Renault EG

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Renault EG
Renault FB
Renault EG
Renault EG

Marque Drapeau : France Renault
Années de production 1914 - 1918
Production 978 exemplaire(s)
Classe Utilitaire lourd pour du transport militaire
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) Renault (L4)
Position du moteur Longitudinal avant
Cylindrée 7 800 et 8 490 cm3
Puissance maximale 45 et 57 ch DIN (33 et 42 kW)
Transmission Intégrale
Boîte de vitesses Manuelle à ? rapports
Poids et performances
Vitesse maximale 16 km/h
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Porteur
Suspensions Ressort à lames
Freins Mécanique
Dimensions
Largeur 1 500 mm
Empattement 3 600 mm
Chronologie des modèles

Le Renault EG est un tracteur d'artillerie lourd proposé à l'Armée française par le constructeur français Renault en 1914. Il sera produit jusqu'en 1918.

Historique[modifier | modifier le code]

Lancement[modifier | modifier le code]

En 1911, peu avant le début de la Première Guerre mondiale, pour remplacer les animaux utilisés pour tirer les charges lourdes sur route et les champs de bataille, l'Armée française recherche un véhicule capable de tracter les pièces d’artillerie sur tous les terrains d'intervention.

Un concours est lancé en mars 1913. Le Ministère de la Guerre en avait fixé le programme : « Les camions ne doivent pas dépasser 7,5 tonnes dont 2 de charge utile, rouler à la vitesse moyenne de 8 km/h en tractant 15 tonnes et être capables de gravir, sans remorque, une pente de 18 %. ». Deux constructeurs sont candidats : Panhard & Levassor en collaboration avec Châtillon-Commentry propose le Châtillon-Panhard et Latil présente le TAR qui se démarqua et qui remportera la préférence des militaires. Étrangement, aucune commande ne sera passée suite à ce concours[1].

Un second concours est organisé en 1914. Renault s’engagea et fabriqua l'EG ainsi qu'un modèle plus léger, le FB mais cette version ne fut pas retenue et abandonnée car trop légère. Schneider se lança également dans l’aventure. Le concours voit donc 4 candidats, avec toujours le Châtillon-Panhard et le Latil TAR. À nouveau, le Latil TAR est en première position, qui viendra ensuite le Châtillon-Panhard puis le Renault EG. Malgré ces résultats, l'EG sera quand même retenu par l'Armée avec le lancement de la Première Guerre Mondiale[1]. Le Latil TAR équipera principalement l’armée française. Quelques rares exemplaires du Châtillon-Panhard auront également été commandés.

L'EG durant la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Renault EG tractant un canon.

L’État-major passe une première commande. La production sera très lente à démarrer et face aux besoins de l'Armée, c'est une petite commande d'une cinquantaine de Châtillon-Panhard qui va permettre à l'Armée française de monter vers le front lors de la première bataille de la Marne. L’enlisement de la Première Guerre mondiale change la donne et amplifie le besoin en tracteurs d’artillerie, si bien que l'EG sera produit à 978 exemplaires tout au long du conflit[2].

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

L'EG va rester durant de longues années en dotation au sein de l’armée française, jusqu'à la débâcle de juin 1940. Les rares exemplaires ayant survécu aux deux guerres font partie de collections dédiées à la Première Guerre Mondiale.

En mars 1924, l'armée française aurait voulu acquérir un modèle plus puissant et plus rapide que l'EG. Renault présenta un prototype qui s'avéra ne pas être meilleur, voire pire. Le projet fut abandonné et Renault n'a plus jamais produit de tracteur d'artillerie.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le Renault EG est un tracteur d'artillerie lourd à quatre roues motrices et directionnelles, plus puissant que ses principaux rivaux avec son moteur quatre cylindres de 8,5 litres de cylindrée développant 46 ch. Deux exemplaires ont été mis à la disposition de l’armée française pour le « Concours Militaire 1914 ». Comme ses concurrents, il satisfait aux tests de traction et de franchissement mais sa vitesse sur route plafonne à 16 km/h et sur terrain difficile, il peine à avancer plus vite qu'un piéton.

Moteur[modifier | modifier le code]

L'EG et le FB recevront une motorisation différente en essence. Les deux seront équipés d'un quatre cylindres en ligne (L4) de la marque Renault.

Essence
Modèle Construction Moteur + Nom Norme Euro Cylindrée + Alésage x course Performance Couple Vitesse maxi Consommation + CO2
Renault EG 1914 - 1918 4 cylindres en ligne
Renault
Aucune norme 8 490 cm3 (8,5 L)
42 kW (57 ch) à 1400 tr/min ... Nm à ... tr/min 16 km/h (à vide)
6 / 8 km/h (en charge)
... l/100 km
... g/km
Renault FB
Prototype léger
1914 4 cylindres en ligne
Renault
Aucune norme 7 800 cm3 (7,8 L)
33 kW (45 ch) à 1400 tr/min


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b alexrenault, « Châtillon-Panhard (1911-1914) », sur l'automobile ancienne, (consulté le 27 juillet 2019)
  2. Selon François Vauvillier, 1 132 EG auraient été livrés à l'armée française.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Aviation et l'automobilisme militaires 1914 - Le concours militaire de Tracteurs à adhérence totale (ISSN 2428-2278) - Extraits sur Gallica.fr
  • Les camions de la victoire: le service automobile pendant la Grande guerre , 1914–1918 - par Jean-Michel Boniface - (ISBN 2-7072-0300-9)
  • Tous les Renault militaires (1914–1940) : Volume 1, les camions par François Vauvillier - Histoire & Collections 2018 - (ISBN 978-2-35250-498-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]