Dracula (film, 1931)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dracula
Description de l'image Dracula movie poster Style F.jpg.
Réalisation Tod Browning
Scénario Garrett Fort
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Horreur
Durée 75 minutes
Sortie 1931

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Dracula est un film américain réalisé par Tod Browning en 1931.

C'est le premier film d'une longue série sous l'appellation « Dracula », une première adaptation non officielle ayant été tournée en 1922 par Friedrich Wilhelm Murnau sous le nom de Nosferatu le vampire.

Adapté d'une pièce de théâtre de 1924 de Hamilton Deane et John L. Balderston, elle-même adaptée du roman original de Bram Stoker de 1897, Dracula[1], le film de 1931 fait partie de la série des Universal Monsters.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Bande-annonce.

Renfield, chargé de conclure une transaction immobilière avec le comte Dracula, se rend dans son château des Carpates, où l'aristocrate, qui s'avère être un vampire, va l'hypnotiser pour le mettre sous ses ordres. Débarqué avec Renfield en Angleterre, Dracula ne tarde pas à créer de nouveaux semblables dans la société locale en commençant par la jeune Lucy. Mais la présence du docteur Van Helsing va contrarier ses plans.

Résumé[modifier | modifier le code]

Renfield est un avocat qui se rend au château du comte Dracula en Transylvanie pour une affaire. Les habitants du village craignent que des vampires n'habitent au château et l'avertissent de ne pas s'y rendre. Renfield refuse de rester à l'auberge du village et demande à son cocher de l'emmener au col du Borgo. Renfield est alors conduit au château par le carrosse de Dracula, ce dernier étant déguisé en chauffeur. En route, Renfield passe la tête par la fenêtre pour demander au chauffeur de ralentir, mais il s'aperçoit que celui-ci a disparu et c'est une chauve-souris qui conduit les chevaux. L'avocat entre ensuite dans le château et est accueilli par le charmant mais excentrique comte, qui est un vampire. Ils discutent de l'intention de Dracula de louer l'ancienne abbaye de Carfax en Angleterre, où il compte se rendre le lendemain. Dracula hypnotise alors Renfield pour qu'il ouvre une fenêtre. Renfield s'évanouit tandis qu'une chauve-souris apparaît et les trois femmes de Dracula se rapprochent de lui. Dracula les repousse, puis attaque Renfield lui-même.

Plus tard, à bord de la goélette Vesta, Renfield devient fou furieux car son esprit est esclave de Dracula, qui se cache dans un cercueil en fond de cale et se nourrit des membres de l'équipage du navire. Lorsque le navire atteint l'Angleterre, on découvre que Renfield est la seule personne vivante à bord mais il est envoyé au sanatorium du Dr Seward, attenant à l'abbaye de Carfax. Dans un théâtre de Londres, Dracula rencontre Seward. Ce dernier lui présente sa fille Mina ainsi que son fiancé John Harker et une amie de la famille, Lucy Weston. Cette dernière est fascinée par le comte Dracula. Cette nuit-là, le vampire entre dans sa chambre et se régale de son sang pendant qu'elle dort et elle meurt le lendemain après une série de vaines transfusions sanguines.

De son côté, Renfield est obsédé par la consommation de mouches et d'araignées et le professeur Van Helsing analyse le sang de Renfield et se met à lui parler de vampires mais Renfield supplie Seward de le renvoyer, affirmant que ses cris nocturnes risquent de perturber les rêves de Mina. Lorsque Dracula appelle Renfield par l'intermédiaire d'un loup qui hurle, Renfield est troublé par Van Helsing qui lui montre de l'aconit, dont Van Helsing dit qu'il sert à se protéger des vampires. Plus tard Dracula rend visite à Mina, qui est endormie dans sa chambre pour la mordre et le lendemain soir, Dracula vient la visiter mais Van Helsing et Harker remarquent qu'il n'a pas de reflet dans le miroir. Lorsque Van Helsing lui en demande la raison, le comte se fâche brise violement le miroir avant de s'en aller. Le chasseur de vampires en déduit qu'il est le vampire à l'origine des récentes tragédies.

Une nuit, Mina quitte sa chambre et court vers Dracula dans le jardin où il l'attaque. Une servante la retrouve inconsciente et les journaux rapportent qu'une femme vêtue de blanc attire les enfants dans le parc pour les mordre jusqu'au sang. Mina reconnaît la dame comme Lucy, désormais ressuscitée en vampire et Harker veut emmener Mina à Londres pour la mettre en sécurité mais il se laisse convaincre de la confier à Van Helsing. Ce dernier ordonne à l'infirmière Briggs de prendre soin de Mina lorsqu'elle dort et de ne pas retirer la couronne d'aconit de son cou. Renfield s'échappe de sa cellule et écoute les hommes parler de vampires. Avant que son accompagnateur ne le ramène dans sa cellule, Renfield leur raconte comment Dracula l'a convaincu de le laisser entrer dans le sanatorium en lui promettant des milliers de rats pleins de sang et de vie. Dracula entre dans le salon Seward et s'entretient avec Van Helsing. Dracula déclare que Mina lui appartient désormais et avertit Van Helsing de retourner dans son pays. Van Helsing jure de fouiller l'abbaye de Carfax et de détruire Dracula. Le vampire tente alors de l'hypnotiser mais la détermination de ce dernier s'avère plus forte. Alors que Dracula se jette sur Van Helsing, ce dernier sort un crucifix de son manteau, ce qui l'oblige à battre en retraite.

Alors que Harker rend visite à Mina sur une terrasse, elle lui dit combien elle aime les longues nuits de brouillard et une chauve-souris vole au-dessus d'eux en couinant vers Mina. Elle attaque alors Harker mais Van Helsing et Seward le sauvent. Mina confesse ensuite ce que Dracula lui a fait et dit à Harker que leur amour est terminé. Dracula hypnotise Briggs pour qu'elle retire l'aconit jaune du cou de Mina et ouvre les fenêtres. Van Helsing et Harker voient Renfield se diriger vers l'abbaye de Carfax et y découvrent Dracula avec Mina. Lorsque Harker crie en direction de Mina, Dracula pense que Renfield l'a trahi en les menant là et le tue. Dracula est traqué par Van Helsing et Harker, qui savent que Dracula est forcé de dormir dans son cercueil en plein jour. Pendant que le soleil se lève, Van Helsing prépare un pieu en bois tandis que Harker cherche Mina. Van Helsing ouvre le cercueil puis empale Dracula en plein cœur, le tuant sur le coup et Mina redevient normale.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Production associée : E.M. Asher

Distribution[modifier | modifier le code]

Bela Lugosi dans le rôle du comte Dracula.
Acteurs non crédités

Distinctions[modifier | modifier le code]

Entre 2000 et 2018, Dracula (1931) a été sélectionné 8 fois dans diverses catégories et a remporté 5 récompenses[7].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Lon Chaney père, acteur fétiche de Tod Browning et déjà vedette d'un film de vampire, London After Midnight (1927), était initialement prévu pour interpréter Dracula. Après sa mort prématurée en 1930, Bela Lugosi qui triomphait alors au théâtre dans ce même rôle, lui succéda. Lugosi insiste lors du maquillage pour apparaître à son avantage[8]. Son visage est maquillé d'un fond de teint vert[8]. L'implantation de ses cheveux est redessinée[8].

Bela Lugosi fut tellement imprégné du rôle qu'il fut enterré avec la cape du vampire à la demande de sa femme[9]. Il incarna à nouveau Dracula au théâtre et joua des personnages de vampires. Mais, paradoxalement, il ne reprendra le rôle de Dracula à l'écran qu'une seule fois, tardivement, et dans le film parodique Deux Nigauds contre Frankenstein, en 1948.

La version originale du film ne comporte que deux illustrations musicales : un extrait du Lac des cygnes pour le générique du début et la fin de l'ouverture des Maitres Chanteurs de Nurenberg pour le concert à la fin duquel Dracula vient dans la loge du docteur Seward. On ignore si la raison en est la Grande Dépression, une technologie encore balbutiante ou la volonté du réalisateur de mettre en relief l'accent hongrois de Bela Lugosi[10]. Pour la réédition de Dracula dans la collection « Classic Monster » en 1988, les studios Universal demandent à Philip Glass une musique originale. Il compose une partition de 85 min pour claviers et quatuor à cordes, jouée par Michael Riesman et le Kronos Quartet, qui offre un contrepoint sonore à l'image, rempli de clins d'œil au cinéma muet[10].

Le personnage de Renfield est ici partiellement confondu avec celui de Jonathan Harker : Renfield tient au début du film le rôle tenu par Harker dans le roman.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) David J. Skal, Hollywood Gothic: The Tangled Web of Dracula from Novel to Stage to Screen, (2004) Paperback ed. New York: Faber & Faber; (ISBN 0-571-21158-5)
  2. a et b (en) « Dracula (1931) - Société de Production / Sociétés de distribution » sur l’Internet Movie Database (consulté le 26 janvier 2021).
  3. (en) « Dracula (1931) – Budget » sur l’Internet Movie Database (consulté le 26 janvier 2021).
  4. (en) « Dracula (1931) - Spécifications techniques » sur l’Internet Movie Database (consulté le 26 janvier 2021).
  5. (en) « Dracula (1931) - Dates de sortie » sur l’Internet Movie Database (consulté le 26 janvier 2021).
  6. (en) « Dracula (1931) - Guide Parental » sur l’Internet Movie Database (consulté le 26 janvier 2021).
  7. (en) « Dracula (1931) - Distinctions » sur l’Internet Movie Database (consulté le 26 janvier 2021)
  8. a b et c Pinteau 2003, p. 286-287
  9. (en) « Bela Lugosi’s funeral - The Bela Lugosi Blog », sur The Bela Lugosi Blog (consulté le ).
  10. a et b Jérémie Szpirglas, La Revue de la Cité de la musique, avril 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Rauger, Universal, 100 ans de cinéma, Paris, La Martinière, , 1re éd., 280 p. (ISBN 978-2-7324-5392-7)
  • Pascal Pinteau, Effets spéciaux : Un siècle d'histoire, Genève, Minerva, , 1re éd., 568 p. (ISBN 2-8307-0683-8)
  • (en) Gregory A. Waller, « Tod Browning's Dracula », dans Bram Stoker, Dracula, New York / Londres, Norton and Company, 1997, p. 382-389.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :