitant aux couvertures des autres titres de son univers, et avant de reprendre les crayons pour Hellboy en Enfer. Par la suite, il co-scénarise les séries du "Mignola-verse" avec différents auteurs : Scott Allie pour Abe Sapiens, John Arcudi pour BPRD, Chris Roberson pour Hellboy & BPRD: 1953[2].

Après sa série Hellboy en Enfer, Mignola annonce prendre du recul pour se consacrer à la peinture, qu'il pratique avec un mélange d'aquarelle et de gouache[9]. En 2021, il quitte cette "semi-retraite" pour reprendre le scénario et les illustrations d'une nouvelle histoire de son héros Edward Grey, intitulée Acheron[10].

Publications[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Mike Mignola est récompensé à de nombreuses reprises :

  • Prix Eisner :
    • 1995, meilleur auteur réaliste pour Hellboy: les Germes de la destruction
    • 1995, meilleur recueil pour Hellboy: les Germes de la destruction
    • 1997, meilleur auteur réaliste pour Hellboy: Wake the Devil
    • 1998, meilleur auteur réaliste pour Hellboy: Almost Colossus, Hellboy Christmas Special et Hellboy Jr. Halloween Special
    • 2002, meilleure mini-série pour Hellboy: le Ver conquérant
    • 2003, meilleure histoire courte pour « The Magician and the Snake », avec sa fille Katie;
    • 2003, meilleure publication humoristique pour L'Homme à tête de vis
    • 2004, meilleur livre sur la bande dessinée pour The Art of Hellboy
    • 2009, meilleure mini-série pour Hellboy: The Crooked Man
    • 2009, meilleur recueil pour Hellboy Library Edition vol. 1 et 2
    • 2009, meilleure maquette pour les albums de Hellboy (avec Cary Grazzini)
    • 2011, meilleur numéro ou one-shot pour Hellboy n°50 : Double Feature of Evil (avec Richard Corben)
    • 2011, meilleur artiste de couverture pour Baltimore:The Plague Ships
    • 2018, meilleur numéro ou one-shot pour Hellboy : Krampusnight (avec Adam Hughes)
  • Prix Harvey:
    • 1995 : meilleur dessinateur pour Hellboy
    • 1996 : meilleur dessinateur pour Hellboy et meilleur album reprenant du matériel auparavant sorti pour Hellboy: Les Loups de Saint Auguste
    • 2000 : meilleur dessinateur pour Hellboy : Le Diable dans la boîte
    • 2008 : meilleur dessinateur de couverture pour Hellboy
    • 2010 : meilleur dessinateur de couverture pour Hellboy : La Fiancée de l'enfer
    • 2011 : meilleur dessinateur de couverture pour Hellboy
  • Prix Eagle :
    • 2004, meilleur scénariste/dessinateur;
    • 2007, meilleur scénariste/dessinateur;
    • 2008, prix d'honneur;
    • 2011, meilleur scénariste/dessinateur;
    • 2011, meilleur encreur;

Références[modifier | modifier le code]

  1. Vincent Brunner, « Mike Mignola nous raconte pourquoi il a arrêté "Hellboy", et décrit son futur projet - Les Inrocks », sur https://www.lesinrocks.com/ (consulté le )
  2. a b c et d (en) Brian Heater, « Interview: Mike Mignola Talks ‘Hellboy In Hell’ And The Potential For A Third Film », sur Tech Times, (consulté le )
  3. Utilisation régulière des poèmes d'Edgar Allan Poe dans les aventures d'Hellboy.
  4. Les Germes de la destruction est dédié à H.P. Lovecraft.
  5. Batman Animated (en), page 114
  6. http://www.artofmikemignola.com/Bio
  7. Cf. les bonus des DVD
  8. (en) Andy Khouri, « 'Hellboy in Hell' is the Comic Mike Mignola Will Be Drawing for the Rest of His Life [Interview] », sur ComicsAlliance (consulté le )
  9. (en) « Mike Mignola: Why I'm ending Hellboy to go paint watercolors instead », sur the Guardian, (consulté le )
  10. (en) Josh Weiss, « Mike Mignola On Leaving Semi-Retirement & 20th Anniversary Of ‘The Amazing Screw-On Head’ », sur Forbes (consulté le )
  11. Philippe Audoin, « Les Fans et les Enfants d'abord ! », BoDoï, no 13,‎ , p. 9.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Richard L. Graham, « Mignola,Mike », dans M. Keith Booker (dir.), Encyclopedia of Comic Books and Graphic Novels, Santa Barbara, Grenwood, , xxii-xix-763 (ISBN 9780313357466), p. 415-416.
  • Géant Vert, « Jenny Finn : timeo danaos et dona ferentes », dBD, no 139,‎ décembre 2019 - janvier 2020, p. 112.

Liens externes[modifier | modifier le code]