Springer (char)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Springer.

Springer
Image illustrative de l’article Springer (char)
Véhicule moyen de démolition Springer aux musée des blindés de Bovington (UK)
Caractéristiques de service
Service 1944-1945
Utilisateurs Allemagne
Conflits seconde Guerre mondiale
Production
Constructeur NSU Werke AG
Production 1944
Unités produites 50
Caractéristiques générales
Équipage 1 conducteur
Longueur 3,17 m
Largeur 1,43 m
Hauteur 1,45 m
Masse au combat 2,4 tonnes
Blindage (épaisseur/inclinaison)
Blindage 10 mm
Mobilité
Moteur Opel Olympia 38, 4 cylindres, refroidi par eau, 1 478 cm3
Puissance 37 ch (28 kW)
Vitesse sur route 42 km/h sur route
Puissance massique
Autonomie

Le Springer (Mittlerer Ladungsträger Springer - Sd.Kfz. 304) est un petit engin chenillé filoguidé de démolition utilisé par la Wehrmacht lors de la seconde Guerre mondiale.

Description[modifier | modifier le code]

Basé sur le bien connu NSU Kettenkrad du fabricant NSU Werke AG à Neckarsulm, en Allemagne, il a été développé et construit environ 50 véhicules de démolition Springer dans la dernière année de la Seconde Guerre mondiale.

Afin de rendre le véhicule capable de transporter une charge utile plus importante sans la fourche avant de type moto, deux paires de roues de route superposées et entrelacées ont été ajoutées de chaque côté à l'extrémité arrière de l'équipement de roulement . Ceci a eu comme conséquence que le Springer avait trois roues extérieures et trois roues internes. Il était propulsé par le moteur Opel Olympia, qui a également été utilisé pour le Kettenkrad.

Le Springer était un véhicule de démolition. Sa tâche consistait à transporter une charge de 330 kg d'explosifs de haute qualité sous protection blindée vers une cible et de se faire exploser.

Un conducteur, qui pouvait s'asseoir à l'arrière du Springer, conduisait le véhicule à proximité de la cible. L'approche finale et la détonation de la charge étaient contrôlées par un dispositif de télécommande filaire ou sans fil.

Le Springer a montré les mêmes problèmes que les autres véhicules de démolition télécommandés: ils étaient chers et ils n'étaient pas très fiables. Comme la charge explosive faisait partie intégrante du véhicule, elle ne pouvait être utilisée qu'une seule fois.

Production[modifier | modifier le code]

Les quantités produites connues sont de 35 exemplaires en novembre 1944 et 10 en décembre de la même année.

Survivants[modifier | modifier le code]

Un NSU Springer est présenté au The Tank Museum au Royaume-Uni. Un autre exemplaire est préservé au musée MM Park à la Wantzenau, près de Strasbourg, en France.

Références[modifier | modifier le code]

  • Jaugitz, Markus: Die deutsche Fernlenktruppe 1940–1943. Waffen-Arsenal Special Volume 10, 1994, Podzun-Pallas-Publishers, Germany

Voir aussi[modifier | modifier le code]