Stephan Burián von Rajecz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant l’Autriche
Cet article est une ébauche concernant un homme politique et l’Autriche.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Stephan Burián von Rajecz en uniforme de hussard

Stephan Burián von Rajecz (né le 16 janvier 1852 à Stupava - mort le 20 octobre 1922 à Vienne) est un homme politique austro-hongrois. Il a exercé les fonctions de ministre commun des affaires étrangères de la double monarchie du 13 janvier 1915 au 22 décembre 1916, puis du 16 avril au 24 octobre 1918. Il a aussi été ministre commun des finances de la double monarchie du 22 décembre 1916 au 16 avril 1918[1]. À ce titre, il joue un rôle important dans la politique menée par la double monarchie durant le conflit.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière diplomatique[modifier | modifier le code]

Diplomate de profession, il accède au poste de ministre commun des Affaires étrangère le 13 janvier 1915, après la démission de Berchtold, son prédécesseur, hostile à des concessions à l'Italie[2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Proche d'Istvan Tisza[N 1],[3], il est nommé ministre commun des finances par Charles, immédiatement après son intronisation. De ce faite il conseille l'empereur lors des négociations de paix avec la Russie, mais n'approuve la paix avec l'Ukraine qu'en raison des livraisons de nourriture garanties par le traité[4].

Ministre impérial et royal des Affaires étrangères[modifier | modifier le code]

Nommé le 13 janvier 1915 au poste de ministre impérial et royal des affaires étrangères, il est le second Hongrois à occuper ce poste prestigieux[5].

Premier ministère[modifier | modifier le code]

Nommé ministre commun des Affaires étrangères le 13 janvier 1915, à la demande de son prédécesseur[6], il s'entoure d'une équipe marquée par la prédominance des Hongrois[5].

Ses premières initiatives le conduisent à tenter de s'opposer à l'entrée en guerre de l'Italie, en rappelant le souhait de la double monarchie de ne pas annexer de vastes territoires dans les Balkans[2],[7] et en réfutant les nouvelles exigences territoriales italiennes, en plus de la cession du Trentin[8], formulées durant les négociations entre les puissances centrales et l'Italie, les négociateurs austro-hongrois devant obtenir le maintien de la neutralité du royaume[9]; cependant, à partir de mars 1915, les Italiens formulent des exigences inacceptables pour le ministre des affaires étrangères de la double monarchie[10], notamment la cession immédiate du Trentin[11]. En effet, à ses yeux, la cession de territoires en vue de garantir la neutralité d'un État tiers, comme la Roumanie, ne peut que créer un dangereux précédent[8].

Dans le même temps, il défend la position austro-hongroise dans la phase de concertations préalable à l'ouverture de possibles négociations de paix avec la Russie[12]. Ainsi, à l'image des diplomates du Reich, et influencé par l'ambassadeur en poste à Berlin[13], il se montre partisan de l'imposition à la Russie de lourdes indemnités de guerres[14].

Souhaitant éviter que le scénario italien ne se reproduise, il participe aux négociations mettant aux prises les Empires centraux et la Roumanie, en défendant l'idée que la double monarchie doit acheter la neutralité roumaine par la cession de territoires de la double monarchie[15], cession à laquelle Tisza est opposée, la négociation portant sur la Transylvanie[15].

Enfin, À la fin de l'année 1916, il défend, notamment face au Reich, l'opportunité d'une offre de paix des puissances centrales, lors de la préparation de la note du 12 décembre. En effet, dès le mois d'octobre, il se montre partisan d'une proposition de paix aux Alliés; cependant, il doit accepter, une fois les Allemands d'accord avec le principe, de se rallier

Représentant des équipes qui ont accompagné la fin du règne de François-Joseph, Burian est écarté de son poste dans les jours qui suivent l'intronisation du nouvel empereur, Charles Ier[16].

Un retour malaisé au ministère des Affaires étrangères[modifier | modifier le code]

Dans le contexte d'épuisement de la double monarchie au début de l'année 1918, il revient au ministère des affaires étrangères à la faveur du départ de Czernin[17], démis plus que démissionnaire[18].

Il ne peut alors s'opposer à la mise sous tutelle de la double monarchie décidée lors des accords de Spa du mois de mai 1918[19], mais il tente un dernière fois en juin 1918 de négocier les bases d'une nouvelle alliance entre le Reich et la double monarchie sur des bases moins défavorables à son pays, mettant une nouvelle fois en avant la situation intérieure de la double monarchie et formulant à nouveau les revendications autrichiennes dans la réalisation de la solution austro-polonaise[20], exigences définitivement écartées par les propres objectifs allemands, communiqués à Burian le 5 septembre 1918[21] : cette divergence, actée par la réponse du ministre des Affaires étrangères austro-hongrois, constitue la dernière d'une longue série sur la question polonaise[22]. De plus, face à la tutelle du Reich, il tente de faire valoir les intérêts austro-hongrois, notamment économiques et commerciaux : il se montre aisni hostile à une union douanière complète entre le Reich et la double monarchie au printemps 1918, et préconise dans le domaine commercial l'adoption d'un système préférentiel[23].

Ministre d'un État totalement lié au Reich[24] depuis les accords de Spa de mai 1918[19] mais conscient de l'état de délabrement de la monarchie danubienne[25], il appuie son empereur dans ses démarches en vue de sortir son pays de la guerre durant le printemps et l'été 1918, se rendant à Spa pour la dernière fois au mois d'aout 1918[26], et essuient un échec[27] : en effet, les dirigeants austro-hongrois doivent faire face, lors de cette rencontre d’août, à l'optimisme des militaires et des responsables allemands, qui ignorent l'avertissement lancé par l'empereur-roi[28].

Malgré cela, avec le soutien de Charles, il initie, en dépit des tentatives allemandes pour s'opposer aux démarches austro-hongroises[25], un processus de négociation avec les Alliés le 14 septembre 1918, qui se heurte à une fin de non recevoir des alliés[27] et qui surprend totalement les Allemands[29].

Lors du conseil de la couronne du 27 septembre 1918, le ministre des affaires étrangères de la double monarchie expose les réserves du royaume de Hongrie, dont il est originaire, à l'égard du projet de réforme de la double monarchie voulu par l'empereur-roi et ses proches conseillers[30]. Lors de la séance suivante, le 5 octobre 1918, il s'oppose une dernière fois, essentiellement pour des raisons de politique intérieure hongroise, à toute réforme de la double monarchie[31] (en 1915, il s'était déjà montré hostile à la mise en place de cette réforme[32]), avant de se raviser le 21 octobre, devant la détérioration de la situation intérieure de la double monarchie et de la situation militaire de plus en plus préoccupante[26]. Durant cette période, il appelle à la fin de l'alliance avec le Reich, pensant que la rupture de l'alliance avec le Reich peut sauver la monarchie danubienne[33].

Parallèlement, il fait parvenir à Wilson une note demandant les conditions de paix du président américain, celle-ci est officiellement rejetée le 24[34]. Il est alors démis de ses fonctions une dernière fois, dans le contexte de crise politique dans le royaume de Hongrie[35]. Il est remplacé par Gyula Andrássy le Jeune, avant-dernier ministre impérial et royal des Affaires étrangères[1].

Rôle dans la conduite de la guerre[modifier | modifier le code]

Membre du conseil des ministres de la double monarchie, Burian est de ce fait un acteur important de la gestion du conflit au sein de la monarchie danubienne.

Ainsi, parallèlement à son action diplomatique, Burian, ministre impérial et royal, mais représentant les intérêts du royaume de Hongrie, s'oppose à l'annexion totale ou partielle du royaume de Serbie par la double monarchie[36].

Ministre des affaires étrangères, il participe également à la définition des buts de guerre de la double monarchie; ainsi, dès la fin de la conquête de la Pologne russe, en aout 1915, il suggère le rétablissement d'un royaume de Pologne, rattaché à la double monarchie[37].

De plus, il est amené à rencontrer régulièrement les représentants des monarchies alliées à l'empire des Habsbourg afin, notamment, de définir la politique de la double monarchie dans le conflit : il est ainsi le témoin privilégié de la politique de rapprochement politique, économique et commercial mené par le Reich vis-à-vis de l'empire des Habsbourg; cette position l'amène fréquemment à exposer les réserves des cercles dirigeants de la monarchie danubienne à l'égard de ces initiatives allemandes, par exemple en novembre 1915[38].

De même, au cours de l'année 1916, il s'oppose fréquemment au chef d'état-major, Conrad von Hötzendorf, souhaitant que l'empereur mette un terme à la mission de ce militaire[39].

Enfin, ministre commun, il est amené à jouer un rôle non négligeable dans les relations entre les deux parties de la double monarchies et à prendre en compte la particularité de leurs liens dans les négociations commerciales entre les acteurs de la politique commerciale la double monarchie, d'une part, et, d'autre part, les interlocuteurs politiques et économiques de la double monarchie, notamment le Reich[40].

Face au Reich[modifier | modifier le code]

Après les succès austro-allemands de 1915, il est amené à défendre la position de la double monarchie face aux ambitions allemandes, aussi bien en Europe que dans les rapports entre les deux empires.

Ainsi, Il souhaite la réunion de la Pologne russe à la Double monarchie, malgré les ambitions allemandes sur ces territoires[41], ambitions qu'il tente de distraire en orientant l'attention des diplomates allemands vers les pays baltes[41] ou ailleurs[42], notamment lors de ses rencontres avec les diplomates allemands en 1915[43], puis en 1916[44]. Cependant, la question polonaise soulève trop d'enjeux pour être traitée au profit de la seule Autriche-Hongrie : Guillaume II fait ainsi dépendre la solution austro-polonaise de la signature d'une convention entre la double monarchie et le Reich[45]. Au mois de novembre, il négocie les clauses de la cession de la Pologne à la double monarchie : la Pologne placée sous domination politique autrichienne serait en réalité placée sous un strict contrôle du Reich, du point de vue économique, politique et militaire[32], ce qui amène Burian, réaliste, à s'interroger sur les avantages de l'annexion de la Pologne à la double monarchie[42]. Cette négociation est menée par le ministre commun alors que ses interlocuteurs allemands souhaitent utiliser la mise en œuvre de la solution austro-polonaise pour obtenir de la monarchie des Habsbourg de larges concessions, notamment la conclusion d'une union économique avec le Reich[46].

Au mois d'avril 1916, il fixe les buts de guerre austro-hongrois en Pologne : diminuée d'une bande frontalière donnée au Reich, augmentée de districts frontaliers autrichiens, la Pologne serait incorporée à l'union douanière austro-hongroise[47]; le Reich recevrait une contrepartie sous la forme de la Courlande[48]. Lors de son voyage à Berlin le 16 avril 1916, il voit sa proposition écartée par le Reich, qui poursuit ses propres objectifs de sujétion de la Pologne[48]. Cette contre-proposition allemande oblige le ministre à négocier pieds à pieds avec le chancelier allemand, Bethmann-Hollweg[49]. En juillet, il persiste à réclamer non seulement, la mise en place de la clause de la nation la plus favorisée dans les rapports commerciaux entre l'État polonais que les austro-allemands prévoient de mettre en place et chacun des deux alliés, allemand ou austro-hongrois, mais aussi le partage de la tutelle sur la politique militaire du nouvel État[50].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le président du conseil hongrois écoute ses conseils, et parfois, les suit.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Fischer, 1961, p. 16
  2. a et b Schiavon, 2011, p. 102
  3. Bled, 2014, p. 77
  4. Schiavon, 2011, p. 198
  5. a et b Bled, 2014, p. 135
  6. Bled, 2014, p. 132
  7. Schiavon, 2011, p. 125
  8. a et b Renouvin, 1934, p. 304
  9. Schiavon, 2011, p. 105
  10. Bled, 2014, p. 136
  11. Renouvin, 1934, p. 306
  12. Fischer, 1961, p. 203
  13. Fischer, 1961, p. 210
  14. Fischer, 1961, p. 202
  15. a et b Schiavon, 2011, p. 136
  16. Bled, 2014, p. 252
  17. Schiavon, 2011, p. 205
  18. Bled, 2014, p. 365
  19. a et b Fischer, 1961, p. 528
  20. Fischer, 1961, p. 529
  21. Fischer, 1961, p. 531
  22. Fischer, 1961, p. 532
  23. Soutou, 1989, p. 714
  24. Schiavon, 2011, p. 206
  25. a et b Renouvin, 1934, p. 602
  26. a et b Schiavon, 2011, p. 225
  27. a et b Schiavon, 2011, p. 226
  28. Fischer, 1961, p. 626
  29. Fischer, 1961, p. 628
  30. Bled, 2014, p. 403
  31. Schiavon, 2011, p. 232
  32. a et b Fischer, 1961, p. 221
  33. Bled, 2014, p. 410
  34. Bled, 2014, p. 424
  35. Bled, 2014, p. 406
  36. Bled, 2014, p. 196
  37. Soutou, 1989, p. 88
  38. Soutou, 1989, p. 96
  39. Bled, 2014, p. 219
  40. Soutou, 1989, p. 101
  41. a et b Fischer, 1961, p. 212
  42. a et b Fischer,1961, p. 222
  43. Fischer, 1961, p. 218
  44. Bled, 2014, p. 267
  45. Fischer, 1961, p. 216
  46. Soutou, 1989, p. 91
  47. Fischer, 1961, p. 249
  48. a et b Fischer, 1961, p. 250
  49. Fischer, 1961, p. 251
  50. Fischer, 1961, p. 254

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Bled, L'agonie d'une monarchie : Autriche-Hongrie 1914-1920, Paris, Taillandier, , 464 p. (ISBN 979-10-210-0440-5). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Christopher Munro Clark (trad. Marie-Anne de Béru), Les somnambules : été 1914, comment l'Europe a marché vers la guerre [« The sleepwalkers : how Europe went to war in 1914 »], Paris, Flammarion, coll. « Au fil de l'histoire », , 668 p. (ISBN 978-2-08-121648-8). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Fritz Fischer (trad. Geneviève Migeon et Henri Thiès), Les Buts de guerre de l’Allemagne impériale (1914-1918) [« Griff nach der Weltmacht »], Paris, Éditions de Trévise, , 654 p. (notice BnF no FRBNF35255571). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pierre Renouvin, La Crise européenne et la Première Guerre mondiale, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Peuples et civilisations » (no 19), (réimpr. 1939, 1948, 1969 et 1972) (1re éd. 1934), 779 p. (notice BnF no FRBNF33152114). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Max Schiavon, L'Autriche-Hongrie la Première Guerre mondiale : La fin d'un empire, Paris, Éditions SOTECA, 14-18 Éditions, coll. « Les Nations dans la Grande Guerre », , 298 p. (ISBN 978-2-9163-8559-4). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Georges-Henri Soutou, L'or et le sang : Les Buts de guerre économiques de la Première Guerre mondiale, Paris, Fayard, , 963 p. (ISBN 2213022151). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]