Ahmed Urabi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant une personnalité image illustrant égyptien
Cet article est une ébauche concernant un homme politique et une personnalité égyptienne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2007).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ahmed Urabi
Ahmed Orabi 1882.png

Ahmed Urabi (1882)

Fonction
Premier ministre d'Égypte (en)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
Le CaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Colonel Ahmed Urabi (arabe :أحمد عرابي), né le 31 mars 1841, mort le 21 septembre 1911, également appelé Urabi Pacha ou Orabi Pacha, était un général et homme politique égyptien qui conduisit la première révolte nationaliste égyptienne contre le pouvoir des Khédives puis contre la domination européenne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Ahmed Urabi est né dans une famille de paysans aisés, dans un village près de Zagazig à 80 kilomètres au nord du Caire, dans la province d'Ash Sharqiyah. En 1849, il est envoyé à l'université islamique d'Al-Azhar avant d'entamer, dès 1855, une prometteuse carrière dans l'armée égyptienne, puisqu'il devient l'un des premiers officiers d'origine égyptienne, et dès 1860, alors qu'il a à peine 20 ans, le plus jeune colonel de cette armée.

Par ailleurs, a partir de 1863, et le règne d'Ismaïl Pacha, le traditionnel biais en faveur des officiers turko-circassiens (tracant leur origine du temps des mamelouks) deviendra prepondérant, et il n'obtiendra pas d'autre promotion jusqu'en 1879.

révolte d'Urabi Pacha (1879-1882)[modifier | modifier le code]

Dès 1876, suite à la défaite en Ethiopie et la cure d'austérité imposée sur l'armée, conséquence de la banqueroute égyptienne. le morale des troupes se dégrada, ce qui conduisit a des manifestations des soldats d'ethnicité égyptienne en 1879 contre le gouvernement du Khédive Ismaïl Pacha. C'est le début du mouvement connu sous le nom de révolte d'Urabi Pacha, dont Ahmed Urabi deviendra porte-parole.

Ismaïl Pacha sera suspecté d'avoir éventuellement formenté les troubles de 1879 pour s'opposer à l'ingérence franco-brtiannique dans les affaires égyptienne: il est démis en faveur de son fils, Tawfiq.

Ahmed Urabi se joint aux réformateurs pour dénoncer l'influence occidentale dans le pays et faire valoir les revendications des militaires d'ethnicité égyptienne, notamment l'égalité de traitement sans distinction de race ou religion. Il sera alors arrêté ce qui provoquera une mutinerie dans les rangs militaire en Février 1881: le ministère de la guerre est mis a sac et Ahmed Urabi est libéré par les mutins qui alors occupent la place Abdin (palais du Khédives) jusqu'à la démission du ministre de la guerre, le circassien Uthman Rifqi. Sous la pression des manifestants, le gouvernement alors nomme Ahmed Urabi sous-secrétaire au Ministère de la Guerre avant de lui accorder le poste de ministre. Il conduit alors une réforme pour instituer une assemblée parlementaire en Égypte et pendant les derniers mois de la révolte (de juillet à septembre 1882) il obtient le poste de premier-ministre.

Intervention franco-Britannique (1882)[modifier | modifier le code]

Ces événements vus comme une révolte nationaliste pouvant porter atteinte aux intérêts européens en Égypte entraînent la réaction des gouvernements français et britanniques. Après avoir été nommé commandant en chef des forces armées, bénéficiant de l'appui de l'armée et des oulémas, Urabi parvient à interdire l'accès du port d'Alexandrie aux flottes française et britannique quand s'engage la guerre anglo-égyptienne lors de laquelle l'armée égyptienne est défaite de manière décisive à la bataille de Tel el-Kebir.

Fin de vie (1882-1911)[modifier | modifier le code]

Ahmed Urabi est alors condamné à mort par le Khédive mais la sentence est commuée en exil sous la pression de Lord Dufferin, envoyé comme commissaire britannique en Égypte. Après un exil de 19 ans dans la colonie anglaise de Ceylan, Urabi rentre au Caire où il meurt, le 21 septembre 1911.

Il fut membre de la franc-maçonnerie[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.grandorientarabe.org/index.php?news&nid=1