République démocratique hongroise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
République démocratique hongroise
Magyar Népköztársaság hu

novembre 1918-mars 1919

Drapeau
Drapeau
Blason
Armoiries
Informations générales
Statut République
Capitale Budapest
Langue Hongrois
Monnaie Couronne austro-hongroise
Histoire et événements
16 novembre 1918 Proclamation durant la « révolution des Asters »
20 mars 1919 Démission du gouvernement

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La République démocratique hongroise, ou République populaire hongroise, est le régime politique de la Hongrie de novembre 1918 à mars 1919, à l'issue de la « révolution des Asters ». Il est à noter que le régime a, en langue hongroise, le même nom officiel que la République populaire de Hongrie. Pour la distinguer de cette dernière et du régime de Béla Kun, son nom est le plus souvent traduit, notamment en langue anglaise, par République démocratique[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Les révolutionnaires sur Deák Ferenc tér.
Le père Janos Hock, président du conseil national de gouvernement, déclare ouverte la nouvelle assemblée révolutionnaire, après la dissolution du précédent parlement.

En 1918, l'Autriche-Hongrie s'effondre en l'espace de quelques semaines. Le 25 octobre, trois partis d'opposition, le Parti radical hongrois, le Parti social-démocrate hongrois et le Parti de l'indépendance du comte Mihály Károlyi forment un Conseil national[2] qui revendique la paix séparée, l'indépendance, le suffrage universel et la réforme agraire[3]. Le 27, l'empereur Charles Ier d'Autriche donne le titre d'« Homo regius » (littéralement « Homme du roi ») à l'archiduc Joseph-Auguste de Habsbourg-Lorraine dans l'espoir de contenir les tentatives d'indépendance hongroises.

Le 30 octobre, les manifestants envahissent Budapest au cours de l'évènement connu sous le nom de Révolution des Asters (ou Révolution des chrysanthèmes, ou Révolution des reines-marguerites). L'ancien premier ministre István Tisza est assassiné par un groupe de soldats au cours de ce qui constitue l'un des seuls actes de violence de la révolution[3]. Mihály Károlyi forme un gouvernement de coalition approuvé par l'archiduc Joseph puis, le 16 novembre, proclame la République[4].

La Hongrie indépendante doit gérer les conditions d'armistice imposées par les Alliés, qui prévoient de reconnaître la sécession des deux tiers du territoire hongrois, rattachés à la Tchécoslovaquie, au Royaume de Roumanie et à l'État des Slovènes, Croates et Serbes. Le 7 novembre, Károlyi est reçu à Belgrade par Louis Franchet d'Espèrey afin de négocier un armistice sur le front balkanique destiné à compléter le premier armistice conclu par l'Autriche-Hongrie sur le front italien.

La diplomatie française, qui envisage une intervention contre la Russie soviétique, ne laisse aux Hongrois aucune marge de manœuvre. Le 13 novembre, une convention militaire est signée à Belgrade, fixant la ligne de démarcation du front sud, celle du nord devant être négociée avec la Tchécoslovaquie. Mais la position française se durcit progressivement à l'égard de la Hongrie : le ministre des affaires étrangères Stéphen Pichon reprochant à Franchet d'Espèrey d'avoir traité avec le « prétendu État hongrois » plutôt qu'avec l'Autriche-Hongrie, qui a pourtant cessé d'exister[5]. Dès novembre, les troupes hongroises reprennent le contrôle du territoire slovaque et empêchent les fonctionnaires du nouvel État tchécoslovaque de prendre leurs postes[6]. En décembre, le Royaume de Roumanie accepte l'union des Roumains de Transylvanie proclamée unanimement par les députés roumains à Alba Iulia, et après avoir reçu le feu vert du commandement allié, avance à l'ouest des Carpates.

Mihály Károlyi est élu chef de l'État le 11 janvier 1919 et Dénes Berinkey lui succède le 19 comme premier ministre ; le gouvernement est plusieurs fois remanié. Károlyi tente d'instaurer un État de droit alors que le pays est en plein désordre et annonce une réforme agraire radicale, partageant même ses propres domaines. Mais il est pris entre le « marteau » des vainqueurs de la Première Guerre mondiale qui exigent toujours plus de concessions, et l'« enclume » des extrémistes hongrois, conservateurs qui entendent restaurer la monarchie, et révolutionnaires qui entendent établir un régime bolchevik, et qui se rejoignent sur le refus des concessions consenties par Károlyi[3].

Le 20 mars, le chef de la mission militaire de la Triple-Entente, le lieutenant-colonel Fernand Vix, remet à Károlyi une note (dite Note Vix) exigeant sous 24 heures un nouveau recul du territoire hongrois, sur une nouvelle zone d'environ 100 km, allant presque jusqu'à la rivière Tisza. Ne pouvant accepter cet ultimatum, Károlyi et Berinkey démissionnent ; Károlyi annonce alors son intention de former un nouveau gouvernement social-démocrate. Mais une proclamation signée de son nom circule aussitôt, annonçant que le président « transmet le pouvoir au prolétariat ». Károlyi niera toujours avoir rédigé et signé cette note[7] mais le 21 mars, un nouveau gouvernement, formé par le Parti communiste hongrois et le Parti social-démocrate hongrois, qui ont fusionné la veille, proclame une république bolchevique.

Le régime du comte Károlyi n'a vécu en Hongrie centrale que 171 jours mais se maintient partiellement en Transylvanie où une administration mixte hongro-roumaine se met en place sous l'égide de Mihály Károlyi et du roi Ferdinand Ier de Roumanie, présidée par les ministres hongrois Oskar Jász et roumain Alexandru Averescu ; une partie de l'aristocratie magyare, affolée par l'avènement de la république bolchevique, offrit même la couronne hongroise à Ferdinand (de la dynastie Hohenzollern), préférant une union personnelle entre la Grande Hongrie et la Roumanie dans leurs frontières de 1914, plutôt qu'un rattachement pur et simple à la Roumanie des territoires austro-hongrois à majorité roumanophone (tel qu'il sera consacré en 1920 par le Traité de Trianon)[8]. Cette situation débouche sur la guerre hungaro-roumaine de 1919 opposant le régime bolchevik de Béla Kun à une coalition franco-roumano-serbo-tchéco-hongroise anticommuniste dont Károlyi et Jász furent partie prenante[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopedia Britannica
  2. Miklós Molnar, Histoire de la Hongrie, Hatier, 1996, p. 327
  3. a, b et c Tamás Szende, La Hongrie au XXème siècle : regards sur une civilisation, L'Harmattan, 2000, p. 13
  4. Miklós Molnar, Histoire de la Hongrie, Hatier, 1996, p. 328
  5. Miklós Molnar, Histoire de la Hongrie, Hatier, 1996, p. 329
  6. La démocratie hongroise de 1918-1919 et la politique française , Matériaux pour l'histoire de notre temps, n°19, 1990
  7. Miklós Molnar, Histoire de la Hongrie, Hatier, 1996, p. 330-331
  8. Michel Sturdza, ancien ministre des affaires étrangères de Roumanie, The Suicide of Europe, Western Islands Publishers 1968, p. 22, Belmont, Massachusetts, Library of Congress Catalog Card Number 68-58284. Printed in the United States of America et Tamás Szende, La Hongrie au XXème siècle : regards sur une civilisation, L'Harmattan, 2000, p. 14
  9. József Breit : Hungarian Revolutionary Movements of 1918-19 and the History of the Red War, Vol. I : Main Events of the Károlyi Era, Budapest 1929, pp. 115-16.