Phantom of the Paradise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Phantom of the Opera.
Phantom of the Paradise
Titre québécois Le Fantôme du Paradis
Réalisation Brian De Palma
Scénario Brian De Palma
Sociétés de production Harbor Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame musical, Fantastique
Durée 92 minutes
Sortie 1974

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Phantom of the Paradise ou Le Fantôme du Paradis au Québec est un film musical américain réalisé par Brian De Palma, sorti en 1974.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Propriétaire de la maison de disques Death Records, le puissant Swann recherche la musique digne d'ouvrir son Paradise, une salle de spectacle qu'il vient de faire construire. Il la trouve dans la musique de Winslow Leach, un jeune compositeur talentueux mais inconnu et qui aspire à percer dans le métier. Winslow accepte de fournir les ébauches de sa cantate à condition de la jouer lui-même, ce que Swann ne veut pas faire, le trouvant trop peu charismatique. Après des semaines de silence, Winslow demande à voir Swann mais se fait éconduire brutalement. Il s'introduit clandestinement au domicile de Swann, où ce dernier fait passer des auditions à des jeunes femmes pour les postes de choristes. Il y rencontre la belle Phoenix, qu'il trouve trop talentueuse pour se contenter des chœurs. Ayant refusé de coucher avec Philby, le bras droit de Swann, Phoenix est exclue des sélections. Winslow est repéré et expulsé par Swann après qu'il ait caché de la drogue sur lui. Ayant acheté le juge, Swan le fait condamner à vingt ans de prison.

Entendant dans une radio une version dégénérée de sa musique promue pour l'ouverture du Paradise, Winslow s'échappe et s'introduit dans les usines Death Records pour y détruire les disques. Une glissade le fait tomber dans la presse à disques, où il a une moitié du visage défigurée. Winslow s'enfuit, poursuivi par la police et semble se noyer dans le port. Winslow arrive à en réchapper et s'introduit dans le Paradise, où il se confectionne une tenue pour cacher son identité.

Quelque temps plus tard, les répétitions de l'opéra rock sont perturbées par des attentats. Avec les caméras disséminées partout, Swann n'a aucun mal à identifier Winslow. Il le retrouve et conclut une alliance avec lui. Il lui offre les moyens de finir sa cantate et le libre choix de l'interprète en échange de la fin des attentats. Winslow, qui sait qu'il ne pourra plus chanter sur scène à cause de son visage et de sa voix détruits, accepte et Swann lui offre la jouissance de son studio d'enregistrement ultra-moderne pour faciliter son travail. Winslow sélectionne la belle Phoenix, revenue tenter sa chance chez Swann. Ce dernier semble se ranger à son choix et fait signer à Winslow un épais contrat pour sceller leur accord. Swann ne garde en fait Phoenix que pour les chœurs et sélectionne un groupe de hard-rock mené par Beef pour prendre sa place. Enfermé dans le studio et travaillant sous amphétamines, Winslow n'a aucun moyen de savoir qu'il a été trahi une fois de plus et que Beef a tout réécrit pour correspondre à son registre. Une fois la cantate achevée, Swann en vole les dernières pages et fait emmurer un Winslow comateux.

À son réveil, le jour de la grande première, Winslow comprend qu'il a été joué et détruit le mur avant de s'évader. Il menace Beef de mort si ce dernier ne laisse pas sa place à Phoenix. Ce dernier veut s'enfuir mais Philby le force à monter sur scène tout de même. La représentation commence sous les vivas du public mais Beef meurt électrocuté sur scène, tué par Winslow. Pour calmer ce dernier et le public, Swann fait monter Phoenix sur scène. Sa voix enchante tout le monde, Winslow y compris. À la fin de la représentation, ce dernier tente d'entrer en contact avec Phoenix mais elle ne le reconnait pas et le fuit pour se jeter dans les bras de Swann. Désespéré, Winslow assiste depuis le toit à la scène d'amour entre Phoenix et Swann, puis se plante un couteau en plein cœur.

Swann, qui a assisté à son suicide avec ses caméras, monte sur le toit et jette le contrat sur le corps de Winslow avant d'arracher le couteau. Winslow revient à la vie et Swann lui explique les termes d'un article non lu : Winslow s'est vendu à Swann et a perdu le droit de mourir. Swann entend l'obliger à travailler pour lui pour rien car sa fin signifierait désormais celle de Winslow également. De colère, Winslow reprends son couteau et poignarde Swann, qui retire la lame sans une égratignure. Lui aussi est sous contrat. Winslow s'enfuit.

Se pensant débarrassé de son rival, Swann change la fin de la cantate qui doit s'achever par son mariage avec Phoenix juste avant qu'elle ne se fasse tuer par un assassin loué pour l'occasion à des fins publicitaires. Plus prudent désormais, Winslow arrive à pénétrer les appartements privés de Swann, où il retrouve une bande vidéo contenant le contrat que Swan a signé : en échange de son âme, Swann ne vieillira pas, son image prenant de l'âge à sa place. Mais le démon avec qui Swann a signé l'a averti : si la vidéo devait être détruite, son contrat prendrait fin. Le début d'un enregistrement en direct informe Winslow du piège tendu à Phoenix. Il déclenche un incendie qui détruit la vidéo mais également les copies de sécurité. Winslow tente de repérer le tireur alors que le spectacle atteint son point culminant. Il le retrouve et dévie le tir qui tue Philby. Winslow se lance dans la masse des danseurs et du public emmêlé et s'empare d'une coiffe d'oiseau garnie d'un bec de fer. Sachant le contrat détruit, Winslow poignarde Swann à mort, imité par le public alors en transe. La mort de Swann provoque la réouverture de sa blessure au cœur et Winslow se traîne jusqu'à une Phoenix paralysée par la peur et l'horreur. Ce n'est que lorsque Winslow meurt et présente son côté du visage intact à Phoenix que cette dernière le reconnait enfin.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Drapeau des États-Unis États-Unis :
Drapeau de la France France :
  • Interdit au moins de 12 ans lors de sa sortie en salles en France

Distribution[modifier | modifier le code]

Remarque : Le film fut doublé pour sa sortie en VHS en 1989

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et scénario[modifier | modifier le code]

Le film est en partie inspiré par l'expérience « traumatisante » qu'a vécue De Palma sur son film Get to Know Your Rabbit dont il a été renvoyé par la Warner Bros. avant qu'elle remonte le film et le termine sans lui[3].

Brian de Palma commence par développer ce projet pour le producteur Martin Ransohoff, mais comprenant qu'il ne le produira pas, il rachète les droits et les revend à Edward R. Pressman[4]. Celui-ci est enthousiasmé et Paul Williams est engagé comme compositeur[4].

La première version du scénario est écrite avec Louisa Rose qui avait déjà participé au scénario de Sœurs de sang, le précédent film de Brian De Palma[4].

Casting[modifier | modifier le code]

Brian de Palma demande au compositeur du film, Paul Williams, d'interpréter le rôle de Swan : il le juge d'une part excellent comédien et estime d'autre part que son allure, « très petit, très étrange mais très intéressant » ainsi que son « humour noir » siéront au personnage[4].

William Finley, l'acteur qui tient le rôle de Winslow, jouait dans le film précédent du réalisateur, Sœurs de sang. Une bonne partie de l'équipe technique a aussi travaillé sur ce film[4]. Le réalisateur engage Jessica Harper, qui joue Phoenix, après l'avoir vue dans une pièce du Off-Broadway, trouvant sa voix « incroyable[4]. »

Les personnes incarnant le groupe Juicy Fruits sont des comédiens d'improvisation[4]. Ils ont constitué un véritable groupe à Los Angeles par la suite, les Groundhogs[4]. William Finley était ami avec l'un d'eux[4].

Musique[modifier | modifier le code]

Phantom of the Paradise
Original soundtrack recording
Bande originale de divers artistes
Sortie 1974
Durée 35:57[5]
Genre rock, musique de film
Auteur Paul Williams
Compositeur Paul Williams
Producteur Edward R. Pressman
Critique

Paul Williams, qui joue également dans le film, écrit et compose toutes les chansons présentes dans le film.

Liste des titres
  1. "Goodbye, Eddie, Goodbye" – The Juicy Fruits / Archie Hahn
  2. "Faust" – William Finley
  3. "Upholstery" – The Beach Bums / Jeffrey Comanor
  4. "Special to Me" – Jessica Harper
  5. "The Phantom's Theme (Beauty and the Beast)" – Paul Williams
  6. "Somebody Super Like You" (Beef construction song) – Harold Oblong / The Undead
  7. "Life at Last" – Ray Kennedy
  8. "Old Souls" – Jessica Harper
  9. "Faust" - Paul Williams
  10. "The Hell of It" - Paul Williams

Commentaire[modifier | modifier le code]

Les chansons de cette comédie musicale ont été composées par le chanteur Paul Williams qui incarne également le rôle de Swan, lequel personnage apparaît être une caricature du producteur américain Phil Spector[6]. Ce film est souvent comparé au film culte The Rocky Horror Picture Show. On y retrouve des parodies inspirées d'artistes célèbres tels que les Beach Boys, Janis Joplin, les Doors ou bien encore le groupe Kiss. Il est à ce jour considéré comme l'un des meilleurs films de son auteur. Notons qu'une ressemblance est présente entre le personnage de Ian Fleming Jaws, l'homme aux dents de fer, et Winslow détenu à Sing Sing. Aucune information ne démontre qu'il s'agit d'une référence fortuite.[interprétation personnelle]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • En visite sur le plateau du film, George Lucas, ami de De Palma, fut très impressionné par les décors et les accessoires du film. À cette époque, Lucas a réalisé American Graffiti et est à la recherche de nouvelles idées, pour son scénario de Star Wars. Ainsi, il s'inspirera du masque lumineux, du personnage parlant et respirant grâce à un appareil et de la voix rauque de Winslow pour son personnage de Dark Vador. George Lucas reprend également l'idée du texte défilant pour le générique d'entrée[6].
  • Dans le plan où la secrétaire de Death Records regarde le dossier de Winslow Leach, tous les autres noms de dossier sont ceux de personnalités du show-biz (on peut notamment voir Alice Cooper et Peter Fonda). Une exception toutefois : la présence de l'homme politique George McGovern.
  • Dans la scène où Swan se félicite des modifications de la voix de Winslow après lui avoir ajouté des filtres audio, c'est en réalité Paul Williams que l'on entend chanter.
  • Les fiches de Monsieur Cinéma, vendues dans les années 1970, donnent quelques infos intéressantes sur les déboires légaux qu’a connus Brian De Palma en 1974. D’abord intitulé Phantom, le titre du film est rapidement modifié avec l’extension que l’on connaît, à la suite de pressions du studio Universal et du King Feature Syndicate. Ensuite le label d’origine de Swan, Swan Song (« le chant du cygne ») doit lui aussi être modifié, il devient Death Records, pour des raisons de droits car Swan Song Records était un véritable label, appartenant à Atlantic Records. Le logo Swan Song sera alors effacé de la pellicule déjà impressionnée.
  • Le groupe du film the Juicy Fruits est un hommage au groupe Juicy Lucy qui fut celui de Paul Williams en 1970
  • Dans le manga de dark-fantasy Berserk de Kentaro Miura, le casque de Griffith et le visage de Femto semblent avoir été directement inspirés par le masque de Winslow Leach
  • Le groupe français de musique électronique Daft Punk se serait (selon Paul Williams) grandement inspiré du film dans leur décision de se cacher derrière des masques[7],[8].
  • Le personnage principal du film doit son nom à Wilford Leach, professeur d'art dramatique dont De Palma a été l'élève[9].

Analyse[modifier | modifier le code]

Thèmes du film[modifier | modifier le code]

Le film aborde, de manière particulièrement forte, un thème récurrent dans l'œuvre de De Palma, celui du double[10]. Le héros, Winslow, voit dans Swan « le reflet du monstre qu'il aurait pu devenir[10]. »

Le personnage de Swan, comme d'autres dans les films de Brian de Palma, vit dans une réalité qu'il s'est créée lui-même et à laquelle son entourage doit se conformer[10]. La « cour » qui se trouve autour de lui et qui le vénère lui renvoie une image altérée du monde, et c'est dans cette image qu'il croit vivre[10]. Il contrôle de manière absolue le monde dans lequel il vit[10]. Ce personnage est en grande partie inspiré, selon le réalisateur, du producteur Howard Hugues[10].

Références artistiques[modifier | modifier le code]

Références littéraires[modifier | modifier le code]

  • La trame du récit, ainsi que le titre du film, s'inspire grandement du roman Le Fantôme de l'Opéra de Gaston Leroux dans lequel l'Opéra Garnier est hanté par un être cachant son visage repoussant derrière un masque et transi d'amour pour l'une des chanteuses dont il aspire à faire une grande cantatrice.
  • L'histoire reprend également le mythe de Faust, médecin qui décide de vendre son âme au Diable en contrepartie de pouvoirs hors du commun (voir aussi Références cinématographiques). Ici c'est le compositeur Winslow Leach qui pactise avec le maléfique Swan. Par ailleurs, il est à noter que la cantate écrite par Winslow a pour sujet l'histoire de Faust et que dans le roman Le Fantôme de l'Opéra, il est donné une représentation du Faust de Charles Gounod.
  • Le Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde dans lequel Dorian Gray reste éternellement jeune grâce à un portrait de lui qui vieillit à sa place. Dans le film de Brian de Palma, le personnage de Swan ne vieillit pas mais c'est son image sur les archives de vidéosurveillance qu'il est obligé de regarder tous les jours qui subit les affres du temps.
  • Frankenstein ou le Prométhée moderne de Mary Shelley : le numéro musical dans lequel une mise en scène fait croire à la création, sous les yeux des spectateurs, de Beef, un être dont le corps résulte de l'assemblage de celui de plusieurs personnes dans le public. À l'instar de la créature de Frankenstein qui échappe à son créateur, Beef qui aurait dû être le symbole de la perfection s'avère être une créature du Diable.
  • Dans la scène où Winslow Leach est surpris par la police devant la maison de Swan, un des officiers lui demande ce qu'il fait « du côté de chez Swan » (dans la version française et dans les sous-titres français). La référence à Marcel Proust et à son roman Du côté de chez Swann semble volontaire de la part des traducteurs. En revanche dans la version originale le policier dit “What are you doing outside Swanage?”, et le titre anglais du roman de Proust “Swann's way” n'est prononcé à aucun moment dans le film.

Références cinématographiques[modifier | modifier le code]

  • La scène où Swan regarde des auditions derrière un miroir est directement inspirée de celle du film Les Chaussons rouges de Michael Powell où Anton Walbrook assiste au spectacle depuis sa loge[4].
  • Faust, une légende allemande : non content d'emprunter une grande part du mythe de Faust dans la trame du récit, Brian De Palma cite également le film de Friedrich Wilhelm Murnau grâce à des clins d'œils tels que la phrase que Swan prononce lorsqu'il fait signer de son propre sang Winslow Leach « L'encre n'a aucune valeur pour moi ». L'aspect visuel du contrat, écrit en caractères gothiques, est également une référence au film de Murnau.
  • Dracula de Tod Browning : lors d'une scène, Swan est censé revenir de Transylvanie et arbore un costume rappelant celui que portait Bela Lugosi lorsqu'il interprétait Dracula.
  • Le Cabinet du docteur Caligari : la scène où Beef se réveille est très ressemblante à l'éveil de Cesare dans le film de Robert Wiene : les deux personnages ont le même genre de maquillage et sortent d'un cercueil. De plus, les décors apparaissant lors de la chanson "Somebody super like you" sont très inspirés de ceux présents dans le cabinet du Docteur Caligari, symbole de l'expressionnisme allemand.
  • Psychose d'Alfred Hitchcock : la célèbre scène de la douche est ici reprise de façon parodique dans la scène[11].
  • La Soif du mal : la scène en split screen de la bombe à retardement dans le coffre du véhicule des Juicy Fruits est un clin d’œil au plan-séquence qui ouvre le film d'Orson Welles.
  • Sueurs froides d'Alfred Hitchcock : le générique d'ouverture où apparait le logo de Death Record dans des couleurs « psychées » rappelle celui du film de Hitchcock, dont De Palma s'inspire beaucoup.
  • Le nom de Philbin, le bras droit de Swan est un clin d'œil à Mary Philbin, l'actrice qui interpréta le rôle de Christine dans la première adaptation cinématographique du Fantôme de l'Opéra en 1925 : Le Fantôme de l'Opéra.
  • L'Homme qui en savait trop d'Alfred Hitchcock : la célèbre scène où le tireur caché s'apprête à exécuter Phoenix en plein concert ; Winslow Leach se précipite pour détourner in extremis le coup qui va tuer Philbin déguisé en prêtre pour unir Swan et Phoenix.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Samuel Blumenfeld et Laurent Vachaud, Brian de Palma : Entretiens avec Samuel Blumenfeld et Laurent Vachaud, Calmann-Lévy,‎ , 214 p. (ISBN 2-7021-3061-5)
  • Luc Lagier, Les Mille Yeux de Brian de Palma, Cahiers du cinéma,‎ , 199 p. (ISBN 978-2-86642-499-2)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]