Tchétchènes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Peuple tchétchène)
Aller à : navigation, rechercher
Tchétchènes
Description de cette image, également commentée ci-après
Un Tchétchène (à droite) au XIXe siècle.
Populations significatives par région
Drapeau de la Russie Russie (en incluant la Tchétchénie) 1 431 360
Europe Europe entre 130 000 à 200 000
Drapeau de la Turquie Turquie 100 000
Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan 37 000
Drapeau de la Jordanie Jordanie 15 000
Autres
Langues Tchétchène (maternelle) et russe.
Religions Islam sunnite
Ethnies liées Nakh (en particulier Ingouches et Kistine)

Le peuple tchétchène (en tchétchène : Нохчий, Nokhchi) forme le plus grand groupe ethnique natif du Caucase du Nord avec, selon un recensement de 2010, 1 431 360 représentants[1] dont 1 206 551 en Tchétchénie[2]. Ils ont pour langue le tchétchène et pour religion prédominante l'islam sunnite.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme « tchétchène » est cité pour la première fois dans les sources arabes du VIIIe siècle. Selon la tradition populaire, le terme « tchétchène » vient du nom du village de Chechen-Aul, où les Tchétchènes gagnèrent contre les soldats russes en 1732. Cependant, le mot « tchétchène » revient à plusieurs reprises dans des sources russes dès 1692, il serait dérivé du mot Shashan en kabarde. Il semblerait que les Tchétchènes eurent plusieurs noms différents durant l'Histoire et que celui de « tchétchène » soit récent, car ils sont cités sous d'autres noms dans les écritures arméniennes et géorgiennes.[réf. nécessaire]

Géographie[modifier | modifier le code]

La majorité des Tchétchènes se trouve dans la République tchétchène de la fédération de Russie, dans le Nord-Est du Caucase. Des groupes important se trouvent également dans les régions voisines (Ingouchie, Daghestan) ainsi qu’à Moscou.

À l’étranger on trouve des populations tchétchènes en Turquie et au Moyen-Orient (Jordanie et Iraq), descendants de Tchétchènes ayant fui lors de la guerre du Caucase au XIXe siècle, ainsi qu’au Kazakhstan, descendants de Tchétchènes déportés sous Staline. Dans les années 1990, la guerre de Tchétchénie a poussé certaines familles de civils (dont femmes et enfants) qui étaient menacées par les bombardements russes, à immigrer avec le statut de réfugié en Europe, particulièrement en Allemagne, Belgique et en France.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mariel Tsaroieva, Anciennes croyances des Ingouches et Tchétchènes : peuples du Caucase du nord, Maisonneuve & Larose, Paris, 2005, 423 p. + pL. (ISBN 2-7068-1792-5) (texte remanié d'une thèse d'Histoire des religions, INALCO).
  • Laurent Vinatier, Tchétchènes : une diaspora en guerre, Éditions Pétra, Paris, 2013, 289 p. (ISBN 978-2-84743-085-1) (texte remanié d'une thèse de Sciences politiques).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]