Canon léger de 25 antichar SA-L modèle 1934

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

canon léger de 25 antichar SA-L modèle 1934
image illustrative de l’article Canon léger de 25 antichar SA-L modèle 1934
APX SAL 37, version de campagne du canon de 25 mm AC modèle 1934
Présentation
Pays Drapeau de la France France
Type Canon antichar
Munitions 25 x 193,5 mm R
Période d'utilisation 1934
Durée de service 1934-1945
Poids et dimensions
Masse (non chargé) 480 kg
Caractéristiques techniques
Portée maximale 1 000 m
Portée pratique perce 50 mm de blindage à 600 m
Cadence de tir 15/20 coups/min.
Vitesse initiale 918 m/s

Le canon léger de 25 antichar SA-L modèle 1934 est un canon antichar français, construit par l'armurier Hotchkiss. Il a été utilisé par l'armée française durant la Seconde Guerre mondiale.

Développement[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Au début des années 1920, l'armée française prend conscience des performances insuffisantes du 37 mm TRP. Celui-ci, en dotation dans les unités d'infanterie, n'est pas capable de percer le blindage des chars que les ennemis potentiels de la France sont susceptibles d'aligner lors d'un proche conflit. En 1926, Hotchkiss propose un projet d'arme, chambrée en 25 mm, mis au point par son bureau d'études. Ce modèle est accepté en 1934 sous le nom de canon de 25 mm semi-automatique modèle 1934, bien vite abrégé en canon de 25.

Emploi[modifier | modifier le code]

Avant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1935, quelques exemplaires ont été achetés par l'US Army pour leur faire passer des tests[1].

Pendant la guerre civile espagnole, quelques exemplaires du canon Hotchkiss parviennent au sein des forces républicaines. Certains sont montés sur des Panzer I de prise[2].

Au combat[modifier | modifier le code]

Lors du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le canon léger de 25 antichar SA-L modèle 1934 équipe les unités de soutien de l'armée française, au sein de son infanterie. Il constitue la principale arme antichar disponible. Un régiment d'infanterie de ligne dispose en théorie de douze canons antichars[3][Information douteuse] [?].

Il s'illustre par exemple pendant la défense de Rouen le , lorsque l'un d'entre eux situé au pied de l'ancien pont Corneille prend dans sa ligne de mire les chars allemands qui descendent la rue de la République et tire plusieurs coups, détruisant deux panzers[Note 1],[4].

À l'étranger[modifier | modifier le code]

Soldats de la Wehrmacht utilisant un 2,5-cm-PaK 113(f), nom donné en Allemagne au canon de 25 modèle 1937.

Lorsqu'il arrive en France fin 1939, le Corps expéditionnaire britannique manque d'armes antichars de l'ordre du Ordnance QF 2 pounder. Des canons de 25 sont fournis aux Britanniques, qui prennent le nom de Anti-Tank Gun, 25 mm. Hotchkiss, Mark I on 25 mm. Carriage, Mark I.

Tombé en grand nombre aux mains des Allemands après la défaite de 1940, le canon est remis en service au sein de la Wehrmacht sous l'appellation 2,5-cm-PaK 113(f), avec le (f) pour französische ("français"). Les canons de la version de forteresse sont bien souvent démontés de la ligne Maginot pour aller garnir les défenses côtières du Mur de l'Atlantique ou des îles Anglo-Normandes[réf. nécessaire]. Quelques exemplaires passent également aux mains des Italiens, qui s'en servent en Afrique du Nord comme alternative au Solothurn S-18/1000 (en)[5].

Pendant la guerre d'Hiver, la Finlande a acheté 50 exemplaires de l'APX SAL 37 par l'entremise d'Aladar Paasonen, mais seulement 40 d'entre eux ont été livrés en . Les dix autres, en transit en Norvège, sont capturés par les Allemands lors de leur invasion du pays au printemps 1940. Parmi ceux ayant atteint la Finlande, la moitié environ sert sur la ligne de front, où trois sont détruits par les forces soviétiques. Pendant la Grande Trêve, les Allemands vendent 200 exemplaires capturés à la Finlande, dont 133 modèle 1934 et 67 modèle 1937. Ils reçoivent respectivement les dénominations de Kanuuna 25 PstK/34 et Kanuuna 25 PstK/37, et portent parfois le surnom de Marianne[6]. Ils servent ensuite lors de la guerre de Continuation, jusqu'à leur retrait complet en 1943[7].

Versions[modifier | modifier le code]

Canon léger de 25 antichar SA-L modèle 1934 

Modèle de base.

Canon de 25 mm AC modèle 1934 

Version dite de forteresse, adoptée pour équiper la ligne Maginot. Le canon de 25 mm n'était pas utilisé seul mais sous forme d'une arme mixte. Il était pour cela associé avec un jumelage de mitrailleuses Reibel partageant la même rotule dans un « trumelage » [8] qui ne disposait que d'une seule lunette de visée communes aux deux types d'armes. La longueur du tube était réduite en fonction du type de cloche dans laquelle le trumelage devait être monté, la longueur du canon de campagne étant conservée pour le montage en casemate[9].

Ce type de montage présentait l'avantage de ne pas laisser l'embrasure découverte, et donc d'exposer l'intérieur de la casemate aux coups, au moment du changement du type d'arme comme c'était le cas avec les 37 AC et les 47 AC[réf. nécessaire].

APX SAL 35 

Version raccourcie, conçue en 1935 aux ateliers de Puteaux (d'où le nom d'APX) pour équiper l'automitrailleuse Panhard AMD-178.

APX SAL 37 

Version conçue en 1937 aux ateliers de Puteaux. Quelques exemplaires ont été employés par l'armée roumaine[10].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Spécifications techniques du canon dans sa version SA-L 1937[11] :

  • Calibre : 25 mm
  • Poids du projectile : 0,32 kg
  • Portée maximale : 1 800 m
  • Masse : 496 kg en action
  • Longueur du tube : 1,8 m
  • Élévation : -5° à 21°
  • Pénétration de blindage : 40 mm à 400 m
  • Vitesse initiale : 918 m/s

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon une autre version des faits, un char Renault R35, embusqué à proximité de la barricade, serait à l'origine de la destruction d'un des deux panzers, en tout cas, elle ne peut pas avoir été provoquée par les Renault FT équipés seulement de mitrailleuses.
  1. Zaloga, Delf - US Anti-tank Artillery 1941-45, p. 3.
  2. Parada 2007.
  3. Adrien Fontanellaz, « Le réduit en perspective », sur Histoire militaire, (consulté le 12 septembre 2012)
  4. Paul Le Trévier, 9 juin 1940 : Ce jour où Rouen tomba, Comever / De Rameau, Saint-Germain-en-Laye, 2010, Chapitre 3 et 4.
  5. http://comandosupremo.com/italian-divisional-organizations-tipo-africa-settentrionale-a-s.html
  6. (fi) Erkki Käkelä. Marskin panssarintuhoojat - Suomen panssarintorjunnan kehitys ja panssariyhtymän panssarintorjuntayksiköiden historia. WSOY Porvoo 2000. (ISBN 951-0-24638-7). p. 120, 165, 228.
  7. [1]
  8. Jean-Yves Mary, La ligne Maginot, ce qu’elle était, ce qu’il en reste, SERCAP, 1985, p. 143.
  9. Philippe Truttmann, La ligne Maginot ou la Muraille de France, Gérard Klopp éditeur, 1985, p. 178.
  10. http://www.worldwar2.ro/forum/index.php?showtopic=4898
  11. Site « La Guerre du Millénaire »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Truttmann, La ligne Maginot ou la Muraille de France, Gérard Klopp éditeur, 1985.
  • Jean-Yves Mary, La ligne Maginot, ce qu’elle était, ce qu’il en reste, SERCAP, 1985.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]