Les Incorruptibles (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les Incorruptibles
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo original du film.
Titre original The Untouchables
Réalisation Brian De Palma
Scénario David Mamet
Musique Ennio Morricone
Acteurs principaux
Sociétés de production Paramount Pictures
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Policier, thriller, historique
Durée 115 minutes
Sortie 1987

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Incorruptibles (The Untouchables) est un film policier américain réalisé par Brian De Palma et sorti en 1987.

Le scénario s'inspire librement de la traque du célèbre mafieux Al Capone par l'agent Eliot Ness et ses « Incorruptibles », retranscrite par ce dernier dans ses mémoires, The Untouchables, publiées en 1957.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au début des années 1930, durant la Prohibition, le puissant parrain de la pègre Al Capone règne en maître sur la ville de Chicago. Soudoyant élus municipaux et forces de l'ordre, il contrôle en toute impunité le trafic et la vente d'alcool. Un agent fédéral déterminé et intègre, Eliot Ness, est dépêché sur place avec pour mission d'arrêter ses agissements illégaux. Pris à la gorge par la corruption ambiante, Ness recrute alors trois hommes de confiance, dont l'officier de police Jim Malone, afin de monter une brigade d'incorruptibles désireux de nettoyer Chicago du crime.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Producteur associé : Ray Hartwick

Distribution[modifier | modifier le code]

Le véritable Eliot Ness, chef des Incorruptibles.
Sources et légende : Version française (VF) sur AlloDoublage[4] et Voxofilm [5]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Photos d'Al Capone prises lors de son arrestation par la police de Chicago

Brian De Palma avait fait débuter Robert De Niro dans The Wedding Party (tourné en 1963 et sorti en 1969) puis l'avait dirigé de nouveau dans Greetings (1968) et Hi, Mom! (1970). Il voulait absolument le comédien pour le rôle de Capone. Mais à cette période, De Niro s'est plus ou moins éloigné du cinéma et se concentre sur le théâtre. En outre, De Niro demandait une somme très importante (1 million de dollars) pour un rôle qui ne demandait que deux semaines de tournage. Les producteurs poussent alors le réalisateur à choisir un autre comédien. Bob Hoskins est alors engagé. Mais Brian De Palma insiste durant un entretien avec les producteurs : il veut absolument De Niro pour le rôle, quitte à augmenter le budget en conséquence, sinon il quitte tout simplement le projet. Il remplace alors Bob Hoskins, qui reçoit un dédommagement de 200 000 dollars[2].

Le comédien s'implique ensuite de tout cœur dans son personnage : il se rend en Italie, se nourrit uniquement de plats locaux, prend douze kilos en cinq semaines, ne fait appel à aucun maquillage, se rase le front pour lui ressembler, retrouve les tailleurs de costumes de Capone et leur commande des vêtements sur mesure identiques à ceux du truand[2].

Si l'ultimatum de De Palma pour avoir De Niro sur le film a été vu d'un mauvais œil par les producteurs, ces derniers ont pu constater par la suite que la performance de Robert De Niro en Al Capone valait finalement ce qu'elle avait coûté. Elle apportait un plus au film avec une « star » venant grossir le casting, ce qui ne manquerait pas d'attirer encore plus de monde, casting alors seulement constitué de Sean Connery (dont la carrière vient d'être relancée par Le Nom de la rose), et de Kevin Costner (qui n'a alors qu'un seul rôle principal à son actif, dans Silverado).

Ce film révèle au grand public Andy García et est considéré comme le premier blockbuster de Kevin Costner. Le rôle d'Eliot Ness avait pourtant été proposé d'abord à Tom Berenger, Jeff Bridges, Michael Douglas, Don Johnson, Mel Gibson, Harrison Ford, William Hurt, Jack Nicholson, Nick Nolte et Mickey Rourke, qui ont refusé[2]. Quant au personnage de Malone, le premier choix était Gene Hackman.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage s'est déroulé du à [6].

Lieux de tournage[7]
Hardy Creek Bridge (scène interception de la cargaison de whisky avec les Canadiens)
Blackstone Hotel - 636 South Michigan Avenue (scène de la batte de baseball)
Pont de Michigan Avenue - 333 Michigan Avenue (Ness rencontre Malone)
Basilique Notre-Dame-des-Douleurs - 3121 W. Jackson Boulevard (Malone à Ness : « Jusqu'où êtes-vous prêt à aller pour coincer Capone ? »)
Auditorium Building - 430 S. Michigan Avenue (Ness affronte Capone à son hôtel)
Chicago Theatre - 175 North State Street (Capone, en pleine extase devant son idole Caruso à l'Opéra)
Rookery Building - 209 South LaSalle Street (quartier général de l'équipe de Ness)
Union Station - Canal Street & Jackson Boulevard (scène du landau qui dévale les escaliers)
Chicago Cultural Center - 78 E. Washington Street (poursuite entre Ness et Nitti)
Chicago Board of Trade Building - 141 W. Jackson Boulevard (scène de fin).

Musique[modifier | modifier le code]

The Untouchables
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de Ennio Morricone
Sortie 1987
Durée 39:20
Genre musique de film
Compositeur Ennio Morricone
Critique

La musique du film est composée par Ennio Morricone.

Liste des titres
  1. Untouchables (End Title) - 3:10
  2. Al Capone - 2:55
  3. Waiting at the Border - 3:46
  4. Death Theme - 2:41
  5. On the Rooftops - 2:33
  6. Victorious - 2:09
  7. The Man with the Matches - 2:46
  8. The Strength of the Righteous (Main Title) - 2:26
  9. Ness and His Family - 2:45
  10. False Alarm - 1:12
  11. The Untouchables - 3:04
  12. Four Friends - 2:51
  13. Machine Gun Lullaby - 7:02

L'opéra auquel assiste Al Capone est Pagliacci de Ruggero Leoncavallo, l'extrait entendu est Vesti la giubba.

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a connu un grand succès commercial, rapportant environ 186 270 000 $ au box-office mondial, dont 76 270 000 $ en Amérique du Nord, pour un budget de 25 000 000 $. En France, il a réalisé 2 459 380 entrées[10].

Il a reçu un accueil critique favorable, recueillant 80 % de critiques positives, avec une note moyenne de 7,3/10 et sur la base de 54 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[11].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source : Internet Movie Database[12]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Références et clins d'œil[modifier | modifier le code]

Dans le réseau de citations que tisse le film, la plus célèbre est la scène où un landau descend en roue libre le grand escalier de la gare de Chicago, allusion évidente à une scène du Cuirassé Potemkine d'Eisenstein[13]. De Palma cite également le Scarface d'Howard Hawks (1932), à travers le plan subjectif du malfrat qui pénètre chez Malone et qui ressemble au plan-séquence d'ouverture du film de Hawks.

Au début du film, la petite fille déchiquetée par une bombe rappelle le petit garçon de Agent secret d'Alfred Hitchcock[13].

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Un jeu vidéo inspiré du film, The Untouchables (en), est édité par Ocean Software en 1989 sur Amstrad CPC, Commodore 64, MSX, Atari ST, Amiga, DOS, NES, Super Nintendo ou encore ZX Spectrum. Il s'agit d'un Jeu vidéo à défilement horizontal dans lequel le joueur doit appréheder Al Capone et ses hommes[14].

Projet de suite avorté[modifier | modifier le code]

Brian De Palma avait envisagé une suite sous forme de préquelle, intitulée The Untouchables: Capone rising[15]. avec Gerard Butler pour incarner Al Capone[16]. Le projet ne s'est cependant pas concrétisé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les costumes des principaux personnages ont été réalisés par Giorgio Armani, sauf celui de Sean Connery pour lequel ce dernier a choisi lui-même son costume.
  2. a b c et d Secrets de tournage - Allociné
  3. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  4. « Fiche du doublage français du film » sur AlloDoublage, consulté le 26 novembre 2014
  5. « Fiche du doublage français du film » sur Voxofilm
  6. (en) Business sur l’Internet Movie Database
  7. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  8. https://www.movie-locations.com/Untouchables.php
  9. (en) « Ennio Morricone The Untouchables (Original Motion Picture Soundtrack) », sur AllMusic.com (consulté le ).
  10. Les Incorruptibles sur JP‘s Box-Office.
  11. (en) Les Incorruptibles sur Rotten Tomatoes.
  12. (en) Awards sur l’Internet Movie Database
  13. a et b Jürgen Müller (trad. de l'allemand), 100 films des années 1980, Cologne, Taschen, , 819 p. (ISBN 978-3-8365-8730-3), p. 414
  14. The Untouchables - Jeuxvideo.com
  15. « De Palma retrouve Al Capone », sur Allociné, (consulté le ).
  16. « Gerard Butler, l'après 300 ... », sur Allociné, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]