Hosni Moubarak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mohammed Hosni Moubarak)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hosni Moubarak
محمد حسني السيد مبارك
Illustration.
Hosni Moubarak en 2009.
Fonctions
Président de la République arabe d'Égypte

(29 ans, 3 mois et 28 jours)
Élection
Réélection


Vice-président Omar Souleiman
Premier ministre Lui-même
Ahmad Fouad Mohieddin
Kamal Hassan Ali
Ali Loutfi Mahmoud
Atef Sedki
Kamal al-Ganzouri
Atef Ebeid
Ahmed Nazif
Ahmed Chafik
Prédécesseur Soufi Abou Taleb (intérim)
Anouar el-Sadate
Successeur Mohamed Hussein Tantawi
(de facto)
Mohamed Morsi (de jure)
Vice-président de la République arabe d'Égypte

(6 ans, 5 mois et 28 jours)
Président Anouar el-Sadate
Soufi Abou Taleb (intérim)
Prédécesseur Mahmoud Fawzi
Successeur Omar Souleiman
(indirectement)
Premier ministre égyptien

(2 mois et 26 jours)
Président Soufi Abou Taleb (intérim)
Lui-même
Prédécesseur Anouar el-Sadate
Successeur Ahmad Fouad Mohieddin
Secrétaire général du
Mouvement des non-alignés

(1 an, 6 mois et 28 jours)
Prédécesseur Raúl Castro
Successeur Mohamed Hussein Tantawi
Biographie
Nom de naissance Mohammed Hosni Sayed
Selaaem Moubarak
Date de naissance
Lieu de naissance Kafr-el-Meselha, Menufeya
(Égypte)
Date de décès (à 91 ans)
Lieu de décès Hôpital militaire de Galaa, Le Caire (Égypte)
Sépulture Héliopolis
Nationalité Égyptienne
Parti politique Parti national démocratique
Conjoint Suzanne Saleh Sabet
Enfants Alaa Moubarak
Gamal Moubarak
Diplômé de Académie militaire
égyptienne
Profession Militaire
Religion Islam sunnite
Résidence Charm el-Cheikh

Signature de Hosni Moubarakمحمد حسني السيد مبارك

Hosni Moubarak Hosni Moubarak
Premiers ministres égyptiens
Présidents de la République arabe d'Égypte

Hosni Moubarak, parfois orthographié Hosni Mubarak (حسني مبارك), de son nom complet Mohammed Hosni Moubarak (arabe : محمد حسني السيد مبارك), transcrit traditionnellement Muhammad Hosnī Sayyid Selaaem Mubārak, né le à Kafr-el-Meselha et mort le au Caire, est un homme d'État égyptien, président de la République du au .

Vice-président de la République arabe d'Égypte au moment de l'assassinat d'Anouar el-Sadate, en 1981, il lui succède après la tenue d'une élection. Il est ensuite constamment réélu et se voit fréquemment qualifié de dictateur. Lors de la révolution égyptienne de 2011, il est poussé à la démission.

Emprisonné et condamné par la justice égyptienne après son départ du pouvoir, il est libéré en 2017 après avoir terminé de purger sa dernière peine de prison. Il meurt neuf ans après la fin de sa présidence.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Le général Hosni Moubarak en 1973.

Mohammed Hosni Saïd Moubarak est né le dans une localité du delta du Nil à Kafr-el-Meselha (gouvernorat de Menufeya)[1]. Après le lycée, il entre à l'Académie militaire égyptienne où il obtient un diplôme en sciences.

En 1950, il entre à l'Académie de l'Armée de l'air égyptienne où il obtient un diplôme en sciences de l'aviation, terminant major de sa promotion. Il progresse ensuite régulièrement dans la hiérarchie, en occupant d'abord un poste de pilote tout d'abord sur Spitfire puis, successivement, les postes d'instructeur, de chef d'escadrille et enfin de commandant de base.

En 1964, il est nommé à la tête de la délégation de l'armée égyptienne en URSS où il parfait sa formation, par deux fois. Sur la base de Qant, à proximité de Bichkek (Kirghizistan), il vole sur les bombardiers Iliouchine Il-28 et Tupolev Tu-16[2].

De 1967 à 1972, lors de la guerre d'usure entre l'Égypte et Israël, Moubarak est nommé directeur de l'Académie de l'armée d'Akhenchour et responsable du personnel de l'armée de l'air dont il devient le commandant en 1972, en même temps que ministre des Affaires militaires.

Vice-présidence[modifier | modifier le code]

En octobre 1973, à la suite de la guerre du Kippour, il est à nouveau promu. En avril 1975, il devient vice-président de la République et, en 1978, il est choisi comme vice-président du Parti national démocratique (PND).

Présidence[modifier | modifier le code]

Élection de 1981[modifier | modifier le code]

Une d'Akhbar au sujet de la présidentielle de 1981.

À la suite de l'assassinat d'Anouar el-Sadate, Hosni Moubarak est élu président de la République le , lors de l'élection présidentielle anticipée, et prête serment le lendemain. Il devient également président du Parti national démocratique.

Il poursuit la politique de libéralisation de l’économie entamée par Sadate, notamment par la réduction des subventions à l'agriculture et à la consommation, et par la libéralisation des prix. En 1992, il fait annuler les dispositions régissant la location des terres. Généralement appelée « loi pour chasser les paysans de leurs terres », cette loi, combinée aux autres mesures de désengagement de l’État dans l’économie, accroît le mécontentement des populations rurales pauvres, en particulier en Haute-Égypte[3].

Réélections entre 1987 et 1999[modifier | modifier le code]

Portrait de Moubarak lors de sa campagne électorale de 2005.

Moubarak est réélu successivement en 1987, 1993 et 1999. Ses scores de réélection sont souvent supérieurs à 80 %. La validité de ces élections est discutable, sachant qu'aucun autre concurrent ne s'est présenté, de peur de représailles. Elles entérinent ainsi le régime de parti unique et, de ce fait, le président Moubarak est globalement considéré comme un dictateur.

L’opposition est réprimée. Des organisations comme le Parti communiste égyptien ou les Frères musulmans sont réprimées. L’état d’urgence est continuellement imposé, ce qui ce traduit par une restriction des libertés civiles, une quasi-interdiction de rassemblement et un développement des arrestations arbitraires et des emprisonnements sans charge[4].

Bien que la popularité de Moubarak ait augmenté avec le temps et que son rôle de leader du monde arabe se soit solidifié dans les années 1980 et 1990, il perd graduellement le soutien populaire égyptien à partir du milieu des années 1990.

Le , il échappe à une tentative d'assassinat à Addis-Abeba en Éthiopie, revendiqué par la Gamaa al-Islamiya[5].

La Constitution qu'il met en place reconnaît les « principes de la charia » comme source principale de la législation[6].

Quatrième et cinquième mandats[modifier | modifier le code]

La performance économique du pays est gâchée par des dépenses gouvernementales jugées excessives et par un secteur public engorgé.[réf. nécessaire] L’armée est privilégiée par le régime, au point de constituer, selon L'Humanité, un « État dans l’État » et de contrôler de larges secteurs économiques (routes, transports, tourisme). Les dépenses sociales sont très insuffisantes : selon l’UNICEF, en 2009, 25 % des enfants de moins de 15 ans vivent dans la pauvreté[4].

Moubarak s'oppose à la guerre en Irak de 2003, arguant du fait que le conflit israélo-palestinien est prioritaire[7]. L’Égypte était pourtant membre de la coalition dans la guerre du Golfe en 1991 et le corps expéditionnaire égyptien fut parmi les premiers à se rendre au Koweït pour refouler les forces irakiennes.

Hosni Moubarak au Forum économique mondial de 2008.

En juillet 2004, Moubarak nomme un nouveau Premier ministre et un nouveau gouvernement. Le nouveau gouvernement n'est pas perçu positivement par de nombreux Égyptiens, et les conditions économiques du pays ne s'améliorent pas.

Hosni Moubarak remporte la première élection présidentielle officiellement multipartite d'Égypte avec 88,5 % des voix, le vendredi [8].

D'après Alain Gresh, Hosni Moubarak devient un pilier de la stratégie régionale des États-Unis[9]. Selon L'Humanité, ces derniers versent à l’Égypte deux milliards de dollars par an en aide militaire et économique[4].

Attitude dans le conflit israélo-palestinien[modifier | modifier le code]

Hosni Moubarak est souvent impliqué, lors des conflits israélo-palestiniens, dans les négociations entre les deux factions. Ses positions sont généralement considérées comme pro-israéliennes. Prises de positions largement impopulaires dans le monde arabe et qui lui attirent régulièrement la condamnation de milieux religieux musulmans à l'instar de la condamnation d'une centaine d'oulémas en qui le taxent d’« hérésie »[10].

Hosni Moubarak aux côtés de Benyamin Netanyahou et Barack Obama en 2010.

Défiant envers le Hamas, qui, à la différence du Fatah, refuse de signer le plan de réconciliation interpalestinien négocié par l'Égypte, le régime égyptien entreprend, en , la construction d'une barrière métallique souterraine afin de réduire le flot des produits de contrebande acheminés par tunnels vers la bande de Gaza, dans ce que certains analystes décrivent comme l'un des éléments d'une opération plus vaste orchestrée de concert avec les États-Unis et Israël[11].

La chute de popularité de Moubarak s'accélère avec la mise en lumière de la corruption de son fils Alaa lors d'affaires de marchés publics et de privatisations[réf. nécessaire]. Vers la fin de l'année 2000, c'est son autre fils, Gamal, qui fait l'actualité en gravissant les échelons du Parti national démocratique. Gamal réussit à intégrer une nouvelle génération de libéraux dans le parti et le gouvernement. La visibilité et l'influence de Gamal devenant toujours plus importantes, des rumeurs sont apparues selon lesquelles il serait préparé à succéder à son père à la tête de l'État.

Révolution égyptienne[modifier | modifier le code]

Après l’attentat d'Alexandrie, dans la nuit du au , son impopularité connaît un nouveau sommet, sa dictature policière se révélant incapable de protéger les citoyens. Lors des funérailles collectives des victimes de l’attentat, ses condoléances sont refusées[12].

Néanmoins, Hosni Moubarak est surpris par d’importantes manifestations hostiles à son pouvoir qui éclatent en Égypte à partir du . Ces manifestations se déroulent peu après la révolution tunisienne, dont la réussite fait tomber le « mur de la peur », qui empêchait les Égyptiens de manifester, par peur de la police. Le , il décide de limoger le gouvernement. Les manifestants jugent cette décision insuffisante, déclarant que des élections équitables doivent être mises en place, et les gouvernements occidentaux réclament plus de liberté et de réformes économiques, politiques et sociales visant à améliorer le bien-être de la population égyptienne. Le lendemain de l'annonce de la démission de son gouvernement, il désigne le général Ahmed Chafik, chef d'état-major de l'armée de l'air, au poste de Premier ministre et nomme Omar Souleiman, chef des services de renseignements, premier vice-président d'Égypte[13],[14].

Le , il annonce que l'Assemblée devrait retoucher la Constitution (articles 76 et 77) de façon à limiter le nombre de mandats présidentiels tout en affirmant qu'il irait au bout de son cinquième mandat qui expire en , soit près de 30 ans à la tête de l'Égypte. Projetant des réformes politiques, il affirme : « Je tiens à finir ma mission ». Et encore : « C'est sur cette terre que je vais mourir ». Ce discours est bien perçu par les Égyptiens, qui ne sont informés dans la période du au que par la télévision d’État (Internet ayant été coupé), et le président a su faire passer une certaine émotion. Mais l’attaque des occupants de la place Tahrir, qui a lieu en même temps que la réouverture des canaux d’information alternatifs, retourne l’opinion contre lui[15]. Les manifestations reprennent, avec encore plus d’ampleur. Les grèves se généralisent, ce qui conduit les généraux, qui craignent de perdre leurs revenus, à lui imposer une démission[16].

Dans un dernier discours, prononcé le , il annonce son intention de conserver son poste de président de la République jusqu'à la tenue d'élections libres, ainsi que le transfert de ses pouvoirs au vice-président Omar Souleiman[17]. Ce discours provoque la fureur des manifestants, qui projettent alors de prendre le contrôle des bâtiments officiels (télévision d’État, Parlement) et de marcher sur la présidence de la République, à Héliopolis. Les militaires lui forcent alors la main, et le nouveau vice-président annonce la démission d’Hosni Moubarak[16].

Le , Hosni Moubarak quitte la capitale égyptienne pour s'installer à Charm el-Cheikh avec sa famille[18],[19]. Omar Souleiman annonce quelques heures plus tard que Moubarak démissionne de ses fonctions de président de la République[20], ce qui provoque des scènes de liesse au Caire et dans toute l'Égypte[21].

Après la chute[modifier | modifier le code]

À la suite de ces événements, en Suisse, le Conseil fédéral rend une ordonnance comprenant des mesures correctives, le gel des avoirs et des ressources économiques[22], à l’endroit notamment de Hosni Moubarak et de son épouse, de ses fils et de leurs épouses, de certains anciens ministres et du frère de l’épouse de Hosni Moubarak, en tant que personnes physiques, entreprises et entités.

Hosni Moubarak lors de son procès en août 2011.

Les manifestations continuent au Caire pour exiger son inculpation. Le , deux enquêtes sont ouvertes à son égard, l’une concernant sa responsabilité dans les 864 civils tués durant la révolution égyptienne, et l’autre pour corruption. Hosni Moubarak est interrogé à partir du [23]. C'est pendant un interrogatoire qu'il est victime d'un malaise engendré par un infarctus, nécessitant son hospitalisation à l'hôpital international de Charm el-Cheikh[24],[25]. Placé en soins intensifs, il est néanmoins considéré comme mis en détention par la justice, et doit être transféré dans un hôpital du Caire contrôlé par les militaires[26]. D’après le journal égyptien Al-Ahram, il s’agirait cependant d'une simulation, la télévision d'État évoquant elle un refus de s’alimenter[27]. Hosni Moubarak est transféré le dans un hôpital militaire[28], où sa détention est prolongée jusqu'au [29], puis jusqu'au 30[30].

La Haute cour administrative du Caire le condamne, le , à une amende de 23,3 millions d'euros (200 millions de livres égyptiennes), pour avoir donné son accord à la coupure d'Internet et des réseaux de téléphonie mobile à partir du et pendant sept jours consécutifs. Cette condamnation est motivée par les pertes provoquées à l'économie, non par l'entrave aux droits d'expression des idées[31],[32].

Alors que des centaines de rues, places, ponts, écoles, jardins portaient le nom d'Hosni Moubarak en Égypte, de très nombreuses débaptisations ont lieu, soit à la suite de pétitions (comme les 10 000 signatures recueillies par les étudiants de l’Institut Moubarak pour le cancer de l’université de Zagazig), soit après un procès, ou simplement par action directe de la part de dirigeants, d'employés municipaux ou d'usagers de ces écoles, rues, places, jardins, ponts, etc. L’hôpital Hosni-Moubarak de Gaza est lui aussi rebaptisé Tahrir[33]. Les chapitres des manuels scolaires concernant le régime de Moubarak sont également retirés[33].

Policiers antiémeutes à la garde en dehors d'un palais de justice du Caire où Moubarak a été condamné à la prison à vie.

Son procès pour « meurtre et tentative de meurtre sur des manifestants, abus de pouvoir et de biens sociaux et atteinte aux intérêts de l'État » lors de la révolution s'ouvre le [34]. L'ancien président risque alors la peine de mort. Couché sur une civière et semblant très affaibli, il plaide « non coupable » des faits qui lui sont reprochés[35],[36]. Il est hospitalisé au Caire à l'issue de la première audience, lors de laquelle des heurts ont éclaté entre partisans et opposants à l'ancien président[37],[38]. Le , le procureur requiert la peine de mort par pendaison à son endroit, estimant que l'ancien président ne pouvait pas ignorer les gigantesques manifestations, et donner l'ordre de tirer à vue en demandant de le condamner pour meurtre avec préméditation.

Hosni Moubarak est condamné, en première instance, à la prison à perpétuité, le [39]. Il annonce qu'il fera appel de cette sentence. Sa santé fait alors l'objet de nombreuses spéculations ; le 20 juin suivant, des sources proches des services de sécurité égyptiens affirment qu'Hosni Moubarak a perdu connaissance et se trouve sous respiration artificielle à la suite d'une attaque cérébrale[40],[41].

Le , la justice égyptienne ordonne sa remise en liberté conditionnelle[42]. Celui-ci ne peut cependant quitter le territoire égyptien et doit se tenir à disposition de la justice, puisque toujours inculpé pour avoir ordonné la mort de jeunes révolutionnaires.

Il est condamné en à trois ans de prison pour avoir détourné plus de 10 millions d'euros de fonds publics alloués à l'entretien des palais présidentiels[43].

Le , il est acquitté pour les accusations de meurtres de manifestants de 2011[44]. Le 24 mars, il est libéré[45], après avoir terminé sa dernière peine de six ans d'emprisonnement, dans un hôpital militaire[46].

Fin de vie et mort[modifier | modifier le code]

En septembre 2018, une photo de l'ancien président, qui semble amoindri par la maladie, rencontre un succès sur les réseaux sociaux[47].

Il meurt le , à l'âge de 91 ans, à l'hôpital militaire de Galaa au Caire, entouré de sa famille et d'autres proches. La disparition du « dernier raïs déchu », comme le qualifie Le Monde, figure en bonne place dans la presse mondiale, mais Le Figaro relève l’« indifférence » qui l’accompagne. En Égypte, cette nouvelle fait l’objet d’une couverture médiatique nettement supérieure à celle de la mort de Mohamed Morsi en juin 2019, tout en étant tempérée par des impératifs politiques. En effet, la présidence publie un communiqué se limitant à saluer son rôle militaire dans les guerres des Six jours et de Kippour, un aspect qui domine dans les hommages. Sa corruption est elle aussi évoquée alors que le régime du maréchal al-Sissi est considéré comme autant sinon plus autoritaire, corrompu et militarisé que celui d’Hosni Moubarak[48],[49],[50].

Hosni Moubarak fait cependant l'objet de funérailles nationales, auxquelles participe le maréchal Sissi. La cérémonie se tient à la mosquée Maréchal-Tantawi[51]. Le 27 février, Hosni Moubarak est inhumé dans le mausolée familial, à Héliopolis, après avoir reçu des hommages du monde entier[réf. souhaitée].

Famille[modifier | modifier le code]

Hosni et Suzanne Moubarak accueillant Lech Kaczynski et son épouse en 2008.

Marié à Suzanne Saleh Sabet (née en 1941), il est père de deux enfants, Alaa et Gamal (né en 1963).

À partir de 2004, il aurait tenté d'imposer Gamal comme son successeur, ce qu'il a toujours nié. Ce désir se serait heurté aux réticences de l'armée. La controverse prend fin avec la nomination d'Omar Souleiman, chef du Gihaz al-Mukhabarat al-Amma, au poste de vice-président de la République arabe d'Égypte le durant la révolution égyptienne de 2011.

Son petit-fils, Mohammed Alaa Moubarak, meurt à douze ans, le , dans un hôpital parisien dans lequel il a été transféré. En deuil, Hosni Moubarak ira jusqu'à annuler une visite prévue à Barack Obama mais n'assistera pas aux obsèques de son petit-fils, très ému par les circonstances.

Décorations[modifier | modifier le code]

Décorations égyptiennes

Décorations étrangères

Fortune[modifier | modifier le code]

En 2014, la fortune d'Hosni Moubarak et de sa famille est évaluée à neuf milliards de livres égyptiennes (environ 1,2 milliard de dollars américains), par la justice égyptienne[52].

Bibliographie [modifier | modifier le code]

  • (en) Ahmed Aboul Gheit, Egypt's Foreign Policy in Times of Crisis : My Testimony, Le Caire, éd. The American University in Cairo Press, 2020
  • (en) Alaa Al-Din Arafat, Hosni Mubarak and the Future of Democracy in Egypt, Londres, éd. Palgrave Macmillan, 2012
  • Boutros Boutros-Ghali, Entre le Nil et Jérusalem : Chroniques d'un diplomate égyptien 1981-1991, Paris, éd. Rocher, 2011
  • (en) Galal A. Amin, Egypt in the Era of Hosni Mubarak, 1981-2011, Le Caire, éd. The American University in Cairo Press, 2013
  • (en) Jared Joseph, Hosni Mubarak, Londres, éd. lulu.com, 2013
  • Jean-Noël Ferrié, L'Égypte entre démocratie et islamisme : Le Système Moubarak à l'heure de la succession, Paris, éd. Autrement, 2008
  • (en) John Solecki, Hosni Mubarak : President of Egypt, Londres, éd. Chelsea House Publishers, 1991
  • Magali A. Martin, Hosni Moubarak : Victime du Printemps arabe, Londres, éd. FastBook Publishing, 2012
  • Mohamed Anouar Moghira, L'Égypte clé des stratégies au Moyen-Orient : trente ans de politique égyptienne et arabe sous Hosni Moubarak, Lausanne, éd. L'Âge d'homme, 2009
  • (de) Sabine Dorsheimer, Das ägyptische Regierungssystem unter Hosni Mubarak und der Einfluss der Muslimbruderschaft auf die Regierungspraxis, Berlin, éd. Grin Publishing, 2009

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Key facts about Egypt's former president Hosni Mubarak », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 10 janvier 2019)
  2. Jean-Dominique Merchet, « Hosni Moubarak, pilote de Spitfire ! », Blog Secret Defense, (consulté le 15 février 2011).
  3. « Des islamistes aux zapatistes, la révolte des « marginaux de la terre » », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le 7 septembre 2017).
  4. a b et c Pierre Barbancey, « Égypte. Moubarak est mort sans avoir rendu de comptes aux Égyptiens », sur L'Humanité,
  5. Tangi Salaün, « Omar Souleimane, l'homme indispensable du président Moubarak », sur L'Express, article mis en ligne le 29 janvier 2011 (consulté le 10 novembre 2014).
  6. « Égypte : La charia reste « source principale » de la loi », sur www.20minutes.fr, .
  7. « CNN.com - Mubarak warns of '100 bin Ladens' - Mar. 31, 2003 », sur edition.cnn.com (consulté le 10 janvier 2019)
  8. « Protests mar Mubarak win | News | Al Jazeera », sur www.aljazeera.com (consulté le 10 janvier 2019)
  9. Alain Gresh, « Géographie du chaos au Proche-Orient », sur Le Monde diplomatique,
  10. « Hosni Moubarak est accusé d'hérésie par une centaine d'oulémas musulmans », IRIB, 15 janvier 2009.
  11. Laurent Zecchini, « La colère des Palestiniens de Gaza contre l'Égypte », Le Monde, 07/01/2009 [article en ligne].
  12. Constance d’Ambrières et Alexis Renault-Sablonière, « La surprise égyptienne : la révolution du 25 janvier vue du Caire », Moyen-Orient, no 10 : Révolutions : le réveil du monde arabe, mars-avril 2011, p. 38.
  13. « Égypte : un vice-président et un premier ministre nommés », Le Figaro.
  14. « Moubarak et le coup d'État consenti », Le Monde.
  15. Moaaz Elzoughby, « The Dynamics of Egypt’s Protest: an Inside View », Arab reform, 23 février 2011, consulté le 20 avril 2011.
  16. a et b Interview de Tewfik Aclimandos avec Caroline Ronsin et Frank Tétart, « Égpypte : « l’histoire commence aujourd’hui » », Moyen-Orient, no 10 : Révolutions : le réveil du monde arabe, mars-avril 2011, p. 34.
  17. « Moubarak refuse de démissionner », sur Le Figaro, .
  18. « Égypte : Hosni Moubarak a quitté Le Caire avec sa famille », sur Le Parisien, .
  19. « Hosni Moubarak à Charm el-Cheikh, si loin de la rue égyptienne », site de L'Express, 12 février 2011.
  20. « Omar Souleimane, le nouvel homme fort du régime égyptien », sur Le Parisien, .
  21. « Égypte : le peuple en liesse salue la démission de Moubarak », sur Le Parisien, .
  22. Ordonnance du 2 février 2011 entrant en vigueur le 11 février 2011 à 17 heures 30, Conseil fédéral Suisse.
  23. Samar Al-Gamal, « Le vrai début de la chute », Al-Ahram hebdo, 20 avril 2011, consulté le 21 avril 2011.
  24. Tsr.ch.
  25. « Moubarak victime d'une crise cardiaque », L'Écho, 13 avril 2011, page Actu 3.
  26. « Moubarak et ses fils en détention pour quinze jours », L'Écho, 14 avril 2011, page actu 6.
  27. AFP, « Égypte : des détails sur la détention d’Hosni Moubarak », Le Nouvel Observateur, publié le 14 avril 2011.
  28. Alexandre Buccianti, « Hosni Moubarak transféré dans un hôpital militaire sur ordre de justice », RFI, publié le 16 avril, consulté le 25 avril.
  29. Le Monde, 24-25 avril 2011, p. 2.
  30. « Mubarak detention extended; former tourism minister gets 5 years », CNN, 10 mai 2011.
  31. Alexandre Buccianti, « Condamnation du clan Moubarak à 60 millions d'amende », Radio France internationale, publié le 28 mai 2011, consulté le 30 mai 2011.
  32. AFP/Reuters, « M. Moubarak condamné pour avoir suspendu Internet en janvier », Le Monde, 30 mai 2011, consulté le 31 mai 2011.
  33. a et b Manar Attiya, « Une page est tournée », Al-Ahram hebdo, 20 avril 2011, consulté le 21 avril 2011.
  34. Alexandre Buccianti, « Moubarak et ses deux fils seront jugés devant une cour d'assise », Radio France internationale, publié le 24 mai 2011, consulté le 26 mai 2011.
  35. « Le procès Moubarak a débuté », Europe 1, 3 août 2011.
  36. « Égypte : Moubarak plaide non coupable », Le Parisien, 3 août 2011.
  37. « Moubarak: heurts devant le tribunal », dépêche AFP reprise par Le Figaro, 3 août 2011.
  38. « Égypte : Moubarak restera au Caire », dépêche Reuters reprise par Le Figaro, 3 août 2011.
  39. « L'ancien président Hosni Moubarak condamné à la prison à vie », Le Monde avec AFP et Reuters, 2 juin 2012.
  40. Thomson Reuters 2012 Tous droits réservés., « Moubarak sous respiration artificielle », (consulté en 20 juin 2012 01h40).
  41. « Égypte : l'ex-président égyptien Moubarak dans le coma après une attaque cérébrale », actu Orange.
  42. « Égypte : la justice ordonne la libération conditionnelle de Moubarak », L'Express, 21 août 2013.
  43. « Les deux fils Moubarak arrêtés pour manipulation boursière en Egypte », VOA Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2018)
  44. « Printemps arabe en Égypte : Hosni Moubarak acquitté pour les meurtres de manifestants en 2011 », france24.com.fr, 2 mars 2017.
  45. « Égypte : L'ancien président Hosni Moubarak a été libéré », sur 20minutes.fr (consulté le 27 mars 2017).
  46. « Mohamed Morsi insulté jusqu’au bout », sur Le Temps (consulté le 21 juin 2019)
  47. « Une photo de Hosni Moubarak provoque la fureur sur les réseaux sociaux », sur fr.timesofisrael.com (consulté le 25 février 2020).
  48. « L’ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2020)
  49. « Égypte : l'hommage sans nostalgie de Sissi à Moubarak », Le Point.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2020)
  50. « L’ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort », Le Figaro.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2020)
  51. « Egypte: Sissi rend hommage à Moubarak lors d'une cérémonie militaire - Le Point », sur lepoint.fr, (consulté le 26 février 2020).
  52. « Moubarak coupable de détournement de fonds », msn.com, 21 mai 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :