Pays de la Couronne de saint Étienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article principal : Autriche-Hongrie.
Pays de la Couronne de saint Étienne
A Magyar Szent Korona Országai (hu)

Zemlje krune svetog Stjepana (hr)

1867 – 1918

Drapeau Blason
Armoiries
Description de cette image, également commentée ci-après
Pays de la Couronne de saint Étienne au sein de l'Autriche-Hongrie.
Informations générales
Statut Monarchie constitutionnelle, union personnelle, partie de la double monarchie austro-hongroise
Constitué par Royaume de Hongrie, Royaume de Croatie-Slavonie
Constituant Autriche-Hongrie
Capitale Budapest
Langue hongrois
Religion Catholique romaine
Monnaie Florin (1867-92)
Couronne (1892-1918)
Histoire et événements
Compromis de 1867
Avènement de Charles IV
10 novembre 1918 proclamation de la République
roi de Hongrie
1867-1916 François-Joseph Ier
1916-1918 Charles IV

Entités précédentes :

Les pays de la Couronne de saint Étienne (en hongrois : A Magyar Szent Korona Országai ; en croate : Zemlje krune svetog Stjepana) désignent, de 1867 à 1918, l'ensemble formé par le royaume de Hongrie et celui de Croatie-Slavonie au sein de la double monarchie austro-hongroise. Les deux royaumes hongrois et croate sont liés par une union personnelle remontant au XIIe siècle et réaffirmée par un compromis conclu en 1868 avec le trône impérial d'Autriche. En vertu de ce compromis, l'empereur autrichien règne dans les pays de la Couronne de saint Étienne en qualité de roi de Hongrie.

Le terme de Transleithanie (au-delà de la Leitha) était utilisé avec une connotation négative par les Autrichiens pour désigner cet ensemble.

Composition du royaume[modifier | modifier le code]

Couronnement de François-Joseph et Élisabeth à Budapest en 1867 comme roi et reine de Hongrie. François-Joseph est vêtu en roi hongrois et porte la couronne de saint Étienne. Les représentants croates sont à droite du tableau.

Le royaume de Hongrie est composé de deux entités politiques, le royaume de Hongrie proprement dit d'une part, et le royaume de Croatie-Slavonie d'autre part, considéré comme un banat hongrois. Sur le plan linguistique, le royaume compte en son sein de nombreuses minorités qui, ensemble, représentent plus de la moitié de la population : allemande, roumaine, ruthène, slovaque, slovène, croate, serbe, juive et rome[1]. Allemands et Croates mis à part, les autres sont soumises à une politique de magyarisation visant à assurer la pérennité de la Couronne de Saint-Étienne mais qui a eu l'effet contraire.

Le dualisme hongrois[modifier | modifier le code]

Les pays de la Couronne de Saint-Étienne en 1872.
Carte détaillée des pays de la Couronne de Saint-Étienne en 1891 avec les 64 comitats.

Chacune des deux entités « Transleithanie » et « Cisleithanie » entretient une vie politique propre, avec des élections à sa chambre basse. Sur le modèle des rapports entre Autrichiens et Hongrois, un système de délégations est mis en place pour régir les relations entre le royaume de Saint-Étienne et le royaume de Croatie-Slavonie.

Dans le royaume de Hongrie, le pouvoir est exercé directement par l'empereur-roi (Kaiser und König), par l'entremise du président du conseil du royaume, le plus souvent appuyé sur une majorité parlementaire, mais surtout sur l'influence prépondérante de l'aristocratie hongroise, propriétaire de plus de 75 % des terres du Royaume. En Croatie-Slavonie, le pouvoir est exercé au quotidien par le Ban, directement désigné par le président du conseil du royaume.

Dans le cadre de l'union personnelle avec le royaume de Hongrie, établie en 1102, le royaume croate vit sous le régime d'un Ausgleich (« compensation ») conclu en 1868 entre les deux parties, hongroise et croate. Le Ban exerce les prérogatives royales depuis Agram (aujourd'hui Zagreb). Dans le cadre des projets de réforme de la double monarchie, y compris les projets initiés en septembre 1918 par le roi Charles IV, le royaume de Budapest affirme jalousement et de façon systématique son refus de toute formule fédérale (au profit des Slovaques, des Ruthènes, des Roumains et des Serbes) ainsi que sa souveraineté sur le royaume de Croatie[2].

Enfin, la ville de Fiume ne fait partie d'aucun comitat mais dépend directement de la Couronne hongroise[3].

Un royaume multiethnique[modifier | modifier le code]

Les communautés ethno-linguistiques du royaume de Hongrie en 1910.
Parce qu'elle montrait les Magyars par un fort rendu graphique rouge et en figurant les zones moins densément peuplées comme vides, la carte ethnique de Pál Teleki fut contre-productive au traité de Trianon.
Les proportions ethniques en 1920 dans les territoires issus du traité de Trianon.

Le royaume de Hongrie refondé en 1867, héritier des royaumes médiéval, moderne et transylvain, s'étendait sur l'ensemble du bassin du moyen-Danube, de la Pannonie à l'arc des Carpates, territoire où vivaient des Magyars, principale population du pays (48,1 %)[1], des Slovaques, des Ruthènes, des Roumains (15,4 % de la population)[1], des Allemands, des Italiens et des Slaves du Sud — Croates et Serbes aspirant à former avec les Serbes un « royaume slave du Sud » indépendant de la tutelle autrichienne et hongroise[4]. Mais si les Magyars sont majoritaires au centre du Royaume, dans le pays sicule et dans une partie des villes, ils sont minoritaires ailleurs, tant culturellement que socialement car là, il s'agit d'aristocrates, de gros propriétaires terriens et de bourgeois dominant des populations rurales, différentes d'eux à la fois par leur rang social et par leurs langues, auxquelles ils imposant une magyarisation contraignante[5].

Institutions et vie politique[modifier | modifier le code]

La constitution hongroise de 1867 organisant la vie politique dans le royaume, garantit en théorie un mode de fonctionnement libéral. Mais en pratique ce fonctionnement reste fortement inégalitaire. En effet, l'influence de la noblesse hongroise de la Chambre des Magnats sur le gouvernement de Budapest dépasse de loin celle de la Chambre des Représentants (où les Magyars de souche sont largement sur-représentés avec plus de 85 % des députés)[1], et l'influence du gouvernement de Budapest reste très présente dans la vie politique en Croatie-Slavonie, malgré celle du royaume de Serbie également présente dans la vie politique croate[6].

Le roi[modifier | modifier le code]

À la tête de cette fédération de deux royaumes, Hongrie et Croatie-Slavonie, se trouve le roi de Hongrie, également empereur d'Autriche, de la dynastie des Habsbourg. Deux souverains se succèdent à la tête des pays de la Couronne de Saint-Étienne, François-Joseph Ier, dépositaire de la couronne entre 1867 et 1916, et son petit-neveu Charles IV de Hongrie, roi de 1916 à l'abolition du royaume en novembre 1918.

Roi de Hongrie étendant son règne sur l'ensemble des pays dépendant de la Couronne de Saint-Étienne, l'empereur d'Autriche François-Joseph fait usage de son autorité et de certaines de ses prérogatives, notamment celles liées à son statut de chef de l'armée commune, s'impliquant personnellement dans la vie politique du royaume afin d'obtenir le vote des crédits militaires[7].

Loyaux envers leur monarque, les responsables magyars du royaume sont cependant informés de la méfiance que leur voue l'héritier du trône, François-Ferdinand, qui craint à juste titre que leur conservatisme ne dresse les minorités contre la « double-monarchie », et qui va être assassiné le 28 juin 1914 à Sarajevo[8].

Institutions[modifier | modifier le code]

Le parlement du royaume de Hongrie est composé de deux chambres : la Chambre des Magnats (chambre haute) et la Chambre des Représentants (chambre basse), qui exercent un certain contrôle sur la vie politique du pays.

La chambre haute est composée de représentants de la noblesse et de représentants des cadres traditionnels de la société d'ancien régime :

  • membres de droit, les archiducs âgés de plus de 18 ans, ainsi que les archevêques et les évêques de rite catholique ou protestant ;
  • 17 représentants de la magistrature et de l'État, 12 protestants et les nobles hongrois de plus de 24 ans et s'acquittant de plus de 6 000 couronnes d'impôt annuel ;
  • trois représentants de l'aristocratie du royaume de Croatie-Slavonie.

La chambre des représentants est composée de 453 députés :

  • 413 sont élus selon un système électoral complexe, garantissant une écrasante majorité aux députés magyars[1] ;
  • 40 sont désignés par la diète de Croatie, pour former le parlement des pays de la Couronne de Saint-Étienne[9].

En Hongrie proprement-dite où les Magyars forment 48 % de la population en 1910 (après introduction des statistiques linguistiques) le système électoral censitaire fait que sur 453 députés, 372 sont magyars, 40 croates, 23 germanophones et seulement 18 sont serbes, slovaques, ruthènes ou roumains. En Croatie-Slavonie, le Ban doit respecter la constitution et gouverner avec l'accord du sabor, diète élue par les ressortissants du royaume, mais, à partir de 1912, la constitution est suspendue et le sabor n'est plus convoqué[10].

Partis politiques[modifier | modifier le code]

La vie politique dans le royaume de Hongrie s'organise rapidement à partir de 1867 autour de deux grands partis politiques, le parti libéral[a] et le parti de l'indépendance, ou parti de 1848, dirigé jusqu'à sa mort en mai 1914 par Ferenc Kossuth, fils de Louis Kossuth, puis par Michel Karolyi[11].

En Croatie-Slavonie, le jeu politique est largement dominé par la coalition croato-serbe élue lors des élections croates de [12].

Armée territoriale[modifier | modifier le code]

Placée sous la responsabilité du ministre de la guerre du gouvernement de Budapest, la Honvéd, fierté du royaume[13], constitue, avec les régiments hongrois de l'armée impériale et royale, la force militaire du royaume.

Ainsi, participant aux forces de la double monarchie, la Honvéd, mise en place à la suite du compromis de 1867, est avant tout une armée de réserve, divisée en deux corps, la Landwehr et la Landsturm, dernière force de défense de la double monarchie, constituant une sorte d'armée de réserve[14] ; chacun de ces corps est appelé au service selon les besoins de défense du royaume[15]. Les responsables magyars perçoivent ces deux forces comme l'embryon de la future armée du royaume indépendant[16].

Cette armée territoriale, forte de 12 000 à partir de 1889[b],[13], peut être déployée dans le royaume pour tenter de s'opposer à une invasion. Ainsi, le 24 octobre 1918, le gouvernement donne l'ordre aux unités de la Honvéd déployées à l'extérieur du territoire du royaume de faire mouvement vers le royaume, afin de défendre le front sud, directement menacé par les succès franco-serbes en Macédoine[17].

De plus, la Honvéd doit fournir en temps de guerre à l'armée impériale et royale 28 divisions d'infanterie et 10 régiments de hussards pour la défense de la double monarchie[18]. Ces divisions de Hussards sont regroupés en bataillons de 456 soldats et officiers, renforcés en 1911 par des détachements de mitrailleuses[19].

La Landsturm hongroise, placée sous la compétence du ministre hongrois de la guerre, doit assurer le maintien de l'ordre intérieur, si l'armée est engagée dans des opérations extérieures, et assurer le renouvellement des effectifs si la situation l'impose ; pour remplir ces missions, elle compte 188 bataillons d'infanterie à la valeur militaire problématique : ces bataillons sont divisés en 94 bataillons de premier ban regroupant les hommes âgés de 19 à 37 ans et en 94 autres de second ban, comptant des hommes de âgés de 38 à 40 ans ; les bataillons de premier ban composent 28 régiments d'infanterie et 40 escadrons de hussards[14].

Politique gouvernementale[modifier | modifier le code]

Autonomes à l'intérieur des pays de la Couronne de Saint-Étienne, les gouvernements qui se succèdent entre 1867 et 1918 s'appuient tous (à l'exception du troisième gouvernement de Sandor Werkele) sur la même majorité politique conservatrice entre 1906 et 1910. Leur politique consiste avant tout à maintenir les privilèges de l'aristocratie face aux classes moyennes montantes, et à conditionner l'accès à l'« ascenseur social » dans le royaume à l'adoption de la langue, de la culture et de l'identité magyare[5],[beta 1].

Développement économique et urbain[modifier | modifier le code]

Durant la seconde moitié du XIXe siècle, la « Transleithanie », protégée par le marché commun formé avec la « Cislethanie », connaît un développement économique et industriel important, permettant une Croissance économique de près de 5 % par an ; ainsi, appuyée sur la plaine du Danube, la Transleithanie devient le grenier à blé de la « double-monarchie »[20].

Cette politique se révèle efficace, puisque le taux de croissance est de 4,8 % dans les années précédent le déclenchement du conflit[10].

Politique de magyarisation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Magyarisation.

Dans cet État multiethnique et multiconfessionnel, les responsables politiques du royaume, presque tous magyars, soumettent les minorités (52 % de la population toutes ensemble) à une rude politique de magyarisation, aussi bien dans le royaume de Hongrie que dans le royaume de Croatie-Slavonie. Cette politique est notamment concrétisée par l'usage obligatoire de la langue hongroise comme unique langue officielle et éducative du royaume et par la répression des représentants des minorités linguistiques, qualifiées d'« allogènes » dans leur propre pays alors que certaines, les Slaves par exemple, étaient là avant les Magyars[5]. En 1910, dans le royaume de Hongrie, un tiers des terres appartient à moins de 9 000 familles de la noblesse hongroise, sur-représentée au Parlement de Budapest où la vie politique est essentiellement réservée aux Magyars : sur 453 députés, 372 sont magyars[1] [21] [22].

Les pays de la couronne de Saint-Étienne au sein de la double monarchie[modifier | modifier le code]

Les pays de la Couronne de Saint-Étienne dans la monarchie danubienne entre 1878 et 1918

En 1867, le compromis décennal fixe le cadre des relations entre le royaume de Hongrie et l'Empire d'Autriche. Sont ainsi définis les domaines de compétences particuliers à chacune des monarchies qui composent la double monarchie et les compétences partagées.

De plus, le royaume de Hongrie bénéficie, grâce à l'alliance avec l'Autriche, d'un prestige et d'une puissance sans commune mesure avec ce que seraient la puissance de la Hongrie si elle s'était séparée de l'Autriche. En dépit de ce gain appréciable de la puissance hongroise, les représentants du royaume se montrent perpétuellement insatisfaits de l'accord avec l'Autriche, tentant de négocier toujours davantage d'autonomie interne[23].

L'Ausgleich[modifier | modifier le code]

En 1867, un accord est trouvé entre les représentants du royaume de Hongrie et les Habsbourg, sous la forme d'une association entre deux États souverains, l'Empire d'Autriche et le royaume de Hongrie.

Placé sur un pied d'égalité avec l'Autriche, le royaume de Saint-Étienne jouit d'une autonomie interne et met à la disposition de la double monarchie une partie de ses moyens, sous la forme de contribution au budget commun[24].

Conclu pour une durée de dix ans, l'Ausgleich est reconduit en 1877, 1887 à l'issue de négociations entre les représentants autrichiens et hongrois.

Cependant, dès 1867, les relations entre les Autrichiens et les Hongrois, majoritaires dans les institutions politiques des pays de la couronne, reposent sur un malentendu : les Autrichiens voient cet accord comme un aboutissement, une borne ultime aux concessions à laisser à la Hongrie, alors que les responsables politiques de la couronne de Saint-Étienne voient le résultat de cette négociation comme un point de départ vers l'indépendance[16].

Au fil des renouvellements de l’Ausgleich, les Hongrois obtiennent toujours plus de concessions économiques : en effet, les deux parties de la « double-monarchie » sont liées depuis 1907 par un traité de commerce, valable pour une durée de dix années, mais pouvant être adapté en fonction des besoins : aucune disposition n'empêche la Hongrie, par exemple, de frapper de droits de douane certains produits autrichiens, peu compétitifs[c],[25].

Les négociateurs hongrois refusent, à partir de 1917, le principe même d'un espace économique commun avec Vienne[26], en dépit du renouvellement, pour une période décennale, de l’Ausgleich le [27].

Institutions communes[modifier | modifier le code]

Les deux parties de la « double-monarchie » entretiennent des institutions communes, dans les domaines politiques, économiques et militaires. Pour les régir et les financer, un système complexe de représentants autrichiens et hongrois se réunissent de façon régulière, de manière formelle ou informelle.

Ainsi, la diplomatie constitue un domaine géré conjointement par les deux monarchies. Cependant les parlements autrichiens et hongrois doivent entériner les traités internationaux[24].

Ciment de la double-monarchie, l'armée impériale et royale comporte en son sein plus d'un tiers d'hommes levés sur le territoire des pays de la Couronne de Saint-Étienne : la présence de ces unités composées de sujets hongrois constitue un moyen pour les responsables politiques du royaume de Hongrie d'affirmer leur volonté d'autonomie à l'égard de l'Autriche et de la politique militaire voulue par le roi et ses conseillers viennois[28]. En même temps, c'est aussi pour l'Autriche-Hongrie un facteur de faiblesse : en effet, la moitié des recrues des pays de la Couronne de Saint-Étienne ne comprend bien ni l'allemand, ni le hongrois, et sympathise avec la cause slave ou roumaine[29].

Influence sur la politique étrangère de la double monarchie[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la dislocation de la « double-monarchie », l'influence des responsables politiques hongrois au sein de l'Autriche-Hongrie se manifeste de diverses manières.

Dès les premiers jours de fonctionnement de la « double-monarchie », jusqu'à l'automne 1918, les hommes politiques hongrois disposent d'une influence déterminante sur la politique étrangère impériale.

Cette influence se matérialise tout d'abord dans le choix des ministres communs. En effet, dès 1871, un Hongrois, Gyula Andrassy exerce les fonctions des ministres des affaires étrangères de la double-monarchie, après avoir exercé une influence déterminante sur les choix diplomatiques de l'Autriche-Hongrie durant la guerre franco-prussienne. Au fil des années, des ministres hongrois se succèdent aux ministres communs des finances et des affaires étrangères, à l'image de Stephan Burián von Rajecz, ministre commun des finances ou des affaires étrangères sans discontinuer de 1915 à 1918[30].

De plus, les décisions politiques importantes se prennent lors des conseils des ministres communs, les conseils de la couronne, associant l'empereur, les ministres communs et les présidents du conseil autrichiens et hongrois, éventuellement assistés de certains de leurs collègues. Par exemple, le principe de l'entrée en guerre de la double monarchie est acté lors d'un conseil de la couronne réuni le 7 juillet 1914[31]. De même, les membres du gouvernement magyar utilisent cette instance pour exposer leurs positions sur des aspects économiques de la politique commune : le 18 juin 1915, István Tisza, alors président du conseil, pèse de tout son poids pour contrecarrer les tentatives d'union douanière entre le Reich et la double monarchie[25].

Cette influence se matérialise également dans les choix opérés en matière de politique extérieure. Par exemple, en Transylvanie, peuplée d'une forte minorité magyare, d'une moindre minorité saxonne germanophone et d'une majorité roumaine, le Mémorandum des Roumains publié en 1892[d] effraye les responsables politiques magyars qui, à l'encontre des revendications roumaines, interviennent massivement dans la politique impériale pour défendre l'intégrité de leur royaume dans cette région, menacée selon eux. Cela occasionne, à partir de 1910, un raidissement des relations entre la Roumanie et l'Empire[34] et dès lors les diplomates austro-hongrois anticipent de possibles réactions roumaines face à la politique étrangère de la double monarchie[35]. En 1914, lors de la crise diplomatique consécutive à l'assassinat de l'héritier de la double monarchie, les responsables politiques du pays, notamment le premier ministre Istvan Tisza, insistent fortement pour demander de solides contreparties politiques à toute action de l'Empire contre la Serbie[36].

Acteur économique important au sein de la double monarchie, les représentants des pays de la Couronne de Saint-Étienne pèsent aussi de tout leur poids pour imposer leurs choix en matière commerciale : ainsi, en 1916, le président du conseil hongrois, Tisza, se montre réservé sur l'ouverture de négociations commerciales avec le Reich tant que les modalités de l'accord économique et commercial entre les deux parties de la double monarchie ne sont pas ratifiées[37].

Un facteur important de blocage[modifier | modifier le code]

Dès la constitution de la « Transleithanie » en 1867, ses responsables s'opposent avec constance non seulement à toute modification du compromis, mais aussi à toutes les tentatives de réforme de la double monarchie.

Ainsi, dès 1871, alors que François-Joseph s'engage à se faire couronner roi de Bohême à Prague (et à octroyer au royaume de Wenceslas l'autonomie interne), les Hongrois, en accord avec les Allemands d'Autriche, font échouer cette tentative, par crainte des solidarités pouvant apparaître en les Tchèques et les Slaves du royaume de Budapest[38].

Projet de réforme de l'archiduc François-Ferdinand avec le « troisième pôle » en vert[39].

Rapidement, à partir du début du XXe siècle, l'héritier du trône, François-Ferdinand, s'affirme comme le principal promoteur de réforme de la place de la « Transleithanie » au sein de la monarchie danubienne. En effet, l'héritier du trône considère la politique des dirigeants hongrois, issus dans leur majorité de l'aristocratie, comme un danger pour la cohésion de la « double-monarchie ». Il souhaite s'appuyer sur les Slaves afin de mettre en place des institutions plus stables, assurant un soutien renouvelé à la dynastie[e],[8]. L'héritier de François-Joseph se montre donc partisan de faire du royaume de Croatie-Slavonie émancipé de la tutelle royale hongroise et fédéré avec la Dalmatie et la Bosnie-Herzégovine, le « troisième pôle » de l'Empire[39].

Mise en question de l'Ausgleich et disparition du royaume[modifier | modifier le code]

La défaite se profilant pour la double monarchie durant les mois de septembre et d'octobre 1918, les opposants de la monarchie danubienne font connaître leur opposition à la perpétuation des liens entre la Hongrie et l'Autriche, voire remettent en cause la légitimité royale des Habsbourg.

Tentatives de réformes[modifier | modifier le code]

Répartition ethnique en Autriche-Hongrie (1911) et projet de fédération danubienne multinationale dite « des États unis de Grande Autriche » pour tenter de sauver l'Empire et la dynastie.

En 1918, devant la situation catastrophique la double monarchie, le roi tente de réformer le royaume afin de sauver la dynastie des Habsbourg, mais se heurte au refus inflexible du président du conseil hongrois, Sándor Wekerle[40], soutenu par Istvan Tisza, principal animateur du parti du Travail, qui détient la majorité à la chambre de Budapest[41].

La Hongrie et le manifeste impérial[modifier | modifier le code]

Face à la défaite qui se précise et aux exigences du dixième des « 14 points » du président américain Woodrow Wilson, le roi Charles propose le 15 octobre 1918 une réforme de la double monarchie axée sur le respect des droits des peuples au sein d'une fédération danubienne multinationale[42].

Mais, à l'issue du conseil des ministres de la double monarchie du 15 octobre 1918[f], le président du conseil hongrois, Wekerle, menace de fermer la frontière avec l'Autriche, ce qui réduirait les villes de Cisleithanie à la famine[43]. Il obtient ainsi que les dispositions du manifeste ne soient pas appliquées dans les pays de la Couronne de Saint-Étienne, ce qui vide le manifeste de la partie essentielle de sa substance[40].

Crise institutionnelle[modifier | modifier le code]

Durant les derniers jours du mois d', Charles IV tente encore de se concilier les Hongrois : ainsi, il confirme leur rôle dans la gestion de la politique étrangère de la double monarchie, Gyula Andrássy remplaçant Stephan Burián von Rajecz au poste de ministre des Affaires étrangères le [44].

Puis, le surlendemain, le souverain confie, avant se raviser, la direction des affaires du royaume à Mihály Károlyi. Il nomme alors l'archiduc Joseph-Auguste Homo regius, homme du roi, à Budapest. Représentant Charles IV, il appelle Károlyi le 31 octobre au poste de Premier ministre du royaume de Hongrie. Károlyi, contrairement à Werkele[g],[45], procède par étapes pour tenter de remettre en cause les liens unissant le royaume de Budapest à Vienne. En effet, Charles IV est reconnu comme roi de Hongrie, mais dans le cadre d'une union avec l'Autriche limitée à la personne du monarque : Karolyi, sans dénoncer ces liens, remet en cause les termes des accords entre les deux composantes de la double-monarchie[46].

Le jour de la mise en place du gouvernement Karolyi, Istvan Tisza, le chef du Parti du Travail national, principal pilier de l'attachement de la Hongrie aux Habsbourg, est assassiné à son domicile par des soldats l'accusant d'être responsable du conflit, et donc de la défaite du royaume[47].

Dislocation du royaume[modifier | modifier le code]

Parallèlement au jeu entre le monarque et les dirigeants hongrois, les tendances centrifuges du royaume de Saint-Étienne sont à l’œuvre : les dirigeants hongrois s'en rendent compte trop tard pour enrayer le processus de dislocation, car les non-Magyars du Royaume n'en sont plus à revendiquer l'autonomie culturelle ni même une fédération danubienne multinationale, mais la sécession définitive. Le 25 octobre, Karolyi fonde un Conseil national à Budapest mais hésite sur la nature du futur État hongrois ; dès le 24 octobre, le royaume n'a plus de gouvernement légal[48]. Le 28 octobre, les deux cents représentants du Conseil national slovaque, dirigé par Matus Dula affirment, par la « Déclaration de Saint-Martin », le droit du peuple slovaque à disposer de lui-même ainsi que son souhait d'un avenir commun avec les Tchèques : la république tchécoslovaque est proclamée. Le 31 octobre, la Hongrie se sépare de l'Autriche et tente de maintenir sa propre unité, mais doit faire face à la sécession des Croates, des Slovaques, des Ruthènes en Ruthénie subcarpathique et des Roumains dans le Banat et en Transylvanie, qui souhaitent s'unir, avec ceux de Bucovine et de Bessarabie, au Royaume de Roumanie[49].

Pour la première fois depuis 1848, la monarchie habsbourgeoise est abolie en Hongrie. La République démocratique hongroise est proclamée le 16 novembre, mais commence au bout de quinze jours à perdre des territoires : le 1er décembre 1918, malgré l'opposition de leurs minorités hongroises (notamment en pays sicule), les régions du Sud et de l'Est du pays (Croatie-Slavonie, Batschka, Banat, Transylvanie, Crishanie, Marmatie) déclarent s'unir officiellement, dans le Sud à la Serbie et au Monténégro pour former le « royaume des Serbes, Croates et Slovènes »[50], et dans l'Est au Vieux Royaume de Roumanie[51] pour former la « grande Roumanie ». L'arrivée dans ces régions des armées alliées (notamment les Serbes, les Français de Louis Franchet d'Espèrey et les Roumains) facilite ce processus, la Hongrie ayant du signer le 13 novembre à Belgrade une convention d'application de l'armistice avec les Slaves du Sud (dits Yougoslaves)[49].

Renonciation du roi[modifier | modifier le code]

Replié avec sa famille dans son château familial d'Eckartsau depuis le début du mois de novembre, Charles IV reçoit le 13 novembre une délégation de membres du conseil national hongrois venus lui demander d'abdiquer ; il n'abdique pas, mais, ne disposant déjà plus d'aucun pouvoir, il rédige un acte de « renonciation à la participation aux affaires de l'État hongrois »[52].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En 1913, ce parti change de nom sous l'impulsion de son principal dirigeant d'alors, Istvan Tisza, devenant le parti travailliste.
  2. Les réformes de l'armée commune à partir de 1912 portent les effectifs à 25 000 soldats.
  3. Les produits autrichiens, peu compétitifs, ne s'écoulent en Transeithanie qu'en raison des barrières douanières austro-hongroises.
  4. Le Memorandum est une pétition présentée le 28 mai 1892 à l'empereur François-Joseph à Vienne par 237 délégués des Roumains de Transylvanie, menés par Ioan Rațiu, président du « Parti des Roumains de Transylvanie, du Banat, de Crișana et du Maramureș » exigeant des droits égaux sans distinction de langue et de religion, l'arrêt des persécutions et de la magyarisation scolaire et administrative : à ce moment, leurs revendications étaient culturelles et pas encore irrédentistes[32],[33].
  5. La résidence de François-Ferdinand devient ainsi le centre de ralliement des cercles gouvernementaux autrichiens hostiles à la place prise par les responsables hongrois au sein de la double monarchie
  6. C'est à l'occasion de cette réunion qu'est présenté le projet de réforme de la double monarchie souhaité par l'empereur-roi.
  7. Le 16 octobre, le président du conseil dénonce les termes du compromis de 1917 devant le parlement de Budapest.

Liens Web[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Magyarization process », sur genealogy.ro, (consulté le 15 mai 2013).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Clark 2013, p. 82.
  2. Bled 2013, p. 403.
  3. Miloš 2015, p. 119.
  4. Clark 2013, p. 41.
  5. a b et c Clark 2013, p. 83.
  6. Miloš 2015, p. 120.
  7. Bled 2015, p. 403.
  8. a et b Clark 2013, p. 121.
  9. Schiavon 2011, p. 20.
  10. a et b Clark 2013, p. 84.
  11. Uslu 2007, p. 115.
  12. Miloš 2015, p. 125.
  13. a et b Ortholan 2017, p. 150.
  14. a et b Ortholan 2017, p. 152.
  15. Schiavon 2011, p. 39.
  16. a et b Bled 2015, p. 24.
  17. Bled 2013, p. 411.
  18. Schiavon 2011, p. 40.
  19. Ortholan 2017, p. 151.
  20. Clark 2013, p. 85.
  21. Renouvin 1934, p. 96.
  22. Jean Bérenger, L'Autriche-Hongrie : 1815-1918, Armand Colin 1998, ISBN 978-2200217433 et 2200217439.
  23. Schiavon 2011, p. 21.
  24. a et b Schiavon 2011, p. 18.
  25. a et b Soutou 1989, p. 95.
  26. Soutou 1989, p. 719.
  27. Soutou 1989, p. 98.
  28. Schiavon 2011, p. 41.
  29. Michel 1991.
  30. Fischer 1970, p. 16.
  31. Bled 2013, p. 74.
  32. Netea 1947, p. À préciser.
  33. Lungu et Ceaușu 1995, p. À préciser.
  34. Clark 2013, p. 97.
  35. Clark 2013, p. 397.
  36. Clark 2013, p. 396.
  37. Soutou 1989, p. 99.
  38. Schiavon 2011, p. 61.
  39. a et b Clark 2013, p. 120.
  40. a et b Bled 2013, p. 407.
  41. Schiavon 2011, p. 232.
  42. Bled 2013, p. 406.
  43. Schiavon 2011, p. 233.
  44. Bled 2013, p. 409.
  45. Schiavon 2011, p. 234.
  46. Bled 2013, p. 423.
  47. Bled 2013, p. 424.
  48. Schiavon 2011, p. 238.
  49. a et b Le Moal 2008, p. 211-219.
  50. Sepić 1968, p. À préciser.
  51. Popescu-Puțuri 1989, p. À préciser.
  52. Schiavon 2011, p. 250.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean-Paul Bled, L'Agonie d'une monarchie : Autriche-Hongrie 1914-1920, Paris, Tallandier, , 463 p. (ISBN 979-10-210-0440-5). 
  • Jean-Paul Bled, « In deinem Lager ist Österreich », Les cahiers Irice, vol. 1, no 13,‎ , p. 21-25 (DOI 10.3917/lci.013.0021, lire en ligne).  (inscription nécessaire) – via Cairn.info
  • Christopher M. Clark (trad. Marie-Anne de Béru), Les Somnambules : été 1914, comment l'Europe a marché vers la guerre [« The sleepwalkers : how Europe went to war in 1914 »], Paris, Flammarion, coll. « Au fil de l'histoire », , 668 p. (ISBN 978-2-08-121648-8). 
  • François Fejtő, Requiem pour un Empire défunt, histoire de la destruction de l'Autriche-Hongrie, Paris, Lieu commun, , 638 p. (ISBN 9782020146746).
  • Fritz Fischer, Les Buts de guerre de l’Allemagne impériale (1914-1918), Paris, Editions de Trévise, , 654 p..
  • Frédéric Le Moal, La Serbie du martyre à la victoire. 1914-1918, Paris, Éditions Soteca, 14-18 Éditions, coll. « Les Nations dans la Grande Guerre », , 257 p. (ISBN 978-2-9163-8518-1).
  • (ro) Corneliu Mihail Lungu et Simona Ceaușu, Diplomația Europeană și Miscarea Memorandistă: 1892-1896, Bucarest, Arhivele Statului din România, .
  • Bernard Michel, La Chute de l'empire austro-hongrois : 1916-1918, Paris, Robert Laffont, , 322 p. (ISBN 2-221-06932-3).
  • Edi Miloš, « Les Croates dans la Première Guerre mondiale. Une nation à la croisée des chemins », Les cahiers Irice, vol. 1, no 13,‎ , p. 119-128 (DOI 10.3917/lci.013.0119, lire en ligne). (inscription nécessaire) – via Cairn.info
  • (ro) Vasile Netea, Istoria memorandumului, Bucarest, .
  • Henri Ortholan, L'armée austro-hongroise 1867-1918, Paris, Bernard Giovannangeli Éditeur, , 526 p. (ISBN 978-2-7587-0180-4). 
  • (ro) Ion Popescu-Puțuri, 1918 la Români : documentele unirii, unirea Transilvaniei cu România 1 decembrie 1918, vol. X, Bucarest, Editura Științificǎ și enciclopedicǎ, .
  • Pierre Renouvin, La Crise européenne et la Première Guerre mondiale, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Peuples et civilisations » (no 19), (réimpr. 1939, 1948, 1969 et 1972) (1re éd. 1934), 779 p. (notice BnF no FRBNF33152114).
  • Ignác Romsics, « La Hongrie et la question nationale en 1918-1919 », Les cahiers Irice, vol. 1, no 13,‎ , p. 91-104 (DOI 10.3917/lci.013.0091, lire en ligne). (inscription nécessaire) – via Cairn.info
  • Max Schiavon, L'Autriche-Hongrie dans la Première Guerre mondiale : La fin d'un empire, Paris, Éditions Soteca, 14-18 Éditions, coll. « Les Nations dans la Grande Guerre », , 298 p. (ISBN 978-2-9163-8559-4). 
  • (en) Dragovan Sepić, « The Question of Yugoslav Union in 1918 » [« La question de l'union yougoslave en 1918 »], Journal of Contemporary History (Journal d'histoire contemporaine), vol. III, no 4,‎ , p. 29-43 (ISSN 0022-0094, présentation en ligne).
  • Georges-Henri Soutou, L'Or et le Sang : les Buts de guerre économiques de la Première Guerre mondiale, Paris, Fayard, , 963 p. (ISBN 2213022151). 
  • Ates Uslu, « Le comte Mihaly Karolyi et la France. Regards croisés, 1909-1919 », Bulletin de l'Institut Pierre Renouvin, vol. 1,‎ , p. 115-130 (DOI 10.3917/bipr.025.0115, lire en ligne). (inscription nécessaire) – via Cairn.info

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]