La Beauté du diable (film, 1950)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La Beauté du diable

Réalisation René Clair
Scénario René Clair d'après Faust de Goethe
Acteurs principaux
Sociétés de production Franco-London-Films
Universalia
Enic
Pays de production Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Comédie dramatique
Durée 93 minutes
Sortie 1950

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Beauté du diable est un film franco-italien de René Clair sorti en 1950.

Synopsis[modifier | modifier le code]

A une époque qui n'est pas définie, dans un lieu qui ne l'est pas davantage, une petite principauté avec des monuments du XVII siècle se meuvent des personnages en costumes romantiques. A l'Université, on fête le jubilé du doyen, le professeur Faust à qui, bientôt, Méphisto fait avouer qu'il ne sait rien et qu'il va mourir sans avoir rien accompli. Il accepte alors de retrouver, mais sans s'engager avec le diable, sa jeunesse à l'aide d'un miroir fourni par Méphisto. L'ancien Docteur Faust prend l'aspect d'un jeune homme nommé Henri tandis que Méphisto, lui, prend l'apparence du vieux Docteur Faust.

Ivre de sa nouvelle jeunesse, Henri rencontre Marguerite chez les forains et s'éprends d'elle mais est arrêté, soupçonné d'avoir assassiné le professeur Faust pour le voler. Méphisto réapparaît sous l'apparence du Professeur Faust pour le faire libérer mais Henri se retrouve à la rue sans le sou alors que Méphisto fabrique de l'or à partir de sable à la cour oisive du Prince.

D'abord très méfiant et réticent, Henri décide de se joindre à l'entreprise de Méphisto et devient Conseiller à la cour du Prince. Il obtient fortune, savoir scientifique avancé et gloire tout en tombant amoureux de la Princesse.

Mais suite à un stratagème de Méphisto, Henri se réveille pauvre comme avant. Croyant avoir rêvé et voulant retrouver ses délices, Henri vends son âme à Méphisto avant de se rendre compte, trop tard, de la supercherie.

Contraint de reprendre sa place de Conseiller à la cour, Henri propose de construire des sous-marins, machines volantes, et surtout d'extraire de l'énergie d'un grain de poussière.

Au bout d'un certain temps, Henri demande à Méphisto de lui montrer son avenir à l'aide d'un grand miroir du Palais du Prince. Il se découvre, avec horreur, assassinant le Prince pour obtenir la Princesse, la trompant et devenant un tyran détruisant tout sur son passage jusqu'au dernier jour de sa vie où Méphisto prend possession de son âme.

Terrifié, Henri tente de changer le destin. Il décide de détruire ses travaux, rechanger l'or qu'il a fabriqué en sable, fuit la cour et retrouve Marguerite qu'il aime à nouveau son amour pour la Princesse s'étant éteint suite à la découverte de son morbide avenir.

La révolte gronde et Marguerite est arrêtée comme sorcière pour avoir "envoûté" Henri qui est bientôt arrêté à son tour pour avoir cédé à la "sorcellerie" de Marguerite. Tous deux étant condamnés à être envoyés au bûcher, Méphisto, désireux de prendre possession de l'âme de Marguerite, décide de sauter sur cette occasion. En effet, les amants sont condamnés à être séparés à jamais dans la mort, l'âme généreuse de Marguerite étant pressentie pour rejoindre le Paradis et celle d'Henri condamnée à être envoyée en Enfer ce dernier ayant vendu son âme au démon Méphisto. Ce dernier montre, alors, à Marguerite le pacte entre Henri et lui pour la convaincre de rejoindre Henri dans la damnation.

Mais, horrifiée par le pacte, Marguerite le lui arrache des mains et le lance vers la foule qui se rue sur Méphisto le prenant pour le Professeur Faust ayant invoqué le démon Méphisto pour changer l'or en sable. Ce dernier fuit et saute par une fenêtre.

Méphisto est alors " sauvé " par Lucifer qui le libère du corps du Professeur Faust en le brûlant tout en réduisant en cendres le Pacte condamnant Henri à la damnation que Méphisto tenait dans sa main.

Henri étant libéré de l'accord infernal, il s'échappe avec Marguerite et tous deux rejoignent les forains. Ainsi, ils sont libres de vivre leur amour loin de la science dangereuse, de la cour corrompue et, surtout, des horreurs de l'Enfer.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Sélection[modifier | modifier le code]

  • 1951 : La Beauté du diable est sélectionné pour le prix du meilleur film étranger (Film From Any Source) aux BAFTA[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « La Beauté du diable », sur Centre national du cinéma et de l'image animée (consulté le )
  2. « "Cendrillon" de Walt Disney ouvre le 11e Festival de Venise », sur lemonde.fr, (consulté le ) : « En marge du festival [de Venise] les "nastri d'argento", les "oscars" italiens, ont été remis au cours d'une réception officielle. Les prix destinés aux meilleurs acteurs italiens, hommes et femmes, n'ont pas été attribués. Le "nastro d'argento" pour le meilleur film italien a été décerné à Cieio sulla palude, de A. Genina. Michel Simon reçoit le prix du meilleur acteur étranger pour son interprétation dans la Beauté du diable. Dans ce même film Léon Barsacq obtient le nastro pour les décors. Enfin le prix du meilleur film étranger a été attribué à Henri V, de Sir Laurence Olivier. »
  3. (en) « BAFTA - Film in 1951 » (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]