Panhard AMD-178

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Panhard AMD-178
Image illustrative de l’article Panhard AMD-178
Une Panhard 178 camouflée exposée au musée de Saumur
Caractéristiques générales
Équipage 4
Longueur 4,79 m
Largeur 2,01 m
Hauteur 2,31 m
Masse au combat 8,2 t
Blindage (épaisseur/inclinaison)
Blindage 20 mm
Armement
Armement principal canon 25 mm SA 34 cannon et 150 obus.
Armement secondaire 1 mitrailleuse Reibel coaxiale 7,5 mm
Mobilité
Moteur
Vitesse sur route 72 km/h
Puissance massique 12,8 ch/tonne
Autonomie 300 km

Le Panhard AMD-178 est une automitrailleuse fabriquée par la société Panhard et utilisée pendant la Seconde Guerre mondiale. L'histoire de l'automitrailleuse de reconnaissance Panhard 178 remonte au début des années 1930 avec la création de la Panhard 165/175.

Développement des automitrailleuses Panhard[modifier | modifier le code]

L'automitrailleuse de découverte Panhard 165/175 apparut en 1933 dans sa forme définitive. Cet engin fut essentiellement utilisé en Afrique du Nord. L'AMD Panhard 165/175 marqua le début d'une ère Panhard pour les véhicules à roues de l'Armée française. Elle engendra l’AMD modèle 1935, caractérisée par des roues de grand diamètre et une tourelle profilée biplace, armée du canon antichar Hotchkiss de 25 mm SA 34.

Dès le début des opérations, en mai 1940, le besoin de renforcer l'armement de l'AMD Panhard s'était fait sentir. Renault réussit le tour de force de mettre au point et de produire en quelques jours une tourelle équipée du canon de 47 mm. Ainsi naquit l'AMD 178. Un exemplaire (au moins) d’une automitrailleuse ainsi armée participa aux derniers combats sur la Loire. L’exemplaire en question fut détruit le 15 juin 1940 à Cosne-sur-Loire.

Panhard AMD-178/Panzerspähwagen P204 (f) sur le front de l'Est en 1942.

Un certain nombre de ces véhicules furent capturés en 1940 par les Allemands après la chute de la France et employés dans la Wehrmacht sous le nom de Panzerspähwagen P204 (f)[1] pendant quelques mois après l'armistice de juin. La production se poursuivit comme Beutepanzer pour le bénéfice de l'Allemagne.

Dès la Libération, la France voulut reprendre le combat aux côtés des Alliés avec du matériel d'origine nationale. La fabrication des Panhard fut donc relancée, avec un nouveau modèle, l'AMD 178 B, équipé d'une tourelle fabriquée par Fives-Lille et armée d'un canon de 47 mm SA 35, baptisée FL 1. Cette automitrailleuse, appelée Panhard 178 B, servit en France et dans les territoires d'outre-mer.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

L'arrière du véhicule.

Appellation[modifier | modifier le code]

  • AMD 35 P (Auto-Mitrailleuse de Découverte modèle 1935 Panhard) dans l'Armée française

ou Panhard 178 dans le catalogue du constructeur

Armement[modifier | modifier le code]

  • 1 canon semi-automatique de 25 mm modèle 1934 (25 mm SA 34)
150 obus de calibre 25 × 194 R
tube : L/72
pointage latéral néant par rotation de la tourelle et pointage vertical de + 15° et - 12° par le pointeur tireur
munition 7,5 mm × 54 mm MAS Mle 29
25 chargeurs de 150 coups (3 750 coups)
pointage latéral de 15° et pointage vertical de + 15° et - 12°
  • 1 mitrailleuse de rechange servant en anti aérien
lunette de visée type L 711 (montée dans le masque de la mitrailleuse), grossissement × 4

Les deux armes peuvent être solidarisées parallèlement par verrouillage

blindée à 13 mm, composée d'éléments en acier laminé et moulé
rotation par servomoteur
étanche à l'air extérieur

Équipage[modifier | modifier le code]

4 hommes :

  • en tourelle
    • 1 chef de voiture (à droite)
    • 1 chargeur tireur (à gauche)
  • en caisse
    • 1 mécanicien conducteur
    • 1 inverseur aide chargeur radio (véhicule de commandement)

Radio[modifier | modifier le code]

Les véhicule de patrouille ne disposent pas de radio.

Les véhicules des chefs de peloton disposent d'un poste ER 29 (émetteur-récepteur modèle 1929), qui sert à l'intercommunication à l'intérieur des unités subordonnées. Fonctionnant à la fois en graphie et en phonie (à l'aide d'un laryngophone), ce poste à quartz a une portée de 5 km en marche. La véhicule a une seule antenne.

Les véhicules de chef d'escadron ont un poste ER 26 ter modèle 35, qui sert aux liaisons intérieures (vers les chefs de peloton) et latérales (vers les autres unités). Ce poste radio est composé d'un émetteur E 26 ter et d'un récepteur R 61, alimentés par la batterie de démarrage du véhicule. L'ensemble a une portée de 30 km en marche et de 60 km à l'arrêt. Le véhicule se reconnait alors à ses deux antennes.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • poids : 8,2 t
  • longueur : 4,79 m
  • largeur : 2,01 m
  • hauteur : 2,31 m
  • hauteur caisse : 1,65 m
  • garde au sol : 0,40 m
  • voie : 1,73 m
  • empattement : 3,12 m
  • réservoir : 145 L
  • dimension roues : 40 X 8
  • traction : 4 X 4
  • blindage maxi : 20 mm
  • moteur : Panhard type ISK 4 F IIbis à 4 cyl
  • cylindrée : 6 334 cm3
  • puissance : 110 ch
  • nombre vitesse : 4 avant / 4 arrière
  • puissance spécifique : 13,4 ch/T
  • rapport poids/puis : 74,55 kg/ch

Automitrailleuse 178 : moteur à essence Panhard 4 cylindres en ligne à chemises coulissantes, refroidissement liquide. Type Panhard SK4F11 bis 120x140mm de 6,332 L de cylindrée, d'une puissance de 105 ch à 2000 tr/min
Automitrailleuse 178B : moteur à essence Panhard 4E, 4 cylindres à soupapes en tête, refroidissement liquide, d'une puissance de 110 ch à 2000 tr/min

Performances[modifier | modifier le code]

  • vitesse route : 72 km/h
  • vitesse tout terrain : ? km/h
  • autonomie : 300 km
  • consommation : 45 L/100
  • rayon de virage : 8 m
  • gué : 0,60 m
  • obstacle vertical : 0,40 m
  • bord franc : 0,60 m
  • pente : 40 %

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. White, p. 94.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Pascal Danjou, Panhard 178, éditions du Barbotin, coll. « Trackstory » (no 2)
  • François Vauvillier, Steelmaster no ? [réf. incomplète]
  • Chars et véhicules militaires, Hachette collection [réf. incomplète]
  • B.T. White, Tanks and other Armoured Fighting Vehicles of World War II, London, Peerage Books, (ISBN 0 907408 35 4)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • En automitrailleuse à travers les batailles de mai 1940 (Guy de Chézal) J'ai Lu

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]