Sándor Wekerle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans le nom hongrois Wekerle Sándor, le nom de famille précède le prénom, mais cet article utilise l’ordre habituel en français Sándor Wekerle, où le prénom précède le nom.
Sándor Wekerle
Portrait par Gyula Benczúr (1911).
Portrait par Gyula Benczúr (1911).
Fonctions
Ministre-président de Hongrie
Gouvernement Gouvernement Wekerle III
Coalition Parti de la Constitution de 48
Prédécesseur Gyula Szapáry
Successeur Dezső Bánffy
Gouvernement Gouvernement Wekerle II
Coalition Parti de la Constitution
Prédécesseur Géza Fejérváry
Successeur Károly Khuen-Héderváry
Gouvernement Gouvernement Wekerle I
Coalition Parti libéral
Prédécesseur Móric Esterházy
Successeur János Hadik
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Mór
Date de décès (à 72 ans)
Lieu de décès Budapest
Nationalité Hongrois
Parti politique Parti de la Constitution de 48

Sándor Wekerle ([ˈʃaːndoɾ], [ˈvɛkɛɾlɛ]), né le à Mór et décédé le à Budapest, était un homme d'État hongrois. Il fut ministre-président de Hongrie à trois reprises, de 1892 à 1895, de 1906 à 1910 et entre 1917 et 1918.

Il est connu pour avoir initié la construction d'un vaste lotissement de maisons de ville pour ouvriers à Kispest. Le lotissement existe toujours et porte désormais son nom : Wekerletelep.

Biographie[modifier | modifier le code]

Président du Conseil[modifier | modifier le code]

Sándor Wekerle a été président du Conseil du Royaume de Hongrie à trois reprises du au , du au et du au , appuyé par une solide majorité parlementaire en 1892 et 1906. En 1917, il revient au pouvoir, contre le parlement, soutenu par le roi.

Premier mandat[modifier | modifier le code]

Deuxième mandat[modifier | modifier le code]

En 1906, il revient au pouvoir allié au parti de 1848[N 1], bénéficiant du soutien du souverain.

Troisième mandat[modifier | modifier le code]

Projet fédéraliste dit « des 16 États-Unis de Grande-Autriche » formulé en 1906 et soutenu fin 1918 par l'Empereur-et-Roi Charles pour tenter de sauver l'Empire et sa dynastie, en surimposition sur la répartition ethnique en Autriche-Hongrie (1911).
István Tisza et Sándor Wekerle s'en tenaient, face au projet fédéraliste de Charles, à une organisation « trialiste » de la monarchie danubienne, adoptée en 1908.

En août 1917, à la suite de la démission de Móric Esterházy, ami du roi, il est rappelé au pouvoir afin de permettre au cabinet hongrois de disposer d'une majorité au parlement[1].

Il reçoit pour mission de faire adopter les réformes souhaitées par le roi en Transleithanie, notamment la loi électorale, destinée à ouvrir le droit de suffrage en Hongrie[2]. Rapidement, il doit affronter la majorité de la chambre, contrôlée par István Tisza; la chambre basse du parlement accepte la discussion sur la loi, mais enlise son adoption dans les procédures[3]. Affaibli, soumis aux initiatives de Tisza[4], il soumet sa démission au roi, ce dernier la refuse, mais accepte une dissolution de la chambre basse en cas de poursuite de l'obstruction[3].

Pour donner des gages au parlement, il relance le débat sur la question de l'armée hongroise, écarté par Tisza pour la durée du conflit. Dans ce débat, il se heurte aux représentants de l'armée commune, de la diplomatie austro-hongroise[5].

Président du Conseil d'un pays engagé dans le conflit mondial, il participe aux initiatives menées par son monarques afin de mettre fin à la participation austro-hongroise dans le conflit[6].

Le 15 octobre 1918, face à la défaite qui se précise et aux exigences du dixième des « 14 points » du président américain Woodrow Wilson, alors que la double monarchie est en cours de dissolution avancée, le roi Charles propose une réforme fédéraliste de la double monarchie à seize composantes, axée sur le respect des droits des peuples au sein de l'Empire[7]. Encore Président du Conseil, Werkele se montre d'une inflexibilité absolue dans son opposition à la réforme proposée par Charles pour sauvegarder l'existence de la monarchie des Habsbourg. Werkele menace même de fermer la frontière entre le Royaume de Hongrie et l'Empire d'Autriche, ce qui aurait réduit les villes autrichiennes à la famine. En proposant que la Bosnie-Herzégovine soit le seul territoire de l'« État slave du Sud » au sein de la monarchie danubienne (« projet trialiste »), il vide les projets fédéralistes de l'empereur-roi de leur contenu[8] et s'en tient à une simple officialisation de l'organisation territoriale en place depuis 1908. Le 15 octobre 1918, à l'issue du dernier conseil des ministres de la double monarchie[9], il obtient ainsi que la Hongrie ne soit pas concernée par le manifeste de l'empereur-roi[10].

Enfin, président du conseil encore en exercice, il affirme que le changement de nature de l'empire d'Autriche remet en cause les liens établis depuis 1867[11], il dénonce le compromis de 1917 et il proclame, dans un discours le 20 octobre 1918, l'indépendance de fait du royaume de Hongrie dans ses frontières de 1867, en définissant les liens entre les deux moitiés de la double monarchie comme une simple union personnelle[12], [13].

Le 24 octobre, sous la pression des manifestations en faveur de Mihály Károlyi, il démissionne, inaugurant une vacance du pouvoir dans le royaume[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce parti porte aussi le nom de parti de l'indépendance.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bled, 2014, p. 296
  2. Schiavon, 2011, p. 154
  3. a et b Schiavon, 2011, p. 155
  4. Schiavon, 2011, p. 225
  5. Bled, 2014, p. 332
  6. Schiavon, 2011, p. 171
  7. Bled, 2014, p. 406
  8. Bled, 2014, p. 403
  9. Bled, 2014, p. 407
  10. Schiavon, 2011, p. 233
  11. Bled, 2014, p. 404
  12. Schiavon, 2011, p. 234
  13. Bled, 2014, p. 405
  14. Bled, 2014, p. 421

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Bled, L'agonie d'une monarchie : Autriche-Hongrie 1914-1920, Paris, Taillandier, , 464 p. (ISBN 979-10-210-0440-5). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Fritz Fischer (trad. Geneviève Migeon et Henri Thiès), Les Buts de guerre de l’Allemagne impériale (1914-1918) [« Griff nach der Weltmacht »], Paris, Éditions de Trévise, , 654 p. (notice BnF no FRBNF35255571)
  • Pierre Renouvin, La Crise européenne et la Première Guerre mondiale, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Peuples et civilisations » (no 19), (réimpr. 1939, 1948, 1969 et 1972) (1re éd. 1934), 779 p. (notice BnF no FRBNF33152114).
  • Max Schiavon, L'Autriche-Hongrie la Première Guerre mondiale : La fin d'un empire, Paris, Éditions SOTECA, 14-18 Éditions, coll. « Les Nations dans la Grande Guerre », , 298 p. (ISBN 978-2-9163-8559-4)

Articles connexes[modifier | modifier le code]