Néo Faust

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Faust.
Néo Faust

ネオ・ファウスト
(Neo fausuto)
Auteur Osamu Tezuka
Éditeur (ja) Kōdansha
(fr) Éditions FLBLB
Prépublication Drapeau du Japon Asahi Shinbun
Sortie initiale

Néo Faust (ネオ・ファウスト, Neo fausuto?) est un seinen manga d'Osamu Tezuka prépublié dans le journal Asahi Shinbun en 1988. La version française est éditée en un volume par les Éditions FLBLB en .

Il s'agit de l'une des dernières œuvres du mangaka.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

Professeur Ichinoseki (一ノ関教授?)
Sakane Daiichi (坂根第一?)
Mephist (メフィスト(ネオ・ファウスト)?)
Takada Mariko (高田まり子?)
Inspecteur Takada (高田警部?)
Sakane Daizo (坂根第造?)
Professeur assistant Yamamoto (山本助教授?)
Ishinomaki (石巻?)
Directeur de l'université NG (NG大学理事長?)
Maruyama Sen (丸山せん?)

Publication[modifier | modifier le code]

Neo Faust est la troisième œuvre de Tezuka directement inspirée du mythe du Faust de Goethe, après Faust (ファウスト, Fausuto?) publié en 1950 et Les Cent Contes (百物語, Hyakumonogatari?) en 1971 dans le Lion Books (en)[1].

Le mangaka avait annoncé la production d'un film d'animation en 1984, mais le projet est abandonné. Il décide alors d'en créer une version manga en trois parties[2], qui est prépubliée dans le journal Asahi Shinbun en deux parties, la première entre le et le , la seconde entre le et le , quelques mois avant sa mort, la maladie le forçant à laisser la seconde partie inachevée et la troisième non-réalisée[1].

Le manga est publié en deux volumes reliés par Kōdansha dans la collection des Œuvres complètes de Tezuka le (ISBN 978-4-06-175968-8) et le (ISBN 978-4-06-175969-5), puis en un volume au format bunko le (ISBN 978-4-06-373870-4)[3].

La version française est publiée en un volume par les Éditions FLBLB le (ISBN 978-2-35761-112-2).

Analyse[modifier | modifier le code]

François Angelier de France Culture juge qu'Osamu Tezuka, en inscrivant l'action du mythe dans le Japon des années 1960 et 1970, essaye d'analyser la « puissance négative » qui hanterait le monde moderne[4]. Pour Actuabd, « le boom économique, l'inauguration du Shinkansen et des premières autoroutes urbaines, les Jeux olympiques de 1964, puis les révoltes étudiantes de 1968 à 1970 et la guerre du Viêt Nam constituent autant de facteurs d’évolution des personnages et de leur histoire ». Néo Faust constitue « un pont entre la culture européenne et la civilisation japonaise et mérite donc une lecture attentive, même s'il n'est pas achevé. L'absence de fin ne retire rien au plaisir de lire un récit d'une grande richesse, faisant appel au fantastique, à l'histoire, à l'humour et à la réflexion scientifique et philosophique »[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Neo Faust », sur tezukaosamu.net (consulté en novembre 2016)
  2. a et b Frédéric Hojlo, « Néo Faust : l'œuvre inachevée d'Osamu Tezuka enfin éditée en France », sur actuabd.com, (consulté en avril 2017)
  3. (ja) « 「ネオ・ファウスト」の検索結果 3件 », sur kc.kodansha.co.jp (consulté en novembre 2016)
  4. François Angelier, Néo-Faust ou l'ultime manga d'Osamu Tezuka, Les Émois sur France Culture, 21 septembre 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]