Le Dahlia noir (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dahlia (homonymie) et Le Dahlia noir (homonymie).
 Ne doit pas être confondu avec Le Dahlia bleu.
Le Dahlia noir
Description de cette image, également commentée ci-après

Le film raconte l'enquête sur le meurtre d'Elizabeth Short, ici lors de son arrestation en 1943.

Titre original The Black Dahlia
Réalisation Brian De Palma
Scénario Josh Friedman
Acteurs principaux
Sociétés de production Millennium Films
Signature Pictures
Equity Pictures Medienfonds GmbH & Co. KG III
Nu Image
Art Linson Productions
Davis Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la France France
Genre Policier
Durée 121 minutes
Sortie 2006

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Dahlia noir (The Black Dahlia) est un film américano-germano-français réalisé par Brian De Palma, sorti en 2006. Il s'agit d'une adaptation du roman Le Dahlia noir de James Ellroy, lui-même inspiré de l'affaire du Dahlia noir.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En janvier 1947, à Los Angeles, les inspecteurs du LAPD Dwight « Bucky » Bleichert et Lee Blanchard sont chargés d'enquêter sur le meurtre de la starlette Elizabeth Ann Short, retrouvée atrocement mutilée. Sa beauté et sa fin tragique alimentent les conversations de toute la ville et surtout de la presse, qui la surnomme le « Dahlia noir ».

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Producteurs délégués : Boaz Davidson, Rolf Deyhle, Danny Dimbort, Michael P. Flannigan, James B. Harris, Henrik Huydts, Josef Lautenschlager, Trevor Short, Andreas Thiesmeyer, John Thompson
Coproducteurs délégués : Samuel Hadida, Victor Hadida, Manfred D. Heid, Jochen Kamlah, Gerd Koechli
Exécutif : John J. Kelly
Producteur associé : Jordan Kessler

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

James Ellroy, ici en 2009, est l'auteur du roman Le Dahlia noir

Le scénario est basé sur le roman Le Dahlia noir de James Ellroy, lui-même inspiré de l'affaire du Dahlia noir. L'écrivain avait été très jeune marqué par cette affaire et par le meurtre de sa propre mère en 1958, alors qu'il n'avait que 10 ans. Il devient vite fasciné par cette histoire : « j'allais à la bibliothèque centrale pour lire toutes les coupures sur l'affaire du Dahlia sur microfilm et je me suis imprégné de l'univers de Los Angeles à cette époque »[5]. Les droits d'adaptation du roman sont achetés dès 1986[6]. James B. Harris écrit un scénario mais abandonne peu après le projet, qui reste alors en stand-by. En 1997, suite au succès du film L.A. Confidential, adapté d'un autre roman de James Ellroy, plusieurs studios veulent utiliser d'autres romans de l'auteur. Universal Studios rachète alors les droits du Dahlia noir. Josh Friedman est alors chargé d'écrire le scénario. Il raconte avoir travaillé dessus entre 1997 et 2005 et qu'il avait même envisagé un caméo de Bud White et Edmund Exley, les personnages respectivement incarnés par Russell Crowe et Guy Pearce dans L.A. Confidential.

Le projet sera pendant quelques temps entre les mains du réalisateur David Fincher. Ce dernier prévoyait d'en tirer une version d'environ 3 heures, tournée entièrement en noir et blanc. Il quittera finalement le projet, voyant qu'il ne pourrait pas le faire exactement comme il l'entend[6].

Brian De Palma est ensuite engagé comme réalisateur. Ce choix est bien accueilli par James Ellroy :

« Les films de Brian De Palma abordent toujours l'univers de l'obsession. Ils sont rigoureusement et douloureusement formés, aucun monde en dehors n'existe quand on les regarde. Les couleurs s'éclairent bizarrement, le mouvement vous retient, vous lâchez prise et ne voyez plus que ce qu'il veut vous montrer. Il vous manipule uniquement au nom de la passion et il comprend l'abandon. Les spectateurs ont besoin de succomber. Ses films sont autoritaires et il en contrôle les mécanismes. Il était l'artiste idéal pour filmer Le Dahlia Noir[5]. »

— James Ellroy

Le réalisateur racontera plus tard qu'Universal Pictures a longuement demandé que le meurtre soit placé plus tôt dans le film, ce qu'il a refusé avec persévérance, considérant que l'histoire devait d'abord voir se développer la relation entre les deux personnages principaux[7].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Lorsque David Fincher était lié au poste de réalisateur, Josh Hartnett était attaché au rôle de Bucky Bleichert et Mark Wahlberg à celui de Lee Blanchard. Ce dernier quitte finalement le projet pour tourner Braquage à l'italienne (2003). Pour les rôles féminins, David Fincher envisageait Julianna Margulies pour incarner Madeleine et Jennifer Connelly en Elizabeth. Suite à l'arrivée de Brian De Palma comme réalisateur, Aaron Eckhart obtient le rôle de Lee Blanchard.

Brian De Palma a proposé le rôle de Madeleine Linscott à Eva Green, qui l'a refusé. Le rôle revient donc à Hilary Swank. Maggie Gyllenhaal a quant à elle refuser celui d'Elizabeth Short. La chanteuse Gwen Stefani a par ailleurs été envisagée pour incarner Kay Lake[6].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a eu lieu en extérieurs à Los Angeles (mairie de Downtown Los Angeles, Echo Park, Hollywood Sign, Pantages Theatre, MacArthur Park, etc.) ainsi qu'en studios en Bulgarie (Sofia et New Boyana Film Studios)[8].

Musique[modifier | modifier le code]

The Black Dhalia
Original Soundtrack Recording
Bande originale de Mark Isham
Sortie
Enregistré Studios Abbey Road[9]
Durée 48:02
Genre musique de film
Label Silva America
Critique

La musique du film est composée par Mark Isham, alors que James Horner était initialement prévu[5].

Liste des titres[9]
  1. The Black Dahlia - The Zoot Suit Riots - 2:14
  2. At Norton And Coliseum - 4:07
  3. The Dahlia - 3:09
  4. The Two Of Us - 3:37
  5. Mr. Fire Versus Mr. Ice - 3:16
  6. Madeline - 3:05
  7. Dwight And Kay - 3:12
  8. Hollywoodland - 2:53
  9. Red Arrow Inn - 1:36
  10. Men Who Feed On Others - 4:24
  11. Super Cops - 2:01
  12. Death At The Olympic - 3:32
  13. No Other Way - 2:07
  14. Betty Short - 2:17
  15. Nothing Stays Buried Forever - 6:26

Sortie[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Présenté au festival de Venise, le film a été mal accueilli par la critique à sa sortie, avec 32 % de critiques positives sur Rotten Tomatoes, tant aux États-Unis qu'en France, à l'exception de certains titres fidèles de Brian De Palma (Cahiers du cinéma, Versus, Les Inrockuptibles, Chronic'art, etc.).

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
22 545 080 $[1] [11] 6[11]
Drapeau de la France France 409 697 entrées[12]
Alt=Image de la Terre Mondial 49 332 692 $[1] - -

Autour du film[modifier | modifier le code]

Au début du film, les personnages principaux voient au cinéma L'Homme qui rit - version de 1928 par Paul Leni -, spectacle qui jouera un rôle plus tard dans l'histoire. C'est un exemple de film contenant un film.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « The Black Dahlia », sur Box Office Mojo (consulté le 28 mars 2017)
  2. Visa d'exploitation no 115494 sur Centre National du Cinéma
  3. The Black Dahlia sur BBFC
  4. a, b et c Distribution détaillée sur IMDb
  5. a, b et c Secrets de tournage - Allociné
  6. a, b et c (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  7. Fernando Ganzo, « La Vie de Brian », So Film, no 16,‎ , p. 33
  8. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  9. a et b (en) « Mark Isham The Black Dahlia [Original Soundtrack Recording] », sur Discogs (consulté le 28 mars 2017)
  10. (en) « Mark Isham The Black Dahlia [Original Soundtrack Recording] », sur AllMusic (consulté le 28 mars 2017)
  11. a et b (en) « The Black Dahlia - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 28 mars 2017)
  12. « Le_Dahlia_noir », sur JP box-office.com (consulté le 28 mars 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]