Robert Wiene

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Robert Wiene
Description de cette image, également commentée ci-après
Naissance
Breslau
Nationalité Drapeau d'Allemagne Allemand
Décès (à 65 ans)
16e arrondissement de Paris, France
Profession Réalisateur & scénariste
Films notables Le Cabinet du docteur Caligari,
Les Mains d'Orlac

Robert Wiene, né le à Breslau (Empire allemand) et mort le à la clinique Rémusat dans le 16e arrondissement de Paris de Paris[1], est un réalisateur, scénariste et producteur de cinéma allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né dans une famille d’artiste, son père était un acteur de théâtre renommé et son jeune frère Conrad Wiene travailla aussi dans le monde du cinéma comme réalisateur, scénariste et acteur.

Il s’orienta vers l’Université Humboldt de Berlin pour y étudier le droit, mais c’est en 1908 qu’il s’intéressa au théatre et qu'il se produisit dans des petits rôles en tant qu'acteur puis il s'orienta vers la mise en scène. Il débuta en tant que scénariste vers 1914 pour se tourner finalement vers la réalisation.

Sa carrière démarre en 1919 lorsque le producteur Erich Pommer vient le trouver pour adapter le scénario de Carl Mayer et Hans Janowitz. Il s’agit du Cabinet du Docteur Caligari, le film-manifeste du cinéma expressionniste allemand. Robert Wiene apporte quelques modifications au film en rajoutant un prologue ainsi qu'un épilogue qui ont pour but de faire comprendre aux spectateurs qu'il s'agit d'un récit sorti de l'imagination d'un fou. À sa sortie en Allemagne, le film rencontre un grand succès puis il finira par être diffusé partout dans le monde. Le Cabinet du Docteur Caligari est le premier film diffusé aux États-Unis après la fin de la Première Guerre mondiale. Il continuera de collaborer avec Carl Mayer par la suite.

Par la suite, il met en scène d'autres films empreints de la même étrangeté, comme Raskolnikov (1923) ou Les Mains d'Orlac (1924]), qui néanmoins n'ont pas la même force que son film le plus célèbre.

À l'avènement du Troisième Reich, il est contraint à l'exil. Il quitte l'Allemagne pour la Hongrie, puis la Grande-Bretagne et enfin la France. Atteint d'un cancer, il ne peut terminer son dernier film, Ultimatum : c'est un autre réalisateur exilé, Robert Siodmak, qui l'achèvera[2].

Il fut Inhumé en concession temporaire dans la 107ème division du cimetière parisien de Bagneux le 18 juillet 1938[3]. Sa sépulture a depuis fait l’objet d’une reprise.

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Comme scénariste[modifier | modifier le code]

Comme réalisateur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris 16e, acte de décès no 1396, année 1938 (page 1/31). Robert Wiene est décédé au 21 rue Rémusat à 6h00, né le 27 avril 1875 à Bratislava (Autriche-Hongrie région Slovaque) fils de Carl Wiene et Paulette Löve , époux de Marie Rosa Trinks
  2. « Le Cabinet du docteur Caligari, film de Robert Wiene », sur www.films-sans-frontieres.fr (consulté le 21 avril 2019)
  3. « Registre journalier d'inhumation du cimetière parisien de Bagneux en date du 18 juillet 1938 (page 10/31) »

Liens externes[modifier | modifier le code]