Jean-Paul Bled

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Paul Bled
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Jean-Paul BledVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Revue d’Allemagne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Jean-Paul Bled (né à Paris en 1942), fils d’Odette et Édouard Bled, les créateurs de la collection de manuels d’orthographe, pour lui des modèles des « hussards noirs de la République », est un spécialiste de l’histoire de l’Allemagne et de l’Europe centrale. Il est professeur émérite (depuis septembre 2010) à l’Université de Paris-Sorbonne (Paris-IV), où il a occupé la chaire de l’histoire de l’Allemagne contemporaine et des mondes germaniques. Membre correspondant de l'Académie serbe des sciences et des arts.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Paul Bled a enseigné à Metz (1966-1969), puis à l’université de Nantes (1969-1972) et à l’Institut d’études politiques de Strasbourg (1972-1995) avant d'être élu professeur à l'Université de Paris-Sorbonne (Paris-IV).

À Strasbourg, il fut le directeur du Centre d’études germaniques (1988-1999). Dans cette fonction, il dirigea la Revue d’Allemagne et des Pays de langue allemande et la Revue d’Europe centrale. Il dirige actuellement la revue Études danubiennes. Il a également créé un DESS destiné à former à la coopération franco-allemande.

Il a obtenu, en novembre 2009, le prix Édouard-Bonnefous pour l’ensemble de son œuvre, sur la proposition de la section « Histoire et Géographie » de l’Académie des sciences morales et politiques. Les ouvrages de Jean-Paul Bled ont été traduits dans de nombreuses langues (allemand, anglais, italien, slovène, serbo-croate, slovaque, roumain et bulgare...)

Jean-Paul Bled a animé pendant sept ans un Libre journal à Radio Courtoisie (jusqu'en 2011)[1],[2], et intervient ponctuellement sur Canal Académie. Il a été le conseiller historique de la série Apocalypse Hitler diffusée sur France 2 en octobre 2011.

Ancien président des Cercles universitaires d’études et de recherches gaulliennes (1973-1990) et directeur de la revue Études gaulliennes, pour laquelle il obtient le prix Edmond-Michelet en 1978, il siège au conseil scientifique de la Fondation Charles-de-Gaulle. Il collabore régulièrement à Espoir, la revue de la Fondation. Il préside également le jury du prix universitaire de la Fondation.

Il a organisé en novembre 2008, dans le cadre de l’université Paris-Sorbonne Abu Dhabi, et en association avec la Fondation Charles-de-Gaulle et l’Institut du monde arabe, un colloque international sur « Le général de Gaulle et le monde arabe » auquel ont notamment participé Dominique de Villepin, Hubert Védrine et Yves Guéna. Les Actes de ce colloque, parus en octobre 2009 aux éditions Dar An-Nahar à Beyrouth, sont préfacés par Jacques Chirac.

Favorable à une Europe des États, telle que la voulait le général de Gaulle, il a siégé au bureau international de l’Union paneuropéenne, alors présidée par l'archiduc Otto von Habsbourg.

Le , il signe, avec seize autres personnalités de tous bords, l' "Appel du 14 février" pour une vigilance républicaine lancé par l'hebdomadaire Marianne[3] .

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

  • Directeur du Centre d’études germaniques 1988-1999.
  • Directeur de la Revue d’Allemagne et des Pays de langue allemande
  • Directeur de la Revue d'Europe centrale
  • Directeur de la revue Études danubiennes

Prix, décorations[modifier | modifier le code]

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • François-Joseph, Fayard, 1987
  • Les Fondements du Conservatisme autrichien, Publications de la Sorbonne, 1988
  • Rodolphe et Mayerling, Fayard, 1989
  • Les Lys en exil ou la seconde mort de l’Ancien régime, Fayard, 1992
  • Histoire de Vienne, Fayard, 1998
  • Une Étrange défaite : le piège de Maastricht, F-X de Gibert, 1998
  • Marie-Thérèse d’Autriche, Fayard, 2001
  • Esilio Dei Gigli, LEG, 2003
  • Frédéric le Grand, Fayard 2004
  • Bismarck : De la Prusse à l'Allemagne, Alvik Editions, 2005, 30e Prix Fondation Pierre-Lafue 2006
  • Histoire de la Prusse, Fayard, 2007 (ISBN 978-2-213-62678-9)
  • La reine Louise de Prusse : Une femme contre Napoléon, Fayard, 2008 (ISBN 978-2-213-63815-7)
  • Histoire de Munich, Fayard, 2009 (ISBN 978-2-213-62677-2)
  • Le Général de Gaulle et le Monde Arabe (dir.), Editions Dar An-Nahar, 2009
  • Bismarck, Perrin, 2011
  • François-Ferdinand d'Autriche, Tallandier, 2012 (368 p.), Prix Historia de la Biographie 2013, (ISBN 978-2847349702)[5]
  • L'agonie d'une monarchie. Autriche-Hongrie 1914-1920, Tallandier 2014, (463 p.), (ISBN 979-1021004405)
  • Les hommes d'Hitler, Perrin, 2015, 506 p.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Présentation de sa dernière émission sur Radio Courtoisie
  2. http://www.francetvinfo.fr/elections/reemigration-antisemitisme-race-congoide-les-mauvaises-ondes-d-henry-de-lesquen-le-patron-de-radio-courtoisie_1955769.html.
  3. L'Appel républicain de Marianne dans Marianne nº565 du 16 février 2008.
  4. « Décret du 31 décembre 2015 »,‎ (consulté le 2 janvier 2016)
  5. Jean-Paul Bled, François-Ferdinand d'Autriche, lelitteraire.com, 29 septembre 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :