Suzanne Moubarak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moubarak (homonymie).
Suzanne Moubarak
سوزان مبارك
Suzanne Moubarak en 2010.
Suzanne Moubarak en 2010.
Première dame d'Égypte
 – 
(29 ans, 3 mois et 28 jours)
Prédécesseur Jihane el-Sadate
Successeur Naglaa Ali Mahmoud
Biographie
Nom de naissance Suzanne Saleh Sabet
Date de naissance (76 ans)
Lieu de naissance Gouvernorat de Minya
(Égypte)
Conjoint Hosni Moubarak
Enfants Alaa Moubarak
Gamal Moubarak
Université Université américaine du Caire
Profession Sociologue

Suzanne Moubarak (arabe : سوزان مبارك, Sūzān Mubārak), née Saleh Sabet le , est une sociologue égyptienne, épouse de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak et première dame d'Égypte tout au long du mandat présidentiel de son mari, du au .

Souvent présentée comme une femme d'influence auprès de son époux[1], elle a dirigé plusieurs associations caritatives tout en étant ambassadrice de bonne volonté auprès de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture.

Après la démission contrainte de son mari, consécutive au puissant mouvement protestataire de 2011, elle fait l'objet de plusieurs poursuites judiciaires en étant soupçonnée, entre autres, de corruption et de détournements de fonds.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille, enfance et études[modifier | modifier le code]

Elle est la fille d'un médecin égyptien et d'une infirmière britannique. Ses parents, Saleh Sabet, un interne en médecine de 29 ans étudiant à l'université de Cardiff et Lily Mai Palmer, une infirmière galloise de 29 ans travaillant à l'infirmerie de Camden Road à Islington (Londres), se marièrent le 16 mars 1934, également à Islington. Lily Mai Palmer était la fille d'Henry Charles Palmer, directeur d'une mine de charbon et a grandi à Pontypridd, au Pays de Galles.

Son frère ainé Mounir Sabet fut président du Comité olympique égyptien.

Suzanne Moubarak naît dans le gouvernorat de Minya, région située sur le Nil, à environ 150 kilomètres du sud du Caire. Elle étudie au Caire à l'école secondaire de St. Claire Heliopolis et à l'Université américaine du Caire. Elle obtient un baccalauréat (anglo-saxon) en sciences politiques en 1977 et une maîtrise en Sociologie de l'éducation (en 1982). Pour sa maîtrise, son sujet d'étude était Social Action Research in Urban Egypt: A case study of primary school upgrading in Bulaq (Recherche en action sociale dans l'Égypte urbaine: une étude de cas sur la modernisation d'une école primaire à Boulaq).

Elle épouse en 1959 le militaire Mohammed Hosni Moubarak[2]. De ce mariage naissent deux fils : Alaa et Gamal. Suzie Moubarak est la grand-mère d'un garçon et une fille (son troisième petit-fils, Mohammed Alaa, est décédé en 2009 à Paris des suites d'une maladie).

Première dame d'Égypte[modifier | modifier le code]

Suzanne et Hosni Moubarak accueillant le président de la République de Pologne, Lech Kaczynski, et son épouse, Maria, en 2008.

Suzie Moubarak devient Première dame de la République arabe d'Égypte le 14 octobre 1981, à la suite de l'élection de son époux, Mohammed Hosni Moubarak, à la présidence égyptienne après l'assassinat du président Anouar el-Sadate.

Elle dirige la série télévisée pour enfants Alam Simsim, version égyptienne de la série américaine 1, rue Sésame, afin de promouvoir son importance dans l'amélioration de la communication des enfants et compétences en lecture.

Suzie Moubarak est la présidente honoraire du Rotary Club de l'Égypte (son frère, le général Munir Thabet fut celui du Rotary International en 2004 et 2005). Son fils Gamal Moubarak est également un membre honoraire du Rotary Club.

En 1985, elle fonde en collaboration avec le British Museum un programme visant à promouvoir le musée égyptien du Caire auprès des enfants. En 2005, elle a inauguré la « Bibliothèque publique Moubarak ».

Rôle auprès du président[modifier | modifier le code]

Suzanne Moubarak, surnommée Suzie par la presse égyptienne, est décrite comme une femme autoritaire et très influente auprès de son époux.

Détournements de fonds[modifier | modifier le code]

Au titre de ses activités de première dame et de présidente de plusieurs associations caritatives, Suzie Moubarak aurait détourné 5 milliards de dollars de don. Des rumeurs font état de détournements de cet argent aux profits de plusieurs comptes personnels[3].

Révolution de 2011[modifier | modifier le code]

Pendant la révolution égyptienne de 2011, Suzanne Moubarak est restée discrète à la demande de son époux, mais aurait continué d'influencer le vieux raïs : elle serait intervenue auprès de lui pour la nomination d'Ahmed Chafik, ministre de l'Aviation civile, au poste de Premier ministre. Dans un premier temps, Suzie Moubarak et ses deux fils (ceux-ci accompagnés de leurs épouses respectives) auraient reçu l'ordre par le président Moubarak de quitter le pays pour partir à Londres (Royaume-Uni), où la famille Moubarak possède un vaste appartement. Mais Suzie s'y est opposée. Le 11 février 2011, Hosni et Suzanne Moubarak quittent le palais présidentiel d'Héliopolis pour l'une de leurs résidences privées, à Charm el-Cheikh, dans l'après-midi ; quelques heures plus tard, Omar Souleimane, vice-président de la République égyptienne, annonce que le raïs a quitté le pouvoir et l'a confié à l’armée.

Arrestation[modifier | modifier le code]

Mise en détention préventive dans le cadre d’une enquête pour corruption, elle est relâchée contre l’abandon de ses biens à l’État, pour une valeur de 2,8 millions d’euros et reconduite à sa villa de Charm el-Cheikh[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ahmad Chafik, un militaire apprécié de l'élite et de l'opposition, 30 janvier 2011, La Croix
  2. C. N. N. Library, « Hosni Mubarak Fast Facts », sur CNN (consulté le 15 août 2017)
  3. Moubarak, le dernier roi d'Égypte, 12 février 2011, Paris Match
  4. Alexandre Buccianti, « En Egypte, l’ex-première dame Suzanne Moubarak remise en liberté », Radio-France international, publié le 17 mai 2011, consulté le 19 mai 2011

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]